AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2909797848
Éditeur : Créer (27/03/2003)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Léon Blum Disciple de Jaurès, homme de lettres, brillant juriste du Conseil d'État, théoricien politique, élu pour la première fois député à Paris en 1919, président du Conseil de juin 1936 à juin 1937, et de mars à avril 1938 lors du Front Populaire, puis de décembre 1946 à janvier 1947 juste après la Libération, Léon Blum (1872-1950) est probablement avec le Général de Gaulle, l'Homme d'État qui a le plus marqué l'Histoire de la France au cours du XXe siècle. Crit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
CREERCREER   06 mars 2013
LE GOUVERNEMENT BLUM
Ce gouvernement qui ne devait qu’assurer un « intérim », va être, sous l’impulsion de Blum un des plus actifs – et des plus populaires– de l’après guerre. Ce petit mois va en effet être mis à profit pour faire avancer quatre grands dossiers : La lutte contre l’inflation, la réindustrialisation de la France par le lancement effectif du plan « Monnet », la préparation du traité d’alliance anglo-français, et l’obtention d’une priorité française sur le charbon de la Ruhr. Dans un discours radiodiffusé, Blum explique aux français que la première mission de son gouvernement consiste à « […] donner au pays l’impression que le régime parlementaire est remis en marche d’une manière à peu prés normale […] ».A ses collaborateurs, Blum déclare : « […] Vous me tiendrez informé des problèmes importants, non pas quand ils se résolvent, mais quand ils se forment […] » ; il leur demande aussi d’établir leur position « au courrier, et non à la signature […] ». Sages recommandations, où l’on reconnaît l’auteur des lettres sur la réforme gouvernementale. Sur le terrain économique, on se situe dans une perspective semi-keynésienne, puisque parallèlement à un blocage des salaires, (ce qui à priori n’est pas keynésien) il est décidé une baisse autoritaire des prix industriels, commerciaux et agricoles de 5 % le 2 janvier 1947, (ce qui cette fois est de nature à relancer la consommation). Un deuxième train de baisse d’à nouveau 5 % est programmé pour mars 1947. Le but poursuivi est la défense du franc, de même bien sûr que l’amélioration des conditions de vie de la population. Le 7 janvier 1947, toujours par allocation radiodiffusée, Léon Blum informe le pays, que le conseil du Plan, à l’unanimité de ses participants a approuvé le plan Monnet. Il s’agit d’un plan de reindustrialisation de la France, et de modernisation de l’outillage. Traumatisés par l’insuffisance de la structure industrielle française en 1940, Blum et les socialistes vont initier un mouvement de transformation de l’appareil industriel bien plus profond que sous le Front Populaire. L’aide financière américaine et « l’ambiance sociale » vont bien sûr doper l’exécution du plan Monnet. Blum va effectivement profiter d’un unanimisme provisoire dont il n’aurait jamais osé rêver sous le Front Populaire. Il doit jubiler ; lorsqu’il déclare : « […] Les organisations ouvrières ont patriotiquement consenti à une durée effective du travail de 48 heures par semaine […] »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : socialismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de David Frapet (1) Voir plus

Lecteurs (1) Voir plus