AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2204104248
Éditeur : Le Cerf (06/02/2017)

Note moyenne : 4.75/5 (sur 2 notes)
Résumé :
En Occident, le monde présent est celui des apparences. En droit, l'individu est roi, en fait, il est dépossédé de son autonomie. En droit, on lui promet la jouissance, en fait, il est placé sous influence. Le grand art de notre temps est de donner au conformisme le nom de liberté, au dérèglement moral le nom d'émancipation. Aujourd'hui, le rideau commence à se déchirer. Il apparaît de plus en plus clairement que l'opinion dominante est une pensée faible en dépit de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Pirmin
  29 décembre 2018
Attention, une nouvelle civilisation se crée sous nos yeux ! Une révolution silencieuse. Analysons-la se dit Philippe Beneton, philosophe et professeur de Droit et de science politique. Ce livre est un bijou d'intelligence, de clairvoyance et de sagesse aussi.
En fait, si on veut résumer rapidement : ce qui était dans la civilisation chrétienne le bien et le juste, devient faux et méprisable pour la civilisation "progressiste" que l'on essaie de nous imposer. La créature s'éloigne de la création et l'homme transforme la nature pour la rendre fonctionnelle, artificielle, uniforme. C'est un monde de connaissances, de méthodes, de règles et de procédures. Ce n'est plus le Créateur et la nature qui nous guident, mais une idéologie humaine, inventée par des apprentis-sorciers, une utopie d' "hommes-dieux" qui nous contraignent à un hypothétique "paradis" sur Terre où les péchés capitaux ne sont plus des péchés, ils sont absouts et certains même encouragés par le courant kabbaliste.
L'auteur pense que les idéologies ne réussissent jamais (les preuves historiques ne manquent pas) et que l'on doit faire confiance aux politiques pragmatiques réalistes de vrais hommes d'Etat. Il faut discipliner les médias et restaurer la véritable école. Les Droits de l'Homme ne sont qu'une éthique et ils doivent le rester.
D'où viennent ces nouvelles "valeurs" ? Elles sont dans la lignée des idéologies révolutionnaires marxistes, athéistes, libertaires, égalitaristes, hédonistes. C'est l'école de Francfort avec ses gourous qu'étaient Hegel, Marx, Marcuse et l'actuel Habermas. Les egos sont hypertrophiés et avides de toutes libertés, donc anti-conformistes, anti-autorités, anti-hiérarchiques, anti-morale, etc. Comme bien des valeurs chrétiennes sont inversées, on est pas loin de l'anté-christ ou de satan. Le genre d'idées qui sort des laboratoires maçonniques. C'est mai 68 qui s'émancipe encore un peu plus. "L'individu-roi", l'homme émancipé, nomade, citoyen du monde dans un monde homogène où on élimine toutes les différences, les attachements (amour), ce qui empêche d'être un vagabond (famille). Une société cosmopolite qui supprime les barrières, les limites, les cadres, qui remet tout en question et va au-delà du naturel, du moral et du bon-sens. Tout inverser pour semer un désordre "constructif" ? Un monde de l'égalité par défaut, où tout jugement de valeur est censuré, où l'art et la beauté s'excluent.. La raison procédurale organise une vie où l'amour n'a pas sa place. L'autorité (églises, familles, écoles, universités, Etats, police) est remplacée par des spécialistes de compétences, des techniciens qui n'ont plus à défendre une responsabilité et un symbole intellectuel et moral lié à leur fonction. L'homme moderne est un sachant qui ne s'embarrasse pas d'éducation, des formes et du respect des institutions. L'ego sur-développé ne se soumet à rien qu'à soi-même. Mais sur le terrain de l'égalité par défaut, les manipulateurs se font plus nombreux, les protections tombent et la voie est libre pour les tentateurs. Les faibles sont plus vulnérables. La moralité publique est en déclin et altère le fonctionnement de la démocratie. Le Droit essaie tant bien que mal de compenser le retrait de la morale. La compassion déborde, mais le respect d'autrui dépérit. La modernité a une pensée faible mais des positions fortes. Il n'y a pas de débats, ils sont transformés en un tribunal intimidant avec un accusé, c'est la nouvelle rhétorique. Il y a une volonté d'abaisser l'homme et la vie. Certains mettent leur gloire dans la bassesse ou le "sale" (cinéastes, écrivains, artistes). La nouvelle morale permet de se présenter comme un homme bien tout en étant un salaud car la fourberie, la duplicité et les mensonges sont tolérés. Plus on est hédoniste égocentré et plus on s'éloigne de la vie intérieure, de l'Amour et de Dieu. Bernanos disait : "Le monde moderne est une conspiration contre la vie intérieure".
Le christianisme est anti-holistique, c'est la civilisation du naturel, de l'inné, de l'âme, supervisée par le Créateur. C'est la civilisation qui a permis tous les progrès que l'on connaît en Occident et dans tous les domaines. Ce que l'on essaie de nous imposer aujourd'hui, c'est l'inverse, une construction, un concept holiste, qui met les libertés au dessus de la morale, qui censure le jugement de valeurs et élimine la conscience humaine. Un monde de consommateurs manipulables par les maîtres-chanteurs de l'ultralibéralisme, l'oligarchie mafieuse illégitime et sans âme de la "nouvelle civilisation maçonnique"..
Les "sciences" morales ne devraient pas suivre intégralement le modèle scientifique du raisonnement binaire et du mesurable, ce qui maintiendrait l'équilibre entre la matière (esprit scientifique) et la subjectivité nécessaire de notre cerveau émotionnel.
C'est un livre essentiel qui mérite d'être lu par tous les amoureux de la démocratie harmonieuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
autres livres classés : satanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
376 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre