AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234058171
Éditeur : Stock (31/10/2007)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.84/5 (sur 723 notes)
Résumé :
4° de couverture

Simone Veil accepte de se raconter à la première personne.

Personnage au destin exceptionnel, elle est la femme politique dont la légitimité est la moins contestée en France et à l'étranger ; son autobiographie est attendue depuis longtemps.

Elle s'y montre telle qu'elle est : libre, véhémente, sereine.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (123) Voir plus Ajouter une critique
Olivius
  01 juillet 2017
Non ce n'est pas un hasard si je publie cette "critique" le jour où cette grande Dame nous quitte... J'ai ce livre, et je l'ai entamé il y a peu, coïncidence à peine voilée, mais surtout une passion et une admiration que j'ai toujours éprouvées vis à vis de cette Dame, bien avant son décès. D'ailleurs, elle restera parmi nous, à sa manière, un beau souvenir qui ne peut être que porté par ce livre, le récit d'une vie, oui une vie, une vie faite de douleurs, de combats, de courage... D'amour ! Une vie exceptionnelle et un chemin hors du commun, non je ne cacherai pas mon admiration sans borne pour Simone Veil, et ce livre restera à jamais dans ma bibliothèque.
Commenter  J’apprécie          945
jeunejane
  18 juin 2017
Simone Veil est née en 1927 dans un famille privilégiée. Elle vit à Nice entourée d'une famille classique et aimante.
Elle nous livre l'insouciance dans laquelle ils baignaient tous avant sa déportation à l'âge de 16 ans avec sa mère et sa soeur. Elle nous décrit les trains de la mort, l'odeur des fours crématoires, les Kapos, son immatriculation tatouée, la fin de ses proches et enfin la libération.
Elle nous parle aussi de sa vie adulte, de sa reconstruction, de sa vie auprès de son mari et de ses trois enfants.
Elle reprend plus tard des études de droit, travaille dans l'administration pénitentiaire.
En 1974, elle est ministre de la Santé sous le président Giscard d'Estaing et là, elle va retrousser ses manches pour obtenir la libéralisation de la contraception et le droit à l'avortement.
Elle continuera à mener un travail important pour la construction de l'Europe.
Cette dame était mue par une volonté de travailler pour obtenir un monde meilleur.
Je ne peux m'empêcher de penser que des atrocités différentes existent bien mais cette dame a marqué et fait avancer L Histoire.
Son livre n'est pas un ouvrage littéraire mais un sacré témoignage que j'avais déjà lu.à sa sortie en 2007. Je pensais le parcourir en re-lecture et je l'ai relu entièrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8412
carre
  03 août 2012
Quelque soit notre couleur politique, on ne peut qu'avoir du respect pour cette grande dame. « Une vie » raconte l'incroyable destin de Simone Veil, rescapée d'Auschwitz. Son parcours de femme engagée, loyale : ministre des affaires sociales (sa loi pour l'IVG, montrant une femme de conviction dans une période ou il fallait un courage et une foi à toute épreuve), sa présidence du parlement européen jusqu'à son entrée au Conseil Constitutionnel et à l'Académie française, et puis la fierté d'avoir élevé trois enfants tout en gardant ces engagements (cela peu paraitre normal aujourd'hui mais il y a quarante ans il fallait une sacrée force de caractère). Bien évidemment, les pages consacrées à la Shoah sont un témoignage inestimable, d'une grande force émotionnelle, Simone Veil consacre d'ailleurs aussi beaucoup de son temps pour que la barbarie nazie soit connue par nos jeunes générations. L'amour pour sa mère et sa soeur qui n'ont pas eue sa chance de revenir des camps sont des passages magnifiques de sensibilité et de pudeur, de même que ceux d'un fils disparu. Ce qui frappe, c'est cette force impressionnante malgré les horreurs de la guerre, les drames de sa vie. Un récit de mémoires passionnant plus qu'une autobiographie, d'une femme d'exception.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          636
Annette55
  30 janvier 2018
Je serai relativement brève , j'écrirai simplement après la lecture de ce témoignage : Respect , Madame, pour vos convictions ( au- delà de toute connotation politique) , vos combats loyaux, votre énergie , votre volonté sans faille,votre courage malgré les douleurs , les chagrins,les épreuves, les deuils, votre fierté , ne l'oublions- pas d'avoir élevé trois enfants en travaillant ( ce qui ne se faisait guère à l'époque ) .
Les pages consacrées au cauchemar et à l'enfer de la déportation (au retour aussi) douloureux vibrent d'une émotion exceptionnelle , qui ne se mesure pas, poignantes, indicibles, indescriptibles.
Un ouvrage qui donne un aperçu réaliste de l'évolution de la société Française.
Une autobiographie enrichissante , passionnante,pudique et modeste , tout en retenue, d'une femme audacieuse , combative et forte , véhémente parfois , à bon escient bien sûr, lucide , "Libre", qui a su avec courage et panache donner une liberté sans précédent aux femmes, à une époque bien frileuse, loin d'un moralisme rigide et infantilisant , dénuée de toute illusion.........
Une personne d'exception, vraiment !
Nous vous devons beaucoup madame , nous les femmes !
Je me rappelle mon émotion lors de l'annonce de votre disparition .......
Merci à mon fils , Nicolas , d'avoir déposé cet ouvrage au pied du sapin .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          618
Ptitgateau
  22 avril 2014
En dehors de toute considération politique, est un personnage que j'ai toujours beaucoup admiré en tant que femme parce qu'elle est un modèle au même titre que Marie Curie de femme ayant lutté pour aboutir dans un milieu fait essentiellement d'hommes à l'époque, et que toutefois, je ne connaissais pas réellement. La lecture de cette biographie est venue confirmer le ressenti que j'avais à son égard : une femme réfléchie, ayant su se servir de son intelligence et de ses connaissances au service d'autrui.
Une vie est plus qu'une biographie, car cet exposé de sa vie permet de comprendre comment le personnage a été façonné, d'abord par ses parents qui déjà avaient des choix politiques différents, et principalement pas sa mère qui a souffert de ne pas faire carrière, puis par les dures années de souffrance extrême que la déportation lui ont infligée, puis par des rencontre de gens qui avaient compris ce qu'elle avait pu vivre et ce qu'elle ressentait, la France des années d'après-guerre s'étant parfois montrée sévère et dure avec les anciens déportés par ignorance ou pour se donner bonne conscience… Simone Veil, humble et persévérante a ensuite accepté divers postes qui l'ont amenée au ministère de la santé et le milieu politique, puis au parlement Européen (première femme qui a présidé le parlement Européen). Cette période entre 1974 et 2007 est parfois difficile à lire parce qu'elle parle de ses fonctions, des décisions, des relations entre politiques et on s'aperçoit que c'est un métier, certains travaux font l'objet d'exposés très pointus, je n'ai certainement pas tout saisi.
Le livre termine par discours prononcé à l'assemblée nationale en 1974, en faveur de la loi sur l'avortement et la politique familiale, document fort intéressant qui montre tout le travail réalisé en amont par la ministre.
Très bel exposé que je conseille à tous.

Lien : http://1001ptitgateau.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          562
Citations et extraits (91) Voir plus Ajouter une citation
aletalet   11 janvier 2015
Venus de tous les continents, croyants et non-croyants, nous appartenons tous à la même planète, à la communauté des hommes. Nous devons être vigilants, et la défendre non seulement contre les forces de la nature qui la menacent, mais encore davantage contre la folie des hommes.
Commenter  J’apprécie          1370
Annette55Annette55   30 janvier 2018
" Mais nous, nous n'avions rien choisi. Nous n'étions que des victimes honteuses, des animaux tatoués .il nous faut donc vivre avec ça, et que les autres l'acceptent ..........la Shoah est omniprésente, rien ne s'efface ; les convois , le travail, l'enfermement, les baraques, la maladie, le froid, le manque de sommeil, la faim , les humiliations, l'avilissement , les coups , les cris.......non, rien ne doit être oublié ........la chambre à gaz pour les enfants, les femmes , les vieillards, et pour d'autres , la mort lente ...... Il n'y a que la Shoah !
L'atmosphère de crématoire, de fumée , de puanteur de Birkenau, je ne l'oublierai jamais !
Là- bas, dans les plaines allemandes et polonaises s'étendent des espaces dénudés sur lesquels régne le Silence; c'est le poids effrayant du vide que l'oubli n'a pas le droit de combler, et que la mémoire des vivants habitera toujours ."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
patrick75patrick75   31 mars 2013
Ce qui ruine le pessimisme fondamental des adeptes de la banalisation, c'est à la fois le spectacle de leur propre lâcheté, mais aussi, en contrepoint, l'ampleur des risques pris par les justes, ces hommes qui n'attendaient rien, qui ne savaient pas ce qui allait se passer, mais qui n'en ont pas moins couru tous les dangers pour sauver des juifs que, le plus souvent, ils ne connaissaient pas. Leurs actes prouvent que la banalité du mal n'existe pas. Leur mérite est immense, tout autant que notre dette à leur égard. En sauvant tel ou tel individu, ils ont témoigné de la grandeur de l'humanité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          421
jeunejanejeunejane   18 juin 2017
Je n'avais pas d'états d'âme. Je savais où j'allais. Le fait de ne pas moi-même être croyante m'a-t-il aidée? Je n'en suis pas convaincue. Giscard était de culture et de pratique catholiques, et cela ne l'a pas empêché de vouloir cette réforme de toutes ses forces.
Je m'accoutumai à entendre les hommes croisés ici ou là me dire : "Ma femme a tellement d'admiration pour vous."
Le sens du propos ne m'échappait pas : ma femme vous admire, mais pas moi.
En réalité, les hommes ne se sont jamais intéressés à cette loi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          434
prune42prune42   16 janvier 2018
Tout ce qu'on peut, dire, écrire, filmer sur l'Holocauste n'exorcise rien. La Shoah est omniprésente. Rien ne s'efface ; les convois, le travail, l'enfermement, les baraques, la maladie, le froid, le manque de sommeil, la faim, les humiliations, l'avilissement, les coups, les cris... non, rien ne peut ni ne doit être oublié. Mais au-delà de ces horreurs, seuls importent les morts. La chambre à gaz pour les enfants, les femmes, les vieillards, pour ceux qui attrapent la gale, qui clopinent, qui ont mauvaise mine ; et pour les autres, la mort lente. Deux mille cinq cents survivants sur soixante-dix-huit mille Juifs français déportés. Il n'y a que la Shoah. L'atmosphère de crématoire, de fumée et de puanteur de Birkenau, je ne l'oublierai jamais. Là-bas, dans les plaines allemandes et polonaises, s'étendant désormais des espaces dénudés sur lesquels règne le silence ; c'est le poids effrayant du vide que l'oubli n'a pas le droit de combler, et que la mémoire des vivants habitera toujours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Video de Simone Veil (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Simone Veil
Simone Veil présente la loi IVG à l'Assemblée Nationale (26 novembre 1974) | Archive INA
>France : histoire>20e siècle>Troisième République: 1870-1945 (178)
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quiz "Une jeunesse au temps de la Shoah ; Extraits d'une vie" Simone Veil

Quel est le nom de jeune fille de Simone ?

a) Veil
b) Jacob
c) Steinmetz

10 questions
751 lecteurs ont répondu
Thème : Une jeunesse au temps de la Shoah : Extraits d'Une vie de Simone VeilCréer un quiz sur ce livre
. .