AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.33 /5 (sur 89 notes)

Né(e) le : 25 juillet 1921
Mort(e) le : 19 sept. 1965
Biographie :

Lionel Terray est un alpiniste français né le 25 juillet 1921 et mort le 19 septembre 1965. Il est connu pour ses nombreuses premières et ses expéditions parmi lesquelles la conquête du premier sommet de plus de 8000 mètres : l'Annapurna.
Il laisse un ouvrage au titre évocateur : « Les Conquérants de l'inutile »
Ses débuts en montagne sont très précoces (à trois ans et demi, il chausse les skis pour la première fois). Il passera toute son enfance et son adolescence à braver les interdits parentaux et ceux du collège pour aller grimper en montagne.
Dans les années 1940, il s'installe comme paysan dans la vallée de Chamonix.Il se marie en 1942 avec Marianne (une institutrice de Saint-Gervais-les-Bains), et complète l'hiver les revenus de la ferme avec les gains des saisons de ski.

En 1941, il rentre à Jeunesse et Montagne, formation militaire dans laquelle il rencontre Gaston Rébuffat.
Il participe à la guerre avec le fameux Bataillon Stéphane à ski sur le front de Maurienne.
En 1945, l'alpinisme devient toute sa vie. Il est instructeur à l'École de Haute Montagne puis, l'hiver, moniteur de ski et, par la suite, guide, un choix profondément réfléchi afin de garder son indépendance et de ne point être sous le diktat de chefs... enfin libre !
À cette époque, Lionel réalise ses premières courses avec Louis Lachenal, c'est le début de grandes épopées sur les plus grandes faces des Alpes et notamment les faces nord des Grandes Jorasses et de l'Eiger.
En 1946, Lionel Terray devient instructeur de ski à l'ENSA. Puis, il quitte la France pour le Québec, prenant alors la casquette d'entraîneur de l'équipe nationale de ski.
Il revient en France en 1949 et s'installe finalement comme guide indépendant.
En 1950, il participe à la célèbre expédition française à l'Annapurna, aux côtés de Maurice Herzog, Louis Lachenal, Gaston Rébuffat, Marcel Ichac (cinéaste), Jean Couzy, Marcel Schatz, Jacques Oudot (médecin), Francis de Noyelle (diplomate), Adjiba (Sherpa).
Le 19 septembre 1965, avec son ami Marc Martinetti, Lionel Terray fait une chute mortelle à la fissure en Arc de Cercle, aux Arêtes du Gerbier, dans le Vercors. Sa tombe se trouve à Chamonix.




+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Lionel Terray   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Prendre de la hauteur, c'est ce que nous allons tenter de faire dans ce nouvel épisode du podcast de Dialogues. Notre guide du jour s'appelle Arthur Lochmann. Après "La Vie Solide", son premier livre paru en 2019, il publie "Toucher le vertige". Au cours de notre échange, il sera donc question de cette sensation à la fois enivrante et attirante qu'est le vertige. Vertige comme peur du vide, bien sûr, mais aussi le vertige de l'homme confronté à la fragilité de son existence. Nous laisserons ensuite Arthur Lochmann pour marcher dans les pas de notre libraire Marion. Elle a préparé pour vous une pertinente sélection de livres autour de cette question du vertige. Et nous terminons par notre invité brestois : Serge Hardy. Un féru de (très) hauts sommets, qui nous proposera de le suivre dans sa cordée. Retrouvez les titres évoqués ci-dessous : - Toucher le vertige, d'Arthur Lochmann (éd. Flammarion) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18980776-toucher-le-vertige-arthur-lochmann-flammarion - L'Art de la joie, de Goliarda Sapienza (éd. le Tripode) https://www.librairiedialogues.fr/livre/9964608-l-art-de-la-joie-goliarda-sapienza-le-tripode - La Vie Solide, d'Arthur Lochmann (éd. Payot) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18209149-la-vie-solide-la-charpente-comme-ethique-du-faire-arthur-lochmann-payot - Éloge du carburateur, de Matthew B. Crawford (éd. La Découverte) https://www.librairiedialogues.fr/livre/9137188-eloge-du-carburateur-matthew-b-crawford-la-decouverte - La Saveur du monde, de David le Breton (éd. Métailié) https://www.librairiedialogues.fr/livre/8878714-la-saveur-du-monde-david-le-breton-anne-marie-metailie - Marcher avec les dragons, de Tim Inglod (éd. Points) https://www.librairiedialogues.fr/livre/13496910-marcher-avec-les-dragons-tim-ingold-points - Ailefroide, de Jean-Marc Rochette (éd. Casterman) https://www.librairiedialogues.fr/livre/13095265-ailefroide-altitude-3954-altitude-3954-jean-marc-rochette-casterman - Les Conquérants de l'inutile, de Lionel Terray (éd. Guérin) https://www.librairiedialogues.fr/livre/11106547-les-conquerants-de-l-inutile-lionel-terray-guerin

+ Lire la suite

Citations et extraits (9) Ajouter une citation

Donner à un homme la joie d'escalader une cime que, sans nous, il ne pourrait atteindre, m'a toujours paru être une œuvre de création, une réalisation tangible, et j'en éprouve le même plaisir qu'un artisan à réaliser un travail qu'il aime, voire un artiste à produire un chef-d'œuvre.

Commenter  J’apprécie          200

À vrai dire, j'étais plus gêné par le côté subjectif de la difficulté que par la difficulté elle-même. La simple pensée d'escalader un passage réputé délicat me contractait comme un gladiateur pénétrant dans l'arène, et, pour triompher de cette appréhension, il me fallait tendre ma volonté à l'extrême. Ainsi, par suite d'une mauvaise interprétation du texte des "Guides itinéraires", il m'est arrivé plusieurs fois de franchir avec la plus grande aisance le passage clé d'une course, alors que, dans un endroit plus facile que, par erreur, je croyais être le passage clé, j'étais secoué de tremblements "comme un sucrier sur un plat de fraises".

Commenter  J’apprécie          130

Je me souviens parfaitement qu'alors que j'étais un petit garçon de sept à huit ans, ma mère me dit un jour :

- Je veux bien te laisser pratiquer tous les sports, sauf la motocyclette et l'alpinisme.

Comme je lui demandais ce que signifiait ce dernier mot, elle ajouta :

- C'est un sport stupide qui consiste à grimper les rochers avec les mains, les pieds, et les dents !...

Commenter  J’apprécie          130

On peut tenter le diable une fois pour mener à bien une action exceptionnelle ; à le faire trop souvent, on ne peut vivre bien longtemps.

Commenter  J’apprécie          120

Entre mes jambes j'aperçois le visage sévère de Gaston [Rébuffat] rendu presque pathétique par une intense concentration. Comme cela est étrange ! Nous sommes là suspendus entre ciel et terre sur deux pointes de crampons, la moindre faute de mon compagnon me précipiterait dans la mort ; pourtant je redoute plus ma maladresse que la sienne. C'est beau la confiance !...

Commenter  J’apprécie          110

Face à nous, toute proche, la muraille nord de l'Eiger se dressait, sombre, farouche et majestueuse.

L'ayant admirée tant de fois en photographie, je pensais qu'elle me semblerait familière. Pourtant je la reconnus à peine tant elle m'apparut plus formidable que je ne l'avais imaginée. Un instant, je sentis ma gorge se serrer. Scrutant avec passion ses parois gigantesques, nous échangeâmes nos impressions. Je ne sus que murmurer bêtement : "D'ici, cela semble impossible. Il faudra aller voir de plus près." Lachenal, qui avait déjà aperçu l'Eigerwand en hiver, semblait désagréablement impressionné par l'aspect lisse et dolomitique qu'il avait revêtu avec l'été. En se grattant le menton, dans un geste qu'il affectionnait, il gémissait d'une manière comique : "Méchant, méchant ! Ça a l'air lisse comme mes fesses ! Si ma mère voyait ça !"

Commenter  J’apprécie          100

Brusquement, nous débouchons sur l'arête de Mittelegi que le brouillard nous cachait. Cette fois-ci c'est vrai : nous avons vaincu l'Eigerwand.

Nulle émotion violente ne m'étreint : ni l'orgueil d'avoir réalisé un exploit envié, ni la joie d'achever une tâche difficile. Sur cette arête perdue dans le brouillard, je ne suis plus qu'une bête fatiguée que la faim tenaille. J'éprouve seulement la satisfaction animale de sentir que je viens de "sauver ma peau".

Commenter  J’apprécie          80

Malgré les éléments déchaînés, malgré la grêle qui n'arrête pas, entrainant des pierres dont les éclatements se mêlent au bruit du tonnerre, malgré notre position presque intolérable, cramponnés l'un à l'autre, assis sur une fesse et les pieds ballants sur le vide, la nuit avance. Nous alternons les chants de toutes sortes et les discussions sur les chances d'en sortir. Je soutiens que la situation n'est pas désespérée, qu'un bon orage purge souvent le temps et qu'il fera peut-être beau demain.

Lachenal, lui, pense que nous ne sommes pas très loin du sommet et que peut-être nous recevrons des secours par le haut. Certes nous trouvons la situation angoissante, mais quelque chose nous dit que nous en sortirons. Aussi nous sommes presque gais et nous n'arrivons pas à prendre des airs de circonstance. Je crois même que l'amour de l'aventure est si grand chez moi que dans mon for intérieur je ne suis pas mécontent de me trouver dans une situation aussi exceptionnelle.

Commenter  J’apprécie          10

Après une nuit presque blanche et plus de deux heures d'escalade au pas de course, la fatigue commençait à peser lourdement sur mes membres. Ne voyant plus d'utilité à grimper à une cadence d'assassin poursuivi, je suggérai de ralentir l'allure. Mais bien qu'étant lui aussi à sa première course, Lachenal, comme s'il n'était pas fait de chair humaine, restait insensible à la fatigue. Rentré dans cette sorte d'état de grâce qui rend possible les miracles, loin de ralentir, il accélérait encore tout en vitupérant contre ma mollesse. Galvanisé par tant d'énergie, forçant comme une bête traquée, je réussis tant bien que mal à suivre mon ami. A ce train, il nous fallut à peine plus de quatre heures pour atteindre la facile calotte terminale.

Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Quel est le bon titre des livres de Paulo Coelho ?

L’... ?

Alchimiste
Exorciste
Hermétiste
Occultiste

10 questions
21 lecteurs ont répondu
Thème : Paulo CoelhoCréer un quiz sur cet auteur