AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.97 /5 (sur 115 notes)

Nationalité : Autriche
Né(e) à : Klagenfurt , le 25/06/1926
Mort(e) à : Rome , le 17/10/1973
Biographie :

Ingeborg Bachmann est une poétesse, nouvelliste et romancière autrichienne.

Son père, directeur d'école et protestant, adhère en 1932 au NSDAP (parti nazi), alors interdit en Autriche. Après avoir obtenu son bac en 1944, elle suit des études de philosophie, de psychologie et de langue allemande dans les universités de Klagenfurt, Innsbruck, Graz et Vienne. Elle obtient son doctorat de philosophie en 1950 avec une thèse intitulée : "La réception critique de la philosophie existentielle de Martin Heidegger".
Comme beaucoup d'écrivains germanophones de l'immédiat après-guerre, elle commence sa carrière de poétesse à l'intérieur du Groupe 47 (rassemblement d'écrivains et de critiques littéraires vivant en Allemagne de l'Ouest). En 1953, elle reçoit le prix du Groupe 47 pour son premier recueil de poèmes intitulé "Le délai consenti" (Die Gestundete Zeit).

Elle était de la génération de Günter Grass, Martin Walser, Thomas Bernhard,... écrivains avec qui elle fut très liée. C’est ainsi notamment qu’elle entretint une relation profonde avec Paul Celan (1920-1970) de 1947 à 1960.

Elle voyagea beaucoup à Rome, Paris, Londres, Münich et les États-Unis. Elle avait une passion particulière pour l'Italie qui fut pour elle comme une seconde patrie. En 1952, elle s'y installa avec le compositeur allemand Hans Werner Henze pour travailler sur des livrets d'opéra.
Jusqu'en 1957, elle vivra entre Rome et Naples où elle fut correspondante du journal quotidien "Westdeutsche Allgemeine Zeitung". En 1957 et 1958 Ingeborg Bachmann travailla comme auteur dramatique à la télévision de Münich.

De 1958 à 1962, elle partage sa vie avec l'écrivain suisse allemand Max Frisch (1911-1991), rencontré à Francfort. Le couple vit entre Rome et Francfort. Ingeborg Bachmann s'engage contre la guerre du Vietnam.
En 1964, elle reçoit le prestigieux prix Georg-Büchner pour son oeuvre poétique et écrit pour la réception de celui-ci son texte : "Berlin, un lieu de hasards".

Publié en 1971, "Malina" son premier roman sera aussi son dernier ouvrage publié de son vivant.

En octobre 1973 à Rome, Ingeborg Bachmann perd la vie suite à un incendie survenu dans l'hôtel où elle résidait. Gravement brûlée, elle succombe à ses blessures.
Depuis 1977, le prix Ingeborg Bachmann est décerné à Klagenfurt.

+ Voir plus
Source : /www.espritsnomades.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Ingeborg BACHMANN - Reconaissances à la poétesse (France Culture, 2008) L’émission « Surpris par la nuit », par Mathieu Bénézet, diffusée le 14 mars 2008 sur France Culture. Invités : Hélène Cixous, Barbara Agnese et Miguel Couffon.

Podcasts (10) Voir tous


Citations et extraits (117) Voir plus Ajouter une citation
Sachenka   13 novembre 2015
Malina de Ingeborg Bachmann
[...] l'histoire donne des leçons, mais elle n'a pas d'élèves.
Commenter  J’apprécie          450
Ingeborg Bachmann
rabanne   25 avril 2016
Ingeborg Bachmann
Que, sinon ceux d'entre nous qui ont souffert, pourrait témoigner que notre force excède notre malheur, que l'on sait se relever après avoir perdu et que l'on peut vivre sans illusions.
Commenter  J’apprécie          280
Sachenka   16 décembre 2015
La trentième année de Ingeborg Bachmann
"Dans le ménage moral de l'humanité, tenu tantôt economiquement, tantôt avec prodigalité, ce sont toujours piété et anarchie qui mènent la danse en même temps. On trouve là pêle-mêle tabous et démystifications.

Comment se fait-il que quelques systèmes seulement aient prévalu? C'est que nous nous cramponnons fermement à des habitudes par crainte d'une pensée libérée des tables de la loi ou des interdits, par crainte de la liberté. Les hommes n'aiment pas la liberté. Où qu'elle ait surgi, ils se sont brouillés avec elle."
Commenter  J’apprécie          240
Sachenka   10 novembre 2015
Franza de Ingeborg Bachmann
L'eau, plus convoitée que le caviar et que l'or, que les diamants et les terrains, plus précieuse que les salaires et les assurances, que le droit de vote ou que toute une charter de droits. Cela tombait sous la plus ancienne des lois, que l'on ne pouvait enfreindre.
Commenter  J’apprécie          220
Sachenka   16 novembre 2015
Malina de Ingeborg Bachmann
Je vais divulguer un terrible secret : le langage, c'est le châtiment. C'est par lui que toutes choses doivent passer et c'est en lui qu'elles doivent ensuite trépasser selon l'étendue de leur faute.
Commenter  J’apprécie          210
Sachenka   09 novembre 2015
Franza de Ingeborg Bachmann
Depuis qu'elle était descendue chancelante du car, un combat avait commencé en elle, deux adversaires s'attaquaient avec une détermination véhémente, sans se dire davantage que : Moi oui Moi. Moi et le désert. Ou Moi et le reste. Exclusifs et ne tolérant aucune demi-mesure. Moi et Moi commencèrent de s'affronter.
Commenter  J’apprécie          180
Sachenka   06 décembre 2015
La trentième année de Ingeborg Bachmann
L'amour se venge de tout ce qui est supportable sur terre. L'amour était insupportable, n'attendant rien, n'accordant rien. Impossible de le mettre sous cloche, d'en faire la culture, d'y planter des sentiments : il violait toutes les frontières et détruisait toute émotion.
Commenter  J’apprécie          170
Ingeborg Bachmann
de   09 janvier 2016
Ingeborg Bachmann
Derrière le monde il y aura un arbre

aux feuilles de nuages

et à la cime d’azur
Commenter  J’apprécie          180
Pirouette0001   07 mai 2016
Toute personne qui tombe a des ailes de Ingeborg Bachmann
Infidèle est ma bien-aimée,

je sais que parfois planant

sur ses hauts talons, elle s'en va

à la ville, dans les bars embrasse avec la paille

les verres profondément sur la bouche

et trouve les mots pour tous.

Mais c'est une langue que je ne comprends pas.
Commenter  J’apprécie          150
Sachenka   11 novembre 2015
Franza de Ingeborg Bachmann
Le désert arabe est cerné de représentations brisées de Dieu.
Commenter  J’apprécie          150

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Auteurs germanophones - Suite -

Friedrich von Schiller - 1759 1805 - Poète, essayiste et dramaturge de première importance. Ami de Goethe. Auteur des Brigands, Don Carlos, Wallenstein, ses œuvres ont inspiré de grands compositeurs : Verdi, Lalo, Donizetti, Rossini ….

allemand
autrichien
suisse

14 questions
19 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature allemande , littérature autrichienne , littérature suisse , mitteleuropaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..