AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791096342457
Éditeur : Editions DreamCatcher (08/04/2018)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Fred n'est pas un loup-garou, ni un ange gardien. Il n'est pas de ces pâles suceurs de sang qui font tomber comme des mouches des lycéennes au brushing impeccable. D'ailleurs, tout le monde sait que ces bestioles-là n'existent pas. Fred a un physique banal et les poches trouées. Il n'arrive pas à garder une fille plus de trois semaines et sort de prison. Pour couronner le tout, c'est le jour où il essaie de se foutre en l'air qu'il apprend qu'il est immortel. Fred n... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Chroniquesdesmondesoublies
  06 octobre 2018
La couverture apporte d'emblée une sensation de malaise, d'oppression. le simple fait de présenter la silhouette monochrome d'un homme avec un pistolet sous le menton sur un fond blanc annonce la thématique du roman. Pas de trace de fantastique dans cette représentation. Même la silhouette du policier, habillement glissée dans la manche du personnage suicidaire, arbore le signe de la police. Cette couverture pourrait être celle d'un thriller. Les dégradés sombres et ternes utilisés renforcent encore cette impression. Ici, la locution latine « ad vitam æternam » a été détournée en « immortel ad vitam ». le titre sous forme d'étiquettes et la typographie sont, selon moi, tout à fait adaptés à l'ensemble.
Le résumé nous dresse la présentation des deux héros de ce roman et le tableau n'est pas reluisant pour le premier d'entre eux Fred, looser par excellence. Jusqu'au jour où il apprend qu'il est immortel. La bonne blague pour celui qui cherchait juste à se suicider tranquillement. de son côté, Jean, flic proche de la retraite se voit assigner une enquête sauf que l'un des cadavres se sauve de la scène de crime. Comment ne pas se poser des questions et chercher à en savoir plus avec un résumé pareil ? Il remplit ici totalement sa fonction en posant de manière claire et concise à la fois les protagonistes et les bases de ce récit.
L'histoire débute par la présentation de Frédéric, le « héros » à qui le hasard (et un motard mortellement blessé) va jouer un mauvais tour. Une décharge électrique intempestive et le voilà accusé d'homicide involontaire. Il va donc écoper d'une peine de prison qu'il purgera en partie avant d'être relâché pour bonne conduite. Libre, certes, mais dépressif, il tente de mettre fin à ses jours. Et là, il se passe une chose incroyable. Il reste en vie. Étonnant, n'est-ce pas ? L'histoire aurait pu en rester là, mais voilà, Fred n'a pas de chance et lorsqu'il se trouve pris à partie dans un règlement de comptes en pleine rue, qui se prend une balle ?
Et l'aventure commence…
Des protagonistes désabusés…
D'un côté, nous avons Frédéric, trente-deux-ans, ex-pompier, ex-taulard qui est un champion dans le genre type blasé. Frédéric ou l'homme qui n'a pas de chance… Il n'a pas un physique de rêve et sa vie sociale est proche du Néant, sa famille a coupé les ponts et son pépé est mort. Entrer dans sa tête, c'est assurément déprimer. Il broie du noir à longueur de journée. Ce n'est pas le héros classique friand, beau et qui se sort de toutes les situations. Non, Fred est passif et il subit. Et puis, au fil des pages, on voit émerger un homme sensible aux autres, qui en devient attachant.
Jean Renault, policier dépassé par les jeunes générations, mais intègre et réfléchi, se trouve mêlé à une curieuse enquête : un cadavre disparaît de la scène de crime. Voilà qui bouscule son existence monotone axée uniquement sur son travail aux dépens de toute vie sociale et son esprit cartésien. Intrigué par cette disparition inexpliquée, le voilà avec des services de police sur le dos pour tenter d'expliquer l'inexplicable. Mais Jean est tenace et il va réussir à retrouver Fred. Oui, mais comment expliquer ce qui n'a aucun fondement logique ?
Un duo improbable et en même temps tellement complémentaire. J'ai apprécié leurs échanges au fil de ma lecture. L'un apporte de la fantaisie à une existence réglée comme du papier à lettres et l'autre amène une vision plus apaisante de l'existence. On note une réelle évolution lorsqu'ils se rencontrent et cheminent ensemble pour découvrir le fin mot de ce mystère. Des personnages secondaires se greffent à cette équipe de choc et apportent un peu de mouvement à la quête de Fred et Jean. Léa est un personnage que j'ai apprécié. Elle apporte une touche féminine à l'ensemble du récit.
Une aventure étrange…
La notion de fantastique se mélange harmonieusement avec la vie courante. Impossible de ne pas chercher à en savoir plus. Les quelques rebondissements qui ponctuent ce court récit permettent de casser la routine de la lecture par des révélations bienvenues. Les chapitres sont courts ce qui n'entraîne pas de perte de rythme, même s'ils sont de quantité inégale.
Ce récit à deux voix permet de comprendre les pensées des personnages. le vocabulaire est adapté en fonction du personnage qui apparaît et la narration à la première personne accentue cette immersion. Phrasé familier chez Fred, plus tempéré et analytique chez Jean. La plume de l'auteure est prometteuse, pleine de dérision et de cynisme. J'ai adoré cet humour noir dont elle parsème ce récit.
On ressent bien la lassitude de ces héros celle de sa propre vie pour Fred, celle de la société qui l'entoure en ce qui concerne Jean. le destin les réunit pourtant. Ensemble, ils vont vivre des aventures assez désopilantes à la recherche de ce phénomène inexplicable qu'est l'immortalité et en découvrir l'origine. Car si bien souvent, l'immortalité apparaît comme un don, n'est-elle pas au fond plutôt une malédiction ? En parallèle, ils poursuivent aussi une quête plus personnelle. La fin nous offre un beau moment. J'avais peur que la chute ne gâche l'ensemble, mais il n'en est rien et tout se tient.
Pour clore cet avis, je dirais que ce récit sort des sentiers battus, en mêlant avec brio plusieurs genres qui forment un récit cohérent et addictif.
Un seul bémol : la lecture a été trop rapide.
Mais aurait-elle été si savoureuse autrement ?
Je vous laisse juge…
Lien : https://chroniquesdesmondes...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AlexianeTh
  05 octobre 2018
Fred a une vie dite « merdique. » Ancien pompier sorti de prison pour un crime dont il est accusé aussi étrange qu'invraisemblable, il subit son quotidien, esseulé, enchainant les déboires et les déceptions. Mais tout est pire encore lorsqu'il décide de mettre fin à ses jours. L'existence dans son ironie entière termine de se jouer de lui : le voilà immortel ! Et plongé jusqu'au cou dans une sordide affaire de mafias.
Jean Renault est officier de police proche de la retraite. Il pensait avoir tout vu et tout vécu… mais un mort qui disparait avant l'arrivée de son équipage ? Jamais. Troublé, piqué par la curiosité et avide de comprendre, « le vieux » décide d'enquêter pour retrouver ce macchabée qui, pour lui, est trop désireux de vivre pour rester mort.

Immortel Ad Vitam est un petit ovni qui entremêle plusieurs genres en un seul roman. Est-ce que nous avons un polard ou un récit fantastique ? Un feel-good ou un ouvrage initiatique aux reliefs philosophiques ? Il est un peu de tout cela, intégrant même une romance discrète. Il faut croire que chaque lecteur est susceptible d'y trouver son compte, à condition d'apprécier l'humour noir et le cynisme des protagonistes qui ont une langue bien acérée et peu avares de répliques acerbes.
Il est question de plus de deux cents pages d'humour (qui confirme le métier de Cécile Pommereau en soi !) et de plusieurs quêtes entre deux personnages forts : Jean et Fred. Chacun a ses chapitres, narrés à la première personne du singulier et au passé. La construction de ces parties est d'ailleurs quelque peu atypique ou, du moins, rarement vue. Elles ne connaissent pas de réelle régularité dans leur longueur. Coupées en fonction des besoins de la narration, ce sont de petites montagnes russes jouant à l'effet ping-pong. Deux narrations qui se renvoient la balle, comme si elles communiquaient entre elles ou qu'en une seule scène, nous passions d'un côté du miroir pour basculer de l'autre en moins d'une minute. Peut-être est-ce une bonne métaphore de la relation qu'entretiennent Jean et Fred ; l'on peut retrouver cette impression dans leurs dialogues. Cet aspect présenté agrémente une rythmique non pas soutenue, mais dynamique. Difficile alors de s'ennuyer.
Les pages défilent et s'enchainent, nous restons happés par ce rythme et par ce que vivent les deux héros. En quelques heures à peine, il est possible de terminer notre lecture.
[pour lire toute la chronique : http://marmiteauxplumes.com/immortel-ad-vitam-de-cecile-pommereau/]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gabrielleviszs
  10 octobre 2018
Je remercie Dorian de la maison d'éditions Noir d'Absinthe pour m'avoir proposé de découvrir ce livre. le résumé m'a tenté de suite et même si la couverture n'est pas trop de mon goût, elle a un petit quelque chose de "bizarroïde" dans ses nuances de gris.
Fred est pompier. Alors qu'il intervient sur un accident, la victime l'attrape par le bras et s'excuse. Les doigts de Fred serrent le cou de la victime. Résultat ? Fred prend plusieurs années de prison pour meurtre. A sa sortie, il a tout perdu, famille, amis, sa vie complète s'est perdue en chemin. Il ne cesse de chercher pourquoi il a fait cela, sachant qu'il a senti comme une force en lui l'amenant à prendre la vie de cet homme. Il décide d'en finir avec cette vie pourrie. Un flingue et paf, la balle est tirée. de la cervelle sur le plafond, les murs, pourtant il rouvre les yeux comme si de rien n'était. Il est devenu immortel. Fred se retrouve dans une sacrée panade, surtout lorsqu'il est témoin de la noirceur des gens qui l'entourent.
C'est une histoire de deux personnes qui vont se rencontrer. Fred, dont tout est dit au dessus et Jean, un vieux flic à la criminelle. Les emmerdes, Fred va en avoir tout un lot, jusqu'à ce que sa route rencontre celle de Jean. Une affaire le taraude et sa recherche en quête de vérité va l'amener bien plus loin que son esprit ne puisse imaginer. Il faut dire qu'un macchabée qui se relève et se tire d'une scène de crime, il y a de quoi se poser des questions. Jean est tenace, tellement qu'il se voit partir à la retraite plus tôt que prévu. Il dérange et fouine où il ne faut pas. Lorsque les deux vont s'apercevoir qu'ils sont "complémentaires", ils vont aller à la recherche de ce qui travaille Fred : son immortalité. Impossible d'en finir, ce truc là qui traîne en lui ne peut pas le laisser décider de sa fin de vie. Une amitié qui va se renforcer entre ces deux-là.
Sur un ton d'humour plutôt sympathique, nous suivons les deux compères dans une course contre la vie. Au passage, rajoutez une jeune femme, Léa qui était amoureuse de Fred lorsqu'ils étaient dans la même école élémentaire. Ils se retrouvent, il ne lui parle pas du fait qu'il a passé un séjour en prison, cela donne de sacrés conflits lorsqu'elle va l'apprendre d'un autre. Fred est blasé de la vie, pour vouloir en finir. Jean est un ancien, un qui voit sa génération devenir indésirable. Léa est fraîche, pimpante et joyeuse. Elle relève un peu ce manque de peps entre les deux hommes. le flic, le "méchant" et la fille, cela pourrait faire un bon western fantastique.
Les chapitres sont courts qu'on n'a pas envie de s'arrêter entre deux. J'ai beaucoup aimé le début de l'histoire, la façon dont ils se rencontrent tous. Et puis à un moment précis, je me suis demandée pourquoi ? Et j'ai eu du mal à voir où tout cela allait nous amener. Ce qui est bien, c'est cet humour noir, ce cynisme qui se propage tout du long du récit, jusqu'à ce qu'il se fasse détourner de son but premier. le fait d'avoir l'histoire vu par Fred et Jean est très sympathique. Avec Fred, c'est le côté je prends la vie comme elle vient, je la subis, pour Jean, c'est lui qui l'attrape à bras le corps, la secoue dans tous les sens pour en extraire le meilleur (ou pas).
Je pense en avoir bien trop dit déjà sur cette histoire. Plusieurs morales en découlent. J'ai beaucoup aimé le fait qu'il faut s'accrocher pour vivre, tout comme voir au-delà de ce que le visage nous montre. Ce n'est jamais facile, mais il faut pouvoir dépasser ses propres limites. L'enquête qui va les emmener loin de chez eux est intéressante, j'ai juste eu un peu de mal à y voir clair.
En conclusion, un policier fantastique qui sort de l'ordinaire. Bon, je l'accorde, le policier combiné au fantastique de ce type je n'en ai lu que très peu. Une fin qui nous laisse avec une question : qu'aurions-nous fait à leur place ? Pour ma part, la question se pose toujours.
http://chroniqueslivresques.eklablog.com/immortel-ad-vitam-cecile-pommereau-a148874646
Lien : http://chroniqueslivresques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Elliepamp
  11 octobre 2018
J'ai toujours hâte de lire les nouvelles parutions de Noir d'Absinthe, du coup j'étais plus que contente lorsque j'ai eu mon exemplaire d'Immortel Ad Vitam entre les mains ! de plus j'ai eu l'occasion de rencontrer Cécile Pommereau (l'autrice) et Dorian Lake (auteur et éditeur chez Noir d'Absinthe) à une séance de dédicace dans un bar parisien donc encore mieux !
Cécile Pommereau est enquêtrice dans la vraie vie, elle a pu me raconter de nombreuses anecdotes vraiment intéressantes, certaines très drôles, d'autres surtout marquantes ! Et le plus sympa dans tout ça, c'est que l'autrice se sert de son vécu et de son savoir pour l'histoire de son roman. En sachant tout ça, ma lecture n'en a été que meilleure !
Dans Immortel Ad Vitam, nous suivons deux protagonistes avec des chapitres qui alternent les narrateurs. J'ai trouvé le style très fluide ce qui m'a permis de lire ce livre en une après midi. On ne s'ennuie pas du tout car les chapitres sont courts et accrocheurs. J'ai beaucoup aimé le personnage de Jean, que l'on imagine très bien en flic près de la retraite, blasé et cynique.
J'ai beaucoup apprécié que l'autrice mélange le polar au fantastique. le mélange fonctionne bien et ce pouvoir d'immortalité est très mystérieux quant à son origine ! Il y a beaucoup de réflexion sur l'immortalité, si c'est une bénédiction ou alors une malédiction. Les personnages sont attachants et j'ai aimé la relation entre Fred et Jean qui pourtant au début n'était pas évidente.
Il y a énormément d'humour dans ce roman mais aussi une ambiance assez froide et pesante. Je me suis imaginée la plupart des scènes de nuit, comme dans un vieux polar des années 50. J'ai aussi aimé que l'action se passe à Paris car j'ai pu facilement m'imaginer certains quartiers que je connais très bien.
Le seul point négatif vient de l'épaisseur du roman. Je l'ai trouvé beaucoup trop court et j'aurais aimé que certains passages et situations soient bien plus détaillés. Par moment je trouvais que le roman allait trop vite et que les situations se réglaient un peu trop facilement.
Quand à la fin, je l'ai beaucoup aimé car elle m'a surpris ! Mais je ne vous dirais pas pourquoi ni comment…
En bref : J'ai beaucoup apprécié ce roman que j'ai lu d'une traite. L'écriture est plaisante, la thématique très intéressante et j'ai bien aimé les personnages principaux qui ont chacun leur propre personnalité. Certains passages manquent de profondeur, mais c'est le premier roman de l'autrice et je trouve cela déjà très prometteur !
Lien : https://repairedeslivres.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sarahauger
  04 mai 2018
Cécile Pommereau nous livre là son tout premier roman. du moins, pour ceux qui ne la connaissent pas, c'est le tout premier publié.
Les chapitres de cette histoire sont courts et donnent le rythme, le style est incisif, percutant.
C'est le genre de livre où l'on se dit allez, encore un petit chapitre et puis encore un autre et finalement on arrive à la fin sans s'en rendre compte tant l'histoire et la plume de l'auteur nous emportent.
Dans ce roman, nous faisons connaissance de peu de personnages, mais ils ont une aura, un caractère, un humour, une auto dérision parfois décapante qui suffisent à remplir l'histoire. Je ne vous présente que les deux principaux.
Fred, c'est le prototype de l'antihéros. Toutes les tuiles possibles vont lui tomber dessus, les problèmes le rattrapent plus vite qu'une voiture lancée à pleine vitesse sur l'autoroute. Pourtant, c'est un type bien, un sentimental avec un bon fond et un coeur en or.
Il se montre suffisamment intelligent pour comprendre rapidement sa situation, appréhender les réactions des personnes qui vont être amenées à croiser son chemin et s'adapter.
Au fil de l'histoire, il va se révéler, montrer sa vraie valeur. La plupart de ses actes vont être dictés par l'altruisme et guidés par ses sentiments.
Si au tout début on a comme une envie de le bousculer, il est néanmoins très attachant et sur la fin, il deviendrait presque le gendre idéal.
Jean, c'est le flic solitaire dans toute sa splendeur.
Il vit enquête, dort enquête, mange enquête et de fait n'a aucune vie sociale en dehors de ses collègues.
Alors forcément, quand une victime disparaît de sa scène de crime en un temps record et de façon totalement inexpliquée, il ne peut avoir de cesse que de le retrouver où à minima avoir une explication logique à ce qui s'est produit.
Sauf que dans cette histoire, d'explication logique, il n'y en a pas.
Lui aussi va être amené à évoluer, voir la vie autrement par la force des choses.
Cécile nous immerge dans le milieu de la police par tout un tas d'anecdotes qui donnent une authenticité à son récit.
Que ferions-nous si à notre tour nous héritions de façon bien mystérieuse d'une vie éternelle ? Mettrait-on notre don au service des autres ou au contraire agirions-nous en total égoïsme, juste pour notre bien-être personnel ?
Se rendre compte qu'on est mortel, que tout un jour à une fin, donne envie de vivre à 100 à l'heure, parce que finalement, nous n'avons qu'une vie et elle est courte. Alors, à quoi bon en gaspiller des instants précieux pour des futilités sans importance ?
L'immortalité, don ou malédiction ? Peut-on garder un tel secret pour soi ?
Comment vivre toute une vie qui n'en finit pas sans en parler à personne ?
Peut-on seulement imaginer ce que représente une éternité, voir disparaître ses proches un à un alors qu'on reste inchangé, mais sans doute de plus en plus enfermé dans sa solitude ?
Lisez ce livre pour vous en faire une idée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
gabrielleviszsgabrielleviszs   10 octobre 2018
Fred était parfaitement calme. J’étais sûr qu’il n’était même pas vraiment en colère. Il semblait seulement profondément triste. Les yeux humides et le regard baissé, il ployait sous la fatalité.
— Elle aurait bien fini par le découvrir, non ?
— Peut-être bien, mais c’était à moi de choisir quand et comment elle l’apprendrait.
— Tu veux que je demande à Pepsi de lui parler ?
— Mouais, j’imagine que ça changera pas grand-chose.
— Tu ne le sauras jamais si tu essaies pas…
Je commençais à vraiment apprécier le môme. Il était sans doute le plus poissard du monde, mais ça le rendait d’autant plus attachant. J’étais certain qu’avec un peu de temps, j’arriverais à le faire sortir de sa léthargie. Je n’arrivais même pas à lui en vouloir d’être toujours aussi négatif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gabrielleviszsgabrielleviszs   10 octobre 2018
Nous avons passé notre première soirée à trois à batailler sur l’affaire Cassan, comme nous l’appelions. Nous échangions nos points de vue et nos idées, échafaudions les théories les plus barrées et préparions le terrain pour les recherches du lendemain.
— Bon c’est pas le tout les enfants, mais je n’ai plus vingt ans. Je vais dormir, lâcha Jean en fin de soirée.
Il partit plus vite qu’une gifle un soir de beuverie, nous laissant seuls Léa et moi.
Un silence un peu gêné s’installa.
— Tu m’en veux toujours ? demandai-je timidement.
— Honnêtement, oui.
Mes épaules s’affaissèrent de quelques centimètres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14214 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..