AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anna Marine (Illustrateur)Zindy S.D. Nielsen (Illustrateur) Michele Ann (Illustrateur)Georgia Caldera (Illustrateur)
ISBN : 2953587438
Éditeur : (01/01/1900)

Note moyenne : 4/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Recueil de nouvelles illustrées
Textes de Cécile Guillot
Images de Anna Marine, Zindy S.D. Nielsen, Michele Ann et Georgia Caldera

Cécile Guillot vous entraîne dans un univers ensorcelant où la magie est reine. Découvrez les sorcières d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs, à travers huit histoires envoûtantes superbement illustrées !
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Tsukibou
  03 octobre 2012
Recueil de nouvelles portant exclusivement sur le thème des sorcières d'hier et d'aujourd'hui à travers le monde. Chaque nouvelle est illustrée par l'une des artistes nommées dans la fiche.
Les nouvelles sont titrées du prénom de la sorcière dont il est question, de même que chaque nouvelle est narrée à la première personne. J'ai beaucoup apprécié ce recueil, chaque histoire est empreinte de poésie et de mélancolie qui donne un ton particulier à l'ouvrage qui m'a particulièrement plu.
Si vous le permettez (et même dans le cas contraire, c'est juste pour la forme =P) voici ce que j'ai pu ressentir sur les différentes nouvelles.
Maïa est une jeune prêtresse égyptienne de l'antiquité, elle est dévouée corps et âme à la Déesse Isis. Jeune femme à la beauté clairement avouée, elle possède beaucoup de grâce qu'elle réserve tout entière aux rituelles jusqu'au jour où elle rencontre un jeune pêcheur, Hotep...
C'est l'une des nouvelles que j'ai préféré, elle est vraiment magnifique, pleine de sincérité, de poésie, de sensualité. Malgré le peu de page qui compose cette nouvelle pourtant très complète, on s'attache très rapidement à la jeune Maïa, elle aime la simplicité et la beauté du paysage qui l'entoure, elle est pure, parfois naïve et sa dévotion pour la Déesse Isis est sincère et profonde (même si peu compréhensible pour des personnes telles que moi mais, c'est une autre histoire...) Je ne saurais vous révéler la fin (enfin si je saurais le faire mais, je ne le désire absolument pas, dans le cas contraire quel intérêt pour vous?!), cette fin est sublime, très mélancolique mais, également libératrice et apaisante, à l'instar de Maïa, c'est ce que j'ai pu ressentir lors des dernières lignes de ce récit.
Mary vit à Salem en 1692, (petit rappel Salem Village, aujourd'hui Danvers, dans le Massachussets, où s'est déroulé la grande chasse aux sorcières en, vous l'aurez deviné, 1692. le procès s'étant déroulé dans la ville voisine... Salem) Mary est donc une sorcière dans un village où il ne fait pas bon d'avoir des pouvoirs et de prier la Déesse. Ce personnage est très touchant dans sa façon de voir les choses, sans en vouloir au détracteur de sorcière... à cette époque le simple fait d'être un peu étrange pouvait vous amener à être arrêté, enfermé puis exécuté. Mary reste discrète et décide de... Non mais, vous ,ne croyiez tout de même pas que j'allais vous révéler toute l'histoire ?! C'est mal me connaître. Cette histoire m'a moins touchée que la précédente mais, j'ai tout de même aimé le personnage et sa façon d'être, les nouvelles sont toujours trop courtes pour moi, j'ai toujours une sensation de frustration quand arrive la fin mais, finalement on peut le voir comme une fin ouverte qui nous laisse le choix d'imaginer la vie de la sorcière après la dernière page tournée...
Élisabeth est une sorcière Anglaise de l'époque victorienne. Voici une autre de mes nouvelles favorites !! Élisabeth reprend le rôle de sa mère, auprès de la famille Whitewillow, elle en est heureuse au début car, enfant, elle s'entendait particulièrement avec Lady Victoria, malheureusement les années et l'éducation ont fait que la Lady a changé de comportement... Ses exigences et son comportement aura t-il raison de notre douce sorcière ?!
J'ai beaucoup aimé le personnage d'Élisabeth, je l'ai trouvé très touchante dans sa façon d'espérer et de croire qu'un jour sa « maîtresse » deviendra moins superficielle et égoïste. Dans cette histoire j'ai aimé l'environnement de notre jeune sorcière, les amourettes de la noble jeunesse anglaise, cette dernière qui se croit supérieur à tout à chacun parce que leur parent leur ont donné un nom et une fortune et au milieu de tout cela persiste Élisabeth, demoiselle élevée par une mère aimante, éduquée dans l'amour de la Déesse et le respect de chacun au service de personnes qui finalement lui sont inférieurs mais, qui doit faire paraître que non... Cela ne vous rappel-t-il pas la société actuelle ?! Rien de change finalement. Ici aussi une certaine mélancolie règne sur l'histoire, m'étant beaucoup attachée à la jeune sorcière tout comme elle j'ai douté, j'ai regretté, j'ai détesté...
Camélia, sorcière Roumaine du temps présent, une jeune femme au grand coeur qui cherche à changer le destin d'un jeune homme mais, qui apprend à ses dépend que jamais, le destin ne peut-être changé...
Un récit plus « actuel » si je puis dire, on sent très bien le changement d'époque, la jeune sorcière est très directe, tout en restant respectueuse bien entendu. Si je n'ai pas autant accroché à son histoire qu'au précédent c'est peut-être dû au changement d'époque, j'adore les récits qui se passent dans un autre temps et j'ai peut-être fait le passage de l'un à l'autre un peu trop brutalement. J'ai trouvé le personnage un peu moins attachant et touchant, néanmoins le récit est tout de même sympathique et contient un autre visage de la sorcellerie.
Raven, jeune (oui elles le sont toutes mais, je précise tout de même!!) femme de 20 ans, vivant aux USA et possédant un héritage Navajo (oui oui les Indiens d'Amérique). Et voilà ma troisième nouvelle préférée !! Oui l'époque est actuelle mais, on parle des mythes et légendes Amérindiennes là, c'était évident que j'allais accrocher et c'est ce qui s'est passé j'ai adoré cette nouvelle. Raven est très actuelle comme jeune femme, rebelle dans l'âme elle refuse en bloque son héritage culturel au grand damne de ses parents jusqu'au jour où... suspense !!!
Il est question de rêve, d'animaux totem, de croyance, de musique... tout un tas de choses qui en fait probablement ma nouvelle préférée en fait. J'ai beaucoup accroché au personnage et à son parcourt je ne peux que vous conseiller de faire sa connaissance, ainsi peut-être comprendrais vous le pourquoi du comment de mon attachement à ce récit (enfin il faut me connaître un peu pour ça aussi). Ce doit être la nouvelle la moins mélancolique également (j'utilise beaucoup ce mot non ?! Il faudrait que je regarde mon dictionnaire des synonymes), il y en a c'est évident (quoique non en fait pas tellement) bref il y a une par de … (oui bah les synonymes ne collent pas donc...) mélancolie mais, aussi beaucoup de poésie, même si celle-ci est peut-être moins évidente que dans la première nouvelle, je vous assure qu'elle est là !! Bref j'ai un beau coup de coeur pour Raven et son histoire !
Alice, une sorcière Française du temps présent. Et oui même la France est représentée !! Si vous connaissez une Alice questionnez là, c'est peut-être une Wicca !!! le récit se déroule le soir d'Halloween, on est tout de suite dans le bain et j'ai beaucoup apprécié ! Vous n'êtes pas sans savoir qu'Halloween à une forte signification dans le monde surnaturel, c'est le jour où là frontière entre les mondes est la plus fragile, ainsi les sorcières peuvent entrer plus facilement en « relation » avec leur Déesse. Mais cette année, tout ne se passe pas comme prévu pour Alice et il aura fallu ce petit désagrément pour lui rappeler l'essentiel de ce jour bien particulier... Une histoire fort touchante qui a su m'émouvoir, on oublie tous à un moment où à un autre où à un autre où se trouve l'essentiel, pour les plus chanceux d'entre nous, il y a forcément pour vous rappeler où il se trouve !
Jahlia, sorcière Jamaïcaine du temps présent. Alors là, attention je trouve que c'est le récit le plus sombre et le plus torturé du recueil et... j'ai adoré, je ne le classe pas dans mes préférés mais, il n'est pas loin derrière. Un petit conseil si les messieurs passent par là, ne jamais trahir une sorcière qui vous aime passionnément, se serait mauvais pour votre karma (oui c'est Hindou mais.... vous m'aurez comprise) . Quand aux sorcières... il est toujours bon de se poser pour ne pas agir sous l'impulsion d'une émotion forte, ce n'est jamais bon... Je ne sais pas trop comment expliquer ce que j'ai pu ressentir à la lecture de cette nouvelle, j'ai aimé mais, pourquoi ?! C'est très difficile à dire, je crois que je ne pourrez que vous dire... c'est viscéral, totalement inexplicable, cette nouvelle m'a parlée, m'a touchée, lisez là, vous comprendrez peut-être.
Et puis nous avons Keiko, au vue de son prénom je pense pouvoir déduire sans trop me tromper qu'il s'agit d'une sorcière japonaise mais, aussi de la nouvelle la plus courte de l'histoire. En effet il s'agit là d'un Haïku, un très court poème composé de trois vers de 5, 7 et 5 syllabes. Je ne peux donc pas vous le résumé mais, c'est devant ce type de texte que l'on se rend compte que les mots peuvent être particulièrement significatifs, touchants et poétiques !
La plume de Cécile Guillot est toujours aussi agréable à lire, j'ai retrouvé le ton qu'elle avait su donner à son recueil "À l'Ombre des Pleurs" et qui m'avait fait frissonner. Je suis vraiment adepte de son style d'écriture, de sa plume, sa poésie et sa mélancolie, c'est un mélange détonnant qui sait m'emporter là où elle le souhaite !!
En ce qui concerne les illustrations elles sont vraiment toutes magnifiques, il ne m'a pas été très difficile d'imaginer ces dessins bouger au rythme de l'histoire (non je ne me drogue pas lorsque je lis des nouvelles illustrées!!) J'ai l'habitude de me faire un film de ce que je lis au moment où je le lis, ici c'est comme si cela se déroulait devant mes yeux, c'est... magique !!
Petit coup de coeur pour Anna Marine !!
Maïa, Mary, Elisabeth et Alice illustrées par Anna Marine (couverture également)
Raven et Keiko illustrées par Zindy S.D . Nielsen
Camelia illustrée par Michele Ann
Jahlia illustrée par Georgia Caldera
Conclusion, un recueil qui a vraiment su me toucher par bien des aspects ! Je ne peux que vous le conseiller et découvrir ainsi des sorcières des quatre coins du monde et d'époques bien différentes ! Des nouvelles que je conseille fortement, à lire et à relire avec plaisir !!
Lien : http://tsuki-books.cowblog.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Livres-and-Cie
  19 septembre 2013
Un thème sublimé par la plume de l'auteur
Déjà férue de sorcières, j'étais très excitée à l'idée de découvrir un recueil de nouvelles leur étant exclusivement consacré. J'avais déjà beaucoup apprécié la plume et le style de Cécile Guillot dans le premier tome de Fille d'Hécate, je n'ai pas été déçue de ma seconde expérience avec l'auteur qui s'est avéré être un franc succès ! Dès la première phrase, je suis tombée dans le bain. J'ai été happée par les mots de Cécile Guillot et par la palette d'émotion qu'elle souhaitait communiquer. J'ai tout de suite été réceptive à son univers, à chaque époque et à chaque personnage mis en avant. de courtes nouvelles qui ont chacune réussi à m'émouvoir, à me faire rêver ou angoisser, et je ne regrette vraiment pas la lecture de celles-ci. J'ai bien sûr mes préférées. La nouvelle "Elisabeth" est peut-être celle que je place au dessus des autres. Mais j'ai également beaucoup apprécie "Mary" et "Maïa" celle-ci ouvrant d'ailleurs la marche. de l'Egypte Antique à la cour Victorienne, en passant par le XXIè siècle en Roumanie, j'ai apprécié chacune des histoires qui m'ont fait frissonné. le style, très poétique, m'a charmée et illustre admirablement la volonté de Cécile Guillot à nous faire découvrir un univers sombre mais passionnant.

Des planches à la auteur du texte
Si j'ai avant tout acheté cet Art Book pour y retrouver Anna Marine, j'ai apprécié faire la découverte d'autres talents. Et si j'ai été plus sensible à certains coups de crayon qu'à d'autres, j'ai apprécié chacune des planches et je dois dire qu'elles s'adaptaient toutes à la perfection à la nouvelle qui lui était attribuée. Bien entendu, mes illustrations fétiches restent celles d'Anna Marine qui sait me fasciner à chaque fois. J'ai été ensorcelé par ce que je voyais et par la beauté des traits et la vérité qui se dégageait de chaque dessin. Les couleurs, très vives mais à la fois très sombre, s'accorde parfaitement au déroulement de la nouvelle et les paires trouvent donc une parfaite harmonie ensemble. de plus, je me dois d'insister sur la proximité débordante avec le lecteur. Oublié le cliché de la vieille sorcière hideuse à pustules, ce sont de magnifiques jeunes femmes qui sont représentées ici avec de véritables charmes dont le physique suffirait à ensorceler un homme. Une ode aux sorcières réussi qui me laisse encore sans voix.

Un objet-livre discutable
Parlons maintenant du gros point noir de l'ouvrage : l'objet. La qualité de la plume et des planches sont indéniable et le potentiel évoqué précédemment est indiscutable. Malheureusement, la qualité de l'objet-livre ne met pas du tout à l'honneur et en avant ce travail de qualité. J'ai été extrêmement déçue, et même agacée, par le résultat de ce livre que je ne peux pas qualifier de "Art Book". Des textes et des illustrations reliés ensemble qualifierait bien mieux ce fascicule dont le prix n'est absolument pas raisonnable et justifié pour le résultat. Une police simple en Times New Roman en 12, avec de grosses erreurs de mises en pages : des espaces oubliés entres les mots, des ponctuations absentes et j'en passe, ainsi que des illustrations pixélisées proposant un rendu loin d'être net et agréable. Dommage pour le talent de l'auteur et des illustrateurs auquel on ne rend vraiment pas justice mais dommage aussi pour le lecteur qui aurait dépensé plus de 24€ avec frais de port pour voir arriver un feuillet souple et d'une qualité discutable...
Lien : http://livresandcie.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
milaH
  28 mai 2014
Il se lit très rapidement, les nouvelles présentées sont très intéressantes, et addictives. Quand aux illustrations, rien à redire sauf qu'elles sont "sublimes". C'est un plaisirs de lire pareil ouvrage où nous plongeons soit dans la mythologie soit dans la sorcellerie le tout avec des dessins époustouflant de beauté.
Je vous invite à vous le procurer et à le lire. Vous ne le regretterez pas.
Commenter  J’apprécie          00
Strega
  10 avril 2016
Là où s'élèvent les sorcières est un bel ouvrage d'une quarantaine de pages au format A4, abondamment illustré.
Je dois admettre qu'en règle générale je n'aime pas trop les très grands formats. Je ne sais jamais comment les prendre et mon confort de lecture s'en ressent. Ceci dit, en l'occurrence, ce format met en valeur les illustrations et celles-ci le méritent amplement car elles sont toutes magnifiques. J'aime particulièrement celles consacrées à Alice, Keiko, Jahlia et Camélia.
La qualité des textes n'est néanmoins pas en reste et donne une grande part de son charme à ce beau livre.
La suite sur le blog...
Lien : http://livropathe.blogspot.f..
Commenter  J’apprécie          00
LaureduMiroir
  04 juin 2012
Elles se s'appellent Maia, Elisabeth, Camelia, Raven, Alice, Jahlia, Keiko. Elles vivent à différents ...
Lien : http://autrecotedumiroir.net..
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Cécile Guillot (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cécile Guillot
L'aube de la Guerrière de Vanessa Terral, Un roman aux éditions du Chat Noir Troisième tirage maintenant disponible www.editionsduchatnoir.com
Musique : L'ombre du groupe Kells (avec l'aimable autorisation du groupe) Illustrations : Cécile Guillot & Miss Gizmo
autres livres classés : sorcellerieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Devenez très fort en citations latines en 10 questions

Que signifie Vox populi, vox Dei ?

Il y a des embouteillages partout.
Pourquoi ne viendrais-tu pas au cinéma ?
J'ai un compte à la Banque Populaire.
Voix du peuple, voix de Dieu.

10 questions
437 lecteurs ont répondu
Thèmes : latin , Citations latines , antiquitéCréer un quiz sur ce livre