AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266020978
Éditeur : Pocket (01/12/1987)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 363 notes)
Résumé :
Melniboné, l'île aux Dragons, régnait jadis sur le monde. Désormais les Dragons dorment et Melniboné dépérit. Sur le trône de Rubis siège Elric, le prince albinos, dernier de sa race, nourri de drogues et d'élixirs qui le maintiennent tout juste en vie. La menace plane ; alors il rend visite au Seigneur du Chaos, Arioch, et conclut un pacte avec lui. Il s'engage ainsi sur le chemin de l'éternelle aventure : le Navire des Terres et des Mers le porte à la cité pestile... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (49) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
  16 décembre 2014
Quand on aborde un cycle fantasy aussi célèbre que celui d'Elric, on est presque intimidé et, cela va s'en dire, on en attend beaucoup.
On en attend beaucoup, dis-je, mais paradoxalement, Michael Moorcock n'en donne pas assez. Sa narration est épurée jusqu'au dépouillement ; il nous refuse les détails et les descriptions qui renforceraient notre impression de voyage fantastique dans les pas de l'empereur de Melniboné, l'île aux Dragons qui domine un univers fascinant pétri de traditions ancestrales et de divinités multiples.
Pourtant, le style de l'auteur (qui m'avait séduite avec "Le chien de guerre") est sans conteste talentueux mais l'approche quasi factuelle du récit donne à l'ensemble une froideur que nul émotion excessive ne viendra réchauffer. Par conséquent, ce qui a primé en moi à la lecture de ce premier volet fut la curiosité plus que l'engouement. le rythme souvent trop rapide, le chapitrage court et incisif et les personnages secondaires trop souvent laissés pour compte servent bien mal une action pourtant omniprésente, originale, tout empreinte de magie et de surnaturel, et dans laquelle on voudrait pouvoir s'abandonner mais, hélas, c'est déjà fini.
Un premier avis mitigé donc pour ce tome d'introduction ; je garde l'espoir que la suite gagne en profondeur et en psychologie et perde en manichéisme.
Challenge PETITS PLAISIRS 2014 - 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
Foxfire
  31 mars 2015
C'est toujours avec fébrilité qu'on aborde un cycle, d'autant plus lorsqu'il est considéré comme un classique du genre dont il relève. Vais-je l'aimer ? Cette première incursion va-t'elle me donner envie de poursuivre la découverte ? A l'issue de ma lecture d'"Elric des dragons", la réponse est oui, totalement oui.
S'il n'est pas vraiment un tome d'exposition puisqu'il n'est pas le premier du cycle a avoir été écrit, "Elric des dragons" constitue tout de même une parfaite introduction à l'univers créé par Moorcock.
S'ils l'ont sans doute été dans les tomes écrits auparavant (mais dont l'action chronologique se situe après) les personnages, le monde et les règles qui le régissent sont ici bien présentés et le lecteur qui, comme moi, commence par ce tome fera connaissance avec l'univers du cycle.
Moorcock créé un univers foisonnant, touffu. Et si, le récit allant très vite, certains aspects de cet univers sont survolés, l'auteur ouvre un champs de possibilités infinies qui laisse augurer le meilleur pour la suite du cycle.
Dans ce tome, Moorcock va à l'essentiel, se concentrant sur quelques personnages et quelques lieux, faisant de ce court récit une parfaite entrée en matière pour le néophyte. Pour autant, la concision de ce volume n'empêche pas l'auteur de créer un univers dense, aux créatures variées et à toute une mythologie (éléments qui seront sans doute développés par la suite) dans un récit abouti qui peut se suffire à lui-même.
La grande réussite d'"Elric des dragons" est le personnage d'Elric lui-même. Atypique et original, Elric est un personnage complexe et charismatique. Empli de paradoxes, il est à la fois faible et puissant, est doté d'un sens moral élevé mais peut se montrer cruel. Sa difficulté à concilier l'exercice du pouvoir et ses convictions intimes est au centre du récit. Torturé, sombre, plein de doutes, il est l'anti-thèse de héros dans la lignée de Conan.
La psychologie du héros de Moorcock est soignée et fouillée. Mais l'auteur ne délaisse pas pour autant l'action, faisant d'"Elric des dragons" un récit à la fois épique et introspectif.
Les péripéties s'enchaînent à un rythme trépidant et on y trouve tout ce qu'on aime dans un récit d'heroïc fantasy : des combats (sur terre et sur mer), de la romance, des duels, de la magie... Tout y est pour que le lecteur soit emporté dans un récit très addictif.
L'écriture est soignée et agréable, et offre de jolis passages très poétiques sans sacrifier à l'efficacité lors des séquences guerrières.
Le ton du récit a pu sembler un peu désuet à certains, l'auteur évitant certains excès inhérents au genre. Moorcock préfère le romantisme à la crudité pour dépeindre l'amour d'Elric et Cymoril. Il ne verse pas des litres d'hémoglobines lors des séquences de violence et opte pour une certaine suggestion. J'ai trouvé cette retenue très agréable, très rafraîchissante.
"Elric des dragons" n'a pas à rougir de la comparaison avec des sagas plus récentes (qui lui doivent sans doute beaucoup). Au contraire ! "Elric des dragons" est une lecture qui suscite l'émerveillement et durant laquelle, emporté par un tourbillon d'aventures échevelées, on retrouve une âme d'enfant.
Challenge Variété 19 (catégorie "un livre avec de la magie")
Challenge Petits plaisirs 22
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2417
Luniver
  08 juillet 2012
Elric est l'empereur de Melniboné, île qui dominait autrefois le monde, mais aujourd'hui sur le déclin, et menacée par les Jeunes Royaumes. Elric n'est pas très apprécié par son peuple : il est faible et obligé de prendre régulièrement des drogues pour survivre, il est épris de justice quand on attend de lui qu'il se montre cruel, il ne fait pas beaucoup d'efforts pour respecter les coutumes de son peuple. Sa faible constitution lui a toutefois donné l'avantage de lire et d'étudier beaucoup, et d'être ainsi le sorcier le plus puissant de l'île.
Son cousin Yyrkoon, qui possède toutes les caractéristiques d'un «bon» empereur melnibonéen, va tenter de l'éliminer et de prendre le pouvoir. Pour conserver sa place, Elric devra faire appel au Seigneur du Chaos, au risque de perdre son identité et de devenir le jouet des Dieux.
Elric reprend tous les thèmes classiques de la fantasy : magie, créatures mythiques (démons, élémentaires de feu de d'eau), épées légendaires, … le récit est plus proche des épopées antiques que du roman : avant chaque chapitre, un court texte nous raconte ce qu'il va se passer dans la suite du récit, ce qui est un peu surprenant au premier abord. J'ai beaucoup apprécié l'ambiance de ce premier tome de la série, les suivants rejoindront bientôt ma bibliothèque !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Natacha851
  29 novembre 2013
Une excellente découverte !
Je ne me suis mise à lire sérieusement de la fantasy que depuis peu, avec le Trône de fer.
Je cherchais un livre dans la même veine.
J'ai donc regardé quelques listes de Babelio qui recommandaient le Cycle d'Elric (merci aux auteurs des listes pour cette recommandation).
Le texte est facile d'accès, parfois un peu trop avec certains dialogues qui tournent un peu en rond mais c'est un détail face à cette épopée.
Le personnage principal, Elric, Empereur de Melniboné, est peu apprécié par son peuple qui considère qu'il a trop d'"éthique". Il n'est pas vu par certains comme un vrai Melnibonéen, comme un Empereur digne de ce nom à Melniboné. Il n'est pas assez cruel et dure.
C'est le cas surtout de son cousin, Yyrkoon, qui se verrait bien calife à la place du calife.
Et voilà comment les ennuis commencent.
Comme Ulysse, Elric doit passer par plusieurs "étapes" avant de pouvoir arriver au terme de son "voyage" : la rencontre de personnages qui ont un rôle important dans son avancée en jouant le rôle de guide, les voyages en mer qui l'emmènent sur des territoires inconnues, des embûches sur le chemin et des idées astucieuses pour s'en sortir.
Ainsi que le rôle important des Démons qui se jouent des mortels et des Elémentaires (êtres ressemblants aux divinités antiques par leurs liens avec la nature) qui aident Elric tout au long de sa quête.
Concernant Elric lui-même, c'est un personnage attachant et peu commun.
Sauf erreur de ma part, rare sont les héros albinos et rare sont les héros qui sont "mal-vus" à cause de leur gentillesse.
C'est donc un homme bienveillant mais c'est aussi un être complexe, torturé et un personnage atypique par sa faiblesse.
Certes, comme tout héros qui se respecte, il est fort dans le maniement de l'épée mais il ne doit sa survie que par des drogues qu'il doit s'administrer régulièrement. Il est d'un naturel fragile et ce fait peut sembler étrange car nous imaginons souvent les héros comme des grands gaillards robustes.
Mais c'est aussi cela qui le rend intéressant.
Une agréable et addictive lecture donc !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Melisende
  21 septembre 2011
Alors que je faisais un tour dans ma librairie d'occasion préférée il y a quelques semaines, je suis tombée sur plusieurs tomes d'Elric à 1€ pièce. J'ai hésité mais, tous les bons échos que j'avais entendus me sont revenus en tête et puis, un héros aux cheveux blancs, c'est le genre de choses qui me parlent…
Peut-être en attendais-je trop, peut-être n'était-ce pas le bon moment pour moi de faire cette découverte, mais force est de constater que j'ai été déçue et qu'en plus, quinze jours après ma lecture, je n'ai plus aucun souvenir de celle-ci ! Les tomes suivants sont d'ores et déjà dans ma PAL, peut-être me feront-ils changer d'avis…
Elric est le prince de Menilboné, empire autrefois très puissant. Mais le jeune homme albinos, dernier représentant de la race des Dragons, ne subsiste que grâce à la prise quotidienne de drogues. Son apparente fragilité nourrit les complots et l'antipathie, notamment de la part de son cousin Yyrkoon qui cherche à le détrôner par tous les moyens. Celui-ci, puissant sorcier, tente d'assassiner Elric avant de s'enfuir en enlevant sa soeur Cymoril, la bien-aimée de l'albinos.
J'avais vraiment hâte de me plonger dans ce classique de la fantasy et de découvrir enfin l'univers de Moorcock. le monde mis en place (l'île de Menilboné, les Dragons, les Démons,…) semble intéressant - bien que classique - mais est vraiment survolé dans ce premier tome. On apprend l'existence de quelques créatures (les Elémentaires par exemple), on découvre l'ampleur des pouvoirs des personnages, mais ça reste assez peu traité. Peut-être davantage par la suite ?
Outre le nom célèbre de Moorcock, c'est surtout son personnage principal qui m'intriguait. Un héros albinos et apparemment faible et drogué, voilà qui me parlait. J'ai eu finalement beaucoup de mal à m'attacher à Elric, et je le regrette. Son côté antihéros marginal, seul au monde, avait tout pour me plaire, mais la sauce n'a malheureusement pas pris. de même avec les autres personnages, qu'il s'agisse de Cymoril ou de son frère, le traître Yyrkoon.
Quant à l'intrigue principale, elle m'a laissée de marbre ; jamais je n'ai adhéré à la quête d'Elric. Je n'ai pas non plus vibré à la découverte de son histoire d'amour avec Cymoril, ni à sa rivalité avec son cousin. L'histoire, le contexte et les personnages, tout était là mais il a manqué l'ingrédient magique pour que ça fonctionne : l'émotion.
De ce fait, je rapproche beaucoup cette lecture de la Fille du roi des elfes de Lord Dunsany, grand classique du genre découvert il y a quelques années et qui m'avait alors déçue pour la même raison : le manque d'émotions. Dans les deux cas, je pense que le « problème » (enfin, ça n'engage que moi) vient du style, très distant, très impersonnel, trop froid. Cinquante ans (ou presque) séparent pourtant ces deux titres (1924 pour La Fille du roi des elfes, 1972 pour Elric des Dragons), mais le constat est le même.
Moorcock utilise, qui plus est, des figures de style proches de celles usitées en poésie. Malheureusement - et c'est très personnel - côté poésie, je suis très difficile et bien peu de poètes parviennent à me faire ressentir quelque chose alors quand il s'agit d'un texte en prose qui se veut poétique… J'ai trouvé certains passages ampoulés, un peu trop artificiels… « froids », c'est le terme qui les qualifie le mieux. Je suis une « vraie » fille, j'ai besoin du côté émotif (attention, j'ai pas dit « niais » !), j'ai envie de ressentir quelque chose quand je lis. Avec Elric : calme plat. Dommage, dommage !
Lien : http://bazar-de-la-litteratu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

critiques presse (1)
SciFiUniverse   14 juin 2011
Elric des Dragons est le livre à l'origine de la légende d'Elric, débutée en 1961. Il pose les bases du dilemme qui torturera toute sa vie le prince Albinos: son hésitation à servir le Chaos ou la Loi.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Dude76Dude76   24 octobre 2010
Les deux épées runiques s'abaissèrent.
Stormbringer se dirigea vers la main droite d'Elric, Mournbalde vers la main droite d'Yyrkoon.
Les deux hommes se tenaient face à face. Chacun observa son adversaire, puis son épée.
Les lames chantaient, d'une voix faible mais distince. Elrc souleva la gigantesque épée sans aucune peine et la retourna d'un côté et de l'autre pour admirer sa beauté.
- Stormbringer, dit-il.
Puis l'angoisse s'empara de lui.
Il eut cette angoissante impression de renaître, de renaître avec cette épée runique, cette impression de l'avoir toujours portée.
- Stormbringer ! hurla Elric en bondissant à la rencontre de son cousin. Stormbringer !
Et toujours cette angoisse, cette angoisse qui ne voulait pas le quitter ! Mais elle devint bientôt cette impulsion violente, ce besoin féroce de se battre et de tuer son cousin, de plonger sa lame dans le cœur d'Yyrkoon. Un besoin de vengeance, de sang, de mort.
- Mournblade !
C'était Yyrkoon qui venait de crier, dominant le murmure des épées et les palpitations de la caverne.
Mournablade para le coup de Stormbringer et riposta. Elric s'effaça, virevolta et tint Yyrkoon et Mournblade en respect pendant quelques instants. Nouvelles passes de part et d'autre. Les deux hommes et leurs épées étaient de même force. Les lames semblaient accomplir leur propre volonté, mais elles ne faisaient en fait qu'accomplir la volonté de ceux qui les maniaient.
Le cliquetis des armes devint bientôt un chant aux féroces accents métalliques entonné par les épées. Un chant plein de gaieté, comme si elles avaient été heureuses de croiser le fer de nouveau, bien que cet engagement dût les mettre face à face.
Elric ne voyait du Prince Yyrkoon que son visage sombre et féroce lorsqu'une lueur venait à l'éclairer. Il concentrait toute son attention sur les deux épées noires. L'enjeu de ce combat semblait être la vie d'un des deux hommes - peut-être même des deux. La rivalité entre Elric et Yyrkoon ne pouvait se comparer à la rivalité fraternelle entre les deux épées, qui semblaient même prendre un certain plaisir à rivaliser après tant de méillénaires.
Lorsque Elric le remarqua, toujours combattant - mais maintenant il se battait pour sauver son âme et sa vie -, sa haine implacable pour Yyrkoon s'affaiblit.
Il était toujours décidé à tuer son cousin, mais pas pour le plaisir d'un autre, pas pour le divertissement de ces épées.
Mournblade visa les yeux d'Elric, mais Stormbringer para le coup une fois de plus.
Elric ne se battait plus contre son cousin. Il se battait contre les épées, contre leur volonté.
Stormbringer pointa la gorge d'Yyrkoon. Mais Elric la rattrapa, sauvant ainsi la vie à son cousin. L'épée gémit alors - un gémissement presque plaintif - tout comme un chien à qui son maître interdit de mordre l'intrus.
Elric dit alors entre ses dents :
- Tu ne feras pas de moi ton pantin, épée runique ! Entendons-nous bien là-dessus, si nous devrons œuvrer ensemble.
L'épée sembla hésiter et relâcha son attention. Elric eut quelque peine à parer l'attaque de Mournblade, qui semblait avoir remarqué l'occasion à saisir.
Elric sentit un courant d'énergie envahir son bras droit et se propager dans son corps tout entier. L'épée venait d'user de son pouvoir. Dès lors Elric n'avait plus besoin de drogues et ne devait plus sentir ses forces l'abandonner. En temps de guerre, il allait triompher, en temps de paix régner en Empereur orgueilleux. Il allait pouvoir voyager seul en toute sécurité. Tout cela, c'était l'épée elle-même qui semblait le lui rappeler, alors qu'elle ripostait à l'attaque de Mournblade.
Et l'épée, que devait-elle recevoir en retour ?
Elric alors l'apprit ; c'est elle qui le lui dit sans même avoir besoin de parler. Stormbringer avait besoin de se battre, c'était sa raison de vivre. elle avait besoin de tuer, c'était son souffle de vie. Elle avait besoin de la vie et de l'âme des hommes, des démons et même des dieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Dude76Dude76   19 octobre 2010
Il regardait autour de lui. Son armée l'escortait. À sa tête se trouvaient Magum Colim et Dyvim Tvar. La foule bordait les rues tortueuses et faisait force révérences. Les esclaves se prosternaient devant lui. Même les bêtes de somme se mettaient à genoux sur son passage. Yyrkoon goûtait le pouvoir comme l'on goûte un fruit fondant. Il aspirait de grandes bouffées d'air. Même l'air état à lui. Tout Imrryr était à lui. Tout Melniboné. Bientôt le monde entier serait à lui. Et il dilapiderait toutes les richesses du monde. Il allait de nouveau faire régner la terreur, du nord au sud et du sud au nord.
Dans une passion extatique, presque aveugle, l'Empereur Yyrkoon pénétra dans la tour. Il marqua une pause devant les grandes portes de la Salle du Trône.Il fit signe à ses serviteurs d'ouvrir les portes pour jouir du spectacle qui allait se dérouler devant ses yeux. Les murs, les bannières, les trophées, les galeries, tout cela était à lui. La Salle du Trône était vide, mais elle serait bientôt pleine de couleurs, de cérémonies et de divertissements dignes de Melniboné. Il y avait bine longtemps que l'odeur du sang n'avait pas empli l'atmosphère de cette salle. Puis son regard se mit à gravir lentement les degrés du Trône de Rubis ; mais avant de parvenir au sommet, il entendit Dyvim Tvar suffoquer derrière lui. Il regarda alors vers le Trône de Rubis et frémit. Il n'en croyait pas ses yeux.
- Illusion !
- Apparition ! dit Dyvim Tvar avec une certaine satisfaction.
- Hérésie ! hurla l'Empereir Yyrkoon qui s'avança alors d'un pas mal assuré, désignant du doigt la silhouette drapée d'une cape et coiffée d'un capuchon, tranquillement assise sur le Trône de Rubis. C'est à moi ! À moi !
La silhouette resta muette.
- C'est à moi. Va-t'en ! Le trône appartient à Yyrkoon. Yyrkoon est l'Empereur maintenant ! Qui es-tu ? Pourquoi viens-tu me tourmenter ?
Le capuchon se rabattit, découvrant un visage d'une pâleur cadavérique. Des yeux pourpres regardaient sereinement la chose hurlante, titubante qui se rapprochait d'eux.
- Tu es mort, Elric ! Je sais que tu es mort !
L'apparition ne répondit toujours pas, mais un léger sourire se dessina sur ses lèvres blanches.
- Tu n'as pas pu survivre. Tu t'es noyé. Tu ne peux pas revenir. Pyaray s'est emparé de ton âme.
- Il y a d'autres Seigneurs qui règnent sur la mer, dit la silhouette assise sur le Trône de Rubis. Pourquoi m'as-tu tué, mon cousin ?
À la perfidie d'Yyrkoon succédèrent la terreur et la confusion.
- Parce que c'est mon droit de gouverner ! Parce que tu n'étais pas assez fort, pas assez cruel, pas assez cynique ! ...
- N'est-ce pas là une bonne plaisanterie, mon cousin ?
- Va-t'en ! Va-t'en ! Va-t'en ! Cen'est pas un spectre qui va prendre ma place ! Un Empereur défunt ne peut gouverner Melniboné !
- C'est ce que nous verrons, dit Elric en faisant un signe à Dyvim Tvar et ses soldats.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Dude76Dude76   19 octobre 2010
Yyrkoon redressa la tête et regarda la cour. Il avait l'air attendrissant d'un enfant perdu ; la haine et la colère s'étaient effacées de son visage. Elric sentit naître en lui un sentiment de pitié pour son cousin. Mais, cette fois-ci, il réprima ce sentiment.
- Tu devrais me savoir gré de t'avoir légué le pouvoir quelques heures, de t'avoir laissé jouir de ce sentiment de domination face au peuple malnibonéen.
C'est d'une voix timide et intriguée à la fois qu'Yyrkoon demanda à Elric :
- Comment as-tu échappé à la mort ? tu n'avais ni le temps ni la force de prononcer une incantation. Tu pouvais à peine te mouvoir et ton armure a dû t'entraîner au plus profond de la mer. Tu aurais dû te noyer. Je ne comprends pas, Elric. Tu aurais dû te noyer.
Elric haussa les épaules.
- J'ai au sein de la Mer des amis qui reconnaissent mon sans royal et mon droit de gouverner, si toi tu ne le fais pas.
Yyrkoon essaya de dissimuler sa stupéfaction. À sa haine pour Elric venait maintenant de s'ajouter, de façon singulière, le respect.
- Des amis ?
- Oui, dit Elric, avec un léger sourire.
- Je croyais que tu avais fait vœu de ne pas user de ton pouvoir de sorcellerie.
- Mais tu croyais qu'un tel vœu convenait mal à un monarque melnibonéen, n'est-ce pas ? Je suis d'accord avec toi. Vois-tu, Yyrkoon, tu as finalement remporté une victoire.
Yyrkoon regardait fixement Elric, comme pour essayer de découvrir ce qui se cachait derrière ces paroles.
- Tu vas faire revenir les Seigneurs du Chaos ?
- Aucun sorcier, aussi puissant soit-il, ne peut invoquer les Seigneurs du Chaos, ou, pour la circonstance présente, les Seigneurs de la Loi, s'ils ne veulent pas entendre celui qui les invoque. Cela, tu le sais, Yyrkoon. N'as-tu pas essayé toi-même ? Et Arioch ne s'est pas manifesté, n'est-ce pas ? T'a-t-il fait don de ce que tu désirais, c'est-à-dire les deux Épées Noires ?
- Tu sais cela ?
- Je ne le savais pas. Je l'ai deviné. Mais maintenant, je le sais.
Yyrkoon essaya de parler, mais le courroux le rendait muet ; il ne put qu'émettre un faible grognement. Les soldats s'emparèrent de lui ; il se débattit, mais dut bientôt renoncer à la lutte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Dude76Dude76   19 octobre 2010
Le Docteur Jest s'en retourna a ses occupations. Allongeant son bras gauche, il saisit alors adroitement les parties génitales de l'un des prisonniers . Il y eut un éclair du scalpel, puis un gémissement.Le Docteur Jest jeta ensuite quelque chose dans le feu. Elric était assis dans le fauteuil qui lui était réservé. Ce rite, qui accompagnait inéluctablement les interrogatoires, l'ennuyait plus qu'il ne le dégoûtait. Les cris déchirants, le cliquetis des chaînes, les sourds murmures du Docteur Jest, tout venait de détruire cette sensation de bien-être qui était sienne lorsqu'il avait pénétré dans la caverne.
Mais cela faisait partie de son métier de roi d'assister à de semblables cérémonies pour recueillir de précieux renseignements, et féliciter ensuite son Inquisiteur. Il devait aussi élaborer un plan de contre-attaque, conférer avec ses amiraux et généraux, toute la nuit durant probablement, pour décider des plans à adopter et des mesures à prendre concernant la capture des hommes et des vaisseaux. Avec un bâillement d'ennui à peine étouffé, il s'enfonça dans son fauteuil pour jouir du spectacle du Docteur Jest en train d'opérer sur les corps avec ses doigts, son scalpel, sa pointe, ses pinces et ses tenailles. Ses pensées allèrent vers d'autres problèmes, à ces problèmes philosophiques qu'il n'avait pas encore résolu.
Non qu'Elric fût un barbare; mais il était un Melnibonéen. Il était depuis l'enfance accoutumé à de tels spectacles. Même s'il l'avait désiré, il n'aurait pas pu libérer les prisonniers sans enfreindre les traditions de l'Ile aux dragons. Et il eût alors été inutile, voire dangereux, de mettre en œuvre une stratégie quelconque, aussi astucieuse fût-elle. Il avait ainsi pris l'habitude de faire abstraction de tout sentiment qui ne fût pas compatible avec ses devoirs d'Empereur. S'il avait eu une raison de libérer les quatre prisonniers, qui se tordaient maintenant de douleur pour le plus grand plaisir du Docteur Jest, il l'eût fait.
Mais il n'avait aucune raison de le faire ; de plus, ceux-ci auraient été surpris de se voir appliquer un autre traitement. Lorsqu'il avait à prendre une décision d'ordre moral, Elric faisait preuve d'un esprit très pratique. Cette décision, il la prenait en fonction de l'action à entreprendre. Ici, il n'y en avait aucune. Ces tractations avec sa conscience étaient devenues chez lui une seconde nature. Il ne désirait pas agir au nom de Melniboné, mais en son propre nom ; Il ne désirait pas entreprendre une action mais connaître la meilleur façon de répliquer aux actions des autres. Un espion était un agresseur : contre l'agresseur on se défend du mieux que l'on peut. Et les méthodes du Docteur Jest étaient les meilleures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Dude76Dude76   24 octobre 2010
Arioch s'appuya contre cette porte. Il avait de nouveau l'apparence d'un beau jeune homme. Il souriait d'un sourire ouvert et amical, seuls ses yeux de vieillard trahissaient son page.
- Il est l'heure pour toi d'aller chercher les épées noires, Elric, dit Arioch, de crainte qu'Yyrkoon ne les trouve avant toi. Je te préviens : avec ces épées runiques, il sera assez puissant pour détruire la moitié du monde. Et c'est pour cela que ton cousin affronte en ce moment les dangers du royaume qui se trouve au-delà de la Porte des Ténèbres. S'il s'empare de ces épées avant toi, cela signifiera la fin, pour toi, Cymoril, les Jeunes Royaumes et probablement aussi la chute de Melniboné. Je t'aiderai à trouver les deux épées runiques dans les enfers.
Elric dit alors d'un air songeur:
- On m'a souvent conseillé de ne pas m'aventurer à la recherche de ces épées ; on m'a dit également qu'il était dangereux de les posséder. Je crois qu'il me faut élaborer un autre plan, mon Seigneur Arioch.
- Il n'y a pas d'autre solution. Si ce n'est pas toi, c'est Yyrkoon qui les aura. Avec Mournblade dans une main et Stormbringer dans l'autre, il sera invincible, car elles confèrent un grand pouvoir à celui qui les possède, un pouvoir immense. (Arioch se tut) Tu dois faire ce que je te dis. Tu as tout à gagner.
- Et vous aussi, Seigneur Arioch ?
- Oui, moi aussi. Je ne suis pas tout à fait désintéressé.
Elric hocha la tête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Michael Moorcock (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Moorcock
La Dernière Fantasy : Moorcock l'Anti-Tolkien (Feat Lex Tutor)
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1354 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
.. ..