AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2910030458
Éditeur : Gaïa (05/05/1998)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Aku-nna est une jeune fille moderne qui vit à Lagos. Elle voit sa vie soudain bouleversée par la mort de son père. Restée seule avec son frère, elle ne peut continuer à vivre dans la capitale. Contrainte de retourner vivre au village des origines, elle y retrouve sa mère, et est recueillie par son oncle, comme le veut la coutume. Elle est vite prise en mains par la famille, les coutumes rurales et les traditions. Et si on lui laisse un temps poursuivre sa scolarité... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Dridjo
  20 janvier 2015
Il y a quelques années j'ai découvert « La Dot » de l'auteure nigériane Buchi Emecheta et je ne me rendais pas compte à quel point ce livre serait une illumination pour le lecteur que je suis, mais de façon totalement personnel. La force du roman.
Commençons pas le commencement. « La Dot ». Retour ligne automatique
De ce roman, dont on peut tirer d'innombrables leçons, toutes aussi intéressantes les unes que les autres, soulignons juste le fait qu'il mette en scène l'imposante et forte « Ma Blackie », femme qui devra faire tous les sacrifices, notamment celui de céder au du Levirat, afin d'élever, en veuve, ses deux enfants Nna-Ndo et Aku-Nna. Je mets de côté toutes les péripéties que devra affronter cette famille ; les humiliations, les renoncements, les concessions de Ma Blackie, pour me focaliser sur le destin de Aku-Nna. Retour ligne automatique
Retour ligne automatique
Cette famille de Lagos, grande ville plongée dans la modernité, va devoir déménager pour Ibuza, village reculé du Nigéria et va devoir vivre, subir, une belle-famille engoncée dans ses traditions, machiste et superstitueuse. La jeune fille, Aku-Nna, brillante et jolie, va tomber des les nasses amoureuses de Chiké, ‘instituteur du village. Là, on se dit que l'on tombe sur une amourette banale d'une fille issue d'une famille noble que la famille refuse catégoriquement à un homme, bien qu'intellectuel, bien que fils de commerçant riche, descendant d'une lignée d'anciens esclaves.Retour ligne automatique
Ce qui m'avait frappé, à l'époque de ma lecture, c'était la manière dont le clan de Ezechiel Odia, le défunt mari, c'était retrouvé déclassé par rapport à la société nigériane. le clan, issu de l'ethnie Ibo, n'est plus fait que d'analphabètes, de poivrots conservateurs et totalement rétrogrades. Et Chiké, fils d'ancien esclave, représente ceux qui dans la société nigériane sont les nouveaux tenant du pouvoir. C'est cette dichotomie qui m'avait marqué. L'irruption des blancs dans les sociétés nigérianes a provoqué le changement de paradigme car les père-blancs catholiques, en obligeant à la conversion au christianisme, ont également poussé les parents à envoyer leurs enfants à l'école missionnaire. Mais contrairement à La Grande Royale, tante de Samba Diallo personnage principale de l'immense « Aventure Ambigüe » de Cheikh Amidou Kané, les nobles Ibos refusèrent d'envoyer leurs fils à l'école de blancs. Là où le chef des Diallobés écoute sa soeur et envoi son fils, futur chef de clan, en Europe afin « d'apprendre cet art de vaincre sans avoir raison », les parents et grand-parents de Okonkwo et Ezechiel Odia ont choisi d'envoyer les fils d'esclave à l'école, ceux qui, selon eux, ne servent à rien et ont le sang assez impure pour perdre le temps à apprendre des choses qui ne servent à rien. Retour ligne automatique
Deux générations plus tard, les Ibos se retrouvent dans une société sans dessus dessous où ceux qui détiennent le pouvoir ancestral, l'autorité culturelle, ne sont plus aux manettes du pouvoir administratif, politique et économique. Et l'on a la situation, que l'on retrouve aujourd'hui encore, au Mali par exemple, où une famille de cul-terreux interdit formellement une union avec un prétendant fortuné car « issu d'une caste basse ».
(Suite sur http://loumeto.com/mon-cote-fun/narcisse/article/la-dot-de-buchi-emecheta-ibos-et)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cardabelle
  16 mai 2016
Un livre qui me revient en mémoire bien des années après l'avoir lu.
Si j'ai envie d'en parler, c'est parce qu'il m'a marquée, et même émue.
Le sujet : le sort des femmes en Afrique ( là, c'est au Niger). le livre est présenté sous forme de roman, une sorte de saga même, avec des rebondissements.
Il est bien écrit, avec sensibilité ,sans pour autant tomber dans le pathos.
Il évoque le sort des femmes mais aussi des peuples écartelés entre modernisme et tradition, souvent fragilisés, perdus parfois.Surtout la jeune génération.
A relire peut-être actuellement pour mieux comprendre comment dans certaines contrées isolées existent encore des populations prisonnières de lourdes traditions, maintenues dans l'obscurantisme.
Pour mieux comprendre aussi l'ampleur des difficultés que rencontrent ceux qui veulent s'en extirper.
Pour les femmes, c'est encore plus difficile, bien sûr, insurmontable pour certaines...
C'est une lecture facile et rendue intéressante par la forme. L'intérêt principal est le témoignage de cette auteure, la réflexion qui en découle et l'envie de poursuivre l'investigation, juste pour mesurer ( si besoin était ) les effets pervers des endoctrinements divers et variés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
charlottelit
  05 janvier 2016
poignant et triste mais l'espoir est présent pour l'avenir.
effacer les idées de mésalliance et le funeste sort fait aux Femmes d'Afrique et d'ailleurs.
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
DridjoDridjo   20 janvier 2015
"Pleure ! Criait Uzo. Pleure, car ton père qui est parti pour l’hôpital il y a quelques semaines est maintenant de retour. Il est de retour ! Il est revenu ! Notre père est de retour ! Ma Blakie, viens accueillir ton mari qui est parti pour l’hôpital il y a quelques semaines, car il est de retour pour t’adresser son dernier adieu.
Alors, les enfants comprirent. On avait ramené le corps de leur père."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Video de Buchi Emecheta (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Buchi Emecheta
Buchi Emecheta - 50 Greatest Nigerians of All Time?
autres livres classés : etnologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr