AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246709911
Éditeur : Grasset (03/01/2007)

Note moyenne : 3.19/5 (sur 39 notes)
Résumé :
"Du plus loin que je me souvienne, je me suis toujours sentie en situation irrégulière. Il me semblait qu’à tout moment quelqu’un pouvait surgir chez moi en hurlant : Police ! Contrôle d’identité ! Et me contraindre à le suivre. C’était absurde, personne n’avait songé à me mettre à la porte, mon casier judiciaire était vierge et je n’envisageais aucune action terroriste".

La narratrice, un écrivain français de trente ans, est arrêtée par erreur avec d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
carre
  18 avril 2012
Une jeune écrivain est controlée et arrêtée par erreur avec des immigrés.Choquée mais aussi intriguée, elle cache son identité et se retrouve dans un centre de rétention, avec ces compagnons d'infortunes. Française juive d'Afrique du Nord, cette douloureuse expérience pose la question de son identité et de son appartenance à un pays, d'autant qu'elle s'amourache d'un réfugié manipulateur et séduisant. En s'appuyant sur la célèbre chanson de Trénet, Karine Tuil écrit sur un sujet d'actualité au combien sensible. Ayant pu pénétrer dans un centre de rétention, Tuil appuie ou ça fait mal, montrant comment l'exilé qui espère une reconnaissance administrative, n'est plus rien sans l'attente de la décision d'un juge. L'écriture est cinglante, colérique, entre l'espoir d'hommes et de femmes en attente d'un quelconque Eldorado et d'un pays incapable de faire face à cerre migration qui fuit la misère. Roman court, percutant qui pose de vraies questions, sur l'identité, l'exil, la reconnaissance, le droit de vivre dans la dignité. Vaste sujet oh combien difficle et douloureux.
Bravo à Karine Tuil pour ce récit prenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Sallyrose
  03 avril 2018

La narratrice, de nationalité française, se laisse prendre par la police en même temps que des clandestins. Elle se fait passer pour une Roumaine et découvre le monde des centres de rétention administrative.
Un bloc pour les hommes, un pour les femmes, un distributeur de cigarettes en panne, des repas insipides, une multitude de nationalités et donc de langues qui recréé des communautés alors que tous font partie de ceux qui sont « sans papier », expulsables sans autre forme de procès que le passage devant un juge qui ne fait que rappeler l'illégalité de la situation.
Ce récit est celui de son expérience de fausse « sans papier » qui la conduira jusqu'en Roumanie.
L'origine de son indignation, outre les conditions de rétention et l'apparente absence de cause à cette rétention, est exacerbée par l'histoire de ses parents. de confession juive, ils sont arrivés en France après les « évènements » et elle doit sa nationalité française à leur renoncement.
Ce récit est celui d'un phénomène de société qui a soulevé bien des débats.
L'intérêt du point de vue de la narratrice est d'esquiver le débat démagogique et de faire un parallèle entre 2 périodes de l'Histoire de la France. Elle met la situation en perspective de son histoire personnelle et rend le récit source de réflexion plus que de parti pris.
Intéressant
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Apoapo
  06 février 2016
La question est la suivante: quel est le court-circuit profond qui pousse la jeune Française et Parisienne Claire Funaro à se laisser arrêter et conduire dans un centre de rétention administrative pour clandestins sans-papiers, en usurpant l'identité d'une Roumaine, jusqu'à son expulsion à Bucarest (et chanceux retour) ? La curiosité et la mission documentaire de l'écrivain ? l'identification identitaire archaïque avec ses parents Juifs d'Afrique du Nord, immigrés en France dans les années 60 ? une quête de l'atavisme juif plus fondamental, de l'exil ? une passion soudaine pour le ténébreux Yuri, plus imposteur qu'elle ?
La question est posée d'emblée, et c'est à mon sens prématuré. C'est cependant le principal défaut que je trouve au roman.
En revanche, le ton me semble toujours posé et juste, mature même, sans excès ni invraisemblances. Un style simple et poignant le caractérise, qui se laisse aller, surtout vers la fin, à des novations formelles très intéressantes dans les moments de faîte émotionnel, notamment après la rencontre avec le père (ce qui me semble d'autant moins anodin que je viens de lire et d'écouter plusieurs textes sur le roman successif de KT, La Domination, au sujet duquel elle se défend toujours de l'auto-fiction - je ne vais pas forcer le psychologisme d'auteur, mais quand même...). La conclusion est plutôt abrupte, seul moment où la narratrice ne s'interroge pas sur son ressenti, mais elle a le mérite de re-dynamiser justement la question initiale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Seraphita
  20 septembre 2016
Suite à un quiproquo, une jeune femme se laisse arrêter puis enfermer avec des immigrés clandestins. Elle va alors connaître, de l'intérieur, l'exil, le déracinement et l'exclusion dans un centre de rétention parisien.
« Douce France » est un roman de Karine Tuil écrit en 2007. Pour bâtir cette fiction résolument contemporaine, l'auteur s'est documentée et a pu visiter l'un des 21 centres de rétention, celui du Mesnil-Amelot, le seul, dit-elle à la fin du roman, qu'elle a été autorisée à visiter.
Malgré une écriture brillante, maîtrisée et percutante, j'ai eu du mal à entrer dans cette fiction bien peu crédible. A travers cette méprise, la narratrice voit là l'occasion de mettre au travail la question de sa propre appartenance à la France, de sa place dans le monde et de son sentiment d'étrangeté.
Elle se défend de tout voyeurisme et pourtant, on a bien du mal à adhérer. Que risque-t-elle, contrairement aux immigrés qui suspendent leur existence à la décision d'un juge ? Les sentiments qui l'animent paraissent bien dérisoires au regard des tragédies singulières qu'elle dépeint.
Finalement, la narratrice semble là aussi une étrangère, au milieu de ces déracinés, en exil dans son propre pays, questionnant ce qui l'enracine dans un territoire, d'une place incongrue et dérangeante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nathlie93100
  29 janvier 2017
J'avais beaucoup entendu parlé de l'auteure à la rentrée littéraire de septembre et j'ai eu très envie de découvrir ses écrits. C'est chose faite avec Douce France, un livre qui fait beaucoup réfléchir sur certaines choses.
On suit l'histoire d'une jeune femme qui se fait arrêté par erreur avec plusieurs immigrés et qui décide de jouer le jeu en se faisant passer pour une roumaine. Elle se retrouve alors dans un centre de rétention, dans l'attente d'un jugement sur sa légitimité à rester en France.
La jeune femme se laisse porter par les événements, à la fois choquée et fascinée par ce qui lui arrive : elle va vivre ce que vivent au quotidien des milliers d'immigrés en France et la manière dont ils sont traités dans ces centres.
Elle fera aussi la rencontre de Yuri, un immigré Biélorusse, pour qui elle éprouvera une forte attirance (à sens unique) qui n'a pas lieu d'être.
Au niveau du style d'écriture, les phrases sont très longues et bien rythmées. le texte ce lit vraiment très vite, alors qu'on pourrait s'attendre au contraire, surtout quand on voit la richesse et la maîtrise de la langue par l'auteure.
Ce roman nous plonge dans les conditions déplorables des centres de rétention. Mais, il nous montre aussi un monde emplit de mensonges, de manipulations et d'usurpation.
Karine Tuil propose une véritable réflexion sur la société actuelle et critique de la manière dont les immigrés sont traités en France. Il y a aussi tout un questionnement sur l'identité et la légitimité ou non à vivre dans tel ou tel autre pays.
En effet, l'héroïne du roman est prise entre ses origines juives et sa légitimité à vivre en France, même si elle est française. La question de l'antisémitisme est très présente, notamment au travers de la peur des origines inculquée par les parents de l'héroïne à celle-ci depuis des années. Soit la peur d'un retour au pays après s'être si bien intégrés à la société française.
J'ai été ravie de pouvoir découvrir l'auteure avec ce roman qui traite d'un sujet malheureusement toujours d'actualité. Douce France est un roman très court à lire absolument ! Il fait réfléchir sur le sujet de l'immigration mais surtout sue la manière dont les immigrés sont traités par la justice en France.
Lien : http://reveuseeveillee.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
carrecarre   29 août 2012
Il y a un moment, dans toute histoire d'amour, ou l'on sent confusément que nos résistances tombent. J'avais lutté, réfréné mes pulsions et je lachait prise.
Commenter  J’apprécie          350
carrecarre   18 avril 2012
Quelle sorte de monstres à visage humain étions-nous devenus pour les chasser par la force, par le jeu inique des lois, par la tentation corruptrice de nos peurs, eux que nous abandonnions à la déshérence comme des terres infécondes, et qu’avaient-ils à nous prendre que nous ne pouvions leur offrir ? La liberté, nous l’avions dévoyée.
Commenter  J’apprécie          100
carrecarre   19 juillet 2012
Pourquoi cherchons nous à être aimés quand il suffirait qu'on nous tolère ?
Commenter  J’apprécie          330
sylviesylvie   10 décembre 2007
Quelle sorte de monstres à visage humain étions-nous devenus pour les chasser par la force, par le jeu inique des lois, par la tentation corruptrice de nos peurs, eux que nous abandonnions à la déshérence comme des terres infécondes, et qu'avaient-ils à nous prendre que nous ne pouvions leur offrir ? La liberté, nous l'avions dévoyée"

Commenter  J’apprécie          30
carrecarre   18 avril 2012
Dans une démocratie, tu peux te moquer des vivants, pas des morts. Dans une dictature, c’est l’inverse.
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Karine Tuil (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Karine Tuil
1/ le dictionnaire de référence pour tous L?intégralité du Petit Robert dans sa toute dernière édition : ? 300 000 mots et sens, 150 000 synonymes et contraires, 75 000 étymologies, 35 000 citations littéraires ? Tous les mots nouveaux : accorderie, antisystème, bredele, chatbot, chia, dégagisme, écomatériau, gomasio, grossophobie, invibiliser, néonicotinoïde, pavlova, rageux, teriyaki? ? Les sens nouveaux : faits alternatifs, véhicule autonome, cabinet noir, charge mentale, agent conversationnel, travailleur détaché, sans filtre (fig.), cuisine fusion, écriture inclusive, marcheur (pol.), perché (fam.), préfet (Québec), revenant, revenu universel, fiché S, hors sol (fig.), avion solaire, taguer qqn? ? de nouvelles citations intègrent le Petit Robert, signées Catherine Cusset, Jean-Baptiste del Amo, Virginie Despentes, Mathias Enard, Gaël Faye, Ivan Jablonka, Philippe Jaenada, Simon Liberati, Édouard Louis, Céline Minard, Joy Sorman, Jean-Philippe Toussaint, Karine Tuil?
Des compléments éditoriaux inédits : ? Les tableaux de conjugaison de tous les verbes ? 620 encadrés sur les familles étymologiques de mots ? La prononciation de 16 000 mots difficiles ainsi que 300 citations enregistrées ? Les index des 15 000 mots composés et 14 000 locutions du Petit Robert ? Un dictionnaire des auteurs intégré (biographies)
2/ Des fonctionnalités performantes Trouver un mot ou une expression est simple : ? Plus besoin de connaître l?orthographe d?un mot pour le retrouver : l?autocomplétion corrective indique les mots les plus pertinents dès la saisie des premières lettres, même en cas de mot mal orthographié ou d?homonyme ? La recherche étendue (en utilisant le bouton « Rechercher ») permet de trouver un mot ou une expression dans tous les index du dictionnaire (entrées, formes fléchies, expressions, locutions et proverbes?) ? Un puissant moteur de recherches multicritères permet d?effectuer des jeux de lettres, des rimes, des recherches de citations? ? le raccourci clavier "Ctrl + f" (PC) ou "cmd + f" (Mac) pour rechercher une séquence de mots dans l'article
Une navigation optimisée par un hypertexte total ? L?hypertexte total permet d?explorer le formidable réseau analogique du dictionnaire (tous les mots sont cliquables)
Une interface intuitive et conviviale ? Un confort de lecture maximal grâce à une interface et une mise en page écran optimisées
Les fonctionnalités et outils bureautiques indispensables du Petit Robert : ? La suggestion à l?équipe éditoriale de nouveaux mots, sens, citations, auteurs? ? La possibilité de mémoriser une liste de mots consultable et modifiable à tout moment en un seul clic ? le réglage des préférences utilisateur : choix de la taille des caractères, gestion du lexique personnel ? Un historique de navigation
Une aide en ligne détaillée et illustrée, incluant toutes les préfaces et annexes du Petit Robert
Retrouvez-le sur : https://www.lerobert.com/dictionnaires/francais/langue/dictionnaire-le-petit-robert-de-la-langue-francaise-abonnement-en-ligne-9782849026021.html
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2064 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre