AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266046713
Éditeur : Pocket (17/08/2006)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Angus Thermophyle? Un pirate et un assassin. Dans le Secteur de Delta, même les plus coriaces des pilotes d'astéroïdes l'évitaient avec soin. Et quand il arriva au Mallorys Bar en compagnie d'une femme sensationnelle, tous les habitués comprirent qu'il se passait quelque chose. Comment un homme comme Angus pouvait-il tenir une Morn Hyland? Le seul qui n'eut pas peur au Mallorys Bar, se fût Nick Succorso. Encore un pirate, mais non sanguinaire, disait-on. Quand il vi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
meygisan
  14 janvier 2015
Mon premier contact avec cet auteur se fit avec les 3 premiers tome de Thomas Covenant, qui m'avait laissé sur un sentiment mitigé de satisfaction et de frustration sans pouvoir expliquer pourquoi. L'écriture de l'auteur me semblait trop alambiqué... Avec ce premier tome, j'ai l'impression de lire un auteur à l'écriture plus fluide, plus claire. Je redécouvre avec plaisir le côté malsain de ces personnages, la manière qu'il a de bouleverser les codes, créer des événements inattendus et proposer des personnages très loin des archétypes. L'histoire tourne autour de trois protagonistes, et plus spécialement autour de l'un d'eux, présentés comme la crapule de service. L'auteur met en place son univers, fouille ses personnages, leur permet d'évoluer. Et puis il opère des renversements fulgurants, et comme il l'explique très bien dans la postface, les rôles sont inversés. Là où l'on attendait une crapule, on découvre finalement une victime, là où l'on attendait une victime l'on trouve un ange salvateur et là, et le héros se trouve finalement être la crapule....!! le tout dans une ambiance malsaine, sordide, confinée ( cela m'a rappelé l'atmosphère de certains films huis clos tels que Alien, Pandorum, Abyss et tant d'autres...), dont l'auteur réussit sans difficultés à créer, et avec brio. L'on sent les parois moites du vaisseau, le froid intense de l'espace telle une prison. le côté malsain est tellement poussé loin, notamment à travers la "relation" entre Morn et Angus qu'on se pose véritablement des questions quant à la santé mentale de Donaldson, sujet d'ailleurs qu'il aborde dans la postface ( qu'il faut lire absolument car elle donne des pistes de compréhension pour la suite et l'auteur explique de manière remarquable son processus d'écriture, et cela demeure passionnant en soi).
Bref Donaldson a ici posé les bases de son histoire, qui ne demande qu'à être développée.... En route donc pour le volume 2...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ildibad
  14 juillet 2014
"la véritable histoire" est un huis clos entre 3 personnages : le méchant pirate, écoeurant à souhait, la femme esclave-insoumise-brisée et le corsaire aux buts pas très nets.
Le tout se déroule sur fond d'espace insondable et glauque à souhait.
Le huis clos est construit comme le Boléro de Ravel : A chaque étape, on reprend son soufle, l'histoire se répète en s'enrichissant et en déroutant un peu, un tout petit peu le lecteur jusqu'à l'apothéose finale.
Le pitch se veut une certaine réinterprétation du Nibelungen (version Wagner). La postface est d'ailleurs à lire, car elle en présente un résumé enfin compréhensible et légèrement décalé.
Un remarquable roman. Je suis régulièrement revenu en arrière, après une des respiration, pour retrouver les prémisses que j'avais négligées dans une première lecture.
La construction de l'intensité dramatique et l'étoffage des protagonistes par couches successives est sans failles.
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ildibadildibad   15 juillet 2014
Il avait la possibilité et l'avait pleinement utilisée de faire obéir
Morn à tout ce que concoctaient sa concupiscence ou sa haine. Comme un pochard ou un clochard, il avait cru que cela suffisait. Mais ça ne suffisait pas, oh non, ça ne suffirait jamais, plus maintenant. Il s'était abusé, berné, aveuglé
Morn avait appris de lui à coopérer à sa propre dégradation. Elle avait appris de lui à agir comme s'il lui était nécessaire. Mais quoiqu'il ait fait, cependant, il n'était
jamais parvenu à se faire désirer d'elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ildibadildibad   15 juillet 2014
Il ressentit la tentation de faire couler le sang, simplement pour démontrer son pouvoir, mais il eut peur de jouir immédiatement, s'il le faisait. Rappelle-toi bien
ça, quand tu auras envie de me tordre le cou. C'est moi qui vais te briser. Je vais te briser à un tel point que ça va finir par te plaire, que tu vas en redemander. Et alors, je te briserai encore plus. Je vais te briser jusqu'à ce que tu n'aies plus que moi, comme seule raison de
vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2141 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre