AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.83 /5 (sur 2681 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 03/05/1972
Biographie :

Karine Tuil est une romancière française.

Diplômée d'un DEA de droit de la communication/Sciences de l'information de l'Université Paris II-Assas, elle exerce la profession de juriste et prépare une thèse de doctorat (qu'elle ne soutient pas) en écrivant parallèlement des romans.

En 2003, Karine Tuil rejoint les Éditions Grasset où elle publie son 4ème roman "Tout sur mon frère" qui explore les effets pervers de l'autofiction (nommé pour les Prix des libraires et finaliste du prix France Télévision). En 2005, elle renoue avec la veine tragi-comique en publiant "Quand j'étais drôle" qui raconte les déboires d'un comique français à New-York. En 2007, Karine Tuil quitte le burlesque pour la gravité en signant "Douce France", un roman qui dévoile le fonctionnement des centres de rétention administrative.

En 2008, sort son septième roman, "La domination", pour lequel elle reçoit la Bourse Stendhal du ministère des Affaires étrangères. Il évoque les jeux de pouvoir dans le milieu de l'édition à travers les prismes de l'identité. Il a fait partie des premières sélections du prix Goncourt, prix Goncourt des lycéens et du prix de Flore.

En 2010, son roman "Six mois, six jours" fait partie de la première et deuxième sélection du prix Goncourt 2010, de la première sélection du prix Interallié et du prix Goncourt des lycéens. Il a obtenu en 2011, le prix du Roman-News.

Son neuvième roman intitulé "L'Invention de nos vies" paraît en septembre 2013 à l'occasion de la rentrée littéraire aux éditions Grasset. Il figure dans plusieurs sélections de prix littéraires parmi lesquels le prix Fémina, l'Interallié, le prix Goncourt, Goncourt des lycéens, le prix des libraires.
Finaliste du prix Goncourt, il obtient le Prix littéraires Les Lauriers Verts-Roman 2013. "L'invention de nos vies" est traduit dans plusieurs pays parmi lesquels la Grande-Bretagne, les États-Unis, le Canada, l'Italie, la Chine, la Grèce, les Pays-Bas, l'Allemagne.

En avril 2014, Karine Tuil a reçu les insignes de chevalier de l'ordre des arts et des lettres.

En août 2016, à l'occasion de la rentrée littéraire, paraît en librairie "L'insouciance" aux éditions Gallimard. En octobre de la même année, elle a obtenu le prix Landerneau des lecteurs.

Le 13 novembre 2019, son roman "Les choses humaines" reçoit le Prix Interallié. Le lendemain, le roman reçoit le Prix Goncourt des lycéens

son site : http://www.karinetuil.com/
+ Voir plus
Source : www.karinetuil.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Rencontre avec Karin Tuil qui nous parle de son livre : "Les choses humaines" paru aux éditions Gallimard.

Podcasts (9) Voir tous


Citations et extraits (764) Voir plus Ajouter une citation
Ladybirdy   13 septembre 2019
Les choses humaines de Karine Tuil
Il sortit de sa poche un pilulier, l’ouvrit et prit un anxiolytique qu’il fit fondre sous sa langue. En quelques minutes, l’angoisse se dissipa : désormais, le bonheur ne s’obtenait plus que sur ordonnance.
Commenter  J’apprécie          525
Harioutz   18 décembre 2019
Les choses humaines de Karine Tuil
D'abord, nommer les faits . Dès qu'il y a pénétration, il y a viol.

Après,bien sûr, il y a une échelle des peines : un doigt, c'est trois ans ; une pénétration sexuelle, six, ça peut aller jusqu'à quinze, mais c'est rare.

Si le suspect n'a pas d'antécédents judiciaires, des garanties morales, s'il a un bon niveau social et joue profil bas, ça peut descendre à deux, avec sursis.

S'il est noir, maghrébin, étranger, sans papier, il prend plus.

Puis vient la question du consentement. Faut placer le curseur. Ça devient rapidement social, un viol.

Je vous choque ? Moi je le dis toujours à mes clientes : la partie adverse va traquer chaque détail de votre vie. Vous avez bu ? Vous avez dîné, dansé avec votre agresseur ? Vous l'avez rencontré sur Internet ?

Ils finiront par conclure : elle l'a bien cherché. 



Maître X. avocat
Commenter  J’apprécie          497
carre   19 août 2013
Quand j'étais drôle de Karine Tuil
« Le rire comme l’amour sont deux phénomènes irrationnels et fugitifs. »
Commenter  J’apprécie          510
Ladybirdy   14 septembre 2019
Les choses humaines de Karine Tuil
C’était ça, le véritable amour : être présent à l’heure du déclin quand on avait tout connu et tout aimé d’un être. 
Commenter  J’apprécie          464
Harioutz   16 décembre 2019
Les choses humaines de Karine Tuil
Une lumière jaunâtre irradiait la Seine, teintant vaguement un ciel de traîne : tout semblait incertain, mouvant depuis que Claire , à son réveil, avait allumé son téléphone.

Son fils lui avait annoncé qu'il avançait son départ et elle n'avait pas trouvé le courage de le rappeler pour l'en dissuader.

Professionnellement, elle traversait une zone de turbulences et, dans ces moments de conflits, elle devait mobiliser toutes ses forces morales, intellectuelles, elle ne savait plus alors être une femme et une mère.

Elle était si jeune quand elle avait eu son fils ; elle avait traversé des phases de doute et d'abattement. Elle se revoyait, au lendemain de l'accouchement, serrant le petit être dans ses bras et se répétant avec effroi qu'elle était à présent responsable de lui à vie.

Elle s'était sentie impuissante et veule, comme l'avait été sa mère à sa propre naissance, pleurant en cachette par crainte du jugement social.

Il y avait bien cet attachement très fort, cet amour fou, ce désir constant de protéger son enfant mais ce n'est qu'avec le temps qu'elle avait réussi à se départir – partiellement – de ses angoisses.

Depuis la naissance d'Alexandre, elle se sentait ponctuellement dépassée par l'ampleur des exigences qu'impliquait la maternité, et notamment la plus difficile à satisfaire pour une femme qui avait placé très haut sa liberté : la disponibilité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Piatka   13 octobre 2016
L'insouciance de Karine Tuil
La plupart des gens pensent, à tort, que le corps est le seul support de l'autonomie. Mais la liberté, c'est aussi dans la tête.
Commenter  J’apprécie          433
carre   29 août 2012
Douce France de Karine Tuil
Il y a un moment, dans toute histoire d'amour, ou l'on sent confusément que nos résistances tombent. J'avais lutté, réfréné mes pulsions et je lachait prise.
Commenter  J’apprécie          400
Piatka   02 octobre 2016
L'insouciance de Karine Tuil
- Raconte-moi comment tu travailles.

- Je tourne autour du texte...J'avance à tâtons comme si je cherchais à prendre possession d'un territoire, je ne connais pas encore la zone, je progresse dans le noir...

- Qu'est-ce qui t'a amenée à l'écriture ? Est-ce que tu te demandes pourquoi tu écris ?

- J'écris parce que la vie est incompréhensible.
Commenter  J’apprécie          390
Jmlyr   08 décembre 2019
Les choses humaines de Karine Tuil
"Non, un viol, ce n'est pas vingt minutes d'action, mais une vie détruite - celle de la victime ".
Commenter  J’apprécie          375
Harioutz   13 décembre 2019
Les choses humaines de Karine Tuil
Le drame du mariage ce n'est pas qu'il n'assure pas à la femme le bonheur qu'il promet – il n'y a pas d'assurance sur le bonheur – c'est qu'il la mutile – il la voue à la répétition et à la routine.
Commenter  J’apprécie          362

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Enigme [5] (actualité brûlante)

En 1985, les éditions Bernard Barrault publiaient "37,2° le matin" de Philippe Djian. L'auteur y dénonçait avec clairvoyance (et 35 ans d'avance !) les méfaits du réchauffement climatique.

c'est vrai
c'est faux
et vous trouvez ça drôle ?
Depuis, Djian est mon auteur de SF préféré !

1 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , humourCréer un quiz sur cet auteur

.. ..