AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290137200
Éditeur : J'ai Lu (22/03/2017)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Une correspondance fictive et humoristique entre François M , ancien président de la République, et Anne, sa maîtresse.

On ne présente plus Laurent Gerra, humoriste et imitateur dont l'immense talent associe qualité d'écriture et prouesse vocale. Pascal Fioretto est son complice d'écriture.

Extrait :
« Mon Anne, mon Annette, mon Ananas, Le ciel de Paris est gris, et le poids de ma fonction, harassant ! Heureusement, la trêve esti... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Domichel
  29 mai 2017
Certes, ce livre ne fera sans doute jamais partie de la Pléïade.
Mais ce n'est pas le but affiché des deux auteurs aussi farfelus qu'irrévérencieux.
Le premier vous le connaissez forcément, Laurent Gerra, l'inimitable imitateur qui entre ses tournées à guichets fermés et ses apparitions sur le divan de M. Drucker, distille ses chroniques le matin sur RTL. On aime ou on n'aime pas, c'est selon et c'est normal. Et parmi ceux qui aiment il y a les inconditionnels, et les autres (dont je suis) qui pensent aussi que tous les matins, c'est un peu beaucoup pour avoir le temps de se renouveler réellement. Il n'empêche, on se marre bien. Bon, pendant les deux quinquennats précédents, il a quand même été débordé par les pitreries et les blagounettes souvent involontaires des politiques qui à force de vouloir exister sur la scène médiatique, finissaient par s'empêtrer littéralement dans le ping-pong incessant des déclarations devant un public journalistique qui n'en demandait pas tant.
Le second auteur, Pascal Fioretto m'était inconnu, comme au grand public, et surtout comme les hommes de plume qui oeuvrent dans l'ombre des humoristes.
Sous-titré « Les Aventures deTonton », ce petit fascicule d'une quarantaine de textes courts, pastiche le livre sorti par Anne Pingeot il y a 7 mois, dans lequel elle présentait les lettres, nombreuses, que Francois M. lui adressait en secret depuis leur rencontre en 1962 et la mort du président en 1995.
Datés chronologiquement et à partir d'événements importants, les textes des deux compères reprennent de vrais morceaux des lettres originales (comme les fruits dans les yaourts), et se terminent invariablement par de petits poèmes impromptus, qui sont en réalité des slogans publicitaires de l'époque ou des extraits de chansons populaires et légères.
Certaines “lettres” sont de véritables tranches de rigolade, et l'on y voit souvent la petite Mazarine aussi espiègle que son père, jouer des tours pendables aux “Badinter” ou aux “Jospin”.
Bien sur il faut avoir entendu au moins une fois Laurent Gerra, lire ces lettres intimes avec la voix du Président, et en fond sonore une musique aussi douce que nostalgique, pour en rire ou sourire davantage à la lecture du fascicule.
En fin de compte, rien de vraiment sérieux ni vraiment méchant dans tout cela, juste l'oeuvre de deux sales gosses qui ont trempé leur plume dans le vitriol avec une bonne dose de dérision.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
balloonvenus
  04 juillet 2017
Qu'il est bon de lire un livre ironique qui déboulonne la statue hiératique du Commandeur qu'était François Mitterrand ! Pascal Fioretto est passé maître dans l'art du pastiche (je ne saurais trop vous conseiller la lecture de "Si c'était niais" et "L'élégance du maigrichon") et quand il s'adjoint la verve de son complice Laurent Gerra, on sait que ce sera pour le pire du meilleur ;-). Or donc, les fameuses lettres (et les collages !) que Mitterrand envoyait à Anne Pingeot, à la lecture desquelles on découvrait que cet homme froid et méprisant pouvait donc donner des surnoms ridiculounets à son "animour". Et autant dire que les deux compères s'en sont donné à coeur joie dans la surenchère. Et quel régal d'imaginer François III se délecter davantage à la vue d'un film avec Aldo Maccione qu'à une représentation d'une pièce de/avec Philippe Caubère (voire d'un bon p'tit porno). Messieurs ? Et si maintenant vous imaginiez la correspondance de Macron avec sa "Brizitte" ? (Du genre "Auzourd'hui z'ai vu Donald. Il m'a enfin donné la marque de ce fond de teint oranze que tu aimes tant")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
DomichelDomichel   29 mai 2017
8 décembre 1990
Mon Anne à moi, mon Anne mienne, mon âme chérie, ma chérie d’amour,

Noël approche et je n’ai pas terminé mes cadeaux.
Pour Danielle, comme d’habitude , j’ai prévu une cagoule, ça lui ira bien pour ses réunions avec les guérilleros de la pampa et elle pourra l’utiliser quand elle coupe du bois à Latche. (…)
Pour les vacances de Noël, je crois que l’on n’échappera pas au traditionnel voyage à Venise avec les Badinter. Ils vont encore nous bassiner avec les splendeurs de la Sérénissime.
J’ai l’impression que notre fille cachée ne les aime pas beaucoup. L’année dernière, ils lui ont offert un Code civil. Pour se venger, elle fait un croche-pied à Robert Badinter qui est tombé dans le Grand Canal. Il était couvert d’algues et de vase, mais il n’a rien osé dire. On s’est gondolés, c’est le cas de le dire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DomichelDomichel   29 mai 2017
21 avril 1985
Mon Anne chérie, mon éternité d’amour, mon océan de baisers,

Tu as dû me trouver bien silencieux ces derniers temps. C’est que vois-tu, j’ai bien du souci avec ma fille aînée, la Ségolène. Je t’ai déjà dit qu’elle fréquente un grand nigaud à lunettes, encore un de ces incapables qu’elle a rencontré à l’ENA, un certain Francis Gouda, ou François Mimolette, ou peut-être Pays-Bas, je ne sais plus. Je t’en ai déjà parlé, je crois. Il a un sourire niais, la cravate toujours de travers, le derrière en arrière et il croit me plaire en racontant tout le temps des blagues idiotes. Quel lourdaud celui-là. Elisabeth Tessier, la voyante qui lit dans mes boules, m’a prédit qu’un jour il serait Président. Elle avait dû encore boire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DomichelDomichel   29 mai 2017
23 décembre 1984
Mon Anne, mon Anubis, mon anacoluthe, ma chérie d’amour,

Cette année encore, les fêtes de fin d’année sont une alternance de supplices redoutables et de délices inespérées. Le supplice, tout d’abord avec cet arbre de Noël des artistes de gauche que Jack Lang a tenu à organiser lui-même.
Ils sont tous venus, ces parasites avides d’honneurs et de subventions. Ces théâtreux habillés en noir et qui s’écoutent parler, quelle purge ! Et ce Daniel Buren qui veut installer des colonnes à rayures dans la cour de l’Élysée. Qu’il aille s’amuser ailleurs, je ne sais pas moi, au Conseil d’État, cela leur fera les pieds à ces fainéants !
Et ce chanteur à cheveux jaunes, comment il s’appelle déjà ? Renan, René ou Renaud peut-être, il a passé toute la soirée à m’appeler « Tonton », j’ai failli le gifler. (…)
Mes vœux télévisé aux Français sont prêts et déjà enregistrés. Je leur promets, comme chaque année, une inversion de la courbe du chômage. C'est un peu usé comme truc mais ça marche toujours. Tu verras, je me frotte beaucoup les mains l'une sur l'autre en pensant à toi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DomichelDomichel   29 mai 2017
11 janvier 1990
Ô mon Anne, Ô mon Annuaire, Ô mon Anamour,

Quelles belles fêtes de fin d’année j’ai passées avec notre fille cachée. Elle est tellement espiègle et souveraine ! Elle doit tenir de moi… J’ai dit à Danielle que c’était une petite cousine de Jarnac que j’avais accepté de prendre en stage à l’Élysée. Depuis que je lui ai montré la salle des écoutes téléphoniques, elle s’amuse pendant des heures à faire des canulars avec le téléphone rouge. J’ai demandé à Grossouvre de bien les enregistrer, je te les ferai écouter, ils sont irrésistibles.
L’autre jour, elle a imité ma voix et elle a appelé les Badinter en pleine nuit pour leur annoncer que je voulais rétablir la peine de mort et faire une purge en commençant par ce traitre de Rocard. Tu les aurais vus, ces deux raseurs, ils n’en menaient pas large. Ils ont fait leurs valises et ils ont demandé le droit d’asile à Andorre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DomichelDomichel   29 mai 2017
Dès qu’il y a une éclaircie, je m’échappe et je marche le long de notre étang. J’observe les canards, je leur parle aussi parfois. Ils font un ballet curieux, une étrange chorégraphie qui m’a inspiré ce poème que je t’envoie avec tout mon amour :
« C’est la danse des canards
Qui en sortant de la mare
Se secouent le bas des reins
Et font coin-coin !

Faites comme les petits canards
Et pour que tout l’monde se mare
Remuez le popotin
En f’sant coin-coin. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Laurent Gerra (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Gerra
LES COUPS DE COEUR DES LIBRAIRES 21 12 18
autres livres classés : irrévérenceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14574 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre