AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782367950822
150 pages
Chèvre-feuille étoilée (06/11/2014)
3.25/5   4 notes
Résumé :
Au cœur du vieux Toulon, Paul, le Prince des secrets, gérant de boîte de nuit, déplie, pour une femme flic, la grande toile d'araignée dont chaque personnage tient un fil. Emmanuel le lanceur de couteaux et Sonia, une gueule d'ange sans ailes ni cervelle, mâcheuse de chewing-gum, qui blesse et dévore ceux qui passent à sa portée.
Finira-t-elle par se faire prendre?
Sur le fil de la nuit les lames volent, les cœurs se brisent, l'amitié demeure.
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
manue14
  15 février 2015
Le roman traite d'un homme, Paul, qui explique à sa façon, à une femme flic, Marinette, un drame qui lui est arrivé.
J'ai vraiment aimé l'idée de raconter une « histoire » à une flic qui aimerait que son témoin aille à l'essentiel.
Mais Paul n'est pas ce genre d'homme. Il aime aussi nous parler de la vie des autres personnages, de ses amis.
A travers Paul, Suzel Grondin Pilou nous décrit aussi la vie de personnages assez différents mais pourtant réunis dans une seule et même soirée, une soirée peu commune, une soirée dramatique.
Les personnages sont vivants, attachants mais j'aurais aimé que l'auteure les approfondisse un peu plus, qu'elle nous fasse entrer dans leur routine. J'aurais aimé avoir des moments plus précis, des instants de vie racontés plus en détails. Personnellement je trouve que ça manque à l'histoire.
Ce qui aurait pu être intéressant cela aurait été de rajouter des dates aux évènements pour que le lecteur essaye de savoir si telle anecdote se passe avant ou après les autres. Personnellement je me suis peut-être un peu trop souvent posé la question. C'est dommage…
Pour l'entrevue avec la policière j'aurais aimé là aussi plus de détails. L'auteur y revient assez souvent au cours de l'histoire ce qui, pour moi est intéressant, mais la policière n'intervient presque que pour poser des questions. Cela aurait peut-être pu être intéressant aussi de nous décrire ce qu'elle fait, ou comment se passe un interrogatoire. Dans ce roman finalement on pourrait peut-être croire juste à une simple rencontre entre deux personnes… C'est un peu frustrant.
Suzel Grondin Pilou aurait pu aussi rajouter les minutes qui défilent pour montrer aux lecteurs si le temps passe vite ou pas. Au final on ne sait pas vraiment combien de temps passent les personnages à raconter cette triste histoire.
L'histoire est bien ficelée mais je l'ai trouvée trop courte, c'est frustrant de se dire que l'histoire est déjà finie alors qu'on aurait envie d'en savoir plus.
La fin est bonne, on se demande maintenant ce qui va se passer pour ces deux personnages. Et pour les autres… Personnellement je me suis posé pas mal de questions et je trouve dommage qu'elles n'aient pas trouvé de réponses. Peut-être qu'il aurait été intéressant de faire un avancement dans le temps pour nous dire ce qu'ils étaient devenus, ou alors, dans l'idéal, de faire une suite avec une autre histoire dramatique…
J'ai eu la chance de pouvoir lire ce livre grâce au concours masse critique organisé par Babelio. Je remercie donc Babelio et l'édition chèvre feuille étoilée de m'avoir permis de découvrir la vie de Paul et cette rencontre un peu inattendue avec Marinette.
Lien : http://fais-moi-peur.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Amaranth
  03 mars 2015
Ce livre est plus une histoire de vie, ou plutôt l'entremêlement de vies, qu'un roman policier. J'ai aimé ce patchwork de personnages différents mais qui pourtant se retrouvent unis lors de cette soirée. Ils sont vivants.
C'est un roman court, entrainant, bien écrit, empreint d'une certaine mélancolie. Je ne peux toutefois pas dire avoir adoré, car il me manque un petit quelque chose : une histoire plus complexe, un approfondissement de ces personnages parfois à peine esquissés... mais j'ai apprécié ce voyage au coeur de la nuit, en compagnie de Paul, Marinette, et de tous les autres.
Commenter  J’apprécie          20
angeselphie
  26 mars 2015
Un titre prometteur, un résumé alléchant, pourtant, ce livre m'a déçu. Des personnages sans grand intérêt, peu creusés, trop superficiels! Difficile de s'accrocher à eux. Un livre qui n'est pas pour moi un policier mais plus une histoire racontée, une histoire de vie! Une belle plume certes mais rien de très emballant!
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
manoloulamanoloula   05 décembre 2014
Pour m’imaginer il faut aimer le cinéma et John Irving. Je suis un mélange de Linda Hunt dans L’année de tous les dangers et d’Owen Meany, le héros du roman Une prière pour Owen. Quand j’ai vu le film de Peter Weir, je me suis reconnu dans le personnage du cameraman nain idéaliste. Afin d’alerter le président Sukarno sur la détresse de son peuple, lors du passage du convoi présidentiel, le gnome se jette du haut d’un immeuble de Djakarta. Le prince ne s’aperçoit de rien et poursuit sa route sans se retourner. Je pleurai de colère
devant le sacrifice inutile d’une vie et restai abasourdi lorsque, au générique de fin, je lus qu’une actrice, Linda Hunt, interprétait le rôle de ce héros dérisoire. Mon étonnement me laissa plusieurs minutes soudé à mon siège. La lumière dans la salle me rendit à ma réalité : je ressemblais à un nain joué par une femme. Pour le personnage de John Irving, ce fut différent. Owen Meany est
bien plus petit que moi avec une voix très haut perchée. Sans véritable raison, il s’entraîne toute sa vie à reproduire un même geste et on découvre,
à la fin du livre, que c’est l’infinie répétition de ce mouvement qui permet à Owen d’accomplir son destin et de sauver des vies. Ce garçon fragile et
déterminé c’était moi. Pendant des années, je me suis appelé Owen et en prévision de je ne sais trop quoi - une pièce de viande qui tenterait de s’envoler,
j’étais boucher à l’époque - je m’entraînais moi aussi. Je pratique le lancer de couteaux et je me débrouille pas mal en regard des incessantes réflexions de ma mère : « Ce que tu es maladroit, on dirait un mongolien ». Voilà pour ce qui est de mon apparence.
Je regarde la policière. Elle ne manifeste aucune impatience. Je crois même qu’elle m’écoute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
manue14manue14   15 février 2015
- Je veux bien vous expliquer mais il faut commencer par le début et le début c’est ma vie, cela risque d’être long, c’est comme un puzzle, vous savez ce que c’est dans la police, s’il manque une pièce !
Elle regarde sa montre. Il est trop tard pour New York District, trop tard pour Gagner des millions ou rêvasser devant un reality show quelconque. Alors autant écouter ce nabot bizarre. Peut-être y aura-t-il quelques détails horribles ou croustillants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : philosophie de la vieVoir plus

Autres livres de Suzel Grondin Pilou (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Sur le fil de la nuit" de Suzel Grondin Pilou.

Quel est le nom de famille de Paul ?

Owen
D'Jack
Sullivan

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Sur le fil de la nuit de Suzel Grondin PilouCréer un quiz sur ce livre