AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782724622409
160 pages
Éditeur : Les Presses de Sciences Po (25/10/2018)
2/5   3 notes
Résumé :
Toute une série de biais cognitifs nous empêchent de prendre des décisions rationnelles : conformisme, aversion pour la perte, surestime de soi, préférence pour le court terme, etc. Ce credo des économistes et des psychologues comportementalistes a été repris à leur compte par les pouvoirs publics de nombreux pays, afin d'orienter les choix de leurs concitoyens. Nous sommes ainsi considérés comme des donneurs d'organes par défaut, nos enfants sont tenus à distance d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Tbilissi
  27 février 2019
Intéressée depuis quelque temps par les biais cognitifs, qui mettent un malin plaisir à tromper notre cerveau, je me réjouissais d'en approfondir un en particulier avec cet essai, le biais comportementaliste.
Quelle ne fût pas ma déception de découvrir un ouvrage ultra-universitaire (en même temps aux éditions SciencesPo j'aurais dû m'en douter...), avec très peu d'exemples concrets ; pour la vulgarisation on repassera !
J'ai dû me concentrer intensément pour comprendre un petit quart du petit livre... le reste est resté nimbé d'un brouillard de références et mots complexes que je n'ai su décrypter.
Je suis tout de même ravie d'avoir appris ce qu'est un "nudge", "(en anglais, nudge signifie "pousser du coude"), qui recouvre des dispositifs destinés à guider les comportements vers des options privilégiées par des "nudgeurs", par exemple en pré-cochant par défaut des options dans une interface informatique, ou en réaménageant l'espace, comme sur les présentoirs des cantines où les plats de légumes sont présentes au premier plan et les assiettes de frites au dernier. Les individus sont ainsi incités à adopter un comportement favorable à la résolution de problèmes collectifs, par exemple l'obésité, sans même y réfléchir ni avoir besoin d'en comprendre les enjeux." Je serai certainement plus à même de reconnaître ce type de fonctionnement à l'avenir dans mon quotidien, et rien que pour ça la lecture de ce court essai en valait la peine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Gribouille_idf
  25 mars 2019
Cet ouvrage, dont le sujet est passionnant, reste « malheureusement » réservé aux lectrices et lecteurs averti.e.s. En effet, il s'agit ici d'une théorie économique de l'action publique qui prétend agir sur les comportements socio-culturels des individus de telle manière à les « réorienter, insensiblement, vers des actions dont les effets sont jugés désirables. » Ces réorientations comportementales sont appelées « nudge ». Ainsi, l'économie comportementale se distingue des théoriques économiques classiques car elle intègre dans son approche un « biais comportementaliste » ou appelé aussi « biais cognitif ». L'individu n'est donc pas un stupide agent social soumis à des pulsions rationnelles.
Je ne peux que saluer l'effort des auteur.e.s pour avoir aborder, même sous l'angle épistémologique et théorique, un sujet stimulant résumé dans un opuscule d'une centaine de pages. Toutefois, fallait-il être aussi nombreux pour un ouvrage aussi dense que court, et de surcroît, difficilement décryptable pour une personne étrangère au langage des sciences humaines et sociales ?
Je remercie l'équipe du site Babelio et les éditions des Presses de Sciences po de m'avoir donné l'occasion de lire cet opuscule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Jiby
  23 février 2019
Voici un livre très court (107 pages sans la bibliographie) qui cherche à aborder la notion de "nudge", c'est à dire d'astuces permettant d'inciter les gens à prendre de bonnes décisions à leur insu mais pour "leur bien" ou celui de la "communauté".
Cet ouvrage est rédigé dans une architecture et un vocabulaire très universitaire (introduction développement avec thèse, antithèse puis synthèse/conclusion) qui peut le rendre pompeux.
Le texte est découpé en 3 parties:
- La première décrit un travail d'analyse bibliographique assez lourd qui se veut présenter un historique de la notion de nudge dans le monde politique et économique. Cette première partie ne me semble avoir que peu d'intérêt et est particulièrement ennuyeuse.
- La deuxième partie, nettement plus intéressante reste très peu développée. Seuls quelques exemples concrets de nudges sont cités.
- La troisième partie, assez hermétique se veut être une critique des nudges.
Globalement, cet ouvrage me parait bien trop centré sur l'économie (on nous parle beaucoup d'économie comportementale et d'homo économicus) et très peu de santé et d'écologie, qui pourraient pourtant être des sujets cibles des nudges dans l'établissement des politiques publiques. La 4e de couverture est donc trompeuse.
Le titre "Le biais comportementaliste" est donc trop peu précis: Ce livre n'est pas une introduction au sujet, ni une étude approfondie car il est bien trop superficiel.
En découvrant les auteurs, on aurait pu s'attendre à un travail de recherche rigoureux et appuyé sur des données scientifiques ou des expérimentations concrètes. Rien de tout celà dans cet ouvrage !
Il m'a semblé, dans un premier temps, que cet ouvrage s'adressait à un lectorat déjà bien au fait des nudges. Puis, dans un second temps, je me suis dit que ce livre n'apportait rien à celui qui connaissait déjà les nudges.
Il semble donc avant tout que les 6 auteurs (oui ils se sont mis à 6 pour le rédiger !) ont cherché à surfer sur le succès des "nudges". Peut-être ont-ils voulu faire un complément "français" à l'ouvrage du "prix nobel d'économie" Richard Thaler et de Cass Sustein, "Nudge - La méthode douce pour inspirer la bonne décision" ? C'est raté !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
TbilissiTbilissi   25 février 2019
Non seulement les politiques inspirées par les sciences sociales sont decriées (voir par exemple les débats sur l’école ou la délinquance), mais on reproche à la sociologie en particulier de « justifier » les crimes, le terrorisme et autres maux sociaux, du fait de son approche. Les approches comportementales se proposent de remplacer auprès des gouvernants ces savoirs accusés d’avoir conduit à des politiques trop coûteuses, inefficaces, trop longues à produire leurs effets et qui sont souvent jugées trop contraignantes pour les entreprises. Un débat de ce type agite depuis longtemps la psychiatrie, opposant l’approche psychanalytique et l’approche comportementaliste : la première juge que la seconde ne traite que les symptômes et non le « mal profond ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
TbilissiTbilissi   27 février 2019
Le comportementalisme a pour effet de ne pas changer les structures profondes et, comme l'ont montré de longue date les travaux de psychologie, peut voir son effet s'étioler dans le temps : un nudge ludique poussera les personnes à trier leurs déchets, à marcher davantage, à limiter leur vitesse, à réduire leur temps sous la douche tant que le procédé les amusera. Dès qu'elles en seront lassées, le risque est grand qu'elles reprendront leurs habitudes antérieures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
TbilissiTbilissi   27 février 2019
L'emblème de ces formes d'orientations douces est le "nudge" (en anglais, nudge signifie "pousser du coude"), qui recouvre des dispositifs destinés à guider les comportements vers des options privilégiées par des "nudgeurs", par exemple en pré-cochant par défaut des options dans une interface informatique, ou en réaménageant l'espace, comme sur les présentoirs des cantines où les plats de légumes sont présentes au premier plan et les assiettes de frites au dernier. Les individus sont ainsi incités à adopter un comportement favorable à la résolution de problèmes collectifs, par exemple l'obésité, sans même y réfléchir ni avoir besoin d'en comprendre les enjeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : biais cognitifVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
356 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre