AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266198356
744 pages
Éditeur : Pocket (02/07/2009)
  Existe en édition audio
3.59/5   15741 notes
Résumé :
Robert Langdon, un éminent spécialiste de symbologie de Harvard, est convoqué d'urgence au Louvre. On a découvert un message codé sur le cadavre du conservateur en chef, retrouvé assassiné au milieu de la Grande Galerie. Pour examiner la série de pictogrammes, il est épaulé par Sophie Neveu, une brillante cryptographe membre de la police. A leur grande surprise, les premiers indices les conduisent à l'œuvre de Léonard de Vinci. En déchiffrant le code, Langdon va met... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (736) Voir plus Ajouter une critique
3,59

sur 15741 notes

Dionysos89
  13 juin 2013
Ah, le fameux Da Vinci Code ! Qu'ajouter d'un peu original à toutes ces critiques amoncelées depuis tant de temps ? Pas grand-chose, j'en ai peur...
Personnellement, je l'ai lu en une seule nuit, une nuit bien blanche. Fut-ce un bien, fut-ce un mal ? Cela démontre de l'addiction que peut provoquer ce thriller de bonne facture tout d'abord, mais cela peut aussi présager d'une faible qualité de style. Beaucoup se focalisent sur le contenu, entre sociétés secrètes et contre-sens bibliques, mais est-ce si important de préciser que les aspects historiques sont plus ou moins détournés (plutôt plus que moins, c'est évident) ? Il faut surtout reconnaître que Dan Brown n'a pas son pareil (ou peu en tout cas) pour appuyer ses récits mystico-historiques sur des faits tendancieux, sur ce qu'on pourrait appeler des angles morts de l'Histoire. On passe un très bon moment, il me semble, à suivre les pérégrinations hasardeuses de ce Robert Langdon moins faiblard qu'il ne pourrait y laisser paraître et de sa jeune coéquipière du moment.
De monuments célèbres en ruelles sombres, on court, on court et on ne s'arrête qu'à la fin pour reprendre son souffle ( et son cerveau par la même occasion) et uniquement se rendre compte que le voyage fut trop court, car plus que la fin c'est bien le voyage qui mérite un bon point. C'est bien là l'essentiel pour un thriller de bonne facture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          17014
vincentf
  26 juin 2010
C'était donc ça, le livre qui fait trembler le Vatican ? Ce roman policier construit comme un téléfilm où un type, beau, et une fille, bonne, s'évertuent à résoudre des énigmes de potaches pour découvrir le secret scandaleux que tout le monde connaît déjà, le fait que Jésus était un homme, qu'il a baisé Marie-Madeleine et qu'il l'a engrossé (pourquoi pas ?) et qu'ainsi donc il n'était pas le fils de Dieu, Dan Brown faisant fi, dans un roman qui use et abuse de la notion de mystère, du mystère de l'identité du Christ, vrai dieu et vrai homme.
Passons. Da Vinci Code n'est rien d'autre qu'une nouvelle version d'Indiana Jones, à la sauce américaine, avec le meurtre initial, l'erreur de la police, la fuite (si peu) rocambolesque des héros, la trahison du bon bougre devenu machiavélique, les micros cachés, deux ou trois morts qui traînent, la retrouvaille de la grand-mère et du frère perdus de vue (tout juste si Jacques Pradel n'est pas là avec sa caméra) et le baiser final, prude, sans la moindre trace d'érotisme, alors que le livre entier s'applique à magnifier le Féminin Sacré.
Comment comprendre alors le succès fulgurant de ce roman ? Avouons la chose : moi-même je me suis laissé prendre. Il y a cette impression de collaborer à la découverte d'une vérité qui bouleverse l'ordre du monde en déchiffrant des anagrammes, cette satisfaction de se sentir soi-même le découvreur, comme si la solution d'un sodoku pouvait faire s'effondrer une civilisation entière. A ce petit jeu-là, la fin du livre ne peut que décevoir. Rien. Cette écume. Vierge vers. A n'en désigner que la coupe, le calice, le Saint-Graal. le vrai mystère est sans doute là : par quel miracle un petit roman policier de rien du tout peut-il devenir une affaire mondiale ? le dévoilement de ce secret-là me paraît beaucoup plus complexe que le jeu de piste de Dan Brown.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          14810
sultanne
  01 février 2012
Je ne souhaite pas alimenter outre mesure le débat qui se fait depuis bien longtemps sur ce livre. Néanmoins, ses détracteurs sont bien durs avec lui, il me semble : soit on ouvre ce livre en sachant qu'il s'agit là d'une oeuvre de fiction et on accepte les libertés prises par l'auteur par rapport à L Histoire ; soit on a des convictions incompatibles avec cette fiction et, dans ce cas, on n'ouvre pas ce livre.
Toujours est-il qu'il sera difficile de reprocher à Dan Brown d'être un mauvais narrateur : excellent policier, son livre garde en haleine son lecteur jusqu'au bout et ceci malgré ses quelques 600 pages ; les ficelles, certes, sont ultra-classiques, mais elles fonctionnent parfaitement.
Par ailleurs, loin de donner crédit à toutes les théories historiques évoquées dans Da Vinci Code, reconnaissons-lui le mérite de nous faire réflechir sur l'évidence et sur la façon dont notre Histoire se fait et se transmet. Cette lecture, associée à celle des Falsificateurs d'Antoine Bello, a de quoi nous poser des questions sur la véracité de nos convictions et sur la façon dont les "médias" ont fabriqué et continuent de fabriquer l'information.
Et bien, si cela dérange certain de remettre en question les certitudes, est-ce vraiment la faute de Dan Brown ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          906
Yggdrasila
  10 septembre 2017
Enfin, je me suis décidée à lire ce roman !
Il était temps ! le tapage médiatique qu'avait suscité ce livre à sa sortie m'avait quelque peu rebutée à l'époque. Mais aujourd'hui je peux enfin partager mon ressenti sur cette lecture.
J'ai eu la chance de découvrir cette histoire à travers le magnifique livre illustré des éditions JC Lattès. On y trouve des photos des lieux décrits, des images d'objets d'art, des tableaux, des esquisses de Leonardo Da Vinci, des portraits, des plans... j'ai pris beaucoup de plaisir à observer tous ces précieux clichés tout en lisant l'histoire.
J'ai été agréablement surprise par les nombreux jeux de pistes dans lesquels l'auteur nous entraîne. On s'engage dans un rythme effréné qui tient notre attention jusqu'au bout.
On sent que l'auteur est passionné par les domaines qu'il traite: l'art, les chiffres, les symboles, l'histoire, les énigmes, les légendes... j'en ai appris des choses en lisant ce roman! En plus d'être captivant, il a été pour ma part très enrichissant.
J'ai aimé suivre nos deux personnages, Robert Langton et Sophie Neveu à travers leur quête pour découvrir le mystère qui se cache derrière le meurtre de Jacques Saunière.
Tout est bien ficelé. L'histoire est palpitante et pas uniquement centrée sur l'aspect biblique comme je le craignais. Les changements de décors sont nombreux et les petites anecdotes autour des différents lieux sont à chaque fois instructives.
En plus de son savoir, Dan Brown possède un réel talent d'écriture, c'est indéniable.
Un roman que j'ai tardé à lire malgré les encouragements de mon entourage, mais même si la vague est retombée avec le temps, j'ai pris énormément de plaisir à le découvrir.
A présent, je vais aller voir du côté de l'adaptation cinématographique afin de pouvoir comparer!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8411
Musardise_aka_CthulieLaMignonne
  27 mars 2016
Des années après sa sortie, on se demande tout de même pourquoi ce livre a fait tant couler d'encre. Je me souviens aussi que les documentaires, parfois farfelus, parfois intéressants, affluaient à la télé sur les Templiers et autres sujets vaguement abordés dans le roman. Bon, y'a pas de quoi crier au génie, et dire que c'est un bon roman me paraît assez exagéré. Pour autant, pas de quoi crier au scandale non plus. Les succès de librairie sont rarement des chefs-d'oeuvre. Celui-là n'est pas spécialement bien écrit, mais il se lit. A condition de faire fi des ridicules énigmes qu'un enfant de huit ans serait en mesure de résoudre, d'oublier que Dan Brown, qui a dû voir des marchands de marrons chauds à Paris en hiver, s'imagine qu'il s'agit là d'un métier à l'année (on en voit ici au mois d'avril, ce qui est assez peu courant, même chez moi qui habite à l'Est de la France). A condition également d'oublier que Dan Brown ne possède pas la moindre notion de phonétique historique du français (l'explication consacrée à l'évolution phonétique de l'expression Saint Graal vaut son pesant d'or). Si on respecte une dernière condition, à savoir lire ce bouquin au second degré - même si c'est probablement aller contre l'intention première de l'auteur -, alors tout va mieux. On découvre une oeuvre d'un humour décapant. Du coup, je me suis pas mal amusée à suivre les pérégrinations des personnages et les théories délirantes de l'auteur sur le Graal. C'est assez stupide dans l'ensemble, mais c'est un livre drôle - et incroyablement méconnu en tant que tel !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7214

Citations et extraits (305) Voir plus Ajouter une citation
MeroMero   10 février 2013
L’Église appelait sorcières toutes les femmes érudites et mystiques, les prêtresses, les bohémiennes, les amoureuses de la nature, les herboristes, ainsi que toutes celles « qui montraient un intérêt suspect pour le monde naturel ». Les sages-femmes étaient également poursuivies et mises à mort pour l’utilisation hérétique de leurs connaissances à des fins de soulagement des douleurs de l’enfantement. Après tout, ces souffrances, arguait le Vatican, n’étaient que le juste châtiment d’Eve, qui en consommant le fruit de la connaissance du bien et du mal avait perpétré le péché originel. En trois cents ans de chasse aux sorcières, cinq millions de femmes furent ainsi brûlées sur le bûcher par l’Église.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          791
YggdrasilaYggdrasila   12 août 2017
Le Prieuré, comme tant de sociétés secrètes européennes opposées à l'Eglise, avait considéré l'anglais, pendant des siècles, comme la seule langue européenne pure. À la différence du français, de l'espagnol et de l'italien, toutes dérivées du latin - la langue du Vatican - l'anglais était linguistiquement préservé de la machine de propagande de l'Eglise romaine, et c'est pourquoi elle est devenue une langue sacrée et secrète dans les Fraternités assez savantes pour l'apprendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
angie22angie22   04 juin 2015
Je crois que la Bible sert de boussole à des centaines de millions de gens sur cette terre, au même titre que le Coran, la Torah ou le Canon Pali. Si vous et moi avions la possibilité de fournir au monde des documents probants qui contredisent les croyances des musulmans, des israélites, des bouddhistes ou des animistes, devrions-nous le faire ? Prouver que Bouddha n'est pas né d'une fleur de lotus ? Ni Jésus d'une vierge ? Ceux qui connaissent bien leur foi comprennent qu'il s'agit de métaphores.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
gteisseire2gteisseire2   02 octobre 2008
Vinci avait certes composé un impressionnant ensemble de tableaux à thème religieux, mais cette richesse ne faisait qu'alimenter sa réputation de duplicité spirituelle. Si Leonardo Da Vinci avait accepté des centaines de commandes lucratives du Vatican sur des thèmes chrétiens, c'était pour financer son train de vie et ses recherches scientifiques, plus que pour illustrer ses croyances personnelles. Doué d'un tempérament espiègle, il prenait un malin plaisir à mordre, sans en avoir l'air, la main qui le nourrissait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
NiradeNirade   23 septembre 2015
L'ombre projetée des pinacles était déjà longue lorsque Langdon et Sophie garèrent leur voiture de location sur le parking situé au pied du promontoire. Ils s'étaient un peu reposés dans l'avion qui les avait amenés de Londres à Edimbourg, sans toutefois pouvoir trouver le sommeil, tout à l'incertitude de ce qui les attendait au bout de leur voyage. Levant les yeux vers la masse sombre du monument qui se dressait contre un ciel chargé de gros nuages gris, Langdon se sentit comme Alice sur le point de tomber la tête la première dans le terrier du lapin blanc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190

Videos de Dan Brown (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan Brown
La librairie Point Virgule nous propose de replonger dans son choix d'albums jeunesse par le biais d'une nouvelle sélection, classée cette fois-ci en deux catégories d'âge :
Albums maternelle - Rosie, Gaëtan Dorémus, éditions du Rouergue, 13€ - Au bois dormant, Karen Jameson & Marc Boutavant, édité à l’École des loisirs, 13,50€ - Chaprouchka, Elsa Valentin & Florie Saint-Val, éditions Syros, 15,95€ - La symphonie des animaux, Dan Brown & Susan Batori, éditions Gautier Languereau, 15,95€
Lecture primaire - Les merveilles de la nature, Helen Ahpornsiri, éditions Circonflexe, 14€ - Mon herbier, Michel Luchesi & Anna Emilia Laitinen, collection Rusti'kid aux éditions Rustica, 14,95€ - Les lapins de la couronne d'Angleterre - tome 1 Le complot, Santa & Simon Montefiore, Kate Hindley, éditions Little Urban, 12,90€ - Einstein, Torben Kuhlmann, éditions NordSud, 20€
Musique du générique d'intro par Timo Vollbrecht.
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Da Vinci Quiz

Robert Langdon, le protagoniste principal est un...

symbologiste
détective
espion du Vatican
Le descendant du fondateur des Illuminati

8 questions
2332 lecteurs ont répondu
Thème : Da Vinci Code de Dan BrownCréer un quiz sur ce livre

.. ..