AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021431231
Éditeur : Seuil (09/05/2019)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Premier polar en gilet jaune, ce roman raconte comment un policier en formation, Alain Devers, est envoyé par ses supérieurs surveiller les manifestants qui occupent le rond-point du Mouchoir rouge, en Bretagne. Il doit se faire passer pour l’un d’eux. Le jeune homme ne goûte guère cet exercice d’infiltration, d’autant qu’un chauffard renverse soudain une manifestante et la tue, plaçant l’apprenti flic dans une situation de plus en plus périlleuse. Son double jeu se... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Renod
  15 mai 2019
Le bandeau fluorescent qui ceinture ce livre annonce la couleur : « les Ecoeurés » est le premier polar consacré aux gilets jaunes. Le roman s'ouvre sur l'avertissement d'usage : cette oeuvre de fiction est inspirée de faits réels qui ont défrayé la chronique ces derniers mois. L'auteur a situé son récit à Saint-Plennech, une sous-préfecture de Bretagne fictive derrière laquelle on reconnait Saint-Malo. Alain Devers y dépose ses valises pour effectuer un stage dans le cadre de sa formation de lieutenant de police. Son supérieur l'envoie sur les ronds-points pour qu'il surveille discrètement les manifestants. Un week-end, une femme qui participait à un barrage filtrant est tuée après avoir été renversée par un véhicule. Le chauffard a pris la fuite sans que personne ne relève sa plaque. le jeune policier prend l'initiative de le rechercher sur son temps libre.
Le récit repose sur deux enquêtes qui apparaissent comme totalement secondaires. Ce roman est plutôt conçu comme un documentaire sur les gilets jaunes. L'auteur se focalise sur une ville de province. Les violences sur les Champs-Elysées n'apparaissent qu'en second plan. Le mouvement est montré sous une lumière crue : mobilisation spontanée, organisation anarchique, revendications contradictoires. Des manifestants apolitiques côtoient des militants d'extrême gauche et des illuminés adeptes des théories du complot. Certains font le choix de la violence, d'autres celui du dialogue. Les autorités peinent à trouver des interlocuteurs car les chefs et les porte-paroles sont vite brocardés. Gérard Delteil s'attache à révéler ce qui se cache en arrière-plan d'un tel mouvement : manipulation, infiltration, récupération… Mais ce qu'il faut surtout retenir de ce roman, ce sont les portraits des « écoeurés» dépeints avec beaucoup de réalisme : Claire complète son allocation chômage en faisant des heures de ménage au noir ; Bruno, un autoentrepreneur, parvient difficilement à payer les traites de son pavillon ; Nicole vient de perdre son poste de comptable part haranguer les automobilistes à un carrefour…
Un tableau sincère et exhaustif du mouvement, parfois schématique sur certains de ses aspects.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
1001histoires
  29 juin 2019
Les Écoeurés : polar gilet jaune, acte 1.
Saint-Plennech est une petite ville portuaire de Bretagne. Les chantiers navals y ont fermé depuis un bail. le tourisme ne marche pas. L'emploi est précaire, caissière, quelques saisonniers, des petits boulots ou un taf à l'usine d'engrais chimique qui est aussi le plus gros pollueur de la région. Sinon c'est le chomdu. Alors Saint-Plennech n'échappe pas à la vague Gilets Jaunes. Ils s'installent sur le rond-point du Mouchoir-Rouge.
Tout juste sorti de l'école de police de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or, le lieutenant Alain Devers est affecté en Bretagne à Saint-Plennech. Il n'y est pas connu, le commissaire Barjac lui demande d'infiltrer les Gilets Jaunes. Il devra aussi rendre compte à l'expérimenté capitaine Gantois de la DGSI ( les Renseignements Généraux ). A travers le regard d'Alain, des bribes d'infos que j'avais en mémoire prennent vie. C'est certain, ce roman repose sur une solide documentation et il fera sans doute référence pour ne pas oublier.
Il y a eu un crime. Une Gilet Jaune est morte renversée par une voiture qui a forcé le barrage filtrant du rond-point du Mouchoir-Rouge. le chauffeur a pris la fuite sans être identifié. L'enquête officielle n'est pas une priorité. Alain Devers a été accepté tout naturellement par les Gilets Jaunes et il est aux premières loges pour apprendre à connaître la victime et son passé, licenciée récemment d'un super-marché où elle s'occupait de la compta. Elle avait découvert des trucs louches. Les recherches d'Alain Devers n'occupent qu'une petite place dans le roman. Il bénéficie de la chance du débutant. le suspense et les rebondissements ne sont pas au rendez-vous mais peu importe, l'immersion au sein des Gilets Jaunes de province est bien plus passionnante.
Grace à ce roman de Gérard Delteil, il sera possible de se rappeler ce qu'a été ce mouvement social loin de la violence parisienne qui est ici juste évoquée. Alain Devers a été envoyé parmi les Gilets Jaunes car il s'agissait d'anonymes qui n'avaient eu aucun engagement politique ou syndical. Il y avait des chômeurs et des retraités mais beaucoup rejoignaient les ronds-points après leur travail. le lecteur revoit des images bien connues, cabanes faites de matériaux de récup, les chicanes avec des pneus et les slogans que l'auteur reprend comme titre de chapitre
L'auteur réussit à faire vivre cette communauté dans laquelle personne ne demande des comptes à personne. Cette communauté a ses peurs, celles des épouses effrayées par l'engagement de leur mari. Cette communauté doute, elle veut poursuivre la lutte en bloquant les industries mais que faire face à l'exaspération des petits commerçants, des ouvriers retardés sur le chemin de leur travail ou des caissières de centres commerciaux désertés ? Certains, comme Bruno Delbecq, veulent structurer le mouvement. Même s'ils sont respectés, il ne sont pas écoutés. Il y a la tentation de se présenter aux élections européennes qui se profilent. Il y a les réseaux sociaux qui véhiculent des messages contradictoires. Il y a des complotistes qui véhiculent des discours haineux.
La vision de ce mouvement social est également détaillé côté représentants de l'Etat. La sous-préfète voudrait parler à un représentant fiable. Pour le commissaire il faudra bien un jour débloquer la situation par la force "faire les zouaves sur le rond-point passe encore, mais qu'ils bloquent le port,ça dépasse la ligne rouge".
Licencier, harceler, c'est un crime. Gérard Delteil en a fait un roman noir.
Lien : http://romans-policiers-des-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
laliseusedebonnesaventures
  26 août 2019
Bien. Pour moi ce n'est pas le meilleur (ni le moins bien) de Gérard Delteil ! Je reste avec "Inondation" dans mon coeur. Mais je ne crache pas dans la soupe, j'ai bien aimé le jeune flic stagiaire un peu pris pour un pion qu'on manipule à son insu mais qui (pas si con) ne va peut-être pas faire de vieux os dans la police. Inutile de me dire que je me trompe , que la fin est ouverte ... je fais ce que je veux avec mes rêves et mes affections ! ;))
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
Culturebox   20 août 2019
Les Écœurés se lit quasiment comme un reportage. La démonstration, une nouvelle fois, que beaucoup d'auteurs de polars ont un talent particulier pour capter les difficultés du monde.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
RenodRenod   15 mai 2019
La première chose qu’il remarqua en approchant du rond-point, ce fut une affiche. Elle avait été réalisée à partir d’une capture d’écran de la vidéo diffusée par Yann Brégon. On y voyait la matraque du lieutenant Lapeyre s’abattant sur la nuque de Claire. La différence de gabarit entre le policier et sa victime faisait apparaître la jeune femme comme une petite chose fragile en proie à la violence d’une brute déchaînée. On distinguait d’ailleurs le profil du lieutenant et son expression haineuse. (...). Ceux qui avaient imprimé ce placard avaient sans doute estimé l’image assez forte pour se passer de slogan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Gérard Delteil (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gérard Delteil
La chronique de Jean-Edgar Casel - Les années rouge et noir
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1762 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre