AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081643502
Éditeur : Flammarion (04/01/1999)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Quelles vacances ! La famille Hollins traverse la Manche pour la première fois. Quinze jours sur le continent, c'est l'aventure, surtout lorsqu'on ne sait pas lire une carte !
Un soir, Albert, Euphemia et leur fils Edgar plantent la tente au pied d'un château biscornu. A la fenêtre d'une tourelle tremblote une lumière, une bien étrange musique s'en échappe. Des yeux verts luisent dans la nuit…

Source : Flammarion
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Mirliton
  07 septembre 2012
Après toute la littérature (et filmographie) parodique sur les vampires, y compris dans la littérature jeunesse, on pourrait penser que le Dernier Vampire est une redite, mais non.
La recette n'est pas forcément originale, mais elle fonctionne, et avec beaucoup d'humour.
Les touristes anglais perdus sur le continent (en... Belgique? Allemagne? Suisse? Autriche? Voire France ou Italie? bref un mystérieux pays, celui des vampires...) sont pittoresques à souhait: insulaires ne connaissant pas la notion de frontières, campeurs du dimanche montant toile et piquets en dépit du bon sens, polyglottes de bonne volonté se heurtant aux soupçons des "continentaux", naïfs nourrisseurs de chiens errants (loups affamés, mais ils ne savent pas: ce sont des citadins...). Bref, ils sont caricaturaux, caricaturés, mais avec bonhommie et sans méchanceté: le rire n'est pas grinçant. Il le devient un peu lorsqu'il est question des villageois: chez eux l'étranger est un vampire en puissance. Il faut dire que lorsque les étrangers en question plantent la tente dans les pâturages de Dracula et donnent du "bon chien, ça!" aux loups, la confusion est possible...
Quant au vampire... Discret, il évite de rappeler son existence aux villageois, qu'il n'embête pas et pour cause: quel dégâts pourrait faire un vampire... végétarien? (qui n'aime pas l'ail, d'accord, mais parce que ça donne mauvaise haleine). Faute de pouvoir / savoir se défendre, il se réfugie dans la penderie. Et les "enfants de la nuit", prêts à dévorer tout ce qui bouge (mais un lapin pour 10, c'est léger), se muent en inoffensifs bichons devant un peu de boeuf en boîte.
Les quiproquos s'enchaînent, avec quelques gaffes et confusions cocasses. L'ensemble est une lecture sympathique; le dénouement est même un peu inattendu. Les illustrations de Babette Cole s'adaptent avec finesse et humour au récit, reprenant les caricatures des personnages et des situations, mais sans trop forcer le trait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Pantasiya
  04 juillet 2017
Ce roman jeunesse (avis à ceux qui l'ont trouvé enfantin: c'était "voulu"...) est un bijou de lecture, une parodie comme on n'en trouve rarement pour cette clientèle (que j'estime être à partir de 10 ans).
Encore plus rarissime, en début de roman, le lecteur a la chance d'avoir une description de l'auteur, de l'illustratrice (qui a fait un excellent travail ici*) et même... du traducteur!
* L'illustration des loups hurlants en page 46 est un incontournable: on ne sait trop comment, mais Babette Cole a réussit le tour de force de les montrer dans leur laideur dans un croquis sublime!
Commenter  J’apprécie          31
Hilde
  27 novembre 2012
Je sais, ce n'est pas très effrayant, mais qu'est-ce que c'est drôle. Ce livre m'a fait tellement rire, il s'agit de mon tout premier roman racontant une histoire de vampires.
Je me suis replongée avec beaucoup de bonheur dans cette histoire de 228 pages, écrite en gros caractères, avec de jolies illustrations (toutes les trois ou quatre pages environ).
C'est une gentille lecture qui mérite qu'on s'y arrête. C'est plein d'humour, les personnages sont amusants. L'histoire n'est pas dénuée d'intérêt surtout lorsqu'on apprend que le grand-père d'Alucard était le dernier Dracula et que de vrais vampires sommeillent dans la crypte avec un pieux enfoncé au milieu du coeur. Je vous laisse découvrir la suite...
Lien : http://bloghost.hautetfort.c..
Commenter  J’apprécie          60
ninou92
  17 avril 2017
après avoir vu la couverture du livre, je n'a m'attendais pas á un livre aussi bien , passionnant et inspirant á lire . Il n'a faut pas se fier aux apparences, un proverbe bien connu , et qui aujourd'hui m'a prouvé que ce proverbe est bien utile . Car c'est en écoutant le proverbe pour la première fois que je pris la décision de lire ce livre qui franchement ne m'a pas déçu . Á lire .😁
Commenter  J’apprécie          20
canicorpse
  17 septembre 2019
j'adore, qu on soit adulte ou enfant, il est toujours bon de lire se genre d aventure, se déconnecter un peut de se monde, et se laissé allez!
un livre dont ont a pas beaucoup à reflechir, enfantin pour certain, mais pourtant qui traitre même encore aujourd'hui des maux qui sévissent encore dans se monde et qui prête un peut à réflexion! la preuve, que même le coté gamin peut encore nous en faire voir! tout en nous faisant doucement sourire!
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
MadimadoMadimado   28 février 2014
Et moi, tu m’avoueras, me voilà dans le pétrin. Je ne sais pas si tu te rends compte, mais un comte, un vrai, s’invite à ma table pour le thé, et je n’ai rien à lui proposer qui ne sorte pas d’une boîte ! Pas même un nuage de lait frais !
Commenter  J’apprécie          20
MadimadoMadimado   28 février 2014
ALUCARD… C’était un mot ou un nom bizarre, même si c’était de l’allemand.

Il se raidit. Il avait trouvé.

ALUCARD, c’était DRACULA à l’envers…
Commenter  J’apprécie          20
PantasiyaPantasiya   04 juillet 2017
Des yeux trop loin du sol pour appartenir à des lapins, des écureuils ou même des renards, mais pas assez haut perchés pour être des yeux d'êtres humains.
Commenter  J’apprécie          10
PantasiyaPantasiya   04 juillet 2017
Leur petite voiture verte, chargée comme un dromadaire, stationnait de guingois le long d'une route de montagne - un chemin en lacets, plus étroit qu'une queue de rat, bordé d'un précipice à droite et d'une forêt sombre ;a gauche.
Commenter  J’apprécie          00
PantasiyaPantasiya   04 juillet 2017
Tout avait commencé par un après-midi de mars, sous un ciel couleur de bave d'escargot.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : lolVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1751 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre