AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.74 /5 (sur 289 notes)

Nationalité : Chine
Né(e) à : Xinyang dans la province du Henan , le 12/09/1917
Mort(e) à : Lausanne , le 02/11/2012
Biographie :

Han Suyin (née Chou Kuanghu) est le pseudonyme d'Elisabeth Comber, auteur d'origine chinoise résidant à Lausanne, en Suisse.

Son père est un ingénieur chinois et sa mère est Belge flamande. Elle débute dans la vie active dans un emploi de dactylo à l'hôpital de Pékin en 1931 alors qu'elle n'a pas 15 ans. En 1933 elle est admise à l'université de Yanjing (Yenching). En 1935 elle part à Bruxelles étudier la science.

Elle revient en Chine 3 ans plus tard pour travailler dans un hôpital. Elle repart à Londres en 1944 étudier la médecine et obtient un doctorat de médecine chirurgie. De 1948 à 1949 elle travaille à l'hôpital de la Reine Mary en Chine. Dans les années 1950 elle est médecin en Malaisie et Singapour. Elle se marie successivement avec un Chinois, un Anglais et un Indien.

Han Suyin écrit principalement en anglais, elle a accédé à la notoriété internationale en écrivant des livres consacrés pour la plupart à la Chine où elle parle du choc des civilisations asiatiques et anglo-saxonnes, confrontation qu'elle vivait. Elle décrit la société chinoise, celle des traditions, la confrontation de ce monde suranné, si élégant, envoûtant mais injuste envers les plus humbles.

L’Occident lui a reproché de soutenir le maoïsme puis d'avoir été la première étrangère à se rendre en Chine après le Massacre de Tian An Men. Dans "Multiples splendeurs" elle dépeint surtout la société des européens expatriés. Très largement autobiographique, ce roman se situe à Hong Kong où elle rencontre Marc. Tout devrait les séparer : il est anglais, elle est eurasienne. Journaliste, il parcourt le monde. Médecin, elle souhaite se fixer en Chine. Enfin, il est marié. Mais ils s'aiment...

Han Suyin est morte à Lausanne, le 2 novembre 2012.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Han Suyin   (37)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (24) Voir plusAjouter une vidéo

Interview de HAN SUYIN sur les livres de sa vie
Interviewée par Michel POLAC (off), HAN SUYIN parle de ses souvenirs de lecture, des livres et auteurs qui l'ont marqués (Flaubert avec "L'education sentimentale", Simone de Beauvoir, Lu Xun ...), de la poésie (cite un poète de la dynastie Song), de l'idée des contradictions, de la vie qui l'a trop comblée, de l'humanité en qui elle a confiance, de Beethoven qu'elle n'aime pas, des Gardes...
+ Lire la suite

Citations et extraits (100) Voir plus Ajouter une citation
leabhar   22 septembre 2022
Multiple splendeur de Han Suyin
Heureuse de savoir que dans l'univers il était vivant, que j'étais vivante, au même endroit de cette terre...
Commenter  J’apprécie          90
leabhar   23 septembre 2022
Multiple splendeur de Han Suyin
La mer et les collines disparaissaient dans l'obscurité totale de la nuit. Mon chauffeur de taxi, omniscient, se guidait d'après les odeurs, car ses phares ne fonctionnaient pas...

Soudain nous fûmes éblouis par l'éclairage au néon, violent, solide, intense...je fus saisie de stupéfaction d'être passée brusquement des perceptions tactiles à une connaissance visuelle...

Dans le noir, je pouvais me donner l'impression d'être un fantôme enveloppé d'un nuage qui se dissolvait et se refermait. Tout autour de moi j'entendais s'agiter une mer d'ébène qui me terrifiait agréablement.
Commenter  J’apprécie          40
leabhar   20 septembre 2022
Multiple splendeur de Han Suyin
Quelqu'un traversa la pièce, se dirigeant vers le fauteuil vide à ma droite. Je levai les yeux. L'homme....Et soudain je pris intensément conscience de la texture du tapis sous ses chaussures. C'était comme si j'étais allongée dessus et que chaque poil en agaçait ma peau....Je sentis plutôt que je ne vis...Quelque chose en moi, eût-on dit, s'était subitement tourné en dormant, avait soupiré. Comme si un doigt humide m'avait caressé le coeur...Inexpliquablement, j'eus la perception immédiate, directe, sans l'intervention des mots, de la texture, de la matière dont sont faites les choses. Pendant un instant....je perdais contact avec ce que nous appelons la réalité: le fauteuil où j'étais assise, la tasse de café que j'avais à la main. Puis l'univers se remit en place brusquement. Je songeai:" Combien bleus sont ses yeux. Pareils à des saphirs."
Commenter  J’apprécie          51
nina2loin   29 janvier 2012
Multiple splendeur de Han Suyin
Son sourire était tranquille, désarmé; il n'avait rien de la grimace cordiale, quelque peu forcée, que certains étrangers se croient obligés d'afficher. C'était ce que nous, les Chinois, appelons " un sourire qui ouvre le cœur ".
Commenter  J’apprécie          200
leabhar   22 septembre 2022
Multiple splendeur de Han Suyin
Ainsi donc, ce fut dans le voisinage ...de la maison de la Sagesse, qu'Ovie et moi nous decouvrîmes mutuellement et naquîmes à la vie. C'est sur cette pierre que les ombres qui m'effraient me quittèrent à jamais...mes terreurs s'enfuyaient pour se dissoudre dans le clair de lune, s'évanouir dans la nuit....nous ne dormions ni ne veillions. Nous vivions.
Commenter  J’apprécie          20
leabhar   18 septembre 2022
Multiple splendeur de Han Suyin
Ecriras-tu un livre sur moi? C'était l'heure après l'amour.

Voilà pourquoi j'écrirai...je raconterai comment nous avons aimé à la manière de tous les amants, et lutté pour ne pas nous laisser détruire par les petits riens de l'existence. Comment ils nous ont détruits et comment nous avons oublié. Exactement comme tout le monde. Car nous sommes, ni plus ni moins que n'importe qui, des amants éphémères, imparfaits, dans un monde d'inconstance sans fin.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaoui   20 octobre 2014
La montagne est jeune de Han Suyin
La vie ne reproduit jamais deux fois la même feuille, la même fourmi, la même pierre, le même visage, et la permanence n’est réalisée que par le changement, tout comme l’éternité n’est que la naissance du nouveau, issu de ce qui vieillit et meurt.
Commenter  J’apprécie          161
leabhar   18 septembre 2022
Multiple splendeur de Han Suyin
Les auteurs européens et américains écrivent avec beaucoup de beauté et de perception sur les Asiates. Moi, j'écris en tant qu'Asiate, avec toutes les émotions accumulées de mon peuple. Ce que je dis va déplaire à ceux qui préfèrent les mythes plus conventionnels rapportés par les écrivains qui parlent de l'Orient. Tout ce que je puis affirmer, c'est que je m'efforce de dire la vérité. La vérité, telle la chirurgie, peut être douloureuse, mais elle guérit.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   20 octobre 2014
La montagne est jeune de Han Suyin
Les mots, les symboles ont une vie continue et prennent des sens différents selon les âges… et puis… ah ! c’est à désespérer, je suis toujours paralysée par les mots que j’emploie. C’est pour moi une perpétuelle inquiétude, un malaise obsédant de relier le symbole à l’objet, le mot à sa signification. Je ne peux absolument pas m’exprimer, et c’est pour moi une véritable angoisse.
Commenter  J’apprécie          130
Han Suyin
vbarentin   02 novembre 2013
Han Suyin
Il n'y a rien de plus fort au monde que la douceur.
Commenter  J’apprécie          150

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Auteurs proches de Han Suyin


Quiz Voir plus

Les soldats du 7ème art

1959. Célèbre film ( anti belliciste ) soviétique, multi primé de Grigori Tchoukhraï, interprété par deux comédiens inspirés ( Mince, on dirait du Sadoul ), Vladimir Ivachov et Janna Prokhorenko.

La Promenade du soldat
La Ballade du soldat
L'Errance du soldat
Le Chemin du soldat

10 questions
19 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur