AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.16 /5 (sur 543 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Sarlat, Périgord , le 01/11/1530
Mort(e) à : Germignan, Taillan-Médoc , le 18/08/1563
Biographie :

Étienne de la Boétie est un écrivain humaniste et un poète français. Son père est lieutenant d'un sénéchal du Périgord.

Il fait ses études au collège de Guyenne (le plus brillant collège du Midi) puis étudie le droit à Orléans. L'école de droit est alors en même temps école de philosophie (en particulier averroïste) et constitue un foyer actif pour la diffusion de l'humanisme et même de la Réforme.

À vingt-trois ans, la Boétie est conseiller au Parlement de Bordeaux. Il est le collègue de Montaigne à qui il inspire une amitié passionnée et qui lui rend hommage dans ses "Essais".Il est partisan des thèses modérées de Michel de l'Hospital.

Poète, auteur de nombreux sonnets, de vers latins, de traductions de Xénophon et de Plutarque, il est surtout connu pour son "Contr'un" ou "Discours sur la servitude volontaire" qui, sans défendre de système politique particulier, constitue une très sévère critique contre la tyrannie.

Il meurt le 18 août 1563, à l'âge de trente-trois ans. Le "Contr'un" n'est publié qu'après sa mort, en 1574 dans un recueil collectif d'inspiration protestante, Le réveil-matin des Français. Le texte fut réimprimé à chaque période de lutte pour la démocratie (en 1789, en 1835, en 1857 contre Napoléon III).


+ Voir plus
Source : www.non-violence-mp.org
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Anne-Marie Cocula vous présente son ouvrage "Etienne de la Boétie et le destin du Discours de la servitude volontaire" aux éditions Classiques Garnier. Entretien avec Violaine Giacomotto-Charra, Professeur de littérature et langue françaises, littérature et histoire des savoirs à la Renaissance à l'Université Bordeaux Montaigne. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2295899/anne-marie-cocula-etienne-de-la-boetie-et-le-destin-du-discours-de-la-servitude-volontaire Notes de Musique : Audio Library Youtube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (107) Voir plus Ajouter une citation
skyso   28 mai 2010
Discours de la servitude volontaire de Étienne de La Boétie
Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux.
Commenter  J’apprécie          1792
pamjij   15 décembre 2009
Discours de la servitude volontaire de Étienne de La Boétie
"Chose vraiment surprenante (...) c'est de voir des millions de millions d'hommes, misérablement asservis, et soumis tête baissée, à un joug déplorable, non qu'ils soient contraints par une force majeure, mais parce qu'ils sont fascinés et, pour ainsi dire, ensorcelés par le seul nom d'un, qu'ils ne devraient redouter, puisqu'il est seul, ni chérir, puisqu'il est, envers eux tous, inhumain et cruel"
Commenter  J’apprécie          950
skyso   28 mai 2010
Discours de la servitude volontaire de Étienne de La Boétie
Soyez résolus de ne servir plus, et vous serez libres.
Commenter  J’apprécie          820
skyso   28 mai 2010
Discours de la servitude volontaire de Étienne de La Boétie
Il y a trois sortes de tyrans. Les uns règnent par l’élection du peuple, les autres par la force des armes, les derniers par succession de race.
Commenter  J’apprécie          771
brigetoun   29 novembre 2009
Discours de la servitude volontaire de Étienne de La Boétie
C’est ainsi que le tyran asservit les sujets les uns par les autres….

Car à vrai dire, s’approcher du tyran, est-ce autre chose que s’éloigner de sa liberté et, pour ainsi dire, embrasser et serrer à deux mains sa servitude ? Qu’ils mettent un moment à part leur ambition, qu’ils se dégagent un peu de leur avidité, et puis qu’ils se regardent ; qu’ils se considèrent eux-mêmes : ils verront clairement que ces villageois, ces paysans qu’ils foulent aux pieds et qu’ils traitent comme des forçats et des esclaves, ils verront, dis-je, que ceux-là, si malmenés, sont plus heureux qu’eux et en quelque sorte plus libres. Le laboureur et l’artisan, pour asservis qu’ils soient, en sont quittes en obéissant ; mais le tyran voit ceux qui l’entourent coquinant et mendiant sa faveur. Il ne faut pas seulement qu’ils fassent ce qu’il ordonne, mais aussi qu’ils pensent ce qu’il veut…
Commenter  J’apprécie          621
Acerola13   28 juillet 2013
Discours de la servitude volontaire de Étienne de La Boétie
L'amitié naît d'une mutuelle estime et s'entretient moins par les bienfaits que par l'honnêteté.
Commenter  J’apprécie          580
brigetoun   29 novembre 2009
Discours de la servitude volontaire de Étienne de La Boétie
Mais ils ne font guère mieux ceux d’aujourd’hui qui, avant de commettre leurs crimes les plus graves, les font toujours précéder de quelques jolis discours sur le bien public et le soulagement des malheureux
Commenter  J’apprécie          540
Étienne de La Boétie
sabine59   04 avril 2020
Étienne de La Boétie


J'aime ce qui me nourrit: le boire, le manger, les livres.
Commenter  J’apprécie          556
Étienne de La Boétie
sagesse66   28 juillet 2018
Étienne de La Boétie
J'aime ce qui me nourrit : le boire, le manger, les livres...
Commenter  J’apprécie          540
Étienne de La Boétie
marwenchebbi   15 juillet 2014
Étienne de La Boétie
Cette ruse des tyrans d'abêtir leurs sujets n'a jamais été plus évidente que dans la conduite de Cyrus envers les Lydiens, après qu'il se fut emparé de leur capitale et qu'il eut pris pour captif Crésus, ce roi si riche. On lui apporta la nouvelle que les habitants de Sardes s'étaient révoltés. Il les eut bientôt réduits à l'obéissance. Mais ne voulant pas saccager une aussi belle ville ni être obligé d'y tenir une armée pour la maîtriser, il s'avisa d'un expédient admirable pour s'en assurer la possession. Il y établit des bordels, des tavernes et des jeux publics, et publia une ordonnance qui obligeait les citoyens à s'y rendre. Il se trouva si bien de cette garnison que, par la suite, il n'eut plus à tirer l'épée contre les Lydiens. Ces misérables s'amusèrent à inventer toutes sortes de jeux si bien que, de leur nom même, les Latins formèrent le mot par lequel ils désignaient ce que nous appelons passe-temps, qu'ils nommaient Ludi, par corruption de Lydi.
Commenter  J’apprécie          423

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Étienne de La Boétie (1346)Voir plus


Quiz Voir plus

Lire avec Gérard Philipe

En 1946, Gérard Philipe incarne le prince Mychkine face à Edwige Feuillère dans L’Idiot de Georges Lampin Il est une adaptation du roman éponyme de:

Alexandre Pouchkine
Léon Tolstoï
Fiodor Dostoïevski

14 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : gérard philipe , adapté au cinéma , adaptation , littérature , cinema , théâtre , acteur , acteur français , cinéma français , engagement , communismeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..