AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 225316187X
Éditeur : Le Livre de Poche (07/03/2012)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 4.32/5 (sur 303 notes)
Résumé :
En 1518, un Portugais exilé du nom de Magellan convainc le roi d'Espagne, Charles Quint, d'un projet fou: "Il existe un passage conduisant de l'océan Atlantique à l'océan Indien. Donnez-moi une flotte et je vous le montrerai et je ferai le tour de la terre en allant de l'est à l'ouest." Partie en 1519, l'expédition reviendra trois ans plus tard, disloquée, victorieuse.
Malgré fausses cartes et mutineries, froid, faim et maladies, Magellan a forcé le détroit q... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
Marple
  31 juillet 2017
J'aime Zweig parce qu'il m'apprend des choses sur notre histoire, notre monde et la nature humaine.
Magellan ne fait pas exception : j'y ai découvert la grande aventure de la chasse au détroit et du premier tour du monde, les péripéties des mutineries, des découragements ou des combats inutiles, la personnalité austère et fière du grand navigateur portugais qui dut renier le Portugal pour (presque) réaliser son rêve.
Comme souvent chez Zweig, le livre mêle la biographie et l'épopée, la psychologie et l'histoire, une documentation faramineuse et des détails qui ne peuvent être qu'inventés ou extrapolés. Et, comme souvent chez Zweig, j'aime ça !
Au point que je serai prête à repartir pour ce difficile tour du monde avec lui à nouveau un de ces jours...
Commenter  J’apprécie          700
thisou08
  13 juillet 2018
Quel magnifique biographe que Stefan Zweig !
Ce qui pourrait être ardu devient limpide sous sa plume, abstraction faite des expressions latines non traduites et que je n'ai évidemment pas comprises.
Il a fallu à Magellan un an et cinq mois pour voir se réaliser son rêve.
Et ce laps de temps lui a réservé bien des embûches. Mais il a triomphé de tous les obstacles et lui, le portugais, ignoré par son roi, se voit accorder le commandement d'une flotte espagnole et obtient le soutien inconditionnel de Charles Quint ( qui n'est pas encore Charles Quint ) sans lequel rien n'aurait été possible.
Traître à sa patrie, certes, mais fidèle à son rêve.
Le 10 août 1519, le San Antonio, le Trinidad, le Conception, le Victoria et le Santiago " descendent vers San Lucar de Barrameda où le Guadalquivir débouche en pleine mer ".
Le rêve fou de Magellan devient enfin réalité.
Mais ce n'est que le 20 septembre de la même année qu'ils partiront tous à la recherche du passage espéré par Magellan.
Sur deux cent soixante-cinq hommes, dix-huit seulement reviendront sur le Victoria, sans Magellan, mort bêtement au cours d'une échauffourée avec des indigènes.
Une vie incroyable, une fin inepte, un livre merveilleux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Levant
  02 mars 2017
Quoi de plus angoissant mais à la fois de plus fascinant que l'inexploré.
Magellan aura réussi 'l'exploit le plus magnifique de toute l'histoire de la navigation" nous dit Stefan Zweig. C'est encore vrai cinq siècles plus tard. "Cet homme sombre, renfermé, taciturne, sans cesse prêt à tout mettre en jeu, y compris sa vie, pour le triomphe de son idée" aura fait preuve d'une volonté et d'une ténacité inouïes dans son combat contre l'inconnu.
Aucune entreprise humaine n'aura autant été supportée par un seul homme, y compris et surtout lorsqu'il devra imposer sa volonté, seul contre tous, au milieu des immensités marines, dans la plus parfaite ignorance de leur devenir.
C'est une force de caractère hors du commun qui a accroché son nom à jamais au bout du continent américain. Cette inscription dans la grande histoire n'est que justice à l'égard de celui qui a fait preuve d'une foi inébranlable pour que l'homme trace les contours de zones vierges de sa connaissance et dessine sur la mappemonde le passage qui relie les deux grands océans Atlantique et Pacifique.
Formidable aventure superbement contée par Stefan Zweig. Avec son style savoureux et précis, cet auteur sait faire de la vie d'un personnage, non pas une biographie, mais une jouissance romanesque.
Cet ouvrage est passionnant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
cmpf
  13 janvier 2015
L'auteur présente l'abord le contexte le désir des épices, la façon dont on se les procure. Les desseins de Henri dit le navigateur, roi portugais qui pendant plusieurs décennies va s'efforcer de faire de son peuple, un peuple de marins. Puis il expose aussi pourquoi Magellan, bien que portugais ne fera pas ce premier essai de circumnavigation sous le pavillon de son pays.
Suit le récit de toute la préparation matérielle de ce périple qui ne commence que presque au tiers du livre. Et pourtant nous ne perdons rien des difficultés du voyage, tant matérielles qu'humaines, les relations avec les capitaines espagnols étant difficiles. Zweig admire Magellan, cela ne fait pas de doute, son héros est très positif. Mais il reste aussi juste que possible et n'accable pas bien au contraire les espagnols.
Finalement sa découverte d'un nouveau chemin vers l'Asie et ses iles à épices ne sera pas utilisée. Peu importe aux yeux de Zweig, il a fait cadeau d'un bien plus précieux : la connaissance.
C'est assurément l'oeuvre d'un littéraire, de nombreuses références l'attestent telles : « de même que le Cid mort maintenu par ses hommes sur son fidèle cheval de bataille remporte encore une victoire, de même l'énergie de Magellan impose, par-delà le trépas, sa volonté. »
Un très beau texte qui restitue bien l'ampleur de tels projets de découvertes, et le courage nécessaire pour s'embarquer pour l'inconnu sans savoir quand l'on reverra sa patrie et sa famille et même si on les reverra.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
raton-liseur
  17 juillet 2013
C'est alors que l'avion atterrissait à Panama que je lisais les dernières lignes de ce livre, dans ce pays qui a rendu définitivement obsolète (sauf dans l'imaginaire des navigateurs, je tiens à le préciser car Zweig l'oublie et ce n'est pas un point de détail) la fameuse découverte de Magellan, ce détroit qui porte son nom et qui aujourd'hui « n'est plus qu'une notion historique et géographique » (p. 285, Chapitre 13, “Les morts ont toujours tort”). Zweig aurait peut-être aimé l'ironie de la chose, lui qui insiste beaucoup, dans sa biographie de Magellan sur l'aspect tragique de sa vie, tragique au sens grec du terme, au sens de la destinée implacable qui pèse sur un destin individuel. Selon Zweig, Magellan est en effet l'homme d'une idée qui jamais ne pourra savourer aucune de ses victoires, toujours obscurcies par un évènement qui ternit toute velléité de triomphalisme.
Zweig, qui a alternativement eu recours à la fiction et à la biographie pour comprendre les ressorts de l'homme ou d'une oeuvre, veut ici, avec la figure de Magellan, comprendre ce qui pousse un homme au long des jours et des mois sur des mers inconnues, toujours plus loin et sans savoir où il arrivera. Il en fait ainsi la quintessence, l'incarnation même, de l'explorateur, et n'hésite pas à voir une filiation entre Colomb et Magellan, affirmant à plusieurs reprises que « le rêve de Christophe Colomb qui voulait atteindre l'Inde par l'ouest est réalisé par Magellan. » (p. 234, Chapitre 11, “La mort avant le triomphe final (7 avril 1521-27 avril 1521)”). Un parallèle historique qui me plaît, même s'il va à l'encontre de ma volonté de croire que Colomb a trompé son monde et savait exactement où il allait, une hypothèse qui m'a toujours séduite mais qui me paraît de moins en moins vraisemblable, et que j'abandonne petit à petit bien qu'à regret.
Je le dis d'emblée, je n'ai pas vraiment apprécié ce livre de Zweig. Il a ce défaut que je reproche souvent aux biographies de manquer d'unité. Pour caricaturer, c'est « Cet homme est comme ça et comme ça, et c'est ce qui explique ses actions et réactions, ah, sauf celle-là, qui est cruciale ». Chaque pas est expliqué, mais sans donner une vision d'ensemble, une vision cohérente du personnage de Magellan. C'est d'ailleurs intéressant de voir que je n'ai trouvé l'écriture prenante qu'après la mort de Magellan, lorsque Zweig décrit en quelques pages enlevées le retour vers l'Europe. C'est quand il se libère du carcan de la biographie de son personnage et d'un besoin d'expliquer qu'il ne satisfait pas tout à fait que la plume de Zweig s'envole et communique la passion que l'on peut attendre du récit d'un tel épisode de notre histoire.
Il faut que je sois juste tout de même, cette lecture n'est certainement pas dénuée d'intérêt et, je ne pensais pas que ce qui est évoqué en une ligne dans nos livres d'histoire renfermait un tel roman. Je savais bien que, ironie de l'histoire, Magellan ne finirait pas ce qu'il avait commencé, que le premier homme à véritablement faire le tour du monde s'appelait Henrique, était disons basané et qu'on ne lui connait pas de nom de famille, mais je ne connaissais pas l'épisode de la mutinerie ni de la désertion, ni tout le tragique qui entoure la destinée de Magellan. C'est un livre qui m'a donné envie d'en savoir plus, et c'est finalement une bonne introduction à la relation de voyage de Pigafetta qui est sur mes étagères depuis plusieurs années mais dont le volume et l'écriture que j'imagine vieillie m'ont toujours un peu intimidée. Un livre de vulgarisation, mais que je ne conseillerais qu'aux inconditionnels de Zweig (dont je ne suis pas) ou aux explorateurs en chambre et aux marins de papier (dont je suis !).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Citations et extraits (70) Voir plus Ajouter une citation
thisou08thisou08   13 juillet 2018
On ignore ce qu'est devenu le corps de Magellan, à quel élément a été restitué sa dépouille. Aucun témoignage ne nous est resté à ce sujet. Ainsi s'est perdue mystérieusement dans l'inconnu la trace de l'homme qui arracha à l'océan son mystérieux secret.
Commenter  J’apprécie          130
thisou08thisou08   13 juillet 2018
Ce dut être un spectacle étrange que celui qui s'offrit à la vue des marins lorsque les quatre bâtiments s'engagèrent doucement et sans bruit dans cette baie noire et tragique où jamais encore aucun homme n'avait pénétré. Autour d'eux un silence de mort et des falaises abruptes qui semblent les fixer d'un regard métallique. Sombre est le ciel, sombre la surface de l'eau. Telle la barque de Charon sur les eaux du Styx, ombres parmi des ombres, les navires s'avancent sans hâte dans ce monde des enfers. Au loin brillent des montagnes aux sommets couverts de neige, d'où arrive la nuit un vent glacial. Nulle part un être vivant et cependant des hommes doivent habiter ces parages, car le soir des feux brillent dans l'obscurité, ce pourquoi ils appellent ce pays la Terre de Feu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
thisou08thisou08   12 juillet 2018
L'alpha et l'oméga de toute nourriture, c'est le biscuit du marin : Magellan en a fait embarquer 21 380 livres.
[ ...]
Afin de maintenir en bon état le moral de l'équipage Magellan a fait acheter le meilleur vin de Xérès : pas moins de 417 outres et de 253 tonneaux. ( On a prévu deux rations de vin par jour et par homme pendant deux ans )
Commenter  J’apprécie          100
thisou08thisou08   13 juillet 2018
Car l'essentiel est fait : il a prouvé qu'en poursuivant toujours dans la même direction, que ce soit du côté où le soleil se lève ou du côté opposé, on doit revenir au point d'où l'on est parti. Ce que les savants supposaient depuis des milliers d'années est devenu, grâce au courage d'un individu, une certitude : la terre est ronde et voici un homme qui vient d'en faire l'expérience.
Commenter  J’apprécie          20
thisou08thisou08   13 juillet 2018
Jusqu'à l'heure de sa mort Magellan a observé strictement et loyalement tout pacte conclu avec les chefs indigènes. Cette honnêteté fut sa meilleure arme, et elle reste son meilleur titre de gloire.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Stefan Zweig (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stefan Zweig
Thomas alias "Tom" de la Griffe Noire vous donne rendez-vous chaque mardi à 11h00 sur la chaine Youtube GriffeNoire TV pour sa chronique TOM'S SELECT consacrée à la BD...
Retrouvez votre livre dans notre librairie en ligne ! :
Darnand le bourreau français tome 1 de Patrice Perna et Fabien Bédouel aux éditions Rue de Sèvres https://www.lagriffenoire.com/103195-bd-darnand-tome-1---le-bourreau-francais.html
24 heures de la vie d'une femme de Nicolas Otero et Stefan Zweig aux éditions Glénat https://www.lagriffenoire.com/107813-bd-24-heures-de-la-vie-d-une-femme.html
Les chroniques de vos libraires préférés c'est sur notre chaine YouTube !!!: https://www.youtube.com/channel/UCVthrox2f¤££¤11Retrouvez L23¤££¤
Retrouvez l'ensemble des coups de c?ur de Gérard dans sa librairie en Ligne ! www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables.
Gérard Collard Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Le joueur d'échec de Zweig

Quel est le nom du champion du monde d'échecs ?

Santovik
Czentovick
Czentovic
Zenovic

9 questions
1044 lecteurs ont répondu
Thème : Le Joueur d'échecs de Stefan ZweigCréer un quiz sur ce livre
. .