AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782365778619
160 pages
Urban Comics Editions (22/04/2016)
3.89/5   14 notes
Résumé :
Entre les murs de New Angeles, seuls les plus forts ont une chance de survivre. Tandis que les habitants vivent au rythme de la violence et de la pauvreté, une nouvelle forme de divertissement fait son apparition : des combats à mort de gladiateurs devenus machines de guerre, les Suiciders. Parmi eux, le Saint s'est donné pour mission de nettoyer la cité des indésirables et ainsi rebâtir les fondations d'un monde meilleur. Mais l'homme aussi à ses secrets, et certai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Presence
  08 décembre 2015
Ce tome est le premier d'une série indépendante de toute autre. il comprend les épisodes 1 à 6, initialement parus en 2015, écrits, dessinés et encrés par Lee Bermejo, avec une mise en couleurs de Matt Hollingsworth. Bermejo était déjà l'auteur complet d'un récit de Batman assez bien troussé : Batman: Noël.
Un homme musclé et bien découplé se recueille au pied d'un Christ en croix. Sur son dos, il porte un tatouage de Saint Michel terrassant le dragon. Il se rend dans ses loges pour revêtir son armure. Pendant que les membres de son équipe lui assemblent sur le dos, il répond aux questions de la journaliste Sheila Sutter. Sur le mur qui entoure New Angeles (Los Angeles reconstruite après un tremblement de terre majeur), 2 gardes discutent du match à venir, et de la piètre qualité des commentateurs. À leur pied, un couple s'apprête à tenter de franchir le mur avec l'aide d'un passeur.
Le Saint des Suiciders entre dans l'arène pour affronter son opposant. C'est un combat jusqu'à la mort, où les combattants disposent d'une armure servant d'exosquelette, avec des armes blanches. Ailleurs un grand gaillard (le Kid) arrive comme immigrant clandestin, dans un containeur. Il est repéré et récupéré par Navarro qui le présente au caïd du coin. Les affaires peuvent continuer, et Kid va participer à des combats clandestins, à mort bien sûr. La ville de New Angeles est gérée par un conglomérat omniprésent appelé Mulholland Corp.
Même si le récit de Batman écrit par cet auteur s'était avéré satisfaisant, le lecteur vient avant tout pour ses dessins hyperréalistes, avec des détails concrets et une belle ambiance noire, pour lesquels il s'est fait connaître dans ses collaborations avec Brian Azzarello : Batman / Deathblow : After the fire, Luthor, Joker. Dès la première page, le lecteur est aux anges. La statue du Christ est impeccable, avec le plâtre légèrement granuleux, enlevé par endroit pour laisser apparaître une matière plus poreuse en dessous, avec un gros clou au travers des pieds pour insister sur la cruauté et la douleur. Saint est musculeux à la perfection, sa musculature restant plausible, à l'opposé de celle du premier superhéros venu. L'arme automatique tenue par l'un des gardes sur le mur est immédiatement reconnaissable dans ses détails réalistes. Les armures des combattants dans l'arène apparaissent comme étant fonctionnelles, grâce à leurs articulations bien étudiées. Les engins de mort automatiques de l'arène sont crédibles, comme s'ils avaient réellement été fabriqués.
Les décors sont somptueux de bout en bout. le lecteur peut voir New Angeles, protégée par le mur, avec encore des marques du tremblement de terre. Il constate la pauvreté des quartiers défavorisés à l'extérieur de l'enceinte. Il apprécie le luxe du manoir De Saint, lors de la visite de Sheila Sutter. Il aimerait pouvoir s'assoir sur l'un des tabourets du bar de Chloe, et prendre Charlie sur ses genoux. Bermejo réussit même à donner du caractère au passage dans les émissaires pour les eaux pluviales, tuyaux d'un diamètre impressionnant, éléments de décors passepartout déjà vus dans des dizaines de films.
Dans la mesure où les 2 personnages principaux sont des combattants massifs, le lecteur est fasciné par leur virilité, leur animalité, et leur manque de pitié. Ce sont des machines à tuer efficaces, brutales, professionnelles. L'artiste utilise différentes morphologies pour les personnages masculins, attestant d'une vraie diversité dans les individus. Les personnages féminins sont moins bien servis, à la fois quant au nombre de pages qui leur est dévolu, et quand à la morphologie identique pour toutes sauf une. de temps à autre, le lecteur s'agace que les visages de ces messieurs ne soient pas toujours assez marqués pour 2 ou 3 d'entre eux, mais le contexte du récit permet de les identifier sans problème.
Par rapport à ses précédents travaux, Lee Bermejo a amélioré la composition de ses planches : les aplats de noir sont maîtrisés pour donner plus de volume aux formes, et pour rendre compte d'un faible éclairage (tout en conservant la lisibilité du dessin), le niveau de détail est adapté à la nature de la case (de photoréaliste à un niveau de détail élevé). L'artiste réussit toujours avec autant d'efficience ces dessins dont les décors pourraient presqu'être assimilés à une photographie du fait du niveau de détail, et du réalisme de ce qui est représenté. Toutefois le mode de dessin fait que ces décors incorporent les personnages, sans donner l'impression que ces derniers aient été collés sur une image trop précise par rapport aux silhouettes. Lee Bermejo a donc amélioré le dosage de ses dessins, pour une narration plus fluide, sans rien perdre de leur réalisme.
Rien que pour les dessins, le lecteur se félicite d'avoir tenté l'aventure de cette lecture. le travail de Matt Hollingsworth semble intégré aux dessins, comme si Bermejo avait tout réalisé tout seul. le coloriste réalise avec la même élégance des compositions chromatiques donnant une ambiance spécifique à chaque séquence avec une teinte dominante, des camaïeux pour rehausser les volumes (sans supplanter les formes), et des touches de couleurs inattendues (un peu de rose) et pertinentes.
L'idée d'une ville close, abritant une société de privilégiés (par rapport à ceux du dehors) soumis aux diktats d'une entreprise tentaculaire employant sa propre police qui assure la sécurité de la ville est un thème déjà développé dans d'autres récits d'anticipation. Il en va de même pour des combats à mort dans une arène, avec des gladiateurs revêtus d'armure haute technologie. La force de conviction des dessins assure au lecteur un excellent niveau d'immersion par rapport à d'autres récits du même genre.
Dans ce récit à haute teneur en testostérone, avec des rôles féminins assez secondaires, le lecteur voit ces 2 individus Saint et Kid progresser par la force physique, éclatant les crânes sous leur poing, pour survivre, aller de l'avant et être vainqueur. Ils incarnent la réussite à la force de leur volonté, bien aidés par leur carrure et leur forme physique exceptionnelle. En contrepoint, les pauvres individus normaux nés du mauvais côté de la barrière tentent de s'introduire dans leur monde pour bénéficier d'un meilleur environnement. Il y a aussi ces 2 gugusses en costume-cravate qui tirent les ficelles, en s'assurant que leur poulain continue de leur rapporter quelque chose. Enfin il y a quelques gugusses se contentant d'aller dans le sens du système, sans oublier leur pomme (charité bien ordonnée commence par soi-même).
Dès le début, le lecteur comprend qu'il est dans un récit d'anticipation mâtiné de roman noir. Les tenants et les aboutissants de l'économie de New Angeles ne sont pas détaillés, mais l'on sent bien que le capitalisme règne toujours, sous la forme d'une entreprise omniprésente dictant littéralement sa loi. Les opérations de chirurgie esthétique sont monnaie courante, mais certainement pas gratuites, et elles sont une obligation pour la population de New Angeles qui doit se montrer sous un jour parfait. Les implants cybernétiques augmentant les capacités sont aussi monnaie courante, et certainement encore plus chers. La vie d'un être semble par contre bon marché, que ce soit celle des champions Suiciders qui s'affrontent dans l'arène, ou les pauvres hères qui sont froidement abattus pour avoir essayé d'immigrer clandestinement.
Dès le début, il y a également une dimension policière dans le récit. Qui est vraiment The Saint ? D'où vient-il ? Quelle est son histoire personnelle ? Ce mystère est assez important pour que la journaliste Sheila Sutter risque gros, et pour que le fouille-m*** Benedict Staz risque encore plus gros. Dès le début, le lecteur constate aussi qu'il s'agit d'un polar noir, où l'altruisme n'a pas le droit de cité. Certes Lee Bermejo prend un malin plaisir à montrer ces types machos et brutaux, avec une forme de romantisme pour ces mauvais garçons. Mais il prend tout aussi soin de montrer de manière manifeste que le bonheur et la paix de l'âme leur échappent. Tous ces individus ont soit une revanche à prendre, soit un appétit de pouvoir insatiable, qui les condamnent dans une surenchère les laissant toujours insatisfaits.
Avec cette deuxième histoire réalisée tout seul, Lee Bermejo confirme qu'il dispose des compétences nécessaires pour être un auteur complet. Il propose un roman noir baignant dans un environnement de science-fiction, avec des individus englués dans leur histoire personnelle, luttant pour accéder à un état plus serein, tout en s'enferrant dans les mêmes schémas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Aderu
  08 novembre 2021
Ayant récemment découvert - et à mon grand plaisir - le travail de Lee Bermejo, j'ai décidé de jeter un oeil sur chacune de ses oeuvres disponible en français.
Et avec Suiciders, l'homme est également au scénario.
L'histoire se situe dans un Los Angeles ravagé par un gigantesque tremblement de terre, et renommé New Angeles - on erre également dans un Lost Angeles. Des gladiateurs contemporains distraient les masses et épongent les ardeurs dans une parodie mécanique de la Rome antique. Leur nom ? Les Suiciders.
Comme dit dans d'autres critiques, il y a une sorte de mélange entre Mad Max et Gladiator, auxquels je rajouterai un soupçon de Los Angeles 2013 et d'American Nightmare dans l'esprit.
Les dessins de Lee Bermejo sont exceptionnels de précision - pléonasme. L'histoire par contre n'est pas particulièrement prenante. C'est assez convenu, même si la dimension "chirurgie esthétique et bio-améliorations" est plutôt intéressante. En prime, un petit cliffhanger donnant envie de connaître la suite.
Un divertissement correct, où ça bastonne pas mal, mais qui n'a rien d'inoubliable.
Un regret notable : la couv un peu fadasse, surtout vu celles présentées en fin de volume, qui rivalisent de dinguerie (mentions spéciales pour la #3 et la #6) !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Yvan_T
  27 février 2017
Ce premier volet reprend les six premiers épisodes de cette saga écrite et dessinée par Lee Bermejo (Batman – Noël, Batman – Joker, Luthor, Before Watchmen) et mise en couleurs par Matt Hollingsworth. À l'instar de « Batman – Noël », Lee Bermejo est donc seul aux commandes… ce qui m'a d'ailleurs initialement fait hésiter à l'acheter car le garçon est surtout connu pour ses talents de dessinateur. Mais bon, les critiques étant positives, j'ai fini par craquer…
Ce premier volet plonge le lecteur dans un futur peu réjouissant, situé trente ans après un terrible tremblement de terre appelé « The Big One », qui n'a pas laissé grand-chose debout. New Angeles, une mégapole entourée de murs que les exclus tentent de franchir afin de bénéficier d'un meilleur environnement, est totalement aux mains de la Mulholland Corp., qui divertit la population avec des combats de gladiateurs ultra-violents, dignes de la Rome antique. Parmi les participants, surnommés les « Suiciders », Lee Bermejo invite à suivre les pas du plus populaire de tous : le Saint !
En situant son récit dans une ville close, abritant les quelques privilégiés de ce monde post-apocalyptique, l'auteur installe donc un univers particulièrement sombre et violent. Si l'action est omniprésente à travers les affrontements sanglants qui se succèdent dans l'arène de la ville, le récit s'amuse également à progressivement dévoiler le passé nébuleux du personnage principal. Ce guerrier invaincu cache en effet de lourds secrets, dont l'auteur dévoile lentement les zones d'ombre à coups de flash-backs bien dosés. Si l'auteur intègre plusieurs thématiques à son récit, telles que l'immigration clandestine ou l'asservissement des masses à l'aide de jeux stupides, le scénario n'est cependant pas l'attrait principal de cet album… même si l'intrigue n'est pas mauvaise.
Comme d'habitude avec Lee Bermejo, visuellement cet album est en effet une véritable claque. Son dessin hyperréaliste et riche en détails est une nouvelle fois splendide, le tout rehaussé par la colorisation experte de Matt Hollingsworth.
Bref, une intrigue qui donne envie de découvrir la suite et un dessin dont on ne se lassera jamais…
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
boubously
  30 avril 2016
Après un terrible tremblement de terre appelé "The Big One", Los angeles a été divisé en deux dont une partie nommée " New Angeles " comporte une population rentrant le plus possible dans les bons standards et vivent au rythme de la violence et de la pauvreté. Pour divertir la populace des combats à mort de gladiateurs ont lieu et ils se font appelés " The Suiciders " . le meilleur et invaincu des combattants s'appelle " le Saint " et s'est donné comme objectif de rebâtir un monde meilleur. Mais il a de lourds secrets et pourrais devenir lui aussi un indésirable...
De l'action, un scénario solide avec un héro principal charismatique "bête de combat " mais doté d'une certaine sensibilité. Les dessins sont en plus très agréables et donnent des ambiances différentes. Un tome très réussi pour conclure qui débute magistralement cette nouvelle saga.
Commenter  J’apprécie          40
Erik_
  22 décembre 2020
Je n'ai pas trop aimé l'univers sombre de Suiciders qui sont des gladiateurs qui offrent le spectacle dans un Los Angeles en ruine après le fameux big one. Il y a un mélange entre Mad Max et Gladiator qui ne m'a pas franchement convaincu.
Pourtant, j'aime le trait si réaliste de Lee Bermajo qui rend ses dessins tout à fait sublimes. Ses personnages sont de pures beautés au niveau visuel. Mais bon, le scénario ne m'a pas emballé d'autant que je me suis totalement perdu dans les flashback imprévisibles. A noter qu'en l'occurrence, celui qui n'était qu'un dessinateur devient un auteur complet. On attendait beaucoup de lui et ses fans ne seront pas déçus.
La Los Angeles du futur à savoir la Cité des Anges va être un véritable réceptacle de noirceur d'âmes. Un récit plein de bruit et de fureur. On nage en pleine dystopie sous couvert de thriller. Il reste néanmoins une intéressante critique du sport de combat qui permet l'asservissement des masses.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (4)
BoDoi   08 août 2016
L’histoire, aux ressorts classiques, fonctionne de bout en bout, rythmée par une action dopée aux joutes d’arènes façon super-héros et des flashbacks nombreux.
Lire la critique sur le site : BoDoi
ActuaBD   06 juin 2016
Scénario captivant, encrage et qualité graphique à couper le souffle, couleurs rayonnantes... "Suiciders", la nouvelle œuvre de Lee Bermejo épate.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
ActuaBD   03 juin 2016
Scénario captivant, encrage et qualité graphique à couper le souffle, couleurs rayonnantes... "Suiciders", la nouvelle œuvre de Lee Bermejo épate.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   09 mai 2016
Du très bon boulot qui donne très envie de découvrir la suite.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
AderuAderu   07 novembre 2021
- C'est qui, Brando ?
- C'était un homme pris au piège d'un incroyable talent. Cela lui donnait tout, et pourtant ne lui laissait rien en retour. Il a appris à haïr ce talent. Un autre prisonnier...
- Oh, je vois le genre. "Je suis riche. J'ai du succès et tout le monde l'aime mais tout ce que je veux c'est une vie normale." Pitié. Si jamais vous êtes sur le point de me dire que c'est horrible d'être vous...
- Je dirais plutôt que c'est une demi-vie fantastique... Horriblement vécue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AderuAderu   07 novembre 2021
- Ils essaient d'étouffer l'affaire. Je veux savoir pourquoi.
- Quoi, tu te prends pour Batman, maintenant?
Commenter  J’apprécie          00
Erik_Erik_   22 décembre 2020
Maximus : À mon signal, déchaîne les enfers.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Lee Bermejo (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lee Bermejo
Welcome to the DC Comics Art Academy, a series of art tutorials recorded at Comic-Cons featuring many of the gifted and unique artists working for DC today. In today's installment, Lee Bermejo, the artist behind Joker, Luthor and Suiciders, draws the Clown Prince of Crime himself—the Joker! In the process, he discusses his early days as an artist at WildStorm, who his favorite DC character is and what book he recommends to artists who'd like to draw comics.
autres livres classés : violentVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Comics : Les héros de Marvel

Elle peut se dématérialiser, et ainsi traverser les objets solides, les murs, les plafonds ... Il s'agit bien sûr de ...

Kate Winslet
Kitty Pryde
Hello Kitty
Katy Perry

10 questions
218 lecteurs ont répondu
Thèmes : comics , super-hérosCréer un quiz sur ce livre