AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782714499806
528 pages
Belfond (01/02/2024)
4.13/5   185 notes
Résumé :
Convoquant tout autant le roman d'anticipation que la littérature de suspense, Sophie Loubière nous offre une plongée fascinante et terrifiante dans un monde rétrofuturiste visionnaire. Une œuvre totale par une grande voix du roman noir français.

La femme, un produit sans grand avenir ?

2224. Depuis le Grand Effondrement de la civilisation fossile et les crises qui ont suivi, l'humanité s'est adaptée. Économiser les ressources, se proté... >Voir plus
Que lire après ObsolèteVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (71) Voir plus Ajouter une critique
4,13

sur 185 notes
5
44 avis
4
18 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis
Comment vais-je pouvoir exprimer tout le bien que je pense de ce roman ?

D'abord, s'il se passe dans le futur, notre monde actuel y est bien présent, ne serait-ce que par l'héritage lourd de nos aberrations de consommation, par la pollution qui semble pérenne deux cent ans après le Grand effondrement de 2050. Des données que nous connaissons très bien, mais qui semblent si difficiles à prendre en compte.

Parmi les conséquences de notre inconséquence, la diminution massive de la natalité et un excès de naissances féminines, en lien avec les perturbateurs endocriniens. La Gouvernance tente de compenser ce déséquilibre en imposant aux femmes « périmées » pour la reproduction, un exil vers des contrées inconnues qu'on leur vend comme un paradis ! le but étant de ne pas nourrir des bouches inutiles...
Cela en dit long sur le statut des femmes qui ne semble pas avec le temps et les leçons du passé s'améliorer.

Mais ce roman n'est pas un simple support à une thèse féministe de plus.

Nous sommes dansun univers dirigé par une instance qui sait cacher son jeu, ce qui lui permet de contrôler dans ses moindres émotions chaque être humain. Un monde aseptisé où la violence semble avoir disparu, où l'on enseigne l'empathie dès le plus jeune âge, où les armes n'existent pas …

Pourtant dans ce monde idéal, pas de repos pour le lecteur qui se retrouve avec deux énigmes à élucider !

C'est donc un tourne-page qui nous fait osciller entre le désir d'en savoir plus et le souhait de rester le plus longtemps possible en compagnie de ces personnages si intéressants.

Merci aux éditions Belfond et à Netgalley.

528 pages Belfond 1er février
#SophieLoubière #NetGalleyFrance

Lien : https://kittylamouette.blogs..
Commenter  J’apprécie          731
La cinquantaine comme point final de l'existence ? Les femmes obsolètes à partir d'un certain âge ? C'est sur ce principe pour le moins choquant et clivant que s'ouvre le dernier roman de Sophie Loubière, Obsolète. Arrivées à un certain âge, les femmes sont convoquées au Grand Recyclage. Les voilà parties pour une vie loin de la société, pour un avenir dont on ne sait rien. Des rumeurs courent, mais rien de certain : un paradis où elles peuvent se détendre sans plus de responsabilité ? Ou, au contraire, la mort comme dans Soleil vert ? Pendant ce temps, les hommes, moins nombreux sur la planète, sont censés reprendre une compagne afin de fabriquer de nouveaux enfants. Car la population est en baisse, suite aux nombreuses malformations génétiques et aux cas de stérilité.

Malgré quelques réfractaires accrochés à leurs certitudes envers et contre tout, la plupart des gens ont pris conscience des bouleversements climatiques qui agitent notre planète et vont l'agiter pour les années à venir. Les écrivains se sont bien évidemment emparés du sujet et les ouvrages fleurissent qui mettent en scène notre monde après le passage de la catastrophe. Par exemple, Li-Cam, dans Visite, imaginait une société qui vivait dans le respect de la nature parce qu'elle n'avait pas le choix. La récup était obligatoire et le travail solidaire et communautaire la norme. On retrouve ces principes dans le roman de Sophie Loubière. Cette autrice a imaginé un monde extrêmement réfléchi. Un vrai catalogue de pistes possibles pour notre avenir. Depuis la forme des maisons (courbes pour résister aux vents de plus en plus puissants) jusqu'au choix des plantes (résistantes à la chaleur et couvrante pour protéger les humains des rayons de l'astre brûlant) ; de la nécessité de se répartir les tâches du quotidien à la maison comme dans le village à l'obligation de recycler, de réparer (y compris les humains, semble-t-il, mais cela reste à découvrir au fur et à mesure de l'avancée du roman).

D'ailleurs, autant crever de suite l'abcès : c'est ce côté catalogue qui m'a le plus gêné à la lecture d'Obsolète. Étant un lecteur de SF, je connaissais pas mal des idées évoquées, des solutions proposées. Souvent, donc, je ne les découvrais pas. Aussi, le temps que l'autrice a pris à les exposer, les détailler, de façon très encyclopédique, m'a lassé un peu. Surtout qu'elle l'a fait de façon assez systématique, au début des chapitres, à travers les mots de sa personnage principale. Cela me fait penser (comme la publication dans une collection non spécialisée en SF) que cet ouvrage est destiné avant tout à des lecteurices non habitués au genre. Qui ont donc besoin qu'on leur explique de manière détaillée les tenants et les aboutissants d'un tel état de fait.

Malgré cette réserve, la richesse de la réflexion de Sophie Loubière m'a convaincu. On sent qu'elle a fait des recherches et qu'elle a tenté d'imaginer une Terre en 2224 réaliste. Et je pense qu'elle y a pleinement réussi. Bien sûr, on peut choisir la voie apocalyptique, dans laquelle l'humanité n'a pas su construire des solutions viables face aux changements brutaux. Mais on peut aussi, comme elle, comme aussi Émilie Querbalec (Les Sentiers de Recouvrance), Li-Cam donc (Visite) ou Elisa Beiram (Le Premier jour de paix), imaginer des visions plus positives. Où, malgré le choc, l'effondrement des nos sociétés, la chute de nos civilisations face au choc des forces naturelles, les êtres humains ont su remonter la pente et tenir compte de nos erreurs. Bien sûr, cela impose de glisser sur la terreur induite par la chute, sur les millions de morts que l'autrice évoque rapidement.

Autre point très fréquent dans la littérature de genre actuellement (et dans la vie de tous les jours, en tout cas, si l'on écoute, lit les médias), l'avènement de l'I.A. Comme d'autres auteurs français récemment (Christopher Bouix dans Alfie ou Pierre Raufast dans La Tragédie de l'Orque et dans le Système de la Tortue), Sophie Loubière a choisi de la localiser dans une boite, comme les Alexa et autres « assistants numériques ». On y retrouve cette boite qui répond à toutes les questions. Y compris celles des enfants, le soir, dans leur chambre. Questions qui semblent naïves mais sont existentielles et leur permettent de se créer une représentation du monde, puisque les réponse remplacent ou complètent celles que fournissent les parents. D'où son importance capitale, malgré son côté discret et fondu dans le décor.

Enfin, la place de la femme est évidemment interrogée dans ce roman. Tout tourne autour de leur future disparition de la société. Dès leurs premières minutes, les jeunes filles sont conditionnées à accepter ce sacrifice. Dès les premières heures, on leur apprend à rester à leur place. À vivre pleinement, certes, mais en sachant qu'elles ont une date de péremption, une limite fixée d'avance. Cela interroge nécessairement. Certes, la Terre compte davantage de femmes que d'hommes. Mais cette mesure est-elle réellement nécessaire ? Et s'il faut faire quelque chose, ce choix est-il le bon ? Car il est prodigieusement inhumain et injuste. Tant pour les femmes qui disparaissent (on sait ce qu'elles deviennent en fin de roman, rassurez-vous) que pour les hommes qui doivent oublier une longue vie commune pour en créer, sur injonction, une nouvelle (vous me direz, certains ne se gênent pas de nos jours pour le faire sans en recevoir l'ordre, abandonnant épouse et enfants au profit d'une jeune conquête…). Obsolète pose la question, offre des éléments de réponse. Mais c'est à nous, lecteurices, de faire nos propres choix. D'imaginer ce qui serait le mieux. Et c'est ce que j'ai apprécié dans ce roman.

Obsolète est un récit d'une grande richesse, un peu comme une grande synthèse de là où nous en sommes dans notre projection vers l'avenir. Vers ce que nous pourrons faire dans ce monde qui se réchauffe, où les évènements climatiques violents se multiplient et où, pour l'instant, on regarde ailleurs en espérant que cela s'arrange tout seul ou qu'un génie trouve une solution technologique miracle (compréhensible, mais déprimant). Dans ce texte où la météo est, comme chez les Romantiques du XIXe, en accord avec les sentiments des personnages, l'humanité se débat avec constance contre l'extinction. Les questions se multiplient, des réponses sont apportées, d'autres sont en devenir. Une lecture importante en ce début d'année.
Lien : https://lenocherdeslivres.wo..
Commenter  J’apprécie          538
Dans une société actuelle conformiste, où éditeurs et auteurs ont de plus en plus tendance à rester dans leur même moule, qu'il est plaisant de voir une autrice reconnue sortir du cadre. Sophie Loubière n'est pas du genre à simplement répéter ses gammes, Obsolète en est une preuve éclatante.

Elle qui a fait une bonne partie de sa carrière dans le roman noir s'essaye à l'anticipation. Un genre différent, certes, mais toujours avec le talent et l'exigence qu'on lui connaît.

L'étonnement premier passé, on est vite happé par ce nouvel environnement. Si loin, si proche. Deux cent ans en avant, en 2224, à la découverte d'un monde qui se reconstruit.

Le Grand Effondrement de la civilisation fossile est passé par là, l'humanité a failli disparaître, avant de se stabiliser, bien loin des milliards d'humains actuels.

Vous vous dites d'emblée : ces histoires ont été racontées déjà maintes et maintes fois, à décrire un monde post-apocalyptique. Détrompez-vous. Non seulement l'autrice n'est pas tombée dans la facilité, mais elle a pensé et construit son univers dystopique sans jamais tomber dans les excès et la caricature, sans surjouer le catastrophisme à tout-va.

Ce monde d'après fait suite à nombre de douleurs. Mais il semble serein et stabilisé après les catastrophes. Empli d'espoir, du moins en apparence.

Des sociétés revenues à l'essentiel, proches d'une nature indomptable mais à laquelle il est possible de s'adapter. Des femmes et des hommes accordés à un monde de pénuries, revenus de l'hyper-consommation, détournés des gaspillages et de la dilapidation des ressources.

Un futur adaptatif qui semble serein, sans crime, sans violence. Avec une particularité cependant : le Grand Recyclage. Qui concerne chaque femme à l'arrivée de la cinquantaine.

De manière totalement intégrée dans les esprits, dans les règles de vie, toutes ces femmes partent de leurs foyers, envoyées vers d'autres cieux, dans le calme et l'acceptation.

L'objectif ? Repeupler cette terre pour enrayer l'extinction, ce monde où donner naissance est une complication, surtout à des enfants viables ou non déficients. Des hommes potentiellement encore fertiles qui se remettent en couple avec une femme plus jeune, pour le bien du genre humain. Avec cette idée de recyclage présentée comme un réel privilège.

N'imaginez pas comprendre d'entrée vers quoi l'écrivaine va tendre, ce serait faire injure à ses prétentions. Elle ne nous joue pas un banal remake de Soleil vert.

C'est un récit engagé pour les femmes, mais pas d'un féminisme à deux balles, d'ailleurs les personnages masculins y ont aussi une place de choix. C'est une vision lucide, mais pas un pamphlet écolo déconnecté des humains.

Au XXIIIe siècle, hommes et femmes portent un bracelet implanté très jeune, qui sert à réguler stress et autres émotions fortes. Gage d'une vie quotidienne sereine et sans tension, au risque d'affadir les traits de caractère.

Dans ce monde où tout se recycle, où il est commun d'utiliser encore des appareils antédiluviens, y compris électroniques. C'est autant un principe de vie qu'une nécessité.

Quelle richesse, quel travail, quelle merveille de texte ! Mon enthousiasme pour cette lecture est une bénédiction, tant j'ai été emporté et subjugué par le talent, l'inventivité de ce roman. Touché par la finesse et l'intelligence, transporté par les émotions. Obsolète est un bijou d'une belle profondeur, écrit et raconté avec une subtilité rare, pour bien tenir compte de la fragilité du quotidien.

Un livre différent, pour lequel il ne faut pas s'arrêter à son côté futuriste, se dire qu'il n'est pas fait pour soi. Au contraire, ce splendide et dense roman est matière à réflexions autant qu'une fiction emballante.

Avec une pointe de roman noir, puisqu'il est également question de la mort suspecte de trois enfants. Dans ce monde qui semble paisible mais aussi aseptique, et par certains côtés stérile, c'est un bouleversement inexplicable.

J'ai été fasciné par le travail réalisé par Sophie Loubière pour rendre ce futur crédible. L'autrice a toujours été une bosseuse forcenée, mais ici tout prend une dimension incroyable, chaque détail, chaque concept étant réfléchi et bien intégré dans un roman de 530 pages, varié et surprenant de bout en bout.

J'ai lu nombre de romans d'anticipation, la qualité de celui-ci est à saluer et le fait clairement sortir du lot. Dans une ambiance plutôt rétrofuturiste, franchement bien vue et bien imaginée.

Il ne faut pas s'attendre à un rythme effréné, ce n'est pas le style de ce récit. le roman prend le temps de développer des personnages d'une belle épaisseur, et une intrigue aussi subtile que sensible. Pour nous faire réfléchir sur le monde d'aujourd'hui, ses excès comme la manière dont la ménopause est encore vue comme une mort sociale. Et il est même question d'histoires d'amour.

Mais ce monde imaginé n'est pas si lisse, si tolérant, une sorte d'eusocialité larvée.

Le talent de l'écrivaine éclabousse chaque ligne, éblouie chaque paragraphe, d'une écriture aussi soignée qu'expressive. Où elle s'amuse avec les styles, utilise différentes plumes selon les passages, les personnages ou les idées développées. C'est aussi ludique qu'incroyablement fécond.

Quant à savoir ce que deviennent les femmes mûres lorsqu'elles quittent leurs foyers, la surprise sera de mise, croyez-moi.

Dans ce monde de demain où tout se recycle, Obsolète arrive à proposer du neuf. Sophie Loubière ne fait jamais les choses à moitié, et sa dystopie est un miracle, le genre de texte visionnaire, d'une beauté et d'une profondeur qu'on ne rencontre que peu. de quoi marquer le gros lecteur que je suis, de manière indélébile.
Lien : https://gruznamur.com/2024/0..
Commenter  J’apprécie          506
La côte d'Opale en 2224. Face au déclin de la population suite au Grand Effondrement, la Gouvernance territoriale a décidé le Grand Recyclage des femmes à 50 ans de telle façon que leur mari soit Réattribué à une femme plus jeune qui soit en mesure de lui donner d'autres enfants. On ne sait pas ce que deviennent les Retirées car aucune n'est revenue pour raconter. Afin que la société vive en harmonie, que les émotions ne prennent pas le dessus et conduisent au chaos, chacun porte un BMH (bracelet modérateur d'humeur) qui les régule. Mais dans ce monde hyper-contrôlé, où chacun est fliqué en permanence, trois petites filles de 7-8 ans sont retrouvées mortes étranglées.
Ayant déjà lu trois romans noirs, que j'avais appréciés, de Sophie Loubière, mais n'étant pas friande de dystopie ou d'anticipation, j'ai longuement hésité à me plonger dans "Obsolète" et je ne le regrette absolument pas.
L'auteure innove totalement par rapport à ce qu'elle a déjà écrit avec ce livre qui est à la fois un polar, un roman d'anticipation et un féministe.
Le monde qu'elle décrit n'est pas une dystopie complètement déjantée, sortie d'une imagination très fertile, mais une projection cataclysmique mais vraisemblable de ce que nous vivons actuellement : place de plus en plus importante donnée à l'intelligence artificielle, ressources naturelles insuffisantes, températures extérieures caniculaires, baisse de la fertilité, submersion de territoires entiers..... Cela fait froid dans le dos, car on se dit que ce qu'elle invente comme le bracelet régulateur d'humeur, l'obsolescence d'une partie de la population, Big Brother is watching you...pourraient devenir une réalité.
Dans ce monde de 2224, nous suivons des personnages comme vous et moi dont, entre autres, Rachel, à qui il ne reste que 28 jours avant d'être Retirée. le texte alterne la description de la communauté qu'elle va quitter et son enfance, ses sentiments, ce qu'elle pense de sa vie à la première personne . Ce roman pose bien sûr la question de la place des femmes dans la société du futur mais surtout dans la nôtre, le Grand Recyclage pouvant être vu comme la métaphore de la ménopause qui invisibilise et désocialise les femmes qui ne peuvent plus procréer, partant du postulat, que bien sûr, je rejette, que la procréation est le rôle essentiel qu'inconsciemment on attribue aux femmes et qu'elles-mêmes s'attribuent parfois, se sentant inutiles après 50 ans. Il fictionnalise une réalité dans certains pays où le nombre de filles dépasse celui des garçons, donc on procède à un "tri" sélectif par l'avortement ou par l'élimination à la naissance.
Il chosifie la femme et en fait un objet en fin de vie à recycler comme un vieil aspirateur; ce qui est frappant, dans ce roman, c'est que les femmes ne se posent pas de questions et acceptent leur sort tellement elles ont été conditionnées.
Mais "Obsolète" reste un polar noir avec un double mystère : que deviennent les femmes Retirées? et qui a tué les trois fillettes? qui donne l'occasion à l'auteur de développer sa vision féministe de la place accordée aux femmes.
Ce roman est une vraie surprise car il est totalement différent des précédents. Et c'est une totale réussite, un tour de force qui m'a complètement happée pour son intrigue, pour la description d'un monde à venir, pour l'arrière-plan féministe. Il m'a rappelé "La servante écarlate" de Margaret Atwood pour le corps de la femme, machine à procréer et "Les heures rouges" (2018) de Leni Zumas, dystopie féministe, qui décrit la régression de la liberté des femmes à disposer de leurs corps, là aussi pas si dystopique que cela quand on observe ce qui se passe aux États-Unis.
Commenter  J’apprécie          2411
C'est en lisant de cendres et de larmes, un thriller aux accents fantastiques que j'ai eu le plaisir de découvrir la plume de Sophie Loubière. Lorsque j'ai découvert qu'Obsolète sortait, je me souviens avoir ressenti cette pointe d'impatience face à l'attente.

L'intrigue promettait un bon moment de lecture et je n'ai pas été déçue !

L'intrigue a beau se situer dans 200 ans après l'effondrement de la civilisation moderne, certaines thématiques sont déjà bien présentes et actuelles et n'ont rien du récit d'anticipation.

En partant de thématiques très actuelles, l'écologie, l'épuisement des ressources, la baisse de la natalité, tout en explorant en profondeur la place de la femme, Sophie Loubière crée un futur à la fois éloigné, mais très proche de nos préoccupations actuelles. le postulat étant que les solutions existent bien avant l'effondrement et pourtant, l'Homme dans toute sa capacité à fermer les yeux n'a pas anticipé cette fin annoncée.

C'est à la fois un thriller d'anticipation noir, une étude sociétale mais aussi une exploration de l'âme humaine avec ce qu'elle a de plus complexe, notamment avec l'éducation des enfants. La place de la femme mise au rebut, arrivant en fin de vie, à cinquante ans, doit se retirer. Enfin, elle est retirée de son foyer, déclarée obsolète, car elle ne peut plus procréer. Son rôle premier étant dévolu à la procréation, elle doit laisser sa place et permettre à l'homme de créer une seconde famille, car lui n'a aucun souci pour engendrer.

Outre cette thématique principale, Sophie Loubière, décortique l'impact du retrait de la femme sur sa famille,, tout en se penchant sur la revisite de certains faits historiques, balayés pour mieux déconstruire les idées afin d'en imposer d'autres.

Les sentiments sont tempérés par des implants qui permettent de ne plus ressentir ce qui pourrait perturber. Mais le fait de bannir les sentiments n'est pas toujours ce qui rend l'être humain plus humain. La complexité des sentiments, n'est-elle pas, malgré les horreurs, ce qui rend l'être humain plus empathique ? C'est une des questions que l'on se posera à plusieurs reprises. Sophie Loubière, se pose comme une visionnaire, en s'attaquant à la place de la femme dans le futur en observant ce qui se passe aujourd'hui. le fait est qu'il est difficile pour la femme de disposer librement de son corps, dans certains endroits du globe et ce qui aujourd'hui nous fait réagir, ne le fera certainement plus dans un futur où la terre compte davantage de femmes que d'hommes et où la diminution de la natalité implique la disparition de l'humanité.

L'auteure, pousse le lecteur à la réflexion à travers le portrait de plusieurs femmes, arrivées au moment du « Grand recyclage » et sa normalisation. Elle décortique les usages de cette nouvelle société, son évolution, mais aussi son mode de pensée.

Deux intrigues en une, chacune se construisant en parallèle de l'autre, et même si elles ne se rejoignent pas, elles mettent en exergue ce qui ne fonctionne pas dans ce 2224.

Sophie Loubière ne pouvait construire ce type d'intrigue, sans glisser une enquête sur la disparition de trois fillettes… Même si au paradis, il ne peut pas y avoir de mort, celle-ci amène une enquête particulière, tout en explorant les limites d'un tel système.

C'est assez compliqué de parler de ce livre sans divulguer l'intrigue, car tout est intéressant, tout est transposable à notre époque, tout fait froid dans le dos, malgré le tableau idyllique qu'on veut nous dépeindre…

En s'aventurant vers l'anticipation, avec une pointe de thriller, et un zest de polar, Sophie Loubière prend une certaine hauteur avec un univers dense réfléchi et plausible, puisqu'à travers des recherches très poussées, elle utilise ce qui existe en 2024, pour enfin le rendre aboutit en 2224. le grand recyclage ne concerne pas que les femmes, c'est toute une société qui se recycle, parfois au détriment de son humanité la plus profonde où le rôle premier de l'être humain est la procréation.

L'être humain n'étant plus maître de ses choix, sous l'égide d'un grand chef d'orchestre serait-il capable de discernement ? de faire la différence entre le bien et le mal lorsque tous les sentiments sont annihilés ? le fait de passer sous silence, ou d'arranger certains pans historiques, permet-il de gommer ce qui ne va pas chez l'Homme ?

Pour le savoir, il vous faudra découvrir ce livre truffé de bonnes idées, mais aussi diablement construit, où le talent de conteur frise la perfection. Je ne me suis pas ennuyée tout au long de ce récit dense et d'une grande intensité.
Lien : https://julitlesmots.com/202..
Commenter  J’apprécie          282


critiques presse (2)
LeFigaro
12 avril 2024
Un formidable roman d'anticipation qui pose de profondes questions sur l'Homme et la Nature, notre soif de sang, de mythes et d'idoles.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Liberation
02 février 2024
Le nouveau roman de Sophie Loubière se projette dans un monde qui pratique le Grand Recyclage des femmes. Dès l'âge de 50 ans, celles-ci sont remplacées par un modèle plus jeune et plus fertile.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
On peut faire de sa souffrance autre chose que de la douleur.
Commenter  J’apprécie          120
Maya modela patiemment notre langue et notre imaginaire pour y enchâsser l’expression et le concept.
D’abord en injectant le terme à petites doses dans ses messages informatifs. Il était essentiel de nous habituer à l’entendre. Il fallait le normaliser, nous acclimater à sa présence dans un langage quotidien. L’effet de répétition dégradait notre vigilance. Si un mot isolé pouvait choquer, provoquer une réaction, la ritournelle entonnée par l’IA amoindrissait notre capacité à réfléchir et rendait la chose jolie.
Commenter  J’apprécie          30
Rien de sérieux n’avait été prévu pour protéger la ville du soleil, des tornades et de la montée des eaux.
Aux yeux de Néo, la fragilité de l’habitat était significative d’un manque d’anticipation. Il ne comprenait pas comment les générations précédentes, alertées sur les conséquences du réchauffement climatique dès le milieu du XXe siècle, avaient pu à ce point déconner. Les Romains savaient depuis longtemps que la forme de l’arc offrait la meilleure résistance. Même les hommes préhistoriques choisissaient leurs grottes à l’abri de la pluie, du vent et des bêtes féroces. Comment avait-on pu atteindre simultanément des niveaux aussi élevés de développement technologique et de négligence ?
Commenter  J’apprécie          10
Les apprenants ouvraient des mirettes incrédules.
— C’est vrai qu’ils mettaient des colorants artificiels dans les bonbons pour les rendre plus jolis ?
— Oui. Et des gélifiants dans les crèmes dessert pour les épaissir et leur donner un aspect brillant.
Commenter  J’apprécie          20
J’aime cette harmonie des choses, leur teint de poupée en plastique comme on en fabriquait jadis, le sac à main au pli du coude et leurs lèvres laquées de rose.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Sophie Loubière (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Loubière
Y a-t-il du sexisme dans le monde du polar ? La réponse tout de suite avec Marie Leroy, Sophie Loubière et Sonja Delzongle.
autres livres classés : roman noirVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (946) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "L'enfant aux cailloux" de Sophie Loubière.

Comment s’appelle la retraitée de l’histoire ?

Elsa
Laurie
Isabelle

10 questions
34 lecteurs ont répondu
Thème : L'enfant aux cailloux de Sophie LoubièreCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..