AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253003409
Éditeur : Le Livre de Poche (27/05/2015)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 91 notes)
Résumé :
C'est l'histoire d'une fille qui ne veut pas aller au bal de promo, d'un apprenti poète qui l'a épousée pour trouver l'inspiration, et d'un petit garçon rondouillard qui, à défaut d'être cow-boy de l'espace, est ravi de tracer la route en camping-car avec eux.

L'équipée sauvage d'Hester Louise Day s'annonce comme un fiasco épique. Parce que la famille, même bricolée, ce n'est jamais un long fleuve tranquille, surtout quand on est recherché par la pol... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
Crossroads
  16 juin 2015
J'aurais pas dû, non, j'aurais pas dû m'attaquer à la ballade d'Hester après avoir lu le dernier Loevenbruck.
S'ils ont tous deux soif d'insoumission et de liberté, les moyens pour y parvenir divergent légèrement.
Bohem et son clan tracent la route en deux roues alors qu'Esther s'affranchit de toutes contraintes en camping-car.
Pourtant le matériau est là et ne demande qu'à convaincre.
Atout notoire, la personnalité jusqu'au-boutiste de notre héroïne et sa gouaille ravageuse.
Parents, rien à foutre.
Frangine, rien à foutre.
Ecole, rien à foutre.
Conventions, rien à foutre.
Une boule de tendresse et d'ambition que je vous dis.
Ni une, ni deux, le temps d'épouser le premier gland croisé à la bibliothèque - le super héros le plus chiant de la galaxie, Philosophie-Man -, de larguer les amarres à bord de son camping-car bien pourri en prenant bien soin d'embarquer avec elle son grassouillet petit neveu à l'insu du plein gré de ses parents et les voilà s'aventurant sur les routes poussiéreuses pour le pire et le pire en beuglant Antisocial de Trust.
La ballade est touchante. Ces gamins prenant la tangente pour vivre leurs rêves et se construire séduit d'emblée.
Le scénario, à défaut d'être original, tient bien mieux la route que ce foutu camping-car et les dialogues emprunts de cynisme et de dérision claquent comme autant d'étendards au vent mauvais.
Mais encore une fois, tout s'est joué sur un timing délicat justifiant le fait de ne pas avoir apprécié cette ballade chaotique à sa juste valeur.
Un bon moment que je serais curieux de voir transposer sur grand écran.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          467
gruz
  17 mai 2014
Mercedes Helnwein vous invite à une balade en camping-car à travers une partie de l'Amérique et dans la vie et l'esprit d'une adolescente de 18 ans franchement étonnante.
Le personnage, Hester Day, nous parle de sa déconnexion d'avec le monde qu'on tente lui imposer (la fac et un avenir tout tracé). Qu'on ne s'y trompe pas, même si l'héroïne de l'histoire est une ado, ce roman est clairement orienté vers un public d'adultes (même si les plus jeunes pourront clairement s'y retrouver).
C'est la marque de fabrique de la nouvelle maison d'édition La belle colère, dont c'est la deuxième publication, après l'éblouissant Dieu me déteste. Leur ligne éditoriale se résume ainsi : "des romans pour adultes dont les héros sont des adolescents. Des livres qui s'adressent aux adultes et se tendent, une fois refermés, aux plus jeunes, non pas parce qu'ils seraient adaptés à leur « niveau de lecture », mais simplement parce qu'ils nous ont profondément marqués" (dixit le site internet de l'éditeur).
Oubliez toute idée préconçue de tomber sur un roman nunuche. Cette histoire un brin extravagante va vous accrocher dès les premières lignes, par la grâce de la plume extraordinaire de Mercedes Helnwein.
Parce que l'auteure a un style proprement jouissif ! Une écriture drôle, décalée, caustique, acerbe et mélancolique. Les bons mots se succèdent (jamais gratuitement) à une vitesse folle, au point qu'on se dit qu'on va relire ce livre dans la foulée, tant sa lecture est réjouissante.
Mercedes Helnwein nous conte l'arrivée pour le moins originale de cette adolescente anticonformiste dans l'univers des adultes ; jeune fille qui se demande si c'est elle qui n'est pas faite pour le monde ou si c'est le contraire.
Il pourrait s'en suivre une histoire banale, mais c'est sans compter sur une auteure qui a une imagination fertile et qui nous emporte dans un road trip ébouriffant. Une sorte de quête initiatique involontaire, ponctuée tout le long de joutes verbales jubilatoires.
Ecrit à la première personne, on se trouve dans la tête d'Hester Day et c'est une sacrée expérience, avec son "train de pensée qui déraille" régulièrement (comme elle le dit elle-même) et sa manière si particulière de voir notre société actuelle (elle, qu'on veut envoyer sur la voie toute tracée du métier de neurochirurgien mais qui préférerait plutôt "nettoyer les toilettes publiques avec sa langue", dixit le personnage lui-même).
Un vrai personnage original donc, même pas révolté pour deux sous, mais juste qui ne trouve pas sa place, se met à avoir des idées pour le moins fantaisistes et qui les applique dans la foulée. Et quelles idées ! Vous allez en être étonné tout du long. Car s'en suivent des péripéties déroutantes, avec des choix de vie décalés qui la plongent dans des situations inattendues.
Comme elle le dit elle-même, vers la fin du roman : "Ma vie s'est transformée en chef d'oeuvre. Maintenant, je n'ai qu'une envie, c'est de m'asseoir un peu en retrait avec des pop-corn et de l'observer à distance".
Alors si vous voulez passer un fichtrement bon moment, partager un petit bout de chemin avec l'irrésistible Hester Day et sourire devant la verve de Mercedes Helnwein, je ne peux que vous conseiller cette belle balade. Mais surtout, n'oubliez pas de chausser de bonnes baskets et n'ayez pas peur de sortir des sentiers battus.
Lien : http://gruznamur.wordpress.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
trust_me
  15 mai 2014
Après Dieu me déteste, La belle colère s'enrichit d'un second roman sur l'adolescence. En même temps, c'est le principe de cette collection, proposer des romans dont les héros sont des adolescents sans que le «jeune public» soit spécifiquement visé. Pour le coup, l'objectif est une fois encore atteint.
La ballade d'Hester Day raconte les déboires existentiels d'Hester, 18 ans, gamine un peu paumée, incompréhensible pour son entourage, asociale sans être véritablement rebelle, juste incapable de se voir un avenir. A la veille de rentrer à l'université, elle va, sur un coup de tête, se marier avec un apprenti poète qu'elle connait à peine puis embarquer avec lui pour un road-trip en camping car en emmenant dans ses bagages son cousin de dix ans.
L'idée était vraiment sympa et aurait pu donner un texte enlevé et jubilatoire mais ce n'est pas le cas. le problème c'est que tout sonne faux. Je n'y ai pas cru une seconde. Trop de caricatures : l'ado en crise, la mère hystéro, le père invisible qui veut juste qu'on évite de le déranger, la soeur haïe, le cousin obèse et rêveur, l'apprenti poète ronchon mais touchant, etc. Et puis de drôles coïncidences, nécessaires pour faire avancer le schmilblick mais paraissant sacrément artificielles (comme les retrouvailles d'Hester et de Fenton dans l'ascenseur de l'hosto par exemple, ou celles avec Jack dans une ferme isolée du fin fond du Kansas…). Je n'ai pas non plus aimé l'écriture faussement djeune, les « putains » et les « connards » pas franchement indispensables ou les réflexions philosophiques creuses comme « j'imagine qu'on ne peut pas vivre sans apprendre ». Et puis, une narratrice qui, parlant de sa mère et à cent pages d'intervalle, utilise deux foisl'expression « elle en chierait dans son froc d'extase », désolé mais ça ne passe pas.
Ok, je chipote, je rentre dans des détails sans intérêt. Je crois simplement que je l'ai mal pris, ce roman. Que c'était pas le bon moment pour m'y lancer, que j'étais pas d'humeur à subir la logorrhée d'une ado qui se cherche et ne parvient pas à se trouver. D'ailleurs je dois reconnaître quelques qualités à ce texte, des séquences marquantes, des dialogues percutants et des passages plutôt drôles.
Pour autant, je suis resté totalement extérieur à l'histoire. Rien à cirer d'Hester et des ses états d'âme, de Fenton, de Jethro du conflit parents/enfant et de ce road trip tout sauf trépidant. Je suis passé complètement à coté, quoi. Ça arrive…
Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
Orphan
  23 février 2017
La ballade d'Hester Day suit le voyage de 2 adolescents, Hester et Fenton, qui semblent totalement en décalage avec le monde qui les entoure. Ils sont également accompagnés d'un petit garçon, Jethro, rondouillard et qui, a défaut de pouvoir être un cowboy de l'espace, va partir avec eux dans une aventure assez surréaliste.

Pour commencer, je pense que si j'avais lu ce livre quand j'avais 16 ans, l'histoire m'aurait plu. Pas de prises de tête, qui se lit d'une traite, thèmes de la liberté, l'amour, l'adolescence etc.
Mais voilà, j'ai grandi, et j'ai lu des livres avant celui-ci, parlant du même sujet, et maintenant ça m'a paru juste comme une histoire banale d'adolescents. Des adolescents un peu étranges et stéréotypés à l'extrême en plus. le seul qui ne m'a pas semblé en décalage, c'est le petit Jehtro. Il est cohérent, il fait son âge au moins.
Hester se sent elle-même opposée aux autres, mais elle ne fait rien pour arranger ça. J'avais plutôt l'impression que c'était un personnage égoïste et totalement inconscient.
Sans rire ? Même si un gamin de 10 ans te demandent de venir dans un voyage vers l'inconnu, tu n'acceptes pas, parce que ça s'appelle du kidnapping voilà tout. Et dans le monde des grands, Hester, on ne fait pas ça, jamais ! Et pourtant, elle est censée avoir grandi.
Elle dit vouloir être mère mais elle "kidnappe" un gosse ? Bon sang bon sang... Et en plus, elle se marie avec un gars qu'elle connait pas, qu'elle ne supporte pas ?!
Au fil de ma lecture j'ai tout de même réussi à m'attacher à la relation Fenton/Hester, parce qu'ils deviennent tellement incompréhensibles que ça en devient mignon, on se dit qu'ils se sont trouvés dans leur folie et leur inconscience de tout, que c'est ça qui les unis.
Malgré tout, je reste vraiment déçue. Le livre est simple à lire hein, mais je pense que j'en suis arrivée à un moment de ma vie où j'ai besoin d'en voir plus. Les personnages ont trop de stéréotypes ridicules, Hester on a l'impression qu'elle est à la fois timide, excentrique, ouverte d'esprit (ou bien au contraire renfermé justement), et tout ça en même temps, ça la rend bizarre...
Mitigée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ManouB
  19 avril 2016
Voilà un roman particulièrement inclassable !
Il s'adresse avant tout aux ados à partir de 15 ans vu le langage 'jeune" et empli de mots assez grossiers qui, pour ma part, n'étaient pas franchement indispensables. Il peut être lu par les parents sans problèmes, car il nous parle des ados justement et c'est cela qui est fort intéressant.
C'est, paraît-il, la ligne éditoriale de "La belle colère" [des livres pour les adultes qui parlent des ados et dont les héros sont des ados] et c'est le premier livre de cet éditeur que je lis, donc je ne peux pas comparer.

Totalement déjanté et dans la provoc, c'est un roman que j'ai trouvé original, facile à lire et riche en dialogues savoureux...Son ton est vif et drôle. J'ai souvent souri et ri de bon coeur aux frasques et aux réparties des personnages !
Vous y découvrirez une héroïne hors-norme, au caractère difficile (du point de vue de ses parents) mais étonnamment mûre pour son âge (de mon point de vue) : c'est Hester Day.
Elle ne fait rien comme tout le monde, ne veut surtout pas suivre la voie toute tracée que l'oblige à suivre sa famille bien "comme il faut".
J'entends par là qu'elle ne veut pas sourire lors de la remise de son diplôme (car elle s'en moque d'être reçue et son diplôme va lui servir à quoi ?), aller au bal de promo (qui doit lui ouvrir des horizons d'après sa mère), faire des études à l'université comme tout le monde...et garder la langue dans sa poche, ce qu'elle ne sait pas du tout faire. Bref elle est totalement déconnectée de sa génération !
Mais à la maison personne ne l'aide vraiment à y voir plus clair : sa soeur est jalouse que tout l'intérêt de la famille se porte sur les frasques d'Hester ; la mère est quasi hystérique et le père "absent" ou "je m'en foutiste".
Hester n'est pas encore majeure... mais son plus grand désir est d'adopter un enfant, idée qui lui est venue, comme la plupart de ses idées d'ailleurs, de manière totalement inattendue.
Pour cela elle doit vivre en couple et se marier. Qu'à cela ne tienne, elle va, dès qu'elle atteint sa majorité, jeter son dévolu sur un jeune poète, en mal d'inspiration, rencontré à la bibliothèque : c'est Fenton Flaherty. Un jeune homme de 21 ans, certes poète à ses heures, mais absolument pas romantique, charmant physiquement mais très "emmerdant" dans la vie quotidienne...Elle le surnomme d'ailleurs avec humour "Philosophie-man".
Il accepte leur mariage sous certaines conditions que je ne vais bien sûr pas du tout vous dévoiler !! Et ils se marient sans en avertir leurs parents.
Malgré le mariage les deux jeunes vivent séparément et se croisent de temps en temps.
Un jour de dispute avec ses parents, alors que la mère d'Hester a organisé une réunion de crise (avec présence d'un psy), Hester se sauve par la fenêtre et accepte que son petit cousin, Jethro, en vacances chez eux, vienne avec elle : il insiste pour partir avec elle et, comme d'habitude, elle ne pense à cet instant, absolument pas aux conséquences, toute sous l'emprise de sa colère.
Tous deux retrouvent Fenton qui vit seul dans un camping-car.
Et voilà le début d'un road-movie à l'américaine...
Bien sûr l'épopée sera semée d'embûches...
Il s'agit au-delà de la balade à travers l'Amérique, d'un roman d'apprentissage. le lecteur sait par avance que les rencontres et les voyages forment la jeunesse...
Il faut bien reconnaître qu'Hester se montre particulièrement asociale et qu'il faut quelques pages pour entrer dans son personnage.
Elle ne trouve sa place nulle part ce qui nous la rend tout de suite sympathique. Elle n'est pas obligatoirement rebelle, mais surtout peu sûre d'elle et pleine de doutes et elle porte sur les gens et la société un regard très critique, mais au combien la preuve de sa maturité.
Je me suis laissée embarquer facilement dans ce roman improbable où les rencontres sont toujours auréolées de disputes, de dialogues ou de silences qui en disent long...
C'est un roman riche en péripéties durant lequel on se surprend à éprouver beaucoup de tendresse pour ces personnages hors normes et un peu de pitié pour les parents qui finalement sont eux-aussi, des incompris...

Lien : http://bulledemanou.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

critiques presse (2)
Lexpress   30 juin 2014
L'héroïne de Mercedes Helnwein fausse compagnie aux shémas de la petite bourgeoisie américaine et emmène le lecteur dans un formidable road-movie.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress   17 juin 2014
L'héroïne de Mercedes Helnwein fausse compagnie aux shémas de la petite bourgeoisie américaine et emmène le lecteur dans un formidable road-movie.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
CrossroadsCrossroads   14 juin 2015
Donc vous ne m'en voudrez pas si je vous dis que j'ai les nerfs à vif chaque fois que j'ai affaire à des officiers de police.(...)Ils sont là, à vous griffonner une amende pour excès de vitesse, et pendant ce temps vous voyez bien qu'ils s'imaginent être des agents infiltrés sur le point d'arrêter un dangereux trafiquant de drogue et alors ils braqueraient sur lui un de leurs stylos qui, en fait, se trouverait être un flingue. Si ça, c'est pas adorable...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
mimifasolamimifasola   04 novembre 2015
"Tu aurais pu mourir!"

Ce que ma mère ne comprenait pas, c'est que n'importe qui pouvait mourir à n'importe quel moment. Il n'existait pas de vérité plus générale. Les avions peuvent s'écraser. Les médecins peuvent foirer une greffe de cœur. Les tentatives se suicide maladroites d'adolescents peuvent fonctionner.....
Commenter  J’apprécie          60
fannyvincentfannyvincent   09 juin 2015
Je ne crois pas que deux êtres humains puissent être plus mal assortis que nous et pourtant aussi satisfaits que nous l'étions."Imbéciles heureux", il me semble que c'est ça le terme technique.
Commenter  J’apprécie          101
StemilouStemilou   01 juillet 2014
Alors, qu’est-ce qui t’a fait changer d’avis ? demanda-t-il tandis qu’on quittait l’allée. Je pensais que tu ne voyais pas l’intérêt d’aller au bal de promo.

Ben, on ne peut pas vraiment dire que j’aie changé d’avis de mon plein gré … Tu vois, ma mère fait apparemment partie d’un culte qui vénère l’American way of life, et si j’avais refusé de me rendre au bal elle aurait été excommuniée.
Commenter  J’apprécie          40
StockardStockard   02 novembre 2016
À l'âge de quatre ans, on s'est retrouvés assis côte à côte, un jour d'automne, dans la cour de récréation. On s'est dévisagés avec d'immenses yeux inexpressifs. Et puis il m'a demandé pour combien d'argent je serais prête à manger un orteil humain. On est devenus amis sans plus de cérémonie.
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : road tripVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14594 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre