AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782848190242
Créer (09/08/2004)
5/5   1 notes
Résumé :
Depuis les vastes étendues de l'Aubrac et de la Margeride jusqu'aux gorges du Tarn, en passant par les rives plus clémentes de la vallée du Lot, le Gévaudan est réputé pour ses paysages grandioses. Mais qui se douterait que le pays des Gabales est devenu la terre d'élection des croix de chemins ? C'est pourtant la vocation qui s'y trouve affirmée, depuis plus d'un millénaire, par un incessant cortège de pèlerins qui sillonnent en tous sens des itinéraires réputés. L... >Voir plus
Que lire après Croix du GévaudanVoir plus
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Les croix de peste
Depuis 1348, date de la terrible peste Noire, l’Occident a été périodiquement ravagé par les épidémies. Célèbre par son industrie lainière, le Gévaudan a subi de plein fouet les effets de la contagion. En effet, l’extension de la production drapière nécessitait l’achat de laines étrangères et notamment orientales. C’est ainsi que plusieurs épidémies ont pris un caractère accentué dans la province.
– L’épidémie de 1578 fait 1 700 victimes à Mende ;
– La contagion de 1630, qui exerce ses ravages de 1628 à 1631, est connue sous le nom de Grande Peste. On recense 4 000 morts, à Villefranche-de-Rouergue en 1628, 10 000 morts au Puy en 1629, 3 000 morts à Rodez en 1630, 5 000 morts à Clermont en 1631. Par contre, la ville de Mende est miraculeusement épargnée, à la suite d’un vœu à Notre-Dame de Quézac en 1630 ;
– Introduite avec des laines achetées à Smyrne, la peste de 1721, dite « Peste de Marseille », a laissé des souvenirs cruels dans tous les centres lainiers du Gévaudan. On a dénombré 945 morts sur 1633 habitants, à la Canourgue, 1 078 morts sur 5 000 habitants à Mende, et surtout 1 800 morts sur 2 756 habitants à Marvejols. La contagion avait débuté à Corréjac en 1720 : le village fut alors brûlé, mais le mal, qui s’était propagé à la Canourgue, paralysa le Gévaudan pendant deux ans.
Les croix du Gévaudan portent le reflet de ces vagues de contagion.
Plusieurs croix de la Margeride, de section octogonale, sont ornées, sur leurs faces biseautées, de protubérances arrondies. Ce décor, qui apparaît sur les voussures des portails romans du Velay, à la chapelle Saint-Clair d’Aiguilhe, à Vorey et Rosières, prend une signification particulière dans l’art des croix. On parle de croix à bubons ou argnats, d’un nom patois qui signifie furoncle, par allusion aux manifestations les plus évidentes de la peste.
Commenter  J’apprécie          10
les croix, qui se sont multipliées au cours des siècles à travers le Gévaudan, répondent à des fonctions multiples, parfois cumulées par un même monument. Pourtant chaque croix a une fonction majeure, révélée par son site particulier ou les circonstances spécifique de son implantation. Plusieurs fonctions essentielles seront ainsi envisagées : elles expliquent comment la croix est devenue un repère indispensable de la vie quotidienne.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : inventaireVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (3) Voir plus



Quiz Voir plus

Annie Ernaux

Sa famille proche se compose de:

père, mère, soeur, frère
père, mère, soeur
père, mère, frère
père et mère

12 questions
273 lecteurs ont répondu
Thème : Annie ErnauxCréer un quiz sur ce livre

{* *}