AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Citations les plus appréciées
Celui qui passe à côté de la plus belle histoire de sa vie n'aura que l'âge de ses regrets et tous les soupirs du monde ne sauraient bercer son âme...
Commenter  J’apprécie          270115
Il est tellement important de laisser certaines choses disparaître.De s'en défaire, de s'en libérer. Il faut comprendre que personne ne joue avec des cartes truquées. Parfois on gagne, parfois on perd. N'attendez pas que l'on vous rende quelque chose, n'attendez pas que l'on comprenne votre amour. Vous devez clore des cycles, non par fierté, par orgueil ou par incapacité, mais simplement parce que ce qui précède n'a plus sa place dans votre vie. Faites le ménage, secouez la Poussière, fermez la porte, changez de disque. Cessez d’être ce que vous étiez et devenez ce que vous êtes
Commenter  J’apprécie          22616
William Shakespeare
Je me sens toujours heureux, savez vous pourquoi? Parce que je n'attends rien de personne.Les attentes font toujours mal, la vie est courte.Aimez votre vie, soyez heureux, gardez le sourire et souvenez vous: Avant de parler, écoutez.Avant d'écrire, réfléchissez.Avant de prier, pardonnez.Avant de blesser, considérez l'autre.Avant de détester, aimez et avant de mourir, Vivez
Commenter  J’apprécie          219918
Pourquoi croise-t-on des milliers de personnes et ne s'éprend-on que d'une seule.
Commenter  J’apprécie          190710
On ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux.
Commenter  J’apprécie          182612
Certains disent qu'on reconnaît le grand amour lorsqu'on s'aperçoit que le seul être au monde qui pourrait vous consoler est justement celui qui vous a fait mal.
Commenter  J’apprécie          17990
Tu cesseras d'être déçu quand tu auras cessé d'espérer
Commenter  J’apprécie          17913
Thomas Sankara
L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maître qui prétend l’affranchir. Seule la lutte libère .
Commenter  J’apprécie          17810
J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.
Commenter  J’apprécie          15001
"Et dans un dernier souffle, je comprends tout: que le temps n'existe pas, que la vie est notre seul bien, qu'il ne faut pas la mépriser, que nous sommes tous liés, et que l'essentiel nous échappera toujours."
Commenter  J’apprécie          13750
Mais si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde.

Commenter  J’apprécie          13503
Djalâl ad-Dîn Rûmî
Hier, j'étais intelligent et je voulais changer le monde. Aujourd'hui, je suis sage et je me change moi-même.
Commenter  J’apprécie          13341
Je ne guérirai pas de cet amour. Tu m'as pris ma lumière, ma sève, ma confiance. Mes jours sont vides, ma vie est morte. Je fais juste semblant. De sourire, d'écouter, de répondre aux questions. Tout les jours, j'attends un signe, un geste. Que tu me délivres de ce trou noir dans lequel tu m'as laissée et que tu me dises pourquoi. Pourquoi m'as tu abandonnée ?
Commenter  J’apprécie          12764
Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueuilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompés en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière et on se dit : j'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois ; mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueuil et mon ennui.
Commenter  J’apprécie          12537
Quand un vieillard meurt, c'est une bibliothèque qui brûle
Commenter  J’apprécie          12422
Un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison.
Commenter  J’apprécie          12306
Dans "Abolir la prison", le lecteur est en présence des motifs par lesquels il y a lieu d’appeler à mettre en œuvre une réforme, à la fois ambitieuse, efficace et réaliste, visant une véritable rupture avec le principe de l’enfermement comme référence pénale principale et massive, aussi bien en milieu fermé qu’en milieu ouvert.
Commenter  J’apprécie          12210
Guillaume Musso
On la connaît tous, cette solitude qui nous mine parfois. Qui sabote notre sommeil ou pourrit nos petits matins. C'est la tristesse du premier jour d'école. C'est lorsqu'il embrasse une fille plus belle dans la cour du lycée. C'est Orly ou la gare de l'Est à la fin d'un amour. C'est l'enfant qu'on ne fera jamais ensemble. C'est quelquefois moi. C'est quelquefois vous. Mais il suffit parfois d'une rencontre ...
Commenter  J’apprécie          12060
Il importe de distinguer la pantopie du panoptique. La pantopie caractérise le processus par lequel un phénomène ou un état tend à déborder le cadre spatial pour lequel il était initialement conçu ou fait. […] Elle reflète la tendance à l’élargissement des espaces carcéraux, voire pénaux, aux territoires de la société civile.
Commenter  J’apprécie          11460
Tout comme il existe des coups de foudre en amour, il y a quelque fois des coups de foudre en amitié.
Commenter  J’apprécie          11090












{* *}