AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.7 /5 (sur 177 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Boulogne, Vendée , le 25/03/1949
Biographie :

Philippe de Villiers, de son nom complet Philippe Le Jolis de Villiers de Saintignon, est un homme politique et écrivain.

Son père, Jacques de Villiers, colonel lorrain, a servi sous les ordres du Maréchal de Lattre. Fait prisonnier par les nazis en 1940, il tentera plusieurs fois de s’évader. C’est pour rejoindre de Lattre que la famille Villiers s’est installée en Vendée après la Libération.

Philippe de Villiers obtient une maîtrise de droit public à l’université de Nantes en 1971, puis le diplôme de l’Institut d’études politiques de Paris. Élève de l’ENA de 1976 à 1978 (promotion Pierre-Mendès-France), après un stage à la préfecture de la Corrèze, il intègre le corps préfectoral à la sortie de l’école et est nommé directeur de cabinet du préfet de Charente-Maritime.

En 1978, il est à l’origine du spectacle du Puy du Fou, sur le site du château du même nom.

Il démissionne de la sous-préfecture à la suite de l'élection de François Mitterrand à la présidence de la République, et occupe la fonction de secrétaire d'État à la Culture de 1986 à 1987, dans le gouvernement Chirac II.

Il est ensuite député (1987-2004), président du conseil général de la Vendée (1988-2010) et député européen (1994-2014).

Fondateur et président du Mouvement pour la France (MPF), parti politique souverainiste, il se présente aux élections présidentielles de 1995 et de 2007.

Son parcours est jalonné de multiples créations culturelles, économiques ou sportives. Son engagement est fondé sur l’amour de la France et la défense de son identité.

Durant sa carrière politique et dans ses ouvrages, il met en avant les racines chrétiennes de la France et critique la montée en puissance de l'islam.

Marié en 1973 à Dominique de Buor de Villeneuve, Philippe de Villiers est père de sept enfants.

Twitter : https://twitter.com/phdevilliers?lang=fr
site : http://www.pourlafrance.fr/
+ Voir plus
Source : www.wikio.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Philippe de Villiers présente "Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde"

Citations et extraits (81) Voir plus Ajouter une citation
migdal   29 décembre 2018
Le mystère Clovis de Philippe de Villiers
Mes chers enfants, ne cherchez jamais à être aimés de la foule. Si vous l'êtes, c'est par instants, par accident ou par faiblesse. Le royaume est chargé d'incommodité, c'est un fardeau. Son exercice porte au sacrifice et à l'immolation des quiétudes. Soyez comme le rameur de la corporation des nautes, qui traverse le courant de la Seine : gagnez toujours la rive en lui tournant le dos.



Si parfois vous avez des doutes, confiez-les à votre mère : son humilité l'a élevée à la grâce qui lui accorde des lumières précieuses. Ayez l'esprit libre, l'esprit d'aumône. Gardez intactes en vous, en ses accomplissements, les grandeurs intimes de la romanité que vous avez reçues et que j’ai voulu honorer.



N’oubliez jamais la mission que Geneviève m'a rappelée

sur son lit d'agonie : votre famille - notre famille mérovingienne -, aura à porter, de siècle en siècle, avec l'onction, la moitié du manteau de Martin. Cette mission christique de la chlamyde royale vous imposera privations, souffrances, et peut-être même opprobre dans la suite des temps. Ce que vous aurez à incarner et à transmettre, et qui est tout contenu - ou plutôt tramé -, dans les plis du manteau, ce n'est pas un pouvoir, fût-il juste et admirable, c'est la Civilisation.



En ce troisième jour des ides de novembre de l'an 511, en la fête de Saint-Martin



Clovis, rex Francorum.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Sepo   02 octobre 2015
Le moment est venu de dire ce que j'ai vu de Philippe de Villiers
Chirac en désamour de notre héritage:



"Il n'a pas d'opinion sur les choses, il est un homme de l'immédiat. Il ne croit pas trop à l'Histoire. Je me souviens d'un grand dîner avec Mitterrand et d'autres dirigeants européens à l'Elysée. Chacun y allait de sa date favorite en Europe, au nom de son pays. C'est Margaret Thatcher qui commença:



- Pour moi, la date importante, c'est 1215, la Grande Carte.



- Pour moi, enchaîne Kohl, c'est 1648, le traité de Westphalie, la nouvelle Europe.



- Pour moi, poursuit Mitterrand, sur le Temps long, c'est 496, le baptême de la France.



Chirac n'a encore rien dit. Il prend un air stratosphérique et inspiré. Il est à ses libations, les yeux dans la bière. Mitterrand se tourne vers lui:



- Et vous, monsieur Chirac, votre date européenne ?



- Pour moi, c'est 1664...Kronenbourg.



Alors il lève sa pinte avec fierté. C'est une manière de dire:"Je m'en fous"



Quand on le connaît bien, on devine ses dilections et aversions. Il n'aime pas l'histoire de l'Occident. Il déteste Rome, l'imperium, la grandeur. Il dit que "ça put la mort!" Son fort intime le porte vers l'Orient. Il délaisse l'Occident par étapes. La fuite vers l'Orient commence par la Russie - il parle russe-, ensuite la Grande Steppe, puis la Chine, enfin le Japon, où il ira cinquante-trois fois durant sa vie publique.



Il préfère le bouddhisme au catholicisme, le yin et le yang.



L'Histoire de France ne lui dit pas grand-chose. Il n'entre pas dans les cathédrales. Il préfère aux Arts florissants les arts premiers. dans son bureau trône un rhinocéros rescapé de l'inondation de Lisbonne. Les murs sont tapissés de masques africains. Il n'aime dans l'Histoire, que celle d'avant et elle d 'après.p.36
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Pchabannes   25 octobre 2015
Le moment est venu de dire ce que j'ai vu de Philippe de Villiers
Nous sommes entrés dans le temps où l’imposture n’a plus ni ressources ni réserve. La classe politique va connaître le chaos. Elle a déclassé la France, elle l’a précipité dans une impasse alors qu’elle avait mandat de la rétablir en sa grandeur. Et le peuple s’en est aperçu. Mais les politiques ne sont pas seuls responsables. Ils ont pu s’appuyer sur des alliés utiles dans le monde économique, médiatique, associatif, etc…parmi toutes les élites en révolte contre le peuple. Page 11

Commenter  J’apprécie          160
Sepo   02 octobre 2015
Le moment est venu de dire ce que j'ai vu de Philippe de Villiers
A la source de l'antiracisme:



Marcellin avait le bons sens des Bretons. Il avait perçu, dès 1972, les dégâts de cette"loi Pleven" qui interdisait à un citoyen français de préférer un compatriote à un étranger. Ainsi tombait un mur porteur: la liberté, sur le forum, de préférer son voisin à son lointain.

Peu à peu, le patriotisme allait devenir une pathologie, la frontière, une déviance, la nation, une mare aux diables xénophobes.

Nos deux défaites, en Indochine et en Algérie, devaient ainsi promouvoir une nouvelle posture officielle, la haine de soi", ou plutôt la haine de ceux qui nous ont précédés. Cette exécration, cette aversion de soi-même devaient habiller désormais le narcissisme de l’instant et conduire à l'égoïsme absolu.p.67



Commenter  J’apprécie          130
mcd30   11 février 2018
Lettre ouverte aux coupeurs de têtes et aux menteurs du bicentenaire de Philippe de Villiers
Les révolutions commencent toujours par les puristes et les juristes ; elles se terminent toujours sans eux.
Commenter  J’apprécie          140
mcd30   12 février 2018
Lettre ouverte aux coupeurs de têtes et aux menteurs du bicentenaire de Philippe de Villiers
Quand se déchaîne la Bête immonde, le monde ne sait plus rien que compter ses silences complices. Quand revient le temps de la parole, parfois deux siècles après, l'immonde devient inavouable : Nous ne savions pas. Apologie de crime de guerre par manque d'information.
Commenter  J’apprécie          120
Mimimelie   05 janvier 2016
Le moment est venu de dire ce que j'ai vu de Philippe de Villiers
Quand il n'y a plus de mœurs, on fait des lois. Une société vivante, qui a encore des mœurs, fait peu de lois. Montesquieu l'avait pressenti : « C'est une très mauvaise politique que de changer par les lois ce qui doit être changé par les manières. »

...

aujourd'hui, on a perdu à la fois la potestas et l' auctoritas. La potestas est partie à Bruxelles et l'auctoritas dans les médias. Le roi est nu, il ne reste que le casque et le scooter.
Commenter  J’apprécie          113
Sepo   11 octobre 2015
Le moment est venu de dire ce que j'ai vu de Philippe de Villiers
Funérailles de Soljenitsyne:



La cérémonie fut splendide. elle se déroulait devant une fabuleuse iconostase à sept registres du XVIIIe siècle. elle dura six heures. Nous étions dans le carré de la famille, auprès du président de la Russie et du maire de Moscou. Je n'oublierai jamais cette longue cordée des humbles qui défila dans la fumée des cierges et les vapeurs d'encens, devant le cercueil ouvert, peu à peu submergé par une véritable muraille de fleurs.

Toute la Russie est là. Une marée humaine. Des silhouettes hors d'âge se pressent: les anciens camarades de combat, les gueules cassées, avec les insignes de rescapés du Goulag. Il y a de la gravité, du désarroi dans tous les regards. et surtout un profond recueillement. C'est le temps de la Miséricorde. Visiblement, ici, chez les orthodoxes, les beautés ancestrales des chants sont immuables. Il n'y a pas eu d'aggiornamento. L'office est sublime. On est entre ciel et terre.

Commenter  J’apprécie          90
Aela   03 novembre 2018
Le mystère Clovis de Philippe de Villiers
La pietas, la piété filiale, est le vecteur des humilités, de la gratitude et de la transmission de nos fiertés. Elle établit un peuple dans le temps long et le rappelle au devoir de se perpétuer.

Mais il y a une autre vertu fondatrice qui demain pourrait assurer votre domination , comme elle assura à Rome sa grandeur, c'est la fides. Si vous pratiquez la fides, vous obtiendrez l'affection des peuples des Gaules. Sinon vous serez rejetés.
Commenter  J’apprécie          90
Rosalia94   24 février 2017
Le moment est venu de dire ce que j'ai vu de Philippe de Villiers
Au loin, les chrétiens sont persécutés, chez nous, l'enjeu est d'abord sémantique et pénal : la christianophobie est une opinion, l'islamophobie est un délit.
Commenter  J’apprécie          81

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Philippe de Villiers (214)Voir plus


Quiz Voir plus

Lire avec Gérard Philipe

En 1946, Gérard Philipe incarne le prince Mychkine face à Edwige Feuillère dans L’Idiot de Georges Lampin Il est une adaptation du roman éponyme de:

Alexandre Pouchkine
Léon Tolstoï
Fiodor Dostoïevski

14 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : gérard philipe , adapté au cinéma , adaptation , littérature , cinema , théâtre , acteur , acteur français , cinéma français , engagement , communismeCréer un quiz sur cet auteur