AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9781515248743
526 pages
Éditeur : CreateSpace Independent Publishing Platform (27/07/2015)

Note moyenne : 4.46/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Des années que Stéphanie et sa fille subissent les sévices permanents, les coups et les humiliations de Brian Brincks. Endoctriné dans une secte masochiste qui élève le masculin au rang de divin et le féminin au rang d'impur devant être purifié par le sang. La peur du sacrifice rituel de sa fille la sort de sa torpeur et elle s'enfuit avec elle, abandonnant mari et fils, pour se réfugier dans un petit village du Vercors. Elle se croit en sécurité à l'abri des montag... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
michaelfenris
  26 avril 2017
Henri-Gorges Clouzot disait "Pour faire un film, premièrement, une bonne histoire, deuxièmement, une bonne histoire, troisièmement, une bonne histoire.” Lorsqu'on s'attelle à l'écriture d'un roman, on peut considérer que c'est exactement la même chose. Amener le lecteur à s'immerger dans les pages, à se noyer dans les mots et ne plus arriver à retrouver son souffle, lui laisser apercevoir de temps à autre l'espoir d'une bouée avant de lui remettre la tête dedans.
Pour écrire son roman IVM, Katia Campagne a parfaitement intégré la définition de Clouzot…Et de toute façon son histoire est diabolique. Rarement je n'aurai été aussi scotché par les quelques pages qui débutent le roman, dures, violentes, éprouvantes. le calvaire d'Eléane et de sa mère Stéphanie, victimes des agissements d'une secte, sont notre calvaire. de cette phase de noyade livresque, Katia nous tend la bouée en embrayant sur la nouvelle existence dans la petite ville du Vercors, entre une mère qui cherche à s'en sortir et une fille qui ne trouve pas sa place dans la société. On se dit alors: le début était trop abrupte, nous voici dans une histoire sans fin…Sauf que l'auteure n'en a pas fini de jouer avec nos nerfs et se prépare à nous servir une nouvelle dose de stress jusqu'au final hallucinant.
Pour un premier roman, Katia Campagne a réellement frappé fort. Elle a le don en peu de mots de susciter le malaise, l'effroi, mais aussi la colère. Combien de fois me suis-je pris à vouloir pénétrer dans ce roman pour aller secouer quelques personnes un peu trop passives! Si je ne devais faire qu'un reproche, un seul et à la vérité bien maigre par rapport à la qualité d'IVM, j'aurais peut-être souhaité que la première partie du livre dans le Vercors soit plus condensée… Mais à l'heure où sort son prochain, Kuru, qui s'annonce terrible, je me dis que Katia n'a pas fini de jouer avec mes nerfs!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
beltane
  07 novembre 2017
Bientôt un an qu'IVM traîne au fond de ma Kindle. Katia Campagne, je ne la connais pas vraiment. Je la connais à travers le magazine « Adopte un Indé », qu'elle avait lancé il y a quelques mois, et qui a été stoppé depuis. J'entends beaucoup parler d'elle dans la sphère des auteurs indépendants, et j'ai tous ses livres dans ma liseuse. Mais je n'avais pas encore sauté le pas de lire un de ses ouvrages. C'est chose faite. Et j'y ai sauté à pieds joints.
« In Venis Meis », c'est l'histoire de Stéphanie Brincks et de sa fille, Eleane. Fuyant le Canada et un mari violent embrigadé par une secte qui met le masculin au-dessus de tout et relègue le féminin au rang d'Impure, elle s'installe dans un petit village de France, dans la campagne du Vercors. Pensant son fils Allan en sécurité auprès de son père, puisque ce dernier ne l'a jamais touché, elle le laisse en Nouvelle-Écosse.
Bien des années plus tard, elle apprend que la secte a été décimée par un énorme incendie lors d'une réunion rituelle, et qu'il n'y a aucun survivant, pas même son mari ni son fils. Elle commence enfin à se sentir en sécurité. Sa fille Eleane, quant à elle, se remet doucement de la mort de son frère. Un peu à l'écart des jeunes de son âge, elle se balade avec sa seule amie quand ils font la rencontre d'un adolescent qui vient du Canada, et dit se nommer Andrew. Curieusement, il vient de la même ville qu'Eleane et s'intéresse de près à la jeune fille, qui n'y est pas insensible.
Un thriller glaçant, une plume efficace
Ce premier tome est passionnant. La cruauté du mari de Stéphanie, les sévices qu'elle subit, au même titre que sa petite fille sont racontées avec une authenticité qui glace le sang. le roman est rythmé, et nous embarque complètement dans l'univers de l'auteure. le récit démarre sur les chapeaux de roue, et l'on passe d'une ville cossue où la peur et la douleur sont quotidiennes à un petit village montagnard où il fait bon vivre et où tout va bien mieux. du moins en apparence.
Cet opus est loin d'être un huis clos, pourtant on se sent enfermé dans les lieux dessinés par les mots de Katia Campagne. J'ai un peu décroché à l'introduction du fantastique. Ce livre m'a beaucoup fait penser au Miroir du Damné. L'élément surnaturel arrive un peu comme un cheveu sur la soupe, mais donne en même temps une dimension supplémentaire au récit.
Désespoir, peur, courage, amour, chaque sentiment est mis en relief par une plume vraie, authentique et simple malgré quelques coquilles restantes (il y a eu une correction depuis, je pense que j'ai l'ancienne édition). L'histoire flirte avec l'horreur, s'insinue dans le thriller et embrasse le fantastique du bout des lèvres, comme à regret. Un livre à lire le soir, tard, dans son lit, durant les longues nuits d'hiver, rien que pour le plaisir de frissonner au moindre bruit.
Lien : https://www.book.beltanesecr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
aurelie-81
  06 novembre 2016
Eléane est une jeune fille de 16 ans qui a grandi au Canada avec ses parents et son frère Allan. Son père appartenait à une secte et faisait un enfer de leur vie de famille. Pour échapper au danger, la mère d'Eléane a pris sa fille de 6 ans sous son bras et s'est enfuit avec elle en France, laissant le jeune Allan avec son père, pensant qu'il était déjà trop endoctriné pour être sauvé.
10 ans plus tard, la mère et la fille mènent une vie paisible mais monotone dans un petit village français.
Un jour, Andrew fait son apparition dans la routine de Eléane et ce beau jeune homme mystérieux semble cacher un gros secret qui pourrait bien bouleverser la vie des gens du coin…
Tout le long de ce roman addictif pèse une ambiance particulière et j'adore quand un livre offre cette impression.
L'histoire est originale, surprenante, pesante et un brin Fantastique.
La plume de l'auteur est fluide et son écrit nous donne le sentiment d'être juste à côté des personnages, de les voir évoluer sous nos yeux, comme dans un film.
Vraiment, à découvrir !
Je remercie Katia pour m'avoir offert l'occasion de lire sa superbe histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EvadezMoi
  31 août 2016
Violence, souffrance, tortures physiques et mentales, avilissement, endoctrinement, Stéphanie et ses deux enfants ont subi tout ça.
Sacrifice, mutilations, meurtres sont les choses à quoi Eléane et sa mère doivent s'attendre.
Alors elles s'enfuient loin du Canada, de ce père et ce mari fou dangereux et de la secte dont il fait partie. Mais elles laissent Allan, 8 ans, derrière elles.
10 ans plus tard, en France, Eléane est une adolescente de 16 ans renfermée et n'a qu'une seule amie. Stéphanie survit pour donner à sa fille tout ce dont elle pourrait avoir besoin.
2 ans auparavant Allan et son père sont morts dans un incendie. Elles sont à l'abri, n'ont plus à se cacher.
Jusqu'à l'arrivée d'Andrew…
Mon avis :
Prenez une tranche d'amour, assaisonnez de violence et de terreur, saupoudrez d'une touche de fantastique et mélangez le tout.
Katia Campagne manie la plume aussi bien que la dague et le poison.
Un style percutant, très violent parfois et déjà une bonne maîtrise du fantastique, c'est un premier Opus prometteur et d'un très bon niveau.
Les personnages sont très fouillés et superbement mis en avant tour à tour.
Un roman sans longueurs, de multiples rebondissements pour un final incroyable.
A réserver à des lecteurs avertis concernant certaines scènes violentes.
4ème de couverture:
Des années que Stéphanie et sa fille Eléane subissent les sévices permanents, les coups et humiliations de Brian Brincks. Endoctriné dans une secte masochiste qui élève le masculin au rang divin et le féminin au rang d'impur devant être purifié par le sang. La peur du sacrifice rituel de sa fille la sort de sa torpeur et elle s'enfuit avec abandonnant mari et fils, pour se réfugier dans un petit village du Vercors. Elle se croit en sécurité à l'abri des montagnes, surtout depuis l'annonce du massacre de la secte par un incendie ravageur. Mais le passé est tenace, et revient toujours réclamer son dû.
Lien : http://atelierdelaulo.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
chevalierortega33
  05 septembre 2019
Secouée je suis …
Je ne suis pas adepte du fantastique, trop cartésienne pour ça. Cependant je ne rechigne pas devant une petite dose d'étrangeté, de surnaturel, dès lors que l'intrigue principale tient la route.
C'est donc avec plaisir que je me suis fait embarquer par Katia Campagne pour un deuxième voyage, après Kuru, sur les conseils de Nick Gardel. Un voyage envoutant.
De nombreux personnages, doublés parfois de leurs petites voix, leur conscience bonne ou mauvaise, se croisent dans le Vercors. Tous ont des secrets plus ou moins avouables. Les traumatismes de l'enfance ont laissé des séquelles, voire des psychoses. Eléane et sa mère tentent d'oublier leur passé de victimes maltraitées, mais ce passé lui ne les oublie pas et va réapparaître avec toute sa cruauté et ses peurs. A part ça, un frère va retrouver sa soeur avec bienveillance ou malveillance … l'histoire le dira avec pas mal d'hémoglobine.
Donc j'ai aimé même si je me suis perdue dans le dénouement et que j'ai dû focaliser mon attention pour poursuivre les vrais méchants !
S'agissant du tome 1 d'une trilogie (un tome 3 annoncé), on me dit que quelques personnages sont encore en état de poursuivre leurs démons dans le tome 2 alors … après une pause je l'avoue nécessaire, j'irai faire un tour du côté de ce deuxième épisode car l'auteure a su me surprendre.

Lien : https://collectifpolar.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
chevalierortega33chevalierortega33   05 septembre 2019
« Elle a cinq ans. Maman est dans le cellier, elle repasse une chemise de Papa, car il doit aller à sa réunion.
Elle doit aussi nettoyer la table basse du salon, car Papa aime que tout soit propre avant qu’il parte, mais elle est en retard et elle n’a que deux bras. Alors elle appelle Eléane, lui dit de ramasser ce qui traîne sur la table et de le mettre dans l’évier. Eléane est ravie. Elle va pouvoir montrer à Papa qu’elle sait ranger. Il va être fier d’elle, elle en est sûre. Alors, elle bondit dans le salon. C’est une pièce étriquée, tout en longueur dont le mobilier principal est un énorme canapé en tissu vert, qui occupe pratiquement tout le côté droit de la pièce. Sur le mur du fond, une fenêtre qui donne sur la maison des voisins. Celle des Barkfield.
Eléane ne les connaît pas beaucoup, mais elle sait qu’ils ont deux petites filles de son âge et elle aimerait bien aller jouer avec elles parfois. Mais Papa dit qu’il ne faut pas les fréquenter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
chevalierortega33chevalierortega33   05 septembre 2019
ma famille est morte quand j’avais huit ans.
Oh ! Décidément, je suis la reine des bourdes !
Elle s’empresse de s’excuser :
– Je suis désolée, c’est tellement triste !
– Non, c’est la vie, répond-il, placide.
La vie ?
– Vraiment ? C’est ce que tu penses ?
Il affirme en haussant négligemment les épaules :
– Oui, c’est ainsi ! On ne peut rien faire contre ! Juste accepter.
Elle baisse les yeux, dubitative. Est-ce si simple ? Se dire que la vie est ainsi faite, et que la mort en fait partie. Passer à autre chose. Continuer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
chevalierortega33chevalierortega33   05 septembre 2019
Il est agréable de voguer ainsi dans sa mémoire. Tout est tellement
doux dans cette ouate vaporeuse, rien n’est douloureux.
Une odeur douce et apaisante l’enveloppe et elle la reconnaît immédiatement. C’est une odeur magique.
Une odeur qui savait sécher les larmes et calmer les douleurs. Une odeur chaude contre laquelle elle se lovait quand elle était triste. Une odeur qui avait enterré le chaton. Une odeur qui ouvrait la porte du grenier. Une odeur qui savait la rassurer et lui donnait envie de vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Katia Campagne (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Katia Campagne
En partenariat avec l'association Pour l'amour des livres et le salon des auteurs indépendants et nouvelles plumes, découvrez le recueil exclusif de 12 auteurs (indépendants et édités). Édition limitée.
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2079 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..