AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266002653
Éditeur : Pocket (09/09/1998)
3.63/5   23 notes
Résumé :
La vocation religieuse de Wakefield a été de courte durée. En ce début 1939, il vit à Londres, résolu à se faire un nom dans le théâtre. Il obtient un rôle dans une création, en même temps qu'une jeune comédienne, Molly Griffith, dont il tombe amoureux. Molly n'est pas insensible au charme de Wakefield. La pièce est un grand succès, Broadway l'achète et toute la troupe s'embarque pour les États-Unis. Mais la guerre éclate. Wakefield emmène Molly à Jalna pour la prés... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Gwen21
  15 mars 2020
Mazo de la Roche achève ce douzième tome de sa saga familiale "Jalna" en 1941. A ce moment-là, je la soupçonne de ne pas encore pourvoir prédire s'il sera suivi d'un treizième tome ou non. Un numéro 13, c'est quitte ou double, ça porte chance ou malheur, et en temps de guerre, ce doute prend une dimension dramatique particulière.
Le dénouement du "Destin de Wakefield" apparaît comme une page qu'on tourne, ensevelissant une génération, et laissant vierge une nouvelle page pour une nouvelle génération de Whiteoak.
Quant à ce numéro 12, ce qui me frappe le plus, c'est que l'auteure a écrit un récit "dans l'air du temps" car en 1941, la Seconde Guerre mondiale, c'était pour elle la vivante actualité. Un peu comme si aujourd'hui, en mars 2020, un romancier écrivait un roman traitant d'une pandémie internationale... En 1941, Mazo de la Roche ne connaît pas les suites et l'issue du conflit. Elle suspend sa plume et sa saga faute de pouvoir avancer puisqu'elle a situé ses personnages en temps réel. Pour le lecteur, avec près d'une demi-douzaine de personnages masculins ayant rejoint l'armée, le suspense et l'angoisse se font intenses.
Mais n'allez pas croire que ce tome ne traite que de la guerre, loin de là ; il se concentre principalement sur les frères Finch et Wakefield, respectivement pianiste et comédien vivant à Londres et dépensant avec insouciance les derniers mois d'un monde condamné à être englouti par la violence et qui ne se relèvera jamais de ses traumatismes. Amour, amitié, passion, secret de famille et encore bien d'autres thèmes peuplent ce tome palpitant.
J'ai essayé de me mettre à la place d'un lecteur de 1941 qui pensait légitimement arriver au terme du voyage "Jalna" et... j'ai été heureuse d'être une lectrice de 2020 avec encore devant moi quatre tomes à dévorer.

Challenge PAVES 2020
Challenge XXème siècle 2020
Challenge MULTI-DÉFIS 2020
Challenge PLUMES FÉMININES 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
sarahdu91
  13 novembre 2019
Tome 12 de Jalna, Wakefield le dernier des frères Whiteoak est arrivé à Londres depuis un moment et tente de percer dans le domaine du théâtre. Il y rencontre Molly Griffith, une actrice qui débute comme lui et leurs points en commun risquent de les rapprocher.
En parallèle à Jalna, Renny se prépare à venir faire un séjour en Angleterre, avec sa fille Adeline, pour négocier l'achat d'un cheval promis et vanté par un des cousins irlandais. L'affaire pourrait s'avérer prometteuse et Renny semble conquis par la beauté de l'animal.
Nous sommes à l'aube de la seconde guerre mondiale et chacun se demande comment l'avenir sera en Europe et s'il doit regagner le Canada incessamment.
L'intrigue de ce tome est assez longue et très peu active, j'espère que Mazo de la Roche nous avait préparé quelque chose de plus croustillant pour la suite à venir, peut-être n'est ce qu'un problème de découpage d'éditeur sinon je risque de peiner sur les derniers tomes... à suivre.
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Gwen21Gwen21   11 mars 2020
C'était délicieux de marcher à travers champs, dans la fraîcheur du début de mai. La terre paraissait fière de ses promesses, le sol d'un riche brun doré. De petites fleurs courtes sur tige avaient fleuri à peine leurs boutons sortis de terre. Le printemps était tardif. Il n'y avait pas de temps à perdre. C'est ce que se disaient les rouges-gorges et les passereaux en se dépêchant avec leur charge de paille et de crin de cheval. C'est ce que se disaient les grenouilles au bord de la rivière en coassant pour faire venir au soleil leurs amoureux. Même la cloche de l'église précipitaient ses battements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Gwen21Gwen21   12 mars 2020
Le lien qui rattachait les Whiteoak à la vieille Angleterre était solide, mais depuis la guerre, et tel était le cas pour d'innombrables autres familles canadiennes, ce lien s'était tellement renforcé et resserré que maintenant ils ne faisaient plus qu'un avec la mère patrie. La traversée de l'Atlantique, jusque-là de tout repos, était devenue dangereuse, mais un pont de courage et de loyalisme avait été jeté d'un rivage à l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Gwen21Gwen21   08 mars 2020
- Que faites-vous ici, ma chère ? Je croyais que vous étiez séparés, votre mari et vous.
- Nous ne le sommes plus et ne le serons plus jamais, répondit Sarah, avec son petit sourire mystérieux.
- Je ne crois pas à ces réconciliations entre époux. J'en ai fait l'essai moi-même et je déclare que si un mari et une femme en sont arrivés une fois à se quitter, ils n'étaient pas faits l'un pour l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lison50Lison50   02 novembre 2016
Ils débarquèrent à Cobh sous une pluie fine sur une mer clapoteuse. Le minuscule bateau qui les emmenait à terre bondissait sur les vagues vertes et écumantes. [...]
Avec son propre argent, Adeline acheta des mouchoirs avec une voiture à âne brodée dans un coin et un trèfle dans un autre, pour les envoyer à la maison aux enfants.
Elle posa fermement le pied sur le sol que la vieille Adeline avait quitté, jeune fille, pour aller aux Indes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sarahdu91sarahdu91   10 novembre 2019
Mon enfance s'est passée à la maison entre des oncles qui avaient fait leurs études à Oxford et une grand mère irlandaise. C'est un pasteur qui s'est occupé de mon instruction, mais je dois aussi beaucoup à mon frère et tuteur qui est éleveur de chevaux.
Commenter  J’apprécie          50

Lire un extrait
autres livres classés : saga familialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1201 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre