AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.34 /5 (sur 55 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1920
Mort(e) le : 11/11/2004
Biographie :

Linguiste et historien de formation, Jacques Cellard a d'abord été instituteur et enseignant de français dans les années '60 avant de reprendre des études de lettres et de publier de nombreux ouvrages de linguistique.

Il est l'auteur, entre autres traités de grammaire et de lexicologie, du célèbre Dictionnaire du français non conventionnel (avec Alain Rey), du Subjonctif, des Racines grecques du vocabulaire français, d'une Anthologie de la littérature argotique, des Dictons de la pluie et du beau temps et des Trésors des noms de famille.

Une sélection de ses chroniques tenues pendant une quinzaine d'années au journal Le Monde a également été publiée sous le titre La vie du langage.

Spécialiste de littérature érotique et d'histoire du XVIIIème, on lui doit aussi Un génie dévergondé, Nicolas-Edmé Rétif (Grand prix de l'Académie française en 2000) et de plusieurs romans licencieux tels Les petites marchandes de plaisir, Mi sainte mi touche ou Emma, Oh Emma.
+ Voir plus
Source : http://www.fabula.org
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Jacques Cellard lit "Souvenirs d'une gamine effrontée" (éditions Balland) est le n°26 de la série cinématographique "Lire". Réalisé le 28 août 1988 à Braine (France).

Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
Gwen21   26 février 2015
Journal plutôt inconvenant d'une toute jeune fille de Jacques Cellard
{1888}

Quand j'y songe, ce n'est pas d'être moins fortes ou moins intelligentes, même si nous le sommes vraiment, qui nous met si bas en dessous des hommes, non ! Ce sont ces jours d'humiliation secrète, durant lesquels parfois je voudrais mourir pour ne plus sentir ce sang s'écouler de moi. On dira que j'en fais tout une affaire alors qu'il ne s'agit que d'un mauvais moment à passer. Mais C'EST toute une affaire, ce moment qui revient quoi que l'on fasse, comme pour nous rappeler à la bassesse de notre condition. Et ce n'est même pas la punition d'un péché - de quel péché, au reste ? - puisque cela atteint les vierges les plus sages comme les plus dévergondées des créatures [...].
Commenter  J’apprécie          180
Luniver   31 mai 2013
Les petites marchandes de plaisir de Jacques Cellard
Tous les mois, c'est l'usage, chacune de nous fait son compte avec madame. Comme monsieur se plaît à le répéter, les Odalisques sont une grande famille où personne n'a rien à cacher à personne, de sorte que l'heure des comptes me rappelle les jours de confession de mon enfance avec l'abbé Ballandin, le vicaire de la Trinité. Qu'il s'agisse de nos péchés de gamines ou de nos passes de femmes de maison, c'est toujours la même question : « Combien de fois, mon enfant ? »
Commenter  J’apprécie          170
Gwen21   27 février 2015
Journal plutôt inconvenant d'une toute jeune fille de Jacques Cellard
- Et... tu comptes te faire enculer souvent par ton pastouriau* ?

- Me faire... quoi ?

- Enculer, ma chérie. Que veux-tu ! Il faut appeler les choses par leur nom. Celui-ci est le plus simple, et le plus tendre à mon goût. Tu ne voudrais tout de même pas que je dise "sodomiser" ? C'est un mot de médecin ou de prêtre !



* berger (provençal)
Commenter  J’apprécie          171
Luniver   26 septembre 2013
Souvenirs d'une gamine effrontée de Jacques Cellard
— Mais, Lucienne, comment veux-tu ? On va faire basculer la table et tout ce qu’il y a dessus !

— Penses-tu ! Elle en a vu d’autres, si ça se trouve, depuis le temps qu’elle sert ! Allons, mon Léon, sors ta… ta… ta chose, que je sache si tu m’aimes toujours !

Il m’aimait un peu, parce qu’elle était à l’étroit. Une fois délivrée, et avec une caresse, il m’aimait beaucoup. Je lui ai dit de s’approcher pour voir si nous étions à la bonne hauteur, et du coup il m’aimait passionnément.
Commenter  J’apprécie          130
Luniver   05 août 2013
Journal plutôt inconvenant d'une toute jeune fille de Jacques Cellard
Je voudrais pouvoir réunir ces messieurs, les cinq ou six qui prétendent officiellement à ma menotte, et leur dire :

— Messieurs, un seul de vous sera mon époux, et c'est moi qui le choisirai. Cela ne se jouera pas à votre fortune, j'en ai pour deux ; ni à vos quartiers, j'en ai pour trois ; ni à votre charme, j'en ai pour quatre. Non, messieurs cela se jouera à la seule chose que vous ayez et que je n'aie pas... Présentez... armes !
Commenter  J’apprécie          134
Luniver   05 août 2013
Journal plutôt inconvenant d'une toute jeune fille de Jacques Cellard
Bien plus que le plaisir physique, c'est cela que m'auront enseigné ces vacances : cette conspiration du silence et du secret à laquelle participent tant d'hommes et tant de femmes pour couvrir leurs plaisirs, et les couvrir d'autant mieux que ces plaisirs sont plus répréhensibles. Le monde pardonne tout ce qu'il ignore !
Commenter  J’apprécie          120
Luniver   01 juin 2013
Les petites marchandes de plaisir de Jacques Cellard
C'est un vrai Chérubin, mon client. Il grignote sou par sou depuis six semaines sur sa vaisselle de poche du trimestre pour aller, enfin, « voir les femmes », et maintenant qu'il les a vues, il donnerait tout ce qu'il n'a plus pour prendre la poudre d'escampette.
Commenter  J’apprécie          110
Luniver   03 juin 2013
Les petites marchandes de plaisir de Jacques Cellard
Enfin, Lucienne, peux-tu m'expliquer pourquoi les hommes bien élevés se donnent tant de mal pour enjôler une femme qui ne sait pas dire non et qui ne supporterait pas qu'on lui dise non ? Ils sont aveugles ou stupides ?



Elle a raison, Irma. Si nous baissons les yeux, elle ou moi, quand un beau garçon nous sollicite, ce n'est pas par pudeur, comme le croient souvent les jeunes gens, c'est pour soupeser discrètement ce qu'ils ont dans la braguette tandis qu'ils nous débitent des fadaises. Ce sont de ces vérités qu'on ne peut pas écrire dans un roman honnête, et dont M. Zola n'a pas la moindre idée, bien qu'elles soient vieilles comme le monde.
Commenter  J’apprécie          90
Luniver   27 septembre 2013
Souvenirs d'une gamine effrontée de Jacques Cellard
Le fait est qu’il n’était pas du tout intéressé par mes fesses. J’avais beau les faire valoir en les remuant voluptueusement sous son nez, il ne leur imaginait sans doute pas d’autre utilisation qu’à celles d’une bonne sœur : s’asseoir dessus.
Commenter  J’apprécie          90
Jmlyr   09 août 2017
De bouche a oreille de Jacques Cellard
ÊTRE DANS SES PETITS SOULIERS



Être secrètement gêné, mal à l’aise, dans une situation inconfortable parce que l’on cache un secret ou une faute.

L’idée est celle du danseur qui fait bonne figure, mais que ses souliers trop petits font horriblement souffrir.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le p'tit bal ....

C'est mon dernier bal ... "J'ai dit à mes copains Y'a un baloche à Sarcelles On va y faire un saut Y aura p't'être des morues Et puis ça fait un bail Qu'on s'est plus bastonné Avec de la flicaille Ou des garçons bouchers C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l'journal Y'aura mon portrait" Indice : Lola

La compagnie créole
Bernard Lavilliers
Renaud
Michel Sardou

16 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , fêtes , françaisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..