AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070128136
296 pages
Éditeur : Gallimard (15/12/2009)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Publié à ses frais en 1918, oublié par la suite, Impressions et paysages est le premier livre de Federico Garcia Lorca. Ecrit à dix-neuf ans, quand le poète était étudiant à l'université de Grenade, il est la relation d'un voyage que fit le jeune homme avec quelques compagnons d'études à travers les terres de la Vieille-Castille et du Léon. Oeuvre de jeunesse, Impressions et paysages révèle déjà, en sa forme encore hésitante, les prodigieuses ressources d'un tempéra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
araucaria
  21 mai 2015
Oeuvre de jeunesse et premier livre de Federico Garcia Lorca, écrit lorsqu'il avait 19 ans. Cet essai très poétique est déjà très prometteur et annonce la naissance d'une grande plume. Ce livre avait été édité aux frais de l'auteur en 1918 et oublié par la suite. Federico Garcia Lorca y fait référence à l'art, la religion, la musique et le lecteur y trouve deux thèmes chers à l'auteur l'obsession de la mort et l'amour de la ville natale. Un beau livre, rempli de superbes descriptions, mais je le trouve quand même d'une très grande mélancolie, assez inquiétant et plutôt sombre.
Commenter  J’apprécie          340

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   22 août 2017
Toutes les choses dorment d'un sommeil léger... On dirait que dans les rues tristes et silencieuses passent de vieilles ombres qui pleureront sur le minuit... De tous côtés, des ruines couleur de sang, des arcs pareils à des bras qui cherchent à s'étreindre, des colonnes brisées, jaunes, couvertes de lierre, des têtes qui s'effritent parmi la terre humide, des écussons qui disparaissent sous un vert obscur, des croix rouillées qui parlent de la mort... Puis un doux son de cloches qui sans arrêt bourdonne aux oreilles... des voix d'enfants qui portent toujours très loin et un aboiement continuel qui emplit tout... Enfin, la lumière, infiniment pure. Sur le ciel, d'un bleu intense, se découpent avec force les palais et les maisons aux oriflammes de sisymbres. Les rues sont vides, et si quelqu'un les traverse, c'est d'un pas très lent, comme si l'on craignait de réveiller quelque personne au sommeil délicat... Les herbes envahissent les chemins et se répandent par toute la ville, obstruent les rues, bordent les maisons et effacent les empreintes de ceux qui passent. Les cyprès donnent une note de mélancolie à l'atmosphère et sont des encensoirs géants qui parfument l'air de la ville, continuellement dissous en une poussière rouge...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
araucariaaraucaria   06 mars 2018
ALBAYZIN

Avec des échos fantastiques les maisons blanches surgissent sur la colline... En face, profilées sur le ciel, les tours dorées de l'Alhambra plongent dans un rêve oriental.
Le Darro clame sa vieille plainte en léchant des lieux pleins de légendes maures. Toute l'atmosphère vibre des rumeurs de la ville.
L'Albayzin s'entasse sur la colline, dressant ses tours pleines de grâce mudéjare... Il y a une harmonie extérieure infinie. Tout autour du coteau, la danse des maisonnettes est suave. Parfois, parmi les notes blanches et rouges des maisons, on voit les âpres taches vert sombres des figuiers d'Inde... Entourant les hauts clochers des églises, les campaniles des couvents montrent leurs cloches cloîtrées derrière des jalousies, cloches qui chantent dans les divines aubes de Grenade, pour répondre peut-être au miel profond de la Vela.
(...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
araucariaaraucaria   22 août 2017
Les souvenirs que laissent les jardins sont infiniment vagues... Lorsque nous traversons leurs recoins ombreux, nous nous sentons gagnés par la mélancolie... Toutes les mélancolies ont une essence de jardin... A l'heure du crépuscule, des frissons aux tons ténus, qui ont toute la gamme de la couleur triste, parcourent le jardin... Dans les aubes obscures, tout l'esprit de la femme qui nous obsède revit parmi le lierre... Et dans le cadre de cette fontaine d'argent liquide et de ces feuilles éternellement inquiètes, notre imagination place les visions spirituelles de notre monde intérieur que fait surgir la magique suggestion de l'atmosphère. Il semble que les jardins aient été créés pour servir de reliquaire à toutes les scènes romantiques de la terre. Un jardin, c'est une chose supérieure, c'est une mosaïque d'âmes, de silences et de couleurs, qui guettent les coeurs mystiques pour les faire pleurer. Un jardin, c'est une coupe immense aux mille essences religieuses. Un jardin, c'est quelque chose qui vous étreint avec amour, c'est une paisible amphore de mélancolies. Un jardin, c'est un tabernacle de passions, c'est une grandiose cathédrale pour de très beaux péchés. Dans les jardins se cachent la mansuétude, l'amour, et cette sorte de vague à l'âme que donne l'oisiveté........
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
araucariaaraucaria   18 mars 2015
Le rideau se lève. L'âme du livre va être jugée. Les yeux du lecteur sont deux petits génies qui cherchent les fleurs spirituelles pour les offrir à ses pensées. Tout livre est un jardin. Heureux celui qui sait le cultiver et bienheureux celui qui coupe ses roses pour en nourrir son âme!... Les lampes de l'imagination s'allument en recevant le baume parfumé de l'émotion.
Le rideau se lève.
Commenter  J’apprécie          190
araucariaaraucaria   21 mai 2015
Si l'on veut adorer un homme, c'est son esprit qu'il faut adorer par le souvenir, et non un de ses tibias entouré de fleurs fanées derrière la vitre d'une châsse... La chair étant ce qui commande dans la vie, laissons donc vivre l'âme dans la mort!...
Commenter  J’apprécie          112

Videos de Federico Garcia Lorca (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Federico Garcia Lorca
François-Xavier Maigre lit "Conseils à un poète", de Federico García Lorca, extrait du recueil "Une colombe si cruelle". Paru en 2020 et traduit de l'espagnol par Carole Fillière.
autres livres classés : castilleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Que aventura tendra Federico ?

Je suis né le 5 juin 1898 en Andalousie à Fuente ...?... Naci el 5 de junio de 1898 en Andalucia en el pueblo de Fuente ...?... precisamente.

Ovejuna
Vaqueros

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Federico Garcia LorcaCréer un quiz sur ce livre