AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2818934303
Éditeur : Bamboo Edition (02/12/2015)

Note moyenne : 4.6/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Intégrale d'Amère Russie dans une version luxe noir et blanc grand format. Planches reproduites en facsimilé dans leur format d'origine. Inclut un cahier graphique de 8 pages.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
marina53
  12 avril 2016
Fin des années 80, en Russie. Malgré la promesse qu'il lui avait faite de ne plus bouger, son mari vient de lui annoncer qu'il était muté à la frontière de l'Ouzbékistan. Aussitôt, Ekaterina s'inquiète pour son fils, Volodia, qui venait tout juste de se faire des amis. Il est clair qu'elle ne compte pas suivre son mari...
Des années plus tard, Volodia effectue son service militaire dans l'armée tchétchène. Sa mère vit pauvrement, vendant ici et là des DVD piratés dans les bouches du métro, en compagnie de son adorable chien, Milyi. N'ayant plus de nouvelles de son fils depuis des semaines, elle se rend à l'accueil de sa base militaire, munie de quelques photos du fiston, pour avoir des informations. Malheureusement, personne ne semble au courant de l'affectation des militaires. Un soir, son ivrogne de mari tente de rentrer chez elle mais elle lui referme la porte au nez. Entretemps, celui-ci a eu le temps de glisser dans le collier du chien un papier sur lequel figure la liste des soldats prisonniers en Tchétchénie. Volodia en fait partie. le lendemain, elle va voir un ancien reporter de guerre qui lui apprend que Bassaïev, un chef tchétchène, propose de libérer des soldats russes si leurs mères venaient les chercher. Ni une ni deux, Ekaterina entreprend le voyage, direction Grozny...
Aurélien Ducoudray nous offre un album bouleversant dans lequel il dépeint le parcours ô combien chaotique de cette mère prête à tout pour retrouver son fils fait prisonnier. Dans Grozny en ruines et miséreuse, soumise aux bombardements et aux tirs des militaires, un semblant de vie tente de s'installer. Ekaterina fera la connaissance d'une population vulnérable mais qui tente de faire front. L'auteur alterne les situations dramatiques et parfois absurdes et des moments plus légers, notamment les facéties du chien Milyi ou les gamins qui se battent pour une Nintendo. Aucun parti pris de la part de Nicolas Ducoudray, il décrit la guerre telle qu'on pourrait se l'imaginer, autant que faire se peut. Russes et Tchétchènes sont dans le même panier. le trait semi-réaliste et expressif d'Anlor est d'une incroyable précision, chaque planche est détaillée. Les scènes sont finement travaillées, la mise en page dynamique et les couleurs lumineuses.
Un dyptique émouvant et original, un beau portrait de femme...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          542
seblac
  03 mai 2016
Très gros coup de coeur pour cette série en deux tomes. Quand un auteur parvient à construire une aussi belle histoire en la liant avec une actualité véridique, méconnue et douloureuse, j'ai envie d'applaudir des deux mains. Et si j'en avais trois je le ferais tout aussi volontier.Cette belle histoire, c'est celle d'une mère russe ordinaire. Elle a un mari militaire, alcoolique au dernier degré mais heureusement elle a un fils, un fils d'autant plus merveilleux qu'il est unique. le fiston a aussi une petite chienne à laquelle il a appris toutes sortes de tours.Les années passent, le père a disparu de la circulation, le fils a grandi et a atteint l'âge du service militaire. Un service militaire redouté par bien des mères et bien des conscrits. Il y a tant de précedents douloureux, l'Afghanistan entre autres. Alors quand elle apprend que son fils est envoyé en Tchétchénie...Parlez de Tchétchénie à une mère russe, elle en paliera d'effroi.Le fils disparait, aucune nouvelle, jusqu'à ce qu'une rencontre avec un journaliste l'informe que le chef de guerre Bassiev serait prêt à donner leurs fils prisonniers aux mères russes qui viendraient les chercher.Ni une ni deux la petite mère prend la direction de Grozny...portée par son amour, par sa naïveté elle va faire des rencontres étonnantes, détonnantes même, mais jamais sans se départir de sa sincérité. Une sincérité, un dévouement, un amour qui vont probablement lui sauver la vie dans un univers où la violence et les règlements de compte sont la règle.A la fois légère et sérieuse j'ai vu dans cette série un hommage aux femmes. Toutes dans la bd sont des personnages dont il émane quelque chose d'humain : simple mère ou même amazone de Bassaiev, elles ont cette hauteur sur les choses que n'ont pas les hommes, ces brutes fanatiques, avinées et indifférentes à tout. Oui quand la guerre se déchaine, les femmes apparaissent comme les derniers ilôts de sagesse, comme les derniers rochers auxquels on peut se cramponner pour ne pas sombrer dans la folie meurtrière. Cela est probablement idéalisé, particulièrement dans le contexte de la guerre en Tchétchénie où nombre de femmes ont été impliquées mais cela fait du bien aussi un peu d'optimisme, un peu d'idéal.On sent aussi à travers cette série que l'auteur s'est documenté. Il nous livre le portrait réaliste d'une société russe et tchétchène gangrénée par des siècles de violences. Sans se livrer à une histoire pointilleuse de ce conflit il en donne les grandes clefs de compréhension.C'est un monde désanchanté, cabossé que nous dévoile Aurélien Ducoudray. Mais dans cette grisaille, les différents personnages, et en premier lieu cette maman et sa petite chienne, s'avèrent être de véritables soleils de vie et d'humanité.Une très belle série à croquer à pleines dents. Et n'ayez crainte, elle n'est pas si amère que cela.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
marina53marina53   12 avril 2016
- Madame? À la fin, l'ogre, il les mange pas, ses petites filles, hein?
- Nooon... L'une d'elles se réveille, et il se rend compte qu'il allait faire une grosse bêtise.
- Tu vois, j'te l'avais dit! Les ogres, ça peut pas manger ses propres enfants!
- Les ogres, non... Y a qu'Elstine et Poutine qui dévorent les leurs...
Commenter  J’apprécie          200
marina53marina53   12 avril 2016
- Pourquoi vous m’avez empêchée de parler aux soldats russes, j’aurais pu leur expliquer! Je suis Russe quand même!
- Mais on est tous Russes, la vieille! J’ai une grand-mère russe, et Volodia a sûrement des cousins russes, on est tous frères! Même Poutine, je suis sûre qu’il a un cousin tchétchène!
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Aurélien Ducoudray (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aurélien Ducoudray
Cette année, Aurélien Ducoudray passe au crible L Histoire contemporaine venue de l'Est, sous les crayons d'Anlor et de Christophe Alliel. Dans Maidan Love, le prolifique scénariste traitera d'une histoire d'amour se déroulant durant la révolution ukrainienne de 2014 tandis que dans Camp Poutine, il s'attaque aux camps de propagande à destination des plus jeunes, en Russie. Deux bandes dessinées à retrouver dans toutes les bonnes librairies et sur le site de Grand Angle : bit.ly/DucoudrEast
autres livres classés : Tchétchénie (Russie)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1637 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre