AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.7/5 (sur 1566 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 05/10/1949
Biographie :

Gérard Mordillat est un romancier et cinéaste français.

Né d’un père serrurier à la SNCF, Gérard Mordillat s’intéresse très vite à la littérature et au cinéma.

Il publie des poèmes, travaille avec Roberto Rossellini , réalise un documentaire sur les patrons, devient responsable des pages littéraires du journal Libération, qu’il quitte dès la publication de son premier roman, "Vive la sociale", en 1981. Et après l’adaptation de son livre au cinéma, il enchaîne romans, essais, fictions et documentaires pour petit et grand écran.

Il est, avec Patrick Besnier, Henri Cueco, Jacques Jouet, Hervé Le Tellier, Lucas Fournier et d’autres, l'un des "papous" de l’émission de France-Culture Des Papous dans la tête, fondée par Bertrand Jérôme et animée par Françoise Treussard.

Il est l’auteur, avec Jérôme Prieur, des séries télévisées sur la chaîne culturelle franco-allemande Arte Corpus Christi, L'Origine du christianisme, L'Apocalypse, ainsi que de trois essais, Jésus contre Jésus, Jésus après Jésus et Jésus sans Jésus.

En 2005, il reçoit le Grand prix RTL-Lire pour son roman, "Les Vivants et les Morts".
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Gérard Mordillat   (78)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (60) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Avec Jacques Bonnaffé, François Chattot, Pablo Cueco, Louis Duneton, Louis-Do de Lencquesaing, Catherine Merle, Gérard Mordillat, Lou Wenzel… Voici déjà onze ans que Claude Duneton a tiré sa révérence. Figure originale et attachante, il a marqué tous ceux qui l'ont fréquenté. Duneton a enseigné l'anglais et le français, fait du théâtre, de la radio et de la télé, et même joué dans quelques films. Un pied dans l'édition parisienne et l'autre dans le terroir occitan, il est l'auteur d'une trentaine de livres, mais sa chronique du langage au Figaro, “Au plaisir des mots”, aurait suffi à le rendre populaire. L'auteur du Bouquet méritait bien qu'on lui offrît une soirée d'hommage. Amis, collègues, partenaires, compagnons de route ou de rencontre, tous ont souhaité parler de lui, de lui avec eux. Chacun apporte ici sa pièce pour composer le portrait d'un personnage sans doute plus complexe que ce qu'il a pu paraître. Un puzzle, en somme, dans tous les sens du terme. “Le langage est un fameux véhicule et, contrairement aux autres, il ne coûte rien.” Claude Duneton À lire – Claude Duneton façon puzzle, préface de Gérard Mordillat, éd. Unicité, 2023. Son : Jean-François Domingues Lumière : Marta Bellini, assistée de Hannah Droulin Direction technique : Guillaume Parra Captation : Claire Jarlan

+ Lire la suite
Podcasts (10) Voir tous


Citations et extraits (381) Voir plus Ajouter une citation
Gérard Mordillat
La religion est une erreur criminelle et la foi une insulte à l'intelligence.

CE QUE SAVAIT JENNIE.
Commenter  J’apprécie          594
- T'as pas encore compris ce que ça veut dire " plan social "? ça veut dire le contraire de ce qu'on croit ! ça veut dire qu'on fout tout le monde à la porte en leur passant la main dans le dos, style " ne vous inquiétez pas, ça ira mieux demain".
Commenter  J’apprécie          515
Il fréquentait une jeune fille de bonne famille, une 3 D : douce, délicieuse et désirable. « La bourgeoisie n’a réussi que deux choses : sa cuisine et ses filles », répétait-il à qui voulait l’entendre.
Commenter  J’apprécie          450
...j'ai pensé que seul un très petit nombre de livres méritait que l'on s'y plonge jusqu'à s'y perdre ou s'y trouver. A la réflexion, je crois que cela vaut pour tous les livres. Parce que le livre en soi n'est rien, il n'est que le support du mot. Et, que ce soit un roman de gare, un traité de géographie ou Le Capital, la vérité de ce que nous sommes peut sortir de n'importe quel mot lu dans n'importe quel livre.
Commenter  J’apprécie          400
Il récapitula les points sur lesquels il devrait insister : tant que la société fonctionnerait sur un modèle exaltant la consommation, protégeant les privilèges des nantis, organisant le chômage endémique, acceptant l’aggravation programmée des inégalités entre les pauvres et les riches, il n’y aurait de futur pour personne.
Commenter  J’apprécie          382
L’oligarchie au pouvoir ne supportait le peuple que dans la servitude. Le profit, c’était sa loi, la peur son arme et le conflit permanent l’éternelle garantie du capital.
(page 296)
Commenter  J’apprécie          363
La grande peur des gouvernements – de tous les gouvernements – c’est que l’intelligence populaire se mette à l’œuvre. Si l’intelligence est partagée par tous, si elle cesse d’être le privilège et la propriété de quelques-uns, c’en est fini de la soumission et de l’obéissance !
Commenter  J’apprécie          356
Si les actionnaires des boîtes pouvaient se passer d’ouvriers, ils s’en passeraient tout de suite - et peut être qu’un jour ils s’en passeront vraiment ! - mais en attendant, ce qu’ils veulent, ce sont des esclaves, des ignorants corvéables à merci.
Commenter  J’apprécie          350
J’en veux beaucoup aux médias, dit-il en s’essuyant la bouche d’un revers de manche. Quand il existait encore des espaces de liberté, ils avaient des pudeurs de rosière. Ils refusaient d’utiliser le terme « fascisme » ou néofascisme ». Ils voulaient bien concéder qu’il y avait des régimes « autoritaires », « des démocratures », d’autres « ultra-droitiers », voire que l’état néolibéral ou ultralibéral dérivait jour après jour dans plus de répression, plus d’interdictions, plus d’arrestations d’opposants, mais ce n’était pas du fascisme, ni du néofascisme ni du post-fascisme. Ce n’était rien que de la politique sous sa forme contemporaine. C’était ça, être moderne !
Commenter  J’apprécie          330
Il avait rappelé que les premiers à souffrir de la grève étaient les grévistes eux-mêmes, privés de salaire et sans autres ressources que la solidarité publique.
(page 248)
Commenter  J’apprécie          340

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Gérard Mordillat (2051)Voir plus

Quiz Voir plus

Contes

Le "Conte de Sinouhé" est l'une des plus anciennes œuvres littéraires jamais retrouvée. C'était dans quel pays ?

La Perse
L’Egypte
L’Inde
L’Arabie

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}