AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782754811002
112 pages
Futuropolis (15/09/2016)
3.49/5   80 notes
Résumé :
1996 : un quatuor de truands cambriole l’agence bancaire à Clermont l’Abbaye. Parvenant à échapper à la Police, les voyous se mettent au vert en attendant que les choses se tassent, en attendant d’être oubliés. Ils cavalent jusqu’à l’exploitation agricole de l’oncle de l’un d’eux. Mais c’était sans prévoir la crise de la vache folle… La contamination de l’épizootie est à son plus haut pic, et les gendarmes sont très nombreux à battre la campagne. Coincés dans leur p... >Voir plus
Que lire après Mort aux vaches !Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
3,49

sur 80 notes
5
2 avis
4
11 avis
3
6 avis
2
0 avis
1
0 avis
2'27". Visiblement, la nouvelle recrue se démerde pas mal au test que Ferrand lui a fait passer, à savoir traverser un champ de blé avec un sac de 15 kilos sur le dos et un masque à gaz sur le nez. Au grand dam de José, il s'agit d'une femme, Cassidy. Romuald, lui, la trouve plutôt pas mal et la jeune femme semble avoir du répondant. Elle va ainsi rejoindre le trio de braqueurs qui s'apprête à dévaliser une nouvelle banque. Malgré la présence de flics, le casse se passe comme sur des roulettes et le quatuor s'enfuit avec un sacré magot. Afin de se faire oublier pour un temps par la police, il décide de se mettre au vert et Ferrand emmène tout le monde à la campagne, dans la ferme familiale aujourd'hui gérée par son oncle et son cousin, Jacky. Ce dernier ne semble pas très content de voir débarquer ainsi Ferrand et l'accueille avec un coup de poing. Un coup bien mérité selon lui qui l'attendait depuis 15 ans. Les quatre complices s'installent dans la petite maison attenante à la ferme, espérant que tout se passera bien...

Aurélien Ducoudray nous offre un album jouissif et enlevé, aux dialogues ciselés, aux répliques parfois fleuries et aux personnages hauts en couleurs. Après cet énième braquage pour ce couple d'amoureux, José et Ferrand, ce dernier n'a pas trouvé mieux que de se réfugier chez son oncle et son cousin, avec qui l'entente est pour le moins glaciale. Une vacherie que Jacky n'est visiblement pas prêt d'oublier, même si elle date de 15 ans. Aussi, nos deux couples d'amoureux, José et Ferrand d'un côté, Romu et Cassidy de l'autre, vont devoir faire preuve de patience et d'ingéniosité s'ils veulent passer un tant soit peu inaperçus dans ce petit coin de campagne. C'est sans compter sur les caractères bien trempés de ces braqueurs. Des relations houleuses, de la vache folle, un bien étrange réseau matrimonial, des histoires d'amour tendues, des copains gendarmes... L'on ne s'ennuie pas un seul instant dans cet album, qui n'est pas sans rappeler Les tontons flingueurs, d'autant que la fin réserve son lot de surprises. Graphiquement, le trait semi-réaliste de François Ravard ainsi que ce noir et blanc siéent parfaitement à ce polar rural malin.
Commenter  J’apprécie          575
Après le braquage d'un crédit agricole
Ferrant et ses trois complices
vont se mettre au vert
dans la ferme d'un tonton.
Une planque bucolique pas si tranquille...
les vaches folles courent les champs,
les péquenots remuent la bouse,
attirent des mouches et un tas de poulets
qui traînent dans le coin... coin...
Crévindiou une bd qui a de la gueule
des tronches à la Lautner, des dialogues façon Audiard
revisités par François Ravard au dessin noir et blanc
et Aurélien Ducoudray pour les dialogues hauts en couleur.
Mention spéciale pour le décor rural rustique des années 60-70
nappes à carreaux , tables en formica
où ruminent des taiseux d'un autre âge
qui ne font pas bon ménage
avec nos 2 gays lurons à la page,
Ferrant et son vieux mignon Romu
et les deux jeunes tourtereaux, José une armoire à glace
lustrée par la pétillante et brûlante Cassidy.
Du beau monde qui fait tache dans le paysage !
Sous l'oeil furieux d'Attila le taureaux,
le mélange des genres et des bêtes foldingues
s'avère explosif.
Morts au Vaches, c'est du brutal !
Commenter  J’apprécie          444
Quelle détente ! BD jubilatoire, drôle, cocasse, sans prise de tête. le ton fait remémorer, avec beaucoup de plaisir, Les tontons flingueurs. Deux couples (seulement une femme à sacré caractère), après le braquage d'une banque vont se mettre au vert dans une ferme chez l'oncle et cousin de l'un d'entre eux. Histoire de famille qui refait surface, la vache folle, les flics, les commères. Beaucoup d'interférences pour une planque. Dessin simple et généreux en noir et blanc. Et surtout des dialogues à la Audiard. Critique tapée en écoutant ‘Mort aux vaches' interprété par Sanseverino.
♫ Mort aux vaches, mort aux condés
Vive les enfants d'cayenne à bat ceux d'la sureté ♫
Commenter  J’apprécie          130
« Mort aux vaches ». L'expression anarchiste qui se veut injurieuse à l'encontre des forces de l'ordre claque comme un coup de fusil. Serait-il question de violences sociales et de révoltes communautaires ? Non, car les malfrats qu'il nous sera donné de suivre sont tout sauf libertaires.

La catastrophe sanitaire de la vache folle et ses conséquences mortifères sur le monde paysan, un bien étrange réseau matrimonial entre maquerelle roumaine et croqueuses russes pour culs-terreux esseulés, des copains gendarmes un temps perdus de vue, des questions de reproduction et d'insémination bovine... une campagne même bucolique n'est pas toujours de tout repos.

Une équipe de 4 malfrats aussi sympathiques qu'improbables, se réfugie dans la ferme familiale de l'un d'eux après le succès d'un nouveau braquage de banque que l'on comprend juteux.

Suit une série rocambolesque de situations loufoques dans un remix rural des « Tontons flingueurs ». Langage fleuri et couillu à la Audiard, gueules patibulaires à la Lautner et que ne pourrait renier Raimu, Ventura ou Fernandel, susceptibilités à fleur de peau, enrobent cette parodie policière dans un environnement pastoral.

Le graphisme expressionniste aux lignes droites reprend les codes des films polars noir et blanc des années 50 entre aplats de noir dilué sépia et silhouettes acérées. A noter les sublimes reflets ajourés entre les feuilles du soleil.
Tel un feu d'artifice, le pognon se dispersera en gerbe finale car, comme pourrait le proclamer la fable, « Bien mal acquis ne profite jamais ».
Une agréable bd.
Commenter  J’apprécie          60
Une surprenante BD sur un groupe de 4 braqueurs drôlement assorti. le vieux couple bien rodé moteur de l'équipe et le jeune couple de chiens fous difficile à contrôler. Un casse qui risque d'être compliquer !

Très sympas et plutôt original, j'ai passé un bon moment !
Commenter  J’apprécie          120


critiques presse (3)
ActuaBD
03 août 2017
Du grand art, un vrai plaisir jouissif que l’on recommande à tous les amateurs de rythme effréné et de verbe haut !
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario
04 octobre 2016
Un album qui accompagne délicieusement cette rentrée 2016 !
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest
27 septembre 2016
Aurélien Ducoudray et François Ravard revisitent le thriller pastoral, celui qui fleure bon le Pascal, l’ensilage frais et les vapeurs de fuel.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
- Mais goûte, j'te dis ! C'est des protéines...
- Ah non ! Ça sent la chiasse le ventre vide ton truc, là...
- C'est pour faire de la masse !
- Faire, ou être à la masse ? Des fois, on se demande...
Commenter  J’apprécie          212
-Tu t'attendais à quoi quand j'ai dit : "après le casse on se met au vert" ?
-Elle a dû comprendre "aux verres"... du genre on va fêter ça au Champagne
Commenter  J’apprécie          120
-Mais je t'aime moi José !
-Moi aussi... Mais parfois il faut savoir dire non à l'amour et oui aux Seychelles.
Commenter  J’apprécie          120
L'amour ne dure que le temps qu'on le fait...
Commenter  J’apprécie          291
Va lui dire de se couvrir les curiosités, je vais nous chercher du propane...
Tu parles de curiosités! Avec la sérénade qu'ils nous ont faite cette nuit, elle a plus rien à nous montrer qu'on n'a pas déjà entendu!
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Aurélien Ducoudray (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aurélien Ducoudray
Chine de nos jours, Yuan est un routier qui vit du commerce du charbon, seule source de revenus pour sa famille. Laissé pour mort par un usurier, il doit retrouver son véhicule et laver son honneur, coûte que coûte !
D'un important fonds documentaire, les auteurs, Fred Druart et Aurélien Ducoudray, proposent un récit de fiction tendant vers le polar, afin de décrire au mieux ce mécanisme de vente frauduleux qu'est l'exploitation des mines clandestines, et l'approvisionnement des petits commerçants des bords de route.
Feuilleter la BD : tinyurl.com/amesnoires
autres livres classés : braquageVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (123) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5302 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}