AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B01HPH9PMO
Éditeur : Rokh Editions (28/06/2016)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Lorraine Jones-DeWitte dénoua rapidement le foulard qui couvrait son crâne rasé, et se regardant dans la glace de sa coiffeuse, ne put s'empêcher de rire à son étrange aspect. En effet, elle avait désormais le crâne recouvert de vingt-quatre électrodes, reliées en permanence à une batterie qu'elle promenait sur un petit chariot en raison de son poids, trois kilos. C'était un nouveau traitement expérimental pour son glioblastome que lui avait proposé Ruben, et qui se... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Aelynah
  28 mai 2018
Dans ce second opus de la complainte des filles de Loth nous retrouvons Jordan Adams, notre riche excentrique la boule à zéro et les retombées journalistiques de l'affaire Erin Sands.
Mais ce n'est pas terminé. Comment cela pourrait-il l'être alors que les trafics d'embryons et d'enfants perdurent pour les réseaux pedophiles.
Le but de notre duo de choc policier, Red et Doc, aidé ou plutôt supplanté (vu l'ampleur et l'implication à tous niveaux du travail ) par le FBI va être de faire tomber Erin Sands et sa clinique mais aussi et surtout démanteler les fournisseurs et clients de ce réseau.
Nous l'avions déjà vu avec le tome 1, Morgan Caine ne prend pas de gant et nous assène son scénario parfaitement orchestré et les horreurs induites avec le doigté d'un chirurgien et la force d'un uppercut.
S'il n'y avait eu que cette enquête-là le roman aurait déjà été prenant et troublant. Mais l'auteure préfère les scripts complexes aux ramifications multiples et cependant réalistes. Et c'est ainsi que nous nous retrouverons plongé dans l'horreur des trafics humains en tous genres (embryons, enfants, organes, ...) mais aussi dans l'image terrifiante de notre propre immobilisme face à ces horreurs, de notre capacité affreuse à fermer les yeux et considérer que cela n'arrive qu'aux autres.
Cette fois encore Jordan va au travers de son humanité, de sa bonté et de son altruisme se retrouver au coeur même des conflits d'intérêt.
D'autres personnages qui nous avaient touché par leur caractère dans le tome 1 vont eux aussi vivre à nouveau certains traumatismes anciens ou nouveaux.
Ruben, Darin, June, Rachel, Rita...
Certains noms vous remettent rapidement un visage en tête d'autres moins mais tous ont eu leur rôle à jouer et vont eux aussi être sous les retombées machiavéliques de cette nouvelle enquête du FBI.
Et c'est là que mon coeur de lectrice a fait un bon en voyant intervenir dans un roman de Morgan Caine le héros des temps modernes et spécialiste de la cybercriminalité qu'est Xander Kelly..
Si vous suivez les editions Rokh, vous vous apercevrez de suite que vous le connaissez déjà grâce à la plume de Jordan Leto et à son roman "les chevaux de Troie". (d'ailleurs la suite est prévue pour septembre ;) )
Deux auteurs aux scénarios complexes et rondement menés réunis sous la férule de leurs personnages principaux.
J'étais déjà prise dans la tourmente de cette enquête mais cet élément supplémentaire y a rajouté un enthousiasme particulier.
C'est donc là encore un roman qui vous prend aux tripes, qui vous tourneboule fortement grâce à la plume magnifique de Morgan Caine mais aussi à des personnages charismatiques et des situations dramatiques.
Un point important des romans de cette auteure est la recherche faire en amont sur des sujets divers et variés mais en lien avec son récit.
Autant en droit civil, pénal, en médecine, en faits historiques ou sociaux, rien n'est laissé au hasard.
Tout est vérifiable et à la fois fortement intéressant mais tout aussi ahurissant parfois.
Cette fois encore elle plonge au coeur des problèmes de notre société actuelle en mettant en avant l'immobilisme de la justice, l'aveuglement des peuples et surtout leur égoïsme et leur versatilité.
Un fait divers social ressort du lot. La foule s'émeut, vocifère puis un scandale plus affriolant apparaît et quid des pauvres victimes d'inceste et de pedophilie, de violence physique ou morale??
Elles sont reléguées au fin fond des tabloïds et la foule par lassitude ou ennui, parfois effet mouton de Panurge s'en désintéresse.
Hélas plus souvent la victime de ces abus devient coupable de les avoir mis sur le devant de la scène. Car comment vivre en imaginant que votre époux peut vous battre, vous molester moralement, s'en prendre sexuellement à ses propres enfants?
C'est la encore tout le côté génial des écrits de Morgan Caine. Elles nous enlèvent nos oeillères en nous plongeant le nez dans le bourbier malodorant de notre civilisation soit disant bien pensante et éduquée.
Elle nous assène des vérités pas toujours agréables à entendre mais avec des mots bruts et des images crues. Mais surtout avec des faits réels, des preuves que cela existe vraiment et ne sort pas du cerveau machiavélique d'une auteure.
Elle m'emporte à chaque fois dans son tsunami, faisant table rase du déni, de l'aveuglement ou de l'indifférence générale.
On peut dire que Morgan Caine aime ses personnages et nous les fait aimer en retour. Mais il faut bien se rendre à l'évidence, elle ne les ménage pas.
C'est pourquoi si en tant que lecteur vous n'avez pas l'habitude de lire les remerciements en fin de roman, je vous conseille fortement ceux de cette auteure. Ils sont à la fois très instructifs mais aussi très perturbants par ce qu'elle nous y annonce.
J'ai cependant encore une fois hâte de retrouver Jordan dans ses nouvelles aventures écossaises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LeslecturesdeKevin
  13 juillet 2016
Avant toute chose, je tiens à remercier les Éditions Rokh de m'avoir permis de lire cet ouvrage qui a réussi à me charmer, encore une fois. Chacun de leur livre est un moment de lecture merveilleux et unique, m'emportant dans l'univers de l'auteur, me faisant vivre avec les personnages. Je vais vous expliquer ce qui m'a plu le plus dans le quatrième livre de Morgan Caine.
Tout d'abord, la première chose qui m'a frappé et qui m'a poussé à effectuer des recherches est le réalisme de l'histoire, ou du moins les éléments réels qui ont été transposés dans ce roman. Mélanger à la fois fictionnel et vie réelle est, dans un premier temps, signe que l'écrivaine s'est renseignée sur le sujet de son livre, le thème de son récit et du coup, cela ne peut que nous plaire car nous savons qu'il y a une part de vraie et que tout n'est pas imaginé. Si vous savez pertinemment que l'histoire a été inventée de A à Z, vous allez quand même la lire mais les péripéties vous toucheront à moindre mesure car elles ne sont pas réalistes dans notre monde. Quand il y a une part de réel, les actions des personnages (bons ou mauvais) nous touchent plus qu'en temps normal et on se sent concerné par le récit, ce qui fait que notre intérêt pour le livre, pour capter les détails est grand. Tout cela contribue à la noirceur du roman qui devient de plus en plus sombre et cette noirceur est accentuée par le thème principal du roman : la pédophilie. Nous n'avons pas envie de croire en ce crime et la vérité de sa présence nous effraie et nous sommes obligés d'ouvrir les yeux.
Ensuite, je vais parler plus longuement du thème principal, un sujet choc mais que je trouve très bien choisi. En effet, il est tellement tabou, interdit que peu d'auteurs ont osé s'inspirer de ce crime pour leurs romans. Beaucoup connaissent « Lolita » mais ce livre n'appartient pas au genre de celui-ci. le thème choisi, même si vous l'avez déjà lu à une ou deux reprises dans d'autres romans, reste encore inédit. Qui dit inédit, dit mystère et par conséquent, on ne sait pas à quoi s'attendre, on ne sait pas quel genre de rebondissements on va avoir et du début jusqu'à la fin, on vit dans l'angoisse, le suspense, ce qui renforce notre intérêt (à nouveau) pour l'histoire et ses détails. de plus, ce thème assez glauque fait naître, en nous, des sentiments envers les personnages, du dégoût à la compassion en passant par la joie et la pitié. Ce thème est tellement sensible qu'il nous touche, nous affecte et nous nous sentons proches de certains des personnages de l'histoire. L'enquête devient également plus vivante, rythmée par l'inconnu et la recherche de ces criminels que nous qualifions tous de monstres. Nous sommes pris dans l'engrenage d'une immonde injustice. Ce thème nous implique, nous, lecteurs, dans l'histoire.
Pour terminer, le dernier point du livre que j'aimerais aborder est l'ensemble des personnages, anciens et nouveaux. C'est le quatrième roman de Morgan Caine et certains pourraient penser qu'après tant de temps passé auprès de certains des personnages, on pourrait s'en lasser mais j'arrête immédiatement leur tergiversation car ce n'est pas le cas. C'est un peu comme retrouver de vieux amis après quelques mois d'absence. L'auteure a tellement travaillé ses personnages qu'ils ont une identité réelle, qu'on a l'illusion de les connaître dans la vie réelle. Chacun a son passé, chacun à son histoire et c'est ce qui les rend plus humains, plus réalistes dans la noirceur de ces enquêtes. de plus, quand quelque chose arrive à un des « amis » que nous apprécions, de la compassion naît en nous pour cette personne et de la rage pour son malfaiteur. Dans chacun des romans, nous connaissons un peu plus de nos camarades de lecture. Pour les nouveaux personnages, l'écrivaine ne délaisse pas son talent et nous décrit à merveille les caractéristiques de ses nouveaux protagonistes. Ils sont tellement bien décrits que nous pouvons les visualiser, les voir à travers les mots et je trouve ça fabuleux. Ces personnages ne seraient pas aussi crédibles s'il n'y avait pas d'interactions entre eux et justement, dans cet opus, je trouve que leurs échanges rendent leurs pensées plus complexes, plus proches de la réalité. Rien n'est simple dans la vie, rien n'est simple au niveau des personnages. Nous comprenons les dilemmes naissant dans ce roman et pour ma part, j'attends avec impatience la suite.

En conclusion, ce quatrième tome de Morgan Caine m'a toujours autant plu et je le recommande aux amateurs de bons thrillers, policiers (après la lecture des trois premiers, évidemment). de plus, il est rare que je relise un livre mais je pense que dans quelques années, je me ferai un petit mois ou deux, accompagné des romans de Morgan Caine.
Lien : http://leslecturesdekevin.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lessorcieres
  22 août 2016
C'est une suite que j'attendais. Je voulais savoir ce qu'il adviendrait des protagonistes du premier tome. La lecture du tome 1 est nécessaire pour pleinement apprécier l'histoire, et comprendre les relations des personnages. Morgan Caine nous offre la possibilité dans une première partie de nous remémorer ce qu'il s'était passé. Et elle l'a fait de façon intelligente : ce n'est pas un simple résumé (l'affaire est passée au FBI), il permet de mettre en scène de nouveaux personnages. Pour ceux qui vont enchainer les livre, elle pourra paraitre un peu longue, mais pour moi qui a lu le tome 1 il y a une petite dizaine de mois, ce n'était pas superflu.
Ce que j'ai apprécié, et ce déjà dans le tome 1, est le travail de recherche que l'auteure a fait, et qui ce ressent beaucoup : on a vraiment l'impression d'une histoire réelle, elle est pertinente (d'ailleurs à la fin elle met des histoires vraies dont elle s'est inspirée… Et ca fait encore plus froid dans le dos). Cela rend l'histoire encore plus sombre. Bon elle fait un condensé des toutes ces histoires, mais ça n'empêche. Elle nous offre une analyse de l'âme humaine particulièrement angoissante. C'est le deuxième point que j'ai aimé : le raisonnement de Merchant… il n'est pas faux ! Une fois que l'on se débarrasse de tout ce qui fait de nous des êtres humains ! le thème étant la pédophilie ce qui n'est pas un sujet facile (souvent tabou), et de ce fait il est dur !
L'histoire est très bien menée. Elle a peut être moins de rebondissement que le premier tome mais l'histoire reste intense, et nous ne sommes pas sûr de ce que ce Merchant va faire. Presque toutes les questions de la fin du tome 1 trouve une réponse.
Pour ce qui concerne les personnages, j'ai été contente de retrouver mes acolytes Red et Watson, Jordan, Rita… (bon Savannah étant ce qu'elle est….). Ils ont évolué, et le font encore. Des personnages secondaires prennent de l'ampleur voir leurs envols, des nouveaux font leur apparition… Ils suivent le chemin de leur aînés dirais-je. Les personnages restent donc tout aussi travaillés et fouillés ce qui contribue à leur visualisation et au réel de l'histoire. On découvre un peu plus sur eux. de plus on a vraiment l'impression de suivre l'enquête. C'est un très bon thriller.
Lien : https://memelessorciereslise..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   07 août 2016
Quelques jours auparavant, Muriel Callery avait fini par succomber à son cancer. Elle n’avait pas souffert, avaient prétendu les médecins.
C’était confondre souffrance, et silence, avait songé Rachel avec amertume.
Car il en allait de la souffrance comme de l’injustice. Seuls le fracas et la fureur leur permettaient d’attirer l’attention, leur conféraient une réalité, une existence. Tout ce qui était tu, tout ce qui n’était pas clamé, hurlé, revendiqué à corps et à cris était soumis à l’indifférence, au déni, à l’oubli.
Or sa mère s’était éteinte doucement, sans bruit et sans fureur. Juste un souffle fragile qui s’était suspendu, et qui n’avait pas repris. Mais elle avait souffert, Rachel le savait, jusqu’au dernier instant. Sa seule consolation était qu’elle soit morte chez elle, comme elle l’avait souhaité, entourée par tous les siens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   07 août 2016
Dans les années quatre-vingt s’était développé un phénomène qu’on appela le syndrome des faux souvenirs. Des thérapeutes sans scrupules, en pratiquant une nouvelle thérapie dite de la « mémoire refoulée », avaient amené leurs patients, à se « souvenir » d’abus sexuels dans l’enfance, voire de violences prétendument faites in utero, comme ce malheureux qui était convaincu de se souvenir que sa mère avait voulu avorter de lui au septième mois de sa grossesse. Lorsqu’il décrivait l’aiguille à tricoter dont sa mère était supposée s’être servie, et qu’il avait « vue » de ses yeux de fœtus le menacer, sa sincérité était totale. La véracité du souvenir un peu moins. Les patients entraient dans ce type de thérapie avec un vague mal-être, et en ressortaient persuadés d’avoir été victimes de crimes abominables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   07 août 2016
Les causes de l’infertilité sont multiples, et concernent autant les hommes que les femmes. Elles sont de nature environnementale autant que comportementale. Pollution, perturbateurs endocriniens, pesticides et antibiotiques dans l’alimentation quotidienne… Rien n’est véritablement prouvé, mais tout cela a sans aucun doute une influence sur la baisse de la fécondité dans nos sociétés modernes. Chez les hommes, on constate une baisse importante de la qualité spermatique, et chez les femmes, l’augmentation de l’âge auquel elles envisagent leurs premières grossesses ne leur facilite pas les choses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   07 août 2016
Rachel avait sept ans. Sept ans. L’âge où son père avait commencé ses visites nocturnes. Cette concordance des dates lui frappa soudain l’esprit, comme une évidence qu’elle rejetait encore. Cela avait-il été le facteur déclenchant ? Ne pouvant plus avoir de rapports sexuels avec sa femme, il s’était rabattu sur sa propre fille, pourtant impubère ? Son père n’était-il donc qu’un animal ? C’était une pensée terrible, avilissante, pour son père, et presque pour l’humanité tout entière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
cremimi6210cremimi6210   25 février 2017
Ça me fait toujours un peu bizarre quand on parle du "droit" à l'avortement. Quand on dit ça, je trouve qu'on oublie toujours un peu que c'est d'abord un chagrin, avant d'être un droit. Et c'est un peu difficile de revendiquer un droit au chagrin, tu ne trouves pas. ? Je crois que les gens qui sont contre l'avortement comprendraient peut-être un peu mieux le point de vue de ceux qui sont pour si on leur expliquait qu'on ne fait jamais ça de gaieté de cœur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1582 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre