AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.53 /5 (sur 667 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Créhange (Moselle) , 1970
Biographie :

Après son bac littéraire (A2) en 1988 au lycée J.V. Poncelet de Saint Avold (57), Joël Egloff suit des études d'histoire à Strasbourg puis s'inscrit dans une école de cinéma, l'ESEC (Ecole Superieure Libre d'Etudes Cinematographique) à Paris.

Il écrit des scénarii et travaille notamment en tant qu’assistant-réalisateur. Il se consacre à présent à l’écriture.

Il est l'auteur de cinq romans, dont L'Étourdissement qui a obtenu le Prix du Livre Inter 2005.

L'Homme que l'on prenait pour un autre (Buchet-Chastel, 2008) allie étrange poésie et humour noir.

En 2012, il publie son sixième roman "Libellules" chez Buchet-Chastel.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Vidéo de Joël Egloff
Podcasts (2) Voir tous

Citations et extraits (125) Voir plus Ajouter une citation
genou   08 février 2017
Les Ensoleillés de Joël Egloff
Un grand barman, c'est celui qui est en harmonie avec le buveur. C'est un félin, rapide, souple, discret. Quelqu'un qui vous ressert sans faire de bruit, comme si jamais vous ne lui aviez demandé.
Commenter  J’apprécie          550
tesdichiti   08 octobre 2015
L'étourdissement de Joël Egloff
Chez nous, chaque année, on me disait que le Père Noel ferait pas sa tournée parce qu’il était gravement malade et qu’il passerait peut être même pas l’hiver. Jusqu’au jour ou, pour avoir définitivement la paix, ils m’ont annoncé qu’il était mort et que personne reprendrait l’affaire. Et c’était réglé. P 129
Commenter  J’apprécie          310
genou   13 septembre 2015
"Edmond Ganglion & fils" de Joël Egloff
Il y a deux personnes absolument indispensables en ce bas mode [...]. La sage-femme et le fossoyeur. L'une accueille, l'autre raccompagne. Entre les deux, les gens se débrouillent. (p21)
Commenter  J’apprécie          290
Gens   30 août 2014
L'étourdissement de Joël Egloff
Le jour où je m'en irai, ça me fera quand même quelque chose, je le sais bien. J'aurai les yeux mouillés, c'est sûr. Après tout, c'est ici que j'ai mes racines. j'ai pompé tous les métaux lourds, j'ai du mercure plein les veines, du plomb dans la cervelle. Je brille dans le noir, je pisse bleu, j'ai les poumons remplis comme des sacs d'aspirateur, et pourtant, je le sais bien que le jour où je m'en irai, je verserai une larme, c'est certain.....
Commenter  J’apprécie          170
myriampele   08 août 2014
L'étourdissement de Joël Egloff
On peut pas vraiment dire que c'était coquet chez lui, qu'il était bien installé. Y avait qu'un vieux tabouret sur lequel il passait le plus clair de son temps et une petite table de camping qui lui servait à poser son coude, la journée, ou sa tête à la nuit tombée.
Commenter  J’apprécie          150
mandarine43   27 février 2013
L'étourdissement de Joël Egloff
- Et tu sais que le cerveau a été touché, il ajoute, je te l'ai déjà dit. Ils ont fait ce qu'ils ont pu, mais ils ont quand même été obligés de m'en retirer la moitié. Je sais pas si tu vois... On s'imagine pas à quel point c'est important comme organe. C'est seulement quand il t'en manque un morceau que tu t'en rends compte.
Commenter  J’apprécie          140
Lutvic   01 mai 2019
L'étourdissement de Joël Egloff
– Nom de Dieu, je l'ai vraiment pas vue passer, cette année, je lui dis.

– Moi c'est pareil, il me répond.

– L'année d'avant, non plus, je l'avais pas vue passer.

– Moi non plus

– Comme toutes les précédentes, d'ailleurs. J'ai rien vu passer du tout, finalement, à part les bêtes qu'on saigne (Éditions France Loisirs 2006 : pp. 177-8).
Commenter  J’apprécie          131
sevm57   10 novembre 2017
"Edmond Ganglion & fils" de Joël Egloff
-Ce n'est pas du chêne ? Je croyais qu'ils avaient choisi du chêne ?

-Ils ont payé du chêne, mais ils ont eu du sapin. C'est l'intention qui compte, non ?
Commenter  J’apprécie          130
ilaluna   17 janvier 2008
L'étourdissement de Joël Egloff
Quand le vent vient de l'ouest, ça sent plutôt l'oeuf pourri. Quand c'est de l'est qu'il souffle, il y a comme une odeur de soufre qui nous prend à la gorge. Quand il vient du nord, ce sont des fumées noires qui nous arrivent droit dessus. Et quand c'est le vent du sud qui se lève, qu'on n'a pas souvent heureusement, ça sent vraiment la merde, y a pas d'autre mot.
Commenter  J’apprécie          120
kuroineko   11 mai 2017
Libellules de Joël Egloff
"Qu'est-ce que ça veut dire: voir la vie en rose?" m'a-t-il demandé en déboulant dans la pièce où je me trouvais.

J'avais à peine commencé à le lui expliquer qu'il m'a interrompu pour me dire que Dark Vador ne voyait pas la vie en rose, lui. "Parce qu'il est du côté obscur", a-t-il ajouté.
Commenter  J’apprécie          120
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



.. ..