AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782378802424
325 pages
L' Iconoclaste (09/09/2021)
  Existe en édition audio
4.55/5   1145 notes
Résumé :
« On nous a appris que l’histoire avait un sens et que, concernant les femmes, elle allait d’un état de servitude totale vers une libération complète, comme si la marche vers l’égalité était un processus naturel. Ce n’est pas exact. On a travesti les faits. »

De tout temps, les femmes ont agi. Elles ont régné, écrit, milité, créé, combattu, crié parfois. Et pourtant elles sont pour la plupart absentes des manuels d’histoire.

Pourquoi ce... >Voir plus
Que lire après Les grandes oubliées : Pourquoi l'histoire a effacé les femmesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (213) Voir plus Ajouter une critique
4,55

sur 1145 notes
Avec « Je suis une femme sans histoire », Alice Zeniter s'amusait déjà à démontrer que la littérature a toujours été une affaire d'hommes. Avec « Les Grandes Oubliées », l'essayiste Titiou Lecoq porte encore un peu plus haut le flambeau du mouvement féministe.

Pourquoi les femmes sont elles absentes de nos manuels d'histoire ? S'agit-il d'un oubli, d'une omission, voire carrément d'un effacement volontaire ? À travers ce roman, l'autrice propose une relecture chronologique et radicale de l'histoire, de la préhistoire jusqu'à nos jours, redonnant une voix et une place à ces femmes « oubliées »… la place qu'elles méritent et pas seulement celle que les hommes ont bien voulu leur donner.

Appuyant cet éclairage féminin sur un travail de recherche rigoureux et saupoudrant le tout d'un ton léger et délicieusement cynique, Titiou Lecoq livre un récit accessible et didactique, qui démontre que les droits des femmes n'ont pas toujours progressé au fil des siècles, bien au contraire, et que leur combat est encore loin d'être terminé.

En retirant le féminin des métiers exercés de son dictionnaire et en décidant que le masculin l'emporterait toujours sur le féminin pour l'accord des adjectifs, l'Académie Française aura également contribué à asseoir la supériorité du genre masculin… jusque dans cette belle langue que l'autrice utilise à merveille pour nous démontrer le contraire.
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
Commenter  J’apprécie          13015
Vous saviez que contrairement aux idées reçues les droits des femmes ne sont pas allés crescendo?Qu'elles étaient plus libres au moyen-âge qu'au siècle des Lumières ? Qu'il existait des chevaleresses, des jongleresses, des bâtiseuses de Cathédrales, des autrices et même des reines françaises qui régnaient non pas dans l'ombre d'un roi mais seules ? Que ces mots ne sont pas inventés ou tirés du masculin mais qu'il s'agissait bien de mots féminins ? Que le masculin ne l'a pas toujours « emporté sur le féminin » ? Ce n'est qu'au XVIIème siècle que l'Académie Française en a décidé ainsi arguant du fait que l'homme était supérieur à la femme. Alors, l'écriture inclusive on aime ou on n'aime pas mais c'est quand même sacrément gonflé de dire que l'on dénature la langue française quand on sait ça !

Mais voilà le problème est là, on ne le sait pas car tout ça les manuels d'histoire n'en parlent pas. Des femmes non plus d'ailleurs, en moyenne sur un manuel de 200/220 pages, 7 ou 8 sont consacrées aux femmes. A ce stade il ne s'agit pas d'un oubli mais bien d'une volonté délibéré de gommer le rôle des femmes dans l'Histoire et d'enseigner et de transmettre l'Histoire de France au masculin.

Je vous vois arriver avec votre argument : ben c'est parce qu'il n'y a rien à dire. Ta ta ta je ne veux pas entendre ça ! Il y a matière c'est juste qu'on a fait disparaître le rôle de la moitié de la population française de nos enseignements.
Pourtant les femmes font partie de l'Histoire autant que les hommes. Et il y a de quoi faire comme le montre Titiou LECOQ dans son livre foisonnant de connaissances. Elle s'appuie sur des recherches sérieuses et étayées, cite ses sources, donne des références. Ce sont des faits qu'elle relate pas des carabistouilles ! Elle nous raconte tout ça sur un ton drôle et mordant avec dynamisme et passion. le livre ne se lit pas il se dévore !

L'autrice envoie valser les idées reçues et recadre les choses. Elle redonne à ces grandes oubliées la place qu'elles auraient toujours dû occuper parce que ce qu'elles ont accompli le justifie. Guerrières, chevaleresses, reines, ouvrières, militantes, suffragistes (non pas suffragettes) autrices résistantes, depuis toujours elles luttent, défendent leurs droits leur pays, leurs idéaux, leurs convictions et parce que ce sont des femmes tout cela est passé sous silence.

Les femmes ne sont pas les petites choses fragiles pour lesquels la société veut les faire passer depuis des lustres. Elles sont en lutte constante : pour le droit de vote, le droit à disposer de leur corps, l'IVG, la contraception, le droit à hériter, à travailler, à être autonome… tous ces droits les femmes les ont arraché à force d'obstination. Parce qu'entre le droit et la religion on part de loin ! D'ailleurs merci Napoléon pour ce beau code civil qui nous classe parmi les biens meubles de nos chers époux !
Vous allez me dire que si tout ça vous l'avez vu en histoire. Super alors interro : le nom d'une femme militante pour le droit à l'avortement ? quelques noms du manifeste des 343 ? le nom d'une reine de France (pas la femme d'un roi hein une vrai reine!), le nom d'une autrice du siècle des Lumières ? D'une sculptrice ? D'une peintre ? le nom d'une révolutionnaire (non pas Olympe de Gouge c'est trop facile!)…Ah ah c'est pas facile. Essayez avec des noms d'hommes vous allez voir c'est beaucoup plus accessible.

De la préhistoire à aujourd'hui Titiou LECOQ balaie les a priori sexistes et revient aux faits établis par les historiens (surtout les historiennes d'ailleurs).

Un livre qui n'a rien d'un pamphlet à l'encontre des hommes mais qui incite à la prise de conscience et à lutter contre ce que l'autrice appelle l'oublioir (terme emprunté à Aimé CESAIRE). Parce que non on ne fait pas des « trucs de mecs » on fait ce qu'on a envie de faire. Et non nous ne sommes pas des garçons manqués, juste des filles réussies !

Quand les petites filles pourront enfin s'identifier à leurs aïeules, femmes des cavernes, chevaleresses du moyen-âge, révolutionnaire chantant la carmagnole, militante pour le droit à l'avortement, résistante pendant l'occupation nazi ? Rendez nous nos héroïnes !

Ce livre passionnant et plein de connaissances se lit comme un roman. Enthousiasmant !
Commenter  J’apprécie          10639
Titiou Lecoq fait une relecture de l'histoire, de la préhistoire au monde contemporain, à travers une question : pourquoi ne parle t'on jamais, ou si peu, des femmes dans les livres d'histoire ?
Elle démontre que les femmes ont eu une importance sociale que la modernisation de la société a progressivement réduit, jusqu'à les réduire au 19ème siècle à des génitrices honteuses (on leur demande de procréer tout en glorifiant leur virginité). Ce n'est qu'au milieu du 19ème siècle, et surtout au 20ème, que les mouvements féministes ont commencé à agir pour inverser la tendance.

J'ai retrouvé dans cet ouvrage la plume et la verve espiègles que j'avais découvertes dans le précédent ouvrage de l'autrice (elle m'a convaincu d'utiliser ce terme, plutôt que "auteure"), Honoré et moi, chez le même éditeur. Elles sont mises ici au service d'une cause, une cause que l'on pourrait qualifier de "féministe" mais que je préfère dire de "vérité historique"...
En effet, le propos de Titiou Lecoq n'essaie pas de nous convaincre, frontalement, que la lutte féministe est juste. Elle cherche à nous montrer que le patriarcat a revisité l'histoire, en gommant le rôle des femmes, et l'évolution de ce rôle, dans les sociétés, au fil du temps ; en caricaturant à peine, c'est comparable à ce que faisait le pouvoir stalinien en URSS en effaçant sur les photos officielles les dirigeants tombés en disgrâce...
Le résultat est un essai qui se lit facilement, un peu comme un roman biographique dont le personnage principal serait La Femme.
Personnellement, je ne lui ferai qu'un petit reproche, une petite frustration : de nombreux personnages féminins sont évoqués dans le livre ; j'aurais souvent aimé en apprendre plus sur eux, par exemple avec des fiches biographiques en annexe. À défaut, cherchons sur Wikipedia et Internet...


Lien : http://michelgiraud.fr/2022/..
Commenter  J’apprécie          794
Voici un livre a mettre entre toutes les mains, un livre qui casse les idées reçues et nous amène à découvrir ou revoir le rôle des femmes dans L Histoire. Titiou Lecoq, dans un style clair et bourré d'humour, nous fait découvrir ces femmes, omises, oubliées, effacées (le choix du mot a son importance) des leçons d'Histoire.

Lorsque je dis que le choix du mot a son importance, ce n'est pas seulement pour signifier qu'en fonction de celui qu'on choisira, l'intention n'est forcément pas la même : oublier est une chose. Effacer en est une autre...
Les mots ont tellement d'importance, qu'en faisant disparaître au XVIIième siècle de son dictionnaire le féminin de métiers exercés également par les hommes et les femmes, L Académie Française a contribué à leur en compliquer puis interdire l'accès : Ce n'était plus une évidence qu'il y ait des autrices, des médecines, des bâtisseuses de cathédrale, des peinteresses...., jusqu'à ce que cela ne leur soit plus possible de l'être. Tout simplement. C'est affligeant comme cela peut paraître simple sur le papier : On efface un mot et Hop ! au fil des ans, ce qu'il signifie s'envole avec lui. L'articulation du signifiant et du signifié, au coeur de temps de maux, dans ce domaine comme dans bien d'autres...

Simple ? Il ne faut pas croire que cela s'est fait sans résistance et sans heurts. Titiou Lecoq nous donne à lire ces combats, nous incite à découvrir, vérifier ses sources (si vous avez des doutes, c'est open bar, tout y est !), sans en faire un pamphlet contre les hommes. Il faudrait qu'on arrive à dépasser cette dichotomie, qui n'a d'utilité pour les uns et les unes, que de faire taire les autres (peu importe ce qu'ils ont - ou pas - entre les jambes).

"On ne peut pas comprendre les difficultés qu'ont affrontées les femmes pour gagner en égalité si on ne comprend pas que leur refuser ces droits était l'une des bases idéologiques de notre culture. Leur accorder l'égalité, c'était remettre en cause les fondements mêmes de notre civilisation, et pour cela il fallait révolutionner notre vision du masculin et du féminin. Cela signifie également qu'il n'y a pas un sens dans lequel irait l'histoire, où les femmes gagneraient forcément de plus en plus de droits. Il y a des périodes durant lesquelles elles en ont perdu - et toujours, elles se sont battues pour être mieux considérées."

Posons les faits tels qu'ils sont et voyons comment faire évoluer notre société pour (re)donner aux femmes, non la place qui est la leur (cela voudrait dire quoi, d'ailleurs ?) mais tout simplement DE la place ! Et pas que dans les livres d'Histoire, mais dans la "vraie vie" : les métiers, les plateaux de TV, les terrains de sport, les centres de recherche, les bars et les rues à toute heure du jour et de la nuit... sans avoir à se justifier pour les unes ou grincer des dents pour quelques autres !
Lien : http://page39.eklablog.com/l..
Commenter  J’apprécie          629
Voici un ouvrage passionnant et piquant que j'aurais voulu découvrir beaucoup plus tôt pour mieux apprécier mes cours d'Histoire !

Titiou Lecoq m'a fait redécouvrir des millénaires d'Histoire comme je ne l'ai jamais étudié! En partant de la période préhistorique jusqu'à nos jours, Titiou Lecoq nous explique, et ce pour notre plus grand plaisir, les raisons pour lesquelles L Histoire (et donc les Hommes) a délibérément décidé d'effacer les femmes dans ses récits.

Je suis très contente qu'Audiolib propose dans son catalogue ce récit engagé et très instructif où l'on découvre de nombreuses anecdotes croustillantes et passionnantes. Autre petit plus de cette écoute très agréable ; le texte est lu par Titiou Lecoq.

Je tiens vivement à remercier l'autrice, Audiolib et Netgalley France pour m'avoir fait redécouvrir de manière originale L Histoire avec une grand H.
Que l'on soit adolescent ou adulte, cet ouvrage ne peut que passionner!
Commenter  J’apprécie          5111


critiques presse (1)
Culturebox
10 janvier 2022
En s'appuyant sur des travaux récents, elle analyse et décortique les mécanismes de domination avec humour et sagacité. Une belle façon de rendre hommage (pardon, femmage) à celles que les manuels d'histoire ont invisibilisées.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (191) Voir plus Ajouter une citation
« Cette idée de rite de passage rappelle également qu’on est pas femme par nature. Ni homme. On se construit en tant que femme ou homme ; il ne s’agit pas d’une simple donnée biologique mais d’un lent accomplissement social. Or, notre société a eu tendance à oublier cette aspect. » (p. 65)
Commenter  J’apprécie          00
« L’inconscient collectif est une puissante machine performative qui reproduit ses attendus pour que les choses changent. Il faut bousculer nos représentations, redécouvrir celles qui ont créé inventé, découvert, lutté. » (p. 155)
Commenter  J’apprécie          00
« Pour rappel, ces mots n’ont pas été constitués à partir d’un masculin que l’on aurait maltraité mais à partir d’un radical. Le radical du mot permet de former un masculin et un féminin. » (p. 142)
Commenter  J’apprécie          00
« Une femme, c’était une suite de dysfonctionnements. » (p. 79)
Commenter  J’apprécie          00
« Et si l’égalité était un truc de barbare ? » (p. 77)
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Titiou Lecoq (59) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Titiou Lecoq
Titiou Lecoq vous présente son ouvrage "Une époque en or : les aventures extraordinaires d'une famille ordinaire" aux éditions L'Iconoclaste. Entretien avec Sylvie Hazebroucq.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/3045057/titiou-lecoq-une-epoque-en-or-les-aventures-extraordinaires-d-une-famille-ordinaire
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : histoireVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (2817) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3169 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..