AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2490417223
Éditeur : Noir d'Absinthe (06/02/2019)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
À la suite d'un traumatisme, Otto se trouve confronté à un paysage de désolation et de ténèbres. En proie à ses démons, il évolue dans un univers de sombres fantasmagories, recréant la réalité en l'arpentant dans sa sensibilité, flirtant ou communiant avec la folie. Entre ses instincts archaïques et le Monstre dévorant, la métamorphose opère.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
LeslivresdeRose
  19 mars 2019
Je remercie chaleureusement Noir d'absinthe ainsi que le site Simplement Pro pour l'envoi de ce service presse numérique. La magnifique couverture est signée Marcela Bolivar, une artiste dont l'univers à l'ambiance végétale colle parfaitement au titre de Maude Elyther. Elle avait déjà, auparavant, illustré la couverture (magnifique également) de « Bal masqué », une anthologie publiée aux éditions du Chat Noir !
Malheureusement, je n'ai pas apprécié ce roman autant que je l'avais espéré, bien que je lui reconnaisse de nombreuses qualités !
Dans ce récit, nous côtoyons Otto qui, tout juste sorti d'un hôpital psychiatrique, tente tant bien que mal de reprendre pied dans la réalité. Ethan, son meilleur ami, a réussi à le tirer des griffes des médecins et le loge chez lui le temps de sa convalescence. Nous suivons donc Otto dans sa reconstruction et dans sa quête de soi et de ses souvenirs. Shooté aux médicaments et traumatisé, il doit, de plus, se débattre avec des voix intérieures (dont le « monstre » qui sommeille en lui) et des cauchemars qui ne lui laissent que peu de repos.
Le début de ce roman est assez flou et déroutant. Tout comme Otto, le lecteur est perdu entre ses délires nocturnes, les bribes de souvenirs qui le submergent parfois et un quotidien encore incertain. Otto est tendu, suspicieux. En prise avec ses propres démons, il peine à accorder sa confiance aux autres. L'apparition de Stéphane dans sa vie va petit à petit le sortir de sa léthargie, tout comme les soins et la patience d'Ethan. Des pans de son passé vont alors se dévoiler ; d'abord dans des rêves, voire des cauchemars troubles, puis de façon plus assurée et plus « nette ». La construction de l'intrigue m'a plu même si j'ai eu peur à un moment de ne jamais sortir de ce long chemin tortueux et de rester à jamais coincée, avec notre héros, dans son inconscient malade. Je suppose (mais sans certitude aucune) que c'est ce qu'a voulu laisser transparaitre l'auteure, pour que son lecteur vive, à travers Otto, les mêmes malaises, les mêmes sensations, la même folie.
Ethan m'a plu dans sa volonté d'aider Otto, parfois maladroitement, parfois de façon un peu trop « protectrice ». Toutefois, connaissant le passé de son ami, je peux comprendre ses choix et ses décisions. Sa position n'est pas des plus évidentes. En ce qui concerne Stéphane, je vous laisse découvrir ce personnage par vous-mêmes. J'avoue que j'aurais peur, en vous en parlant, d'en dire trop (ou pas assez). Quant aux deux femmes qui font de brèves apparitions, je n'ai pas spécialement apprécié leur personnalité. Elles m'ont semblé froides et égoïstes. Une façon de se protéger, sans doute….
J'ai adoré les passages évoquant la chambre nymphale du titre, c'est-à-dire, le Jardin des nymphes, celui des Enfers, …tout ce qui avait trait au monde végétal, en somme. J'ai aussi été séduite par son l'ambiance très sombre et gothique où le froid, l'hiver et la nuit dont des éléments prédominants.
J'avais déjà pu appréhender le style de l'auteur, très poétique, à travers la nouvelle qu'elle avait rédigée dans « Bal masqué » où l'étrange et le rêve prévalaient. Si j'avais gouté sa plume, j'avais eu du mal à rentrer dans l'histoire. Malheureusement, j'ai eu le même ressenti dans ce titre. Je n'ai pas été touchée par ce que vivaient les personnages, comme si une brume, plus ou moins opaque, me tenait à distance. Je ne dis pas que je n'ai rien éprouvé mais au vu de la force des émotions qui traversent nos héros, les miennes étaient bien faibles en comparaison. J'avais l'impression d'être tenue l'écart, d'être une spectatrice neutre et parfois indifférente. Pour cette raison, je n'ai pas su apprécier ce récit autant que je l'aurais voulu.
En voyant l'étiquette « horreur » collée au roman, j'avoue avoir hésité à me lancer. En effet, j'associe ce mot à la peur et à l'angoisse des films d'horreur. Toutefois, ici, l'horreur n'était pas forcément anxiogène. Maude Elyther place des scènes dures et/ou violentes dans son récit mais je ne les ai pas trouvées effrayantes ou insupportables. Peut-être en partie parce que je les observais parfois avec détachement ? Je ne saurais dire mais, dans tous les cas, je ne pense pas que cette histoire ait pour but de créer des angoisses sans nom ! Plutôt de retranscrire des émotions fortes et brutes.
En bref, j'ai un peu du mal à mettre des mots sur la sensation que je ressens en sortant de ma lecture ! Ce titre à des qualités indéniables : une plume onirique, des personnages forts, une intrigue prenante et bien construite, un univers végétal entre réalité et cauchemar,…Cependant, et malgré tous ces points positifs, je n'ai pas réussi à entrer complètement dans cet ovni littéraire. Pour autant, et au vu de ses qualités, je ne vous le déconseille pas ! Surtout que je ne regrette pas, pour ma part, de l'avoir découvert (même si je sens bien que je suis passée à côté de certaines choses ☹).



Lien : https://leslivresderose.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FungiLumini
  03 mars 2019
J'avais découvert la plume de Maude dans l'anthologie Bal Masqué avec sa superbe nouvelle « L'Orchidée Rouge ». J'ai ensuite parcouru son blog, sur lequel elle rédige entre autres d'inspirantes chroniques sur des ouvrages de l'imaginaire, un univers très proche du mien. Et l'an passé aux Imaginales, j'ai aussi pu rencontrer la super personne qui se cache derrière cette plume atypique et incroyable ! Vous l'aurez compris, j'attendais avec grande impatience de découvrir le premier roman de cette auteure et je n'ai donc pas attendu avant de me plonger dans sa lecture, le soir même de sa réception.
Auparavant interné, Otto se réveille d'un coma profond. Il est pris sous l'aile de son meilleur ami Ethan pour entamer une longue convalescence, à la recherche de ses souvenirs et de son identité, et éviter ainsi de retourner en hôpital psychiatrique. Une autre entité semble roder au plus profond de son être, lui montrant des aspects de lui-même qu'il ne connaissait pas et surtout qu'il ne reconnait pas. Il va alors rencontrer Stéphane, un auteur publié par Ethan, qui va le bouleverser.
J'ai retrouvé avec grand plaisir la magnifique plume de Maude, sombre poésie qui nous emmène dans un monde de rêve, mais ici aussi de cauchemars. On oscille entre des instants de pur lyrisme, des dialogues plus terre-à-terre entre les personnages et des ressentis et émotions profondes du protagoniste. Cette alternance de formats allège le récit et nous ouvre complètement à cet univers unique.
Otto est un personnage atypique, ambigu. Partagé entre deux identités, celle qu'il est et celle qu'il perçoit dans son miroir, il ne sait plus lequel il est et ne parvient pas à retrouver ses souvenirs. La partie qui m'a un peu frustrée de cette lecture est l'amitié entre Otto et Ethan. Ce dernier semble hyper protecteur, mettant souvent en avant leurs profonds liens d'amitié, mais je n'ai jamais vraiment ressenti ce lien comme positif. Il dit vouloir aider Otto à retrouver ses souvenirs, mais lui cache tout ce qui pourrait l'amener à réussir par peur qu'il rechute. Il dit vouloir aider Otto à reprendre une vie normale, mais l'enferme chez lui et le coupe de tout contact. Otto, dans sa position à la fois faible et redevable, n'ose rien lui dire, même si on ressent avec lui toute cette incompréhension et frustration de l'enfermement.
Ce récit est beaucoup plus sombre, plus violent et plus sanglant que ce à quoi je m'attendais. Alors que je croyais y trouver un genre proche du réalisme magique, entre féerie et rêve, l'histoire nous plonge dans un monde malsain et inquiétant. La folie s'insinue partout et on ne sait jamais à quoi s'attendre des personnages : automutilation, douleurs, passion, colère, tout se mêle dans un tourbillon d'émotions violentes. J'ai beaucoup aimé découvrir cet aspect de l'univers de l'auteure, que je ne lui connaissais pas encore.
Otto et Stéphane sont des personnages qui m'ont beaucoup touchée, à la fois dans leur sensibilité particulière, mais surtout dans leur rapport au monde. Ils essaient d'y trouver leur place, même s'ils ont l'impression que ce n'est pas possible de par leur différence. Ils cherchent à devenir ce qu'ils sont, malgré leur entourage qui voudrait les remettre « sur le droit chemin ». Ils vont se trouver et se compléter à merveille, chacun acceptant la personnalité de l'autre telle qu'elle est et n'essayant pas de la changer. Ils ont aussi tous deux une noirceur en eux, une ombre fascinante qui n'attend qu'un moment de faiblesse pour montrer ses griffes et tout détruire.
Empreint d'une mélancolie profonde, de tristesse, mais aussi d'amour intense, de passion dévorante, ce texte nous emmène à la découverte de décors oniriques. Jardins apaisants peuplés de créatures magiques, maison abandonnée aux confonds d'une forêt enchantée dont l'accès n'est pas toujours ouvert, mais aussi enfer personnel envahi par des visions cauchemardesques, des lieux hors du temps et de la réalité.
Parlons un peu de l'objet-livre. La couverture du roman, réalisée par la talentueuse illustratrice Marcela Bolivar, est une totale réussite. Elle représente à la fois le côté poésie onirique et l'univers végétal unique décrits par l'auteure, et illustre une des scènes clés du roman. L'intérieur du livre est aussi très beau, avec une typo fine et élégante pour les titres des chapitres et une mise en page bien particulière, nécessaire à la création de l'identité des personnages. Bonus final : Maude n'est pas seulement auteure, mais aussi peintre autodidacte ! Elle a réalisé des peintures lors de la rédaction de ce récit, et nous en propose une sélection à la fin de l'ouvrage, qui plus est en couleurs. Un coup de pinceau tout aussi atypique que sa plume, j'espère qu'on aura un jour l'occasion de flâner dans une exposition avec ses oeuvres !
Un univers étonnant entre rêve et cauchemar, servi par la superbe plume de Maude, sombre poésie décrivant des émotions intenses et de violentes pulsions. Un protagoniste duel, à la recherche de son être profond. Une folie qui rode, une ombre dont l'inquiétante étrangeté plane sur tout le récit. Un excellent premier roman atypique !
Lien : https://livraisonslitteraire..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
OmbreBones
  07 mars 2019
Je persiste à dire que Chambre Nymphale n'est pas un mauvais livre, je suis simplement passée à côté. Je ne doute pas qu'il trouvera son public et je le recommande aux gens adeptes de l'onirisme cauchemardesque et des déviances humaines.
Lien : https://ombrebones.wordpress..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
FungiLuminiFungiLumini   03 mars 2019
Le monde n’est qu’une illusion de gentillesse : derrière elle se cachent la noirceur, les mensonges, les manipulations de l’orgueil des hommes. Il faut voir le coeur, des choses et des autres. Tu ne dois pas laisser la tromperie avoir raison de tes choix. La vie n’est pas un conte de fées. Les gens souffrent, d’une manière ou d’une autre, qu’ils soient « bons » ou « mauvais ». Tu es jeune encore, mais je sais que tu comprends. Tu as en toi cette forme de sensibilité qui te rend unique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
FungiLuminiFungiLumini   03 mars 2019
Nous avons tendance à nous habiller de masques, peut-être parce que nous ne savons pas comment aborder notre véritable image. Ces cauchemars, ils sont tiens, tu ne dois plus en avoir peur, ils sont comme un décor de fond. Ils te constituent, mais c’est toi qui choisis de les laisser agir sur toi ou non. Ils reflètent ta vérité la plus profonde, mais rien ne les oblige à te contrôler : si tu veux, tu peux les taire, sans te mentir à toi-même. Ils sont ton jardin secret.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
FungiLuminiFungiLumini   03 mars 2019
Le temps s’est éteint. Je ne suis ni vivant ni mort. Seul. Les Ténèbres de la Nuit susurrent. Je suis un monstre. Je ne sais pas la faute que j’ai commise pour être ainsi condamné. Pour que je me transforme en reflet de moi-même qui fuit mon regard. Je veille. Indifférent à mon être, à mes souffrances. Tout cela est loin. Mon esprit plane, connecté au langage des pierres, aux murmures du vent et des herbes folles, aux voix des Enfants de la Nuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : métamorphosesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Bonjour les crêpes !

En France, quel prénom féminin est associé à une recette de crêpe ?

Babette
Frimoussette
Suzette
Odette
Marinette
Paulette
Babounette

10 questions
36 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , gastronomie , AppréciationCréer un quiz sur ce livre