AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782848190259
Créer (29/07/2009)
5/5   1 notes
Résumé :
L'Aquitaine de la fin du Moyen Âge est tributaire d'un double particularisme :
- fière d'avoir donné cinq papes à l'Église, la province a été profondément marquée par le séjour des pontifes en Avignon ;
- entièrement livrée à la mouvance anglaise, en vertu du traité de Brétigny. Elle a subi de plein fouet les déchirements d'un conflit diversement accepté.

Tour à tour stimulé ou entravé par ces deux type... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
CREERCREER   25 février 2013
La Sainte Madeleine du Puy-Jobert
Conservée dans une collection privée de la Geneytouse, la Sainte Madeleine, dite du Puy-Jobert, pourrait être le témoin de ces maladreries qui quadrillaient le diocèse de Limoges : 48 établissements y ont été recensés 212 parmi lesquels on relève Limoges (chapelle Sainte-Marie-Magdelaine citée en 1475), Nontron (maladrerie de Sainte-Madeleine 1488), Aixe (maladrerie de Sainte-Madelaine 1492).
À Saint-Junien, un autel de Sainte Madelaine est fondé dans la collégiale en 1492.
Il semble bien que la Sainte du Puy-Jobert se rattache à la même série de fondations. Curieusement, l’année 1492 marque un point culminant dans le culte magdalénien: c’est alors que des religieuses pénitentes de Sainte-Madeleine s’établissent à Paris avec la protection de Charles VIII 214; d’ailleurs, le même phénomène est sensible en Allemagne où la Sainte Madeleine de Münnerstadt (musée de Munich), oeuvre célèbre de Riemenschneider, est précisément datée de 1492.
En tout cas, le développement simultané de ce culte s’accompagne d’un type iconographique commun: le Ravissement de la Madeleine à la Sainte-Baume.
Le visage encadré de deux longs bandeaux de cheveux descendant sur les épaules, la pénitente du Puy-Jobert est élégamment vêtue d’une robe plissée, avec ceinture à chaînette, et d’un manteau doublé d’une pelisse à pointes de diamant (h: 1,24 m). Il s’agit d’un traitement de la fourrure assez spécifique du Limousin (cf. Donzenac, Carennac). Les mains brisées devaient soutenir le phylactère déroulé par deux anges acolytes qui participent au « Ravissement ».
Sur le phylactère s’inscrit la fameuse maxime de la Sainte-Baume :
« Ne desperetis, "os qui peccare soletis
Exemploque meo, "os reparate Deo »,
c’est-à-dire :
Ne désespérez pas, pécheurs endurcis,
Mais imitez-moi et faites pénitence devant Dieu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : sculptureVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2486 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre