AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.13 /5 (sur 193 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Recanati , le 12/06/1798
Mort(e) à : Naples , le 14/06/1837
Biographie :

Giacomo Leopardi est un moraliste, poète et philosophe italien.

Il est issu de la noblesse de Recanati, son père, le comte Monaldo Leopardi, possède une des plus importantes bibliothèques d'Italie. L'enfant surdoué grandit dans la solitude, ne s'éveille qu'au contact des livres et apprend seul le latin, le grec et l'hébreu.

Jeune homme souffreteux, presque infirme, il connaît des désillusions amoureuses exprimées dans "Premier amour" ou "Les Canti", et se forge des convictions pessimistes et matérialistes que l'on retrouve dans ses ouvrages philosophiques comme les "Petites œuvres morales" ou le "Zibaldone", son monumental journal posthume.

Celui qui considère que 'tout est vanité, hormis la douleur', chante également le plaisir, la renaissance et le printemps dans des poèmes lyriques qui font cohabiter des thèmes morbides et les joies éphémères qu'apporte la beauté.

Chantre de l'Italie et de ses gloires passées ("A l'Italie", "Sur le monument de Dante", 1818), le poète s'investit dans la cause nationaliste et dénonce l'invasion napoléonienne. Il chante aussi le néant de l’homme face à la nature avec "Le Genêt ou la Fleur du désert", et son désespoir dans "La Vie solitaire" (1821), "L'Infini" (1819) et "À Sylvie" (1828) .

Bien qu'admiré par certains romantiques comme Alfred de Musset, Leopardi remet en cause ce mouvement littéraire et sa propension à l'épanchement subjectif dans son "Discours sur la poésie romantique" en 1818.

Longtemps considéré comme un classique du fait de sa passion pour les textes latins, Giacomo Leopardi fait en réalité preuve d'une très grande modernité à travers sa poésie.
+ Voir plus
Source : Evene
Ajouter des informations
Bibliographie de Giacomo Leopardi   (35)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Giacomo Leopardi (1798-1837), une parole survolée par les étoiles : Hôtel des grands hommes (1998 / France Culture). Émission diffusée sur France Culture le 15 août 1998 et proposée par Jean-Baptiste Para. Réalisation : Marie-Christine Clauzet. Prise de son : Georges Arigoni et Bernard Charron. Mixage : Philippe Bredin et Mathieu Cavalli. Portrait de Giacomo Leopardi par A. Ferrazzi, en 1820. Giacomo Leopardi, né le 29 juin 1798 à Recanati (États pontificaux) et mort le 14 juin 1837 à Naples (Royaume des Deux Siciles), est un poète, philosophe, écrivain, moraliste et philologue italien, considéré comme le plus grand poète de langue italienne du XIXe siècle et une des plus importantes figures de la littérature mondiale ainsi que du romantisme littéraire. La qualité lyrique de sa poésie lui a donné une influence internationale sur les générations suivantes. Sa méditation métaphysique et lyrique sur le tragique de l'existence en fait un précurseur de Schopenhauer, de Nietzsche, de Freud, de Cioran. Avec la participation de : Mario Fusco, écrivain La comtesse Anna Leopardi Roger Grenier, écrivain Gérard Macé, poète, écrivain, essayiste et traducteur Michel Orcel, écrivain et psychanalyste Pietro Citati, écrivain et critique littéraire Antonio Prete, écrivain et traducteur Luigi Blasucci, critique littéraire Alberto Arbasino, écrivain et essayiste Fiorenza Ceragioli, écrivaine Emilio Peruzzi, écrivain Eva Cantavenera, écrivaine et traductrice Bertrand Schefer, écrivain, réalisateur et traducteur Cesare Garboli, écrivain, essayiste et critique littéraire Mario Luzi, poète, dramaturge et essayiste Jean-Charles Vegliante, poète et traducteur Dans des traductions de Joël Gayraud, Gérard Macé et Michel Orcel, les textes de Leopardi étaient dits par Jean-Quentin Châtelain, Pierre Clémenti, Jean-Luc Debattice, (Zaira Gianfranco ?), Jean-Louis Jacopin et Hélène Lausseur. Archives INA et RAI. Sources : France Culture et Wikipédia

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (140) Voir plus Ajouter une citation
Giacomo Leopardi
Bookycooky   29 décembre 2016
Giacomo Leopardi
L'INFINI



Toujours elle me fut chère cette colline solitaire

et cette haie qui dérobe au regard

tant de pans de l'extrême horizon.

Mais demeurant assis et contemplant,

au-delà d'elle, dans ma pensée j'invente

des espaces illimités, des silences surhumains

et une quiétude profonde ; où peu s'en faut

que le cœur ne s'épouvante.

Et comme j'entends le vent

bruire dans ces feuillages, je vais comparant

ce silence infini à cette voix :

en moi reviennent l'éternel,

et les saisons mortes et la présente

qui vit, et sa sonorité. Ainsi,

dans cette immensité, se noie ma pensée :

et le naufrage m'est doux dans cette mer.
Commenter  J’apprécie          430
Giacomo Leopardi
Carosand   07 octobre 2014
Giacomo Leopardi
L’ennui est, en quelque sorte, le plus sublime des sentiments humains. Je ne crois pas que de l’examen de ce sentiment naissent les conséquences que beaucoup de philosophes ont cru en tirer ; mais cependant ne pouvoir être satisfait par aucune chose terrestre et, pour ainsi parler, de la terre entière ; considérer l’étendue incalculable de l’espace, le nombre et la masse prodigieuse des mondes, et trouver que tout est pauvre et petit pour la capacité de notre âme ; se figurer le nombre des mondes infini, l’univers infini et sentir que son âme et son désir sont encore plus grands que cet univers, et toujours accuser les choses d’insuffisance et de nullité, et souffrir de manque et de vide et, par là, d’ennui : – voilà pour moi le plus haut signe de noblesse et de grandeur qui se voie dans la vie humaine. Aussi l’ennui est-il peu connu des hommes médiocres, et très peu ou point des autres animaux
Commenter  J’apprécie          361
Giacomo Leopardi
Jacopo   13 avril 2018
Giacomo Leopardi
Les enfants trouvent tout dans rien, les hommes ne trouvent rien dans tout.
Commenter  J’apprécie          370
Fabinou7   26 janvier 2021
Zibaldone de Giacomo Leopardi
“La mémoire n’est presque rien d’autre qu’une faculté d’imitation, car toute reminiscence est comme une imitation que la mémoire, c’est à dire ses organes propres, fait des sensations passées.”
Commenter  J’apprécie          270
zohar   02 février 2011
Chants : Edition bilingue français-italien de Giacomo Leopardi
Nature humaine, comment peux-tu,

Si tu es à ce point fragile et basse,

Si tu n'es qu'ombre et poudre, nourrir de si hauts songes...
Commenter  J’apprécie          270
Wertheimer05   05 janvier 2014
Zibaldone de Giacomo Leopardi
Deux vérités que d'ordinaire les hommes n'admettent pas: l'une est qu'ils ne savent rien; l'autre qu'ils ne sont rien. Ajoutez-en une troisième, intimement liée à la précédente: qu'ils n'ont rien à espérer après la mort.
Commenter  J’apprécie          260
Giacomo Leopardi
michfred   06 avril 2016
Giacomo Leopardi
la Vie solitaire.

Je me lève ,et je bénis les nuées légères, les premiers gazouillements des oiseaux, la brise fraîche et les plages riantes. Car je vous ai trop vus et connus, murs fâcheux des villes, où la haine accompagne la douleur. Je vis affligé et je mourrai tel, ah!bientôt! En ces lieux la nature me témoigne quelque pitié, quoique bien peu: oh! combien jadis elle me traita mieux!
Commenter  J’apprécie          230
GeraldineB   16 mars 2021
Canti de Giacomo Leopardi
L'INFINI



Toujours j'aimai cette hauteur déserte

Et cette haie qui du plus lointain horizon

Cache au regard une telle étendue.

Mais demeurant et contemplant j'invente

Des espaces interminables au-delà, de surhumains

Silences et une si profonde

Tranquillité que pour un peu se troublerait

Le cœur. Et percevant

Le vent qui passe dans ces feuilles - ce silence

Infini, je le vais comparant

À cette voix, et me souviens de l'éternel,

Des saisons qui sont mortes et de celle

Qui vit encor, de sa rumeur. Ainsi

Dans tant d'immensité ma pensée sombre,

Et m'abîmer m'est doux en cette mer.
Commenter  J’apprécie          210
Notos   22 octobre 2013
Le massacre des illusions de Giacomo Leopardi
...quant au bonheur des masses, il me fait rire, car mon petit cerveau ne peut concevoir une masse heureuse composée d'individus qui ne le sont pas.
Commenter  J’apprécie          170
chartel   07 juin 2008
Chants : Edition bilingue français-italien de Giacomo Leopardi
Vieillard blanchi, malade,

Demi-nu, sans chaussures,

Un lourd fardeau sur les épaules, il court

Par les montagnes et les vallées,

Par les rochers aigus, les dunes et les ronces,

Dans le vent, dans l’orage, quand flambe

L’heure ou qu’elle est glace ;

Il court, le souffle bref,

Franchit torrents et marécages,

Tombe, se lève, se hâte encore,

Sans trêve, sans repos,

Meurtri, sanglant, jusqu’à venir enfin

Où le menaient sa route et son effort :

Un gouffre immense et plein d’horreur,

Où dans l’oubli de tout, il s’abîme.

Lune vierge, telle

Est la vie d’un mortel.

Commenter  J’apprécie          130

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

1984

1984 est le plus célèbre roman de...

George Orwell
Aldous Huxley
Ira Levin
Ray Bradbury

26 questions
452 lecteurs ont répondu
Thème : 1984 de George OrwellCréer un quiz sur cet auteur