AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234058171
Éditeur : Stock (31/10/2007)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.78/5 (sur 519 notes)
Résumé :
Simone Veil accepte de se raconter à la première personne. Personnage au destin exceptionnel, elle est la femme politique dont la légitimité est la moins contestée en France et à l'étranger ; son autobiographie est attendue depuis longtemps. Elle s'y montre telle qu'elle est : libre, véhémente, sereine.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (77) Voir plus Ajouter une critique
carre
03 août 2012
Quelque soit notre couleur politique, on ne peut qu'avoir du respect pour cette grande dame. « Une vie » raconte l'incroyable destin de Simone Veil, rescapée d'Auschwitz. Son parcours de femme engagée, loyale : ministre des affaires sociales (sa loi pour l'IVG, montrant une femme de conviction dans une période ou il fallait un courage et une foi à toute épreuve), sa présidence du parlement européen jusqu'à son entrée au Conseil Constitutionnel et à l'Académie française, et puis la fierté d'avoir élevé trois enfants tout en gardant ces engagements (cela peu paraitre normal aujourd'hui mais il y a quarante ans il fallait une sacrée force de caractère). Bien évidemment, les pages consacrées à la Shoah sont un témoignage inestimable, d'une grande force émotionnelle, Simone Veil consacre d'ailleurs aussi beaucoup de son temps pour que la barbarie nazie soit connue par nos jeunes générations. L'amour pour sa mère et sa soeur qui n'ont pas eue sa chance de revenir des camps sont des passages magnifiques de sensibilité et de pudeur, de même que ceux d'un fils disparu. Ce qui frappe, c'est cette force impressionnante malgré les horreurs de la guerre, les drames de sa vie. Un récit de mémoires passionnant plus qu'une autobiographie, d'une femme d'exception.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          542
Ptitgateau
22 avril 2014
En dehors de toute considération politique, est un personnage que j'ai toujours beaucoup admiré en tant que femme parce qu'elle est un modèle au même titre que Marie Curie de femme ayant lutté pour aboutir dans un milieu fait essentiellement d'hommes à l'époque, et que toutefois, je ne connaissais pas réellement. La lecture de cette biographie est venue confirmer le ressenti que j'avais à son égard : une femme réfléchie, ayant su se servir de son intelligence et de ses connaissances au service d'autrui.
Une vie est plus qu'une biographie, car cet exposé de sa vie permet de comprendre comment le personnage a été façonné, d'abord par ses parents qui déjà avaient des choix politiques différents, et principalement pas sa mère qui a souffert de ne pas faire carrière, puis par les dures années de souffrance extrême que la déportation lui ont infligée, puis par des rencontre de gens qui avaient compris ce qu'elle avait pu vivre et ce qu'elle ressentait, la France des années d'après-guerre s'étant parfois montrée sévère et dure avec les anciens déportés par ignorance ou pour se donner bonne conscience… Simone Veil, humble et persévérante a ensuite accepté divers postes qui l'ont amenée au ministère de la santé et le milieu politique, puis au parlement Européen (première femme qui a présidé le parlement Européen). Cette période entre 1974 et 2007 est parfois difficile à lire parce qu'elle parle de ses fonctions, des décisions, des relations entre politiques et on s'aperçoit que c'est un métier, certains travaux font l'objet d'exposés très pointus, je n'ai certainement pas tout saisi.
Le livre termine par discours prononcé à l'assemblée nationale en 1974, en faveur de la loi sur l'avortement et la politique familiale, document fort intéressant qui montre tout le travail réalisé en amont par la ministre.
Très bel exposé que je conseille à tous.

Lien : http://1001ptitgateau.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
patrick75
31 décembre 2013
Ecrit avec pudeur, l'auteur passe rapidement sur l'épisode de sa déportation à Auschwitz. Puis l'on voit la simone Veil "publique" avec son parcours assez exceptionnel par sa longévité dans les plus hautes sphères de l'état.
Une autobiographie assez discrète, comme le personnage.
Commenter  J’apprécie          270
Luniver
18 septembre 2012
À la veille de son élection à l'Académie française, Simone Veil nous livre son autobiographie : elle nous raconte tout d'abord son enfance, puis la seconde guerre mondiale et sa déportation vers Auschwitz. le retour en France, pressée de laisser sa complicité dans les rafles derrière elle, est difficile, certaines réflexions sont sidérantes (« si vous vous en êtes sortie vivante, c'est que ça ne devait pas être si terrible qu'on le dit »).
La seconde partie concerne sa vie sur la scène politique. le ton devient plus neutre, moins personnel. J'ai été un peu déçu par le manque de détails sur les difficultés auxquelles elle a dû faire face en tant que femme, et sur les débats concernant la dépénalisation de l'avortement.
Quelles que soient nos opinions politiques, on ne peut être qu'impressionné par la force de caractère de Simone, qui a réussi à surmonter les traumatismes des camps, pour se lancer dans un carrière dans un domaine où les femmes n'étaient pas forcément les bienvenues.
Commenter  J’apprécie          220
barjabulette
13 mai 2012
cette autobiographie a trainé longtemps dans mes livres avant de me décider à le lire. Je l'ai reçu dans le cadre d'un "héritage"
Amusant parfois comme le hasard fait les choses... lire ce bouquin au moment des éléctions présidentielles françaises.
Ce qui m'a le plus "passionné" c'est la partie ou Madame Veil raconte sa "détention" en camp d'extermination. Elle y raconte des évènements très forts en émotions, très durs, mais c'était la réaité et il est important de pouvoir en parler.
Elle nous parle très peu de sa vie privée de femme adulte, elle ne nous parle que de sa vie politique et c'est déjà très riche ainsi.
C'est la première personne que je lis qui ose remettre en questions les théories d'Anna Arendt. Et j'ai aimé, justement, qu'une personne se donne le droit d'écrire sur "la face inverse de l'ieberg", en tout cas qu'à un moment donné, quelqu'un se questionne différemment par rapport aux évènements de la Shoah.
Par rapport à son implication politique, je pense que SImone Veil ne peut qu'inspirer le respect, même si on est opposé à ses idées poliitique, on peut lui reconnaitre une fameuse force de caractère.
Sur ces idées politiques justement, je ne la rejoins pas tout à fait mais j'ai aimé découvrir les "dessous de la scène" à savoir, quels évènements politiques passés amènent aujourd'hui tel ou tel président français au pouvoir, c'est intéressant de pouvoir, à certains moments de l'histoire, pouvoir faire un retour sur image et comprendre le passé pour pouvoir appréhender l'avenir.
Sur le style de l'auteur, il n'est pas toujours très aisé à lire, non par le style mais par la complexité des enjeux politiques.
Madame Veil a un style d'écriture très recherché, mais très agréable à lire.
J'ai vu qu'elle est l'auteur d'autres livres que je ne manquerais pas de lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Citations & extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
patrick75patrick7531 mars 2013
Ce qui ruine le pessimisme fondamental des adeptes de la banalisation, c'est à la fois le spectacle de leur propre lâcheté, mais aussi, en contrepoint, l'ampleur des risques pris par les justes, ces hommes qui n'attendaient rien, qui ne savaient pas ce qui allait se passer, mais qui n'en ont pas moins couru tous les dangers pour sauver des juifs que, le plus souvent, ils ne connaissaient pas. Leurs actes prouvent que la banalité du mal n'existe pas. Leur mérite est immense, tout autant que notre dette à leur égard. En sauvant tel ou tel individu, ils ont témoigné de la grandeur de l'humanité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291
carrecarre04 juin 2012
Dans la ligne de ses engagements antérieurs, le président de la République a rendu hommage le 18 janvier 2007 aux deux mille sept cent vingt-cinq Justes de France reconnus à ce jour, ces personnes qui ont caché et sauvé des Juifs pendant la guerre. À ses côtés, j’ai dévoilé dans la crypte du Panthéon une plaque sur laquelle on peut lire : « Sous la chape de haine et de nuit tombée sur la France dans les années d’occupation, des lumières par milliers refusèrent de s’éteindre. Nommés Justes parmi les nations ou restés anonymes, des femmes et des hommes de toutes origines et de toutes conditions ont sauvé des Juifs des persécutions antisémites et des camps d’extermination. Bravant les risques encourus, ils ont incarné l’Honneur de la France, ses valeurs de Justice, de Tolérance et d’Humanité » Ce fut un moment à la fois grandiose et émouvant, l’hommage enfin rendu à toutes ces personnes longtemps restées anonymes et qui ont témoigné de la grandeur de l’Homme dans le même temps où Vichy démontrait la petitesse de l’État .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
aletalet11 janvier 2015
Venus de tous les continents, croyants et non-croyants, nous appartenons tous à la même planète, à la communauté des hommes. Nous devons être vigilants, et la défendre non seulement contre les forces de la nature qui la menacent, mais encore davantage contre la folie des hommes.
Commenter  J’apprécie          390
LudivineLudivine06 avril 2008
Il est vrai que pour y parvenir (carrière de magistrat), il me fallait suivre un stage de deux années et préparer les épreuves du concours, tout en élévant nos trois enfants et en m'occupant de la maison... Le parcours était semé d'embûches, mais c'était mal me connaître que d'imaginer que j'abandonnerais la partie dès les premiers obstacles. Pourtant, ceux-ci n'ont pas manqué.
Commenter  J’apprécie          191
MetaphoreMetaphore10 janvier 2013
Et puis, autre chose me gêne dans ses droits de l'homme prétendument universels, c'est que, précisément, ils ne le sont pas. Il y a toujours deux poids, deux mesures. Quand il s'agit de négocier des accords commerciaux avec la Chine, le silence est d'or. Quand on cherche à séduire Poutine, on lui décerne volontiers des brevets de civisme, passant sous silence ses manquements aux sacro-saints droits de l'homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
>France : histoire>20e siècle>Troisième République: 1870-1945 (178)
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quiz "Une jeunesse au temps de la Shoah ; Extraits d'une vie" Simone Veil

Quel est le nom de jeune fille de Simone ?

a) Veil
b) Jacob
c) Steinmetz

10 questions
336 lecteurs ont répondu
Thème : Une jeunesse au temps de la Shoah : Extraits d'Une vie de Simone VeilCréer un quiz sur ce livre
. .