AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2903533393
Éditeur : Chemin Vert (13/03/2014)
Résumé :
" Lorsqu'il grimpa dans la voiture, Dominique sut qu'il venait de faire le choix le plus important de sa vie, peut-être le plus insensé, certainement le plus fou. "
Lorsque Nicolas voit le regard de Sandra se ternir, puis s'éteindre, il sait qu'il vient de commettre une bêtise, et il panique. Il appelle son ministre de père, qui a toujours une solution. Mais cette fois-ci, la bêtise est de taille. L'homme de confiance de la famille saura-t-il tirer Nicolas d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Aelynah
  18 avril 2014
Mon avis
D'un côté nous avons Dominique, la cinquantaine débutante, timide, venu en villégiature, en compagnie d'Yvan, le genre pas commode, pendant 80 jours au gîte de Martine. du moins est-ce ce que nous supposons tout d'abord.
De l'autre nous avons Nicolas, 17 ans, fils de..., ce qui l'énerve prodigieusement car tant pour sa vie sociale que personnelle être le fils du ministre de l'Intérieur n'est pas une sinécure.
Qu'ont-ils en commun ?
Dans les premiers chapitres, rien!
Nous faisons leur connaissance et les découvrons au travers de leurs propres expériences personnelles.

Nicolas :
Après une soirée un peu arrosée chez des potes où il a dragué la jeune Sandra, arrive l'heure du départ. La demoiselle lui demande de la raccompagner. Voyant dans cette proposition une ouverture le jeune homme tente une approche un peu moins sage. Mais Sandra n'est pas vraiment d'accord et Nicolas, peu habitué à se faire rejeter la secoue un peu. Et en voulant forcer la demoiselle, il la pousse contre le mur sans voir ce gros clou qui dépasse et qui va la tuer presque sur le coup. Que faire? Appeler papa, Mr le ministre à l'aide, bien entendu! C'est son homme de confiance qui va venir nettoyer la scène de crime sans savoir qu'une voisine,sans avoir vraiment rien vu a noté l'arrivée et le départ de la berline foncée.
Nicolas est donc un jeune fils à papa dans le plus pur stéréotype, égoïste, égocentrique, imbu de lui-même et mécontent de tout. Tantôt il veut rejeter son ascendance pour vivre sa vie et une fois dans les emmerdes, il s'en rappelle alors bien pour que papa le sorte de là plutôt que d'assumer. Nous voyons ici les avantages de la richesse et du pouvoir au détriment de l'honnêteté et de la probité. L'auteur nous en dépeint un portrait convaincant de dégoût. Il n'a aucun sens moral et parvient même à se convaincre de ne pas être en faute mais à plaindre.

Dominique :
Il vit son séjour au gîte comme une villégiature éducative au grand dam de son « coéquipier » Yvan que l'ennui rend plutôt désagréable et cynique. Il en profite aussi pour faire un point sur sa vie, sur ces occasions ratées, sur ce qui l'a amené là aujourd'hui. Nous apprenons alors qu'il est en « combine » avec Yvan mais sans en savoir plus.
Cela nous rend curieux un peu plus sur leur équipe improbable et le but de leur séjour.
Cependant les introspections solitaires de Dominique et ses interrogations nous permettent de cerner un peu plus les personnages dans l'attente de la suite des événements.
Lui-même nous apparaît fragile et un peu exaspérant par son besoin de parler par expressions idiomatiques ou proverbes. Il le dit lui-même, il le fait ne sachant pas comment exprimer ses idées par ses propres mots.

Yvan :
On l'imagine truand ou tueur, ancien militaire ou peut être mercenaire. Alors quand au fil des jours il se déride un peu et parle de lui, on apprécie. C'est un personnage que la vie n'a pas épargné et qui se protège des autres et de lui-même par un caractère cynique et peu expansif. Alors voir que celui qui croit être le geôlier, le dominant, laisse petit à petit le dominé, le faible pénétrer cette carapace et pire l'influencer subrepticement sa vie est assez intéressant et nous laisse présager peut être une suite différente.

Ce n'est qu'au chapitre 11 que l'on aperçoit apparaître le début d'un lien entre tous nos personnages. Lorsque les explications s'enchaînent on est estomaqué de ce scénario. Qui aurait pensé à ça en lisant les premiers chapitres ?
La suite nous attire donc avec plus d'impatience. Car tout ne se passe pas toujours comme on le souhaite dans la vie.

Je dois dire que j'ai beaucoup apprécié ma lecture malgré quelques petits points sur lesquels je vais m'expliquer.
Tout d'abord j'ai trouvé parfois un peu dérangeant le fait de suivre l'histoire en deux vitesses. Un chapitre vous suivez Dominic et Yvan au gîte puis le suivant vous les voyez sous vos yeux développer leur rencontre et l'histoire complexe qui les y a amenés ensuite.
De plus, chaque chapitre est lié au suivant tout en étant différent. le précédent se termine sur un événement ou une action qui semble se poursuivre dans le suivant. Et après seulement quelques lignes vous vous rendez compte alors qu'il n'en est rien. L'auteur nous a filouté en utilisant ce subterfuge. Par exemple, le téléphone d'Yvan sonne, vous attendez impatiemment la nouvelle et le chapitre recommence sur cette sonnerie qui n'a plus ni le même destinataire ni le même sujet. Nous sommes alors passés de l'autre côté du miroir sans nous en rendre compte. Et c'est sur cette surprise et ce début de méprise que nous poursuivons en jurant que l'on ne nous y reprendra pas. Et pourtant… Comme un manège qui tourne indéfiniment nous nous retrouvons à nouveau pris dans l'engrenage à chaque chapitre.
Ce que je prenais pour un défaut au début de ma lecture s'est avéré un piège profond pour me lier à ce livre. Car une fois compris le stratagème j'ai pu apprécier et non plus regretter ces liens si bien ficelés que sont les transitions de l'auteur.
L'histoire est donc plutôt bien cousue et la plume de l'auteur facile à lire. On suit avec attention chacun des personnages ainsi que leur évolution bonne ou mauvaise. On finirait même à s'attacher à eux malgré les sentiments parfois mitigés du début à leur encontre.
Les liens entre les personnages au départ inexistants se développent petit à petit et au final on se rend compte que chacun apportera sa petite pierre à l'édifice de l'intrigue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Kathleene
  05 mai 2014
Lu dans le cadre de Masse critique avec les éditions Chemin Vert, que je remercie pour cette fort agréable lecture.
Sous une plume riche, émaillée d'un langage imagé se voulant tantôt ironique, tantôt subtil, Elodie Geffray nous offre un récit original sur un thème pourtant maintes fois traité en littérature. Plus qu' une intrigue policière, j'ai découvert dans ce récit une étude psychologique des protagonistes finement menée.
Mu par une forme de désespoir, de renoncement à un mode de vie devenu machinal, réglé par des automatismes de survie qui n'apporte plus ni joie, ni surprise, ni découverte, mais uniquement souffrance et vide, Dominique se laisse aspirer par des évènements aussi surprenants qu'imprévisibles.
Homme simple, n'aspirant qu'à une vie un peu plus savoureuse et chaleureuse, il devient l'objet d'Ivan, assoiffé de puissance, manipulateur sans vergogne, homme de l'ombre à la solde de personnes publiques, ayant choisi d'agir dans l'anonymat par rejet des contraintes hiérarchiques auxquelles il aurait dû continuer à se confronter s'il avait choisi de se maintenir dans les hautes sphères auxquelles le prédestinait sa formation . Quoi de plus simple dès lors,que de proposer un marché pour le moins inhabituel à un pauvre bougre qui ne supporte plus son quotidien dans une ville pour laquelle il n'est pas fait, au sein d' une société qui le rejette.
De proie idéale, Dominique, va devenir, sans le savoir, acteur de sa propre vie. Sa rencontre avec Martine, à l'initiative d'Ivan, va peu à peu lui permettre de reprendre confiance en lui, et de ré-découvrir une vie simple et pourtant enrichissante, à laquelle il aspire profondément. Aidant leur hôtesse dans ses tâches quotidiennes, il retrouve son acuité qui lui souffle qu'il n'a plus de prise sur sa vie, au moment ou celle-ci lui redevient moins hostile.

Mais la réalité du marché qui le lie à Ivan, lui interdit toute vision future, bien que ce contrat lui permette financièrement de se racheter, d'une certaine façon, d'une erreur qui a indéniablement fait basculer son destin à l'aube de sa vie d'adulte.
Les rouages bien graissés de l'engrenage mis en place par Ivan auraient pu porter leurs fruits, si l'esprit humain ne se révélait pas source d' étonnants revirements.
Car en effet, comment concevoir que Nicolas, 20 ans, porteur de cette insouciance qui lui laissait penser qu'il était libre de tout acte émanant de sa seule envie, puisse vivre avec un tel poids sur la conscience ? Comment pourrait il se voir autrement qu'en victime, lui, fils d'un ministre qui s'est détourné de son rôle de père ; lui dont la mère n'est plus qu'une ombre dans sa vie.
"Comme tous les soirs, il se mit au lit, une tristesse infinie au coeur. Si son père et Ivan avaient pris en main la gestion des éclaboussures, pour le reste, il était seul" .
Comment imaginer qu' Ivan, cet homme dur et froid, fermé à tout sentiment, puisse, par le fait même de son orgueil qui le pousse à vouloir rester maître du jeu jusqu'au bout, donner une impulsion aussi insolite à la résolution du "problème" pour lequel il a été engagé ?
Sous une écriture simple et habilement structurée, notre curiosité reste avivée tout au long de cette histoire dont la chute inattendue reste à l'image du récit.
Un premier roman qui en appelle d'autres, je l'espère, et que j'aurais plaisir à découvrir .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MaToutePetiteCulture
  11 juin 2015
Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre en ouvrant ce livre. La quatrième de couverture était assez mystérieuse, et je ne m'étais pas renseignée plus avant sur le contenu de l'oeuvre. Et je fut très agréablement surprise de ma lecture !
Depuis quelques temps j'ai un peu de mal à lire, et j'ai enchainé deux lectures vraiment pas top… Les somnambules se réveillent tard a réussi l'exploit d'être lu en moins de deux jours, ce qui en ce moment est une prouesse ! Bon, j'ai été aidée, il ne fait que 216 pages, mais quand même ! L'auteure a su m'entrainer avec enthousiasme dans cette sombre histoire de couverture de meurtre, avec des accents de politique et d'Amour est dans le Pré. Si si, je vous assure, la réunion de ces deux concepts est possible, et dans ce cas-ci réussie !
Nous suivons différents personnages, très différents les uns des autres, et ayant chacun un rôle bien particulier qui sert l'histoire. Il y a Nicolas, adolescent pourri qui commet un meurtre de manière plus ou moins volontaire, Ivan l'homme de main hautain et rageux, Dominique le rêveur paumé, et Martine l'agricultrice célibataire et attachante. Chaque personnages est lié aux autres par la mort d'une jeune fille, et de la couverture mise en place pour couvrir Nicolas. J'ai beaucoup aimé la façon dont l'auteure s'est servi des personnalités développées de ses personnages pour agrémenter l'évolution de son histoire : l'état d'esprit de Nicolas et l'évolution de son état de culpabilité, l'arrogance d'Ivan qui se transforme peu à peu en intérêt, les sentiments entre Dominique et Martine et le romantisme qui se met en place entre eux…
L'histoire quant à elle reste assez simple pour un policier, mais largement suffisante. La trame de fond est excellente; souvent ce sont les politiques qui se font assassiner dans les policiers, et là c'est le contraire, c'est une jeune fille « du peuple » qui se fait assassiner par le fils d'un Ministre. Ministre de l'Intérieur qui par ailleurs à un nom de famille avec des sonorités des pays de l'Est, faites le rapprochement… Parallèlement nous suivons également l'avancée de l'enquête de police, évidemment.
Au début du roman, nous suivons chaque personnage, ne comprenant pas très bien où l'auteure veut nous emmener. Les ellipses temporelles sont amenées au bon moment, et au milieu de l'oeuvre nous savons pourquoi tel personnage se trouve dans tel lieu, et pourquoi il est dans son état d'esprit actuel. J'ai particulièrement apprécié la fin du livre, et jusqu'à la dernière page j'ai été surprise.
Il n'y a certes pas beaucoup d'action, mais ce n'est pas l'enjeu du livre. L'enjeu est de déterminer le sens de la vie, et la place de la liberté. Sommes-nous prêts à affronter la vie et à renoncer à notre liberté pour lui donner un sens ? Ou a contrario, renoncer à sa liberté pour quelques instants de bonheur a-t-il un sens ?
Le livre n'est ni trop long, ni trop court. L'auteure n'a pas commis l'erreur d'insérer de faux suspense ou des longueurs excessives qui auraient au final desservi son histoire. Même si j'aurais aimé que certains personnages soient davantage développés, comme les parents de Nicolas par exemple… Mais elle a agrémenté son intrigue de suffisamment de mystère pour nous garder accroché, cela de manière brillante. Pour un premier roman, c'est vraiment très prometteur !
Ce que j'ai aimé :
– les personnages, tous les personnages, les gentils comme les moins gentils, et leur évolution parallèle à l'histoire
– la trame de l'histoire, simple mais diablement efficace
– le style de l'auteur
Ce que j'ai moins aimé (mais c'est vraiment du détail) :
– un petit manque d'action
– certains personnages trop secondaires, comme les parents de Nicolas, qui ne sont pas du tout développés
16/20
Lien : https://matoutepetiteculture..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
bountyfrei
  28 décembre 2014
Quand Nicolas tue Sandra, son père, Ministre de l'intérieur et son homme de main trouvent une solution pour éviter la prison au jeune homme. Pour les deux hommes, l'affaire est classée. Mais pour Nicolas, comment vivre avec sa culpabilité? Tout ce petit monde arrivera-t-il à se tenir au plan de l'homme de main?
L'histoire commence par plusieurs histoires parallèles, dont on ne comprends pas le lien, puis petit à petit, tout devient clair pour le lecteur qui avance pas à pas dans une intrigue bien menée.
J'ai adoré voir les relations entre chaque personnages, voir combien l'auteur a travaillé à ce point leur psychologie ! Mais j'ai surtout adoré la relation Ivan/Raphaël, qui m'a quelque peu déconcertée au départ, mais que j'ai trouvé touchante au final.
Ce roman a été une agréable surprise : je ne m'attendais absolument pas à ça ! Que ce soit les décisions prises par nos protagonistes ou l'évolution de la situation, tout est maîtrisé d'une main de maître ! L'auteure sait où elle va, et nous emmènes avec une facilité déconcertante dans son univers. le tout servi avec une plume fluide, qui se laisse agréablement lire.
La fin est celle que j'avais imaginé quand j'ai compris où l'auteur voulait en venir, et j'en suis totalement satisfaite !
En bref, je ressort plus que satisfaite de ce petit roman policier sans grande prétention, très agréable à lire.
Merci aux éditions du chemin vert pour cette lecture.
Lien : http://onceuponatime.ek.la/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
carnetdelecture
  09 septembre 2014
L'auteure n'a pas choisi la facilité et arrive à nous étonner avec cette histoire qui sort des sentiers battus. le style ainsi que le découpage de l'histoire est intéressant, très structuré, il nous mène inexorablement au dénouement sans pour autant nous ennuyer.
Dans un premier temps, j'ai été troublée par le grand nombre de personnages et le fait que plusieurs histoires se racontent en parallèle. Mais cette sensation s'est estompée dès le moment où ces différents récits se sont rejoints et que tout s'est éclairci.
Les personnages sont bien construits et nous apparaissent dans toute leur complexité, sans raccourci. Je me suis prise d'affection pour Dominique/Raphaël, cet être perdu qui retrouve gout à la vie mais qui n'ose se battre et laisse à d'autres le soin de décider de ce que sera sa vie. Par contre, j'ai véritablement pris Nicolas pris en grippe, cet enfant de riche qui se croit intouchable.
Un très bon roman policier qui m'a fait découvrir une jeune auteure.
Lien : http://carnetdelecture.skyne..
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
SvdwSvdw   05 août 2015
Je tiens d'abord à remercier les Editions Chemin Vert et Babelio pour l'envoi de ce roman dans le cadre de masse critique.

Je dois avouer avoir eu beaucoup de mal à m'y mettre. La couverture ne me plaisait pas, le format non plus et qui est donc cette auteur venue de nulle part ??
Je me suis enfin lancée avec franchement peu d'envie.

Les 20 premières pages étaient difficiles, je n'avais pas très envie de donner une chance à ce livre. Mais quelle idiote !!!

Ce roman est une belle découverte. Bien sûr, pas l'ouvrage du siècle mais une bonne intrigue tout de même.

Bravo Elodie Geffray !

C'est un polar sans en être un. On ne suit pas vraiment l'enquête d'un policier, et c'est très bien comme ça.
On prend peine à supporter le désarroi de Nicolas et on voudrait soutenir Dominique du mieux qu'on pourrait.

J'ai trouvé que les 10 dernières pages étaient en trop. Nécessaires bien sûr, pour donner une fin à l'histoire mais peut-être un peu trop long à mon goût.

En tout cas, je recommande ce livre et serai ravie de lire d'autres lignes d'Elodie Geffray qui a une plume très agréable...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
KathleeneKathleene   05 mai 2014
Il le savait bien à présent qu’il avait effleuré le bonheur du bout des doigts. Désormais, il vivait avec la certitude qu’il aurait pu être heureux ici, apprécié pour ce qu’il est et ce qu’il est capable de faire ; la perspective de l’enfermement lui était-elle moins cruelle ? Au contraire, elle n’en était que plus intolérable. Lorsqu’il avait accepté la proposition d’Ivan, rien n’avait plus de sens pour lui et la prison était déjà son quotidien. Comment appeler autrement les barreaux que sont la solitude, la pauvreté, la timidité lorsque la société vous a mis au rebut ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
KathleeneKathleene   05 mai 2014
Le plus terrible est qu’à l’époque, il ne vivait pas le temps passé avec ses amis comme des moments de plaisir, mais comme de simples habitudes journalières inscrites dans son emploi du temps. S’il avait su lire l’avenir, il en aurait profité bien plus intensément. Il le regrettait aujourd’hui.
Commenter  J’apprécie          10
KathleeneKathleene   05 mai 2014
Il était maître dans l’art de la manigance et de l’intrigue, il connaissait parfaitement les arcanes de la justice et de la police, il décodait l’être humain jusque dans ses moindres détails, il allait, c’était certain,exceller dans [masquer]xxxxx[/masquer] Fort de cette certitude et de ce succès annoncé, il partit décharger son adrénaline, non dans [masquer]xxxxx[/masquer] – elle pourrait attendre un jour de plus – mais dans le bas du terrain de la propriété où il s’était aménagé un stand de tir. Il partit dégommer quelques canettes et s’émerveiller de son admirable habileté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
KathleeneKathleene   05 mai 2014
Il aimait bien Martine. Il l’admirait. Et dans un sens, il la craignait aussi. Il s’était, en premier lieu, intéressé à ses activités, puis à son savoir et enfin à sa personne. Si bien que petit à petit, lui, qui avait souhaité se retrancher loin des hommes, en arrivait à oublier sa soif de solitude pour mieux profiter de la compagnie de Martine.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Elodie Geffray (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elodie Geffray

Nos lecteurs ont du talent - le concours vu par Elodie Geffray
L'auteur Elodie Geffray revient sur son expérience du concours d'écriture "Nos lecteurs ont du talent". Plébiscitée par les lecteurs, son roman "Les somnambu...
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
297 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre