AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Cécile Arnaud (Traducteur)
EAN : 978B0881SSWNW
Éditeur : La Table ronde (08/10/2020)
4.19/5   280 notes
Résumé :
Septembre 1939. La Pologne est envahie et la famille Cazalet apprend l’entrée en guerre de l’Angleterre. À Home Place, la routine est régulièrement bousculée par les raids allemands. Louise rêve toujours de jouer Hamlet mais doit d’abord passer par une école de cuisine. Au grand dam de sa famille, elle fume, porte des pantalons, découvre la sexualité et fait ses débuts en tant qu’actrice dans un sinistre théâtre de province. Clary, dont le père, Rupert, est porté di... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
4,19

sur 280 notes

iris29
  30 janvier 2021
Deuxième tome de la saga des Cazalet qui démarre en septembre 1939, alors que la Pologne est envahie et que la famille apprend grâce à la TSF, l'entrée en guerre de leur pays...
Les demeures de Londres vont être abandonnées au profit de la campagne et ne serviront ( éventuellement ) qu'aux maris. Tout le monde se replie dans le Sussex chez les grands-parents ( le Brig qui perd la vue et la Duche ). Leurs deux plus jeunes fils s'engagent, Hugh ne pouvant pas à cause de sa main perdue lors de la première guerre mondiale.., et puis il faut bien une personne pour tenir l'entreprise ( leur commerce de bois à Londres). La cohabitation se passe le plus civilement possible. Les murs de la maison "reculent" généreusement pour recueillir amis , gouvernante et invités de passage. Il y fait parfois froid , les tickets de rationnement apparaissent , mais on essaie dignement de maintenir les choses comme elles étaient.
Les enfants sont tenus à l'écart des informations et du fracas de la guerre le plus possible, à leur grand désarroi. Tenus à l'écart des secrets aussi...
Mais c'est l'année où leurs oreilles traînent plus que jamais, ou les enfants Cazalet s'ouvrent au monde dans ce qu'il a de plus cruel et désespérant. Comment imaginer un avenir alors que la guerre est à votre porte ? Que les bombardiers vous survolent. Entre héroïsme , égoïsme, naïveté, amitié, chagrin, solidarité, les enfants Cazalet grandissent et mûrissent envers et contre tout. ( Il est hallucinant de voir comment on traitait un enfant endeuillé...)
Et les adultes de se débattre dans leurs couples respectifs, entre adultères, adoration, et perte abyssale...
Plus intense encore que le premier tome, l'auteur ne faiblit pas, et livre une saga passionnante sur la guerre, et ses effets dévastateurs, mais aussi, les petites joies, la vie qui continue, les petits plaisirs. j'ai compté environ quatorze personnages dont on suit la vie, pas à pas, en cette année 39. Basculant sans arrêt entre ceux qu'on adore, ceux qui nous dégoûtent, ceux qui nous amusent, ceux qui nous attendrissent, ceux qu'on aimerait revoir, ceux qui évoluent dans le bon sens, ceux dont on craint qu'il ne leur soit arrivé quelque chose de grave, celui à qui on dit adieu...
Sourires, larmes, coeur serré.
Une série d'une immense qualité psychologique et historique, dont l'écriture hyper imagée, décrit chaque chose comme si on y était, une écriture cinématographique dont je viens d'apprendre qu'elle avait été adaptée en série...( Je vais me jeter dessus ! )
On nous annonce "Confusion" pour Mars, puis il faudra attendre un an pour le tome 4, et peut- être encore un an pour le 5... Alors j'avoue avoir triché et lu les résumés en anglais, histoire de grappiller quelques informations ...
Une saga élégante, précise, racée, fluide, délicate, amusante, émouvante, prenante, intelligente, instructive, bouleversante, distrayante .
Je recommande la fréquentation à haute dose de la famille Cazalet...
" Portrait d'un monde qui prend le thé au bord de l'abîme."
écrit magnifiquement le journal Sud Ouest.
C 'est exactement ça ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          552
Annette55
  12 juillet 2021
Quel plaisir de retrouver cette chronique captivante de la société anglaise , classique de la vie en Angleterre au XX° siècle !
Mais que de changements en septembre 1939!
Si on retrouve à Home Place, cette grande famille, femmes de chambre, cuisinières , chauffeurs , filles de cuisine , grands - parents Kittie dit La Duche, et William Cazalet alias le Brig, parents, enfants et bébés : Will et Roland , on ferme les demeures londoniennes les unes après les autres pour se mettre à l'abri dans le Sussex , où les préoccupations de chacun sont interrompues régulièrement par les raids allemands .
L'auteure s'attache et se concentre sur le destin des aînées des trois fils , devenues de grandes adolescentes : Polly, la fille aînée de Hugh, et Sybil,
apparemment obéissante , se dit «  sans vocation » , bricoleuse, elle se tourne vers les discours pacifistes de Christopher, tentant de saisir les conversations privées entre adultes , aimant le rangement , troublée par le mutisme de ses parents ….
Louise , la fille d'Edward et de Villy, fascinée par le théâtre , fait ses débuts dans une sinistre scène de province , cache beaucoup de choses à ses proches , fume et porte des pantalons , au grand dam de sa famille .
Clary, fille de Rupert et Isobel, ( décédée à la naissance de Neville en 1930 ) meilleure amie de Polly , qui rêve de devenir écrivain , renseigne chaque minute de sa vie dans des carnets , élabore mille scénarios pour expliquer le silence de son père disparu sur les côtes françaises , serait - il devenu espion grâce à sa connaissance de la langue française aux côtés du général /Charles-de-Gaulle?
Zoê , la deuxième femme de Rupert met au monde une adorable petite fille Juliet qui ne connaîtra peut - être jamais son père …..
L'auteure restitue avec virtuosité la petite histoire mêlée à la grande : les chagrins et les frustrations de la guerre, le choc, la patience angoissée , les espoirs abandonnés , les détonations sourdes des canons anti- aériens , la capitulation de la France , les rationnements, les raids , l'explosion des scieries comme des barils de poudre , les maisons démolies , réduites à l'état de gravas et les centaines de personnes tuées ou blessées , le bourdonnement continu des avions , les terribles événements encours .
Tous les personnages sont à la fois complexes et attachants , le lecteur est entraîné avec grâce et discernement dans le ballet de leurs émotions ,
peurs , incertitudes , loyauté ou non, désirs ou non inavouables , secrets chuchotés , débats passionnés, chamailleries, petites misères non avouées .
Les thèmes de la maladie , du deuil, de l'amour, de l'amitié , de la franchise , de la vraie empathie de la solidarité , des secrets , sont développés avec charme, intelligence, profondeur et élégance .
Sont décrites aussi la condition des femmes de cette époque dont la vie matérielle était protégée mais pas encore beaucoup d'études pour elles , la toute puissance des hommes , leur traîtrise ou leur muflerie .
Cette saga ,fluide , émouvante , captivante, prenante ,minutieuse , respire le charme indéniable des romans de la littérature anglaise —- so britsh ——-
Un regard élégant , clairvoyant , distrayant , bouleversant , délicat , drôle, sans complaisance , lucide et précis !
Formidable !Un régal ! C'est mon sentiment ,à lire sans modération durant l'été si ça vous dit ……
À moi le troisième tome !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          466
latina
  26 juin 2021
De septembre 1939 à décembre 1941, il s'en est passé, des choses, en Angleterre et dans le monde…et dans la famille Cazalet, aussi !
Dieu, que cette famille est attachante ! Famille au sens large, du couple formé par le Patriarche et la Duche, jusqu'aux petits-enfants, en passant par les cousins, les domestiques, les meilleures amies, les maitresses, les amis perdus de vue qui reviennent tout à coup, les amis des amis, les réfugiés, les soldats…
Que de monde, que d'histoires individuelles et narrées de façon si persuasive, si impliquée, que de faits anodins et essentiels !
Ce deuxième tome de la famille Cazalet se braque principalement sur les points de vue de Polly, Clary et Louise, jeunes filles basculant difficilement de l'âge ingrat à l'âge en fleur. Les relations avec leurs parents sont très bien expliquées, d'autant plus qu'elles sont particulières.
La franchise, l'empathie, l'amitié : ces valeurs sont analysées profondément et de manière très fine, mêlées aux thèmes de la maladie, de la mort et du deuil mais aussi de l'amour.
Elizabeth Jane Howard écrit très bien et n'hésite pas à parsemer ses nombreuses analyses psychologiques de petites touches descriptives. Je me suis régalée lors de ces promenades dans la campagne du Sussex, mais aussi dans les pubs londoniens ou les rues pittoresques de Hastings.
Si la bourgeoisie surannée anglaise sur fond de guerre vous fascine, si chaque âge de la vie vous captive, si les palpitations du coeur vous émeuvent, si les grandes réunions familiales vous tentent, n'hésitez plus : les Cazalet vous accueilleront à bras ouverts, vous pouvez leur faire confiance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          472
mumuboc
  16 octobre 2020
J'ai retrouvé les Cazalet dans ce deuxième tome et plus particulièrement les éléments féminins du clan : Wills, Sybil, Zoé, Louise, Clary et Polly, mères et filles, car ce sont elles les principales narratrices de ce deuxième opus et cela peut paraître normal puisque le pays est entré en guerre et que les hommes présents sont appelés à d'autres priorités : veiller au bon fonctionnement de l'entreprise familiale ou être sur le front. Mais le reste de la famille n'est pas en reste et trouve sa place grâce à des chapitres qui lui sont consacrés dans sa globalité.
Pour ces femmes, la vie continue avec naissances,  épreuves, mésententes, jalousies ou incompréhensions et parfois même attirance amoureuse. Et quand on est enfants ou presque adultes, c'est le moment des découvertes de tous ordres : amitiés, émois, avenir sans compter ce que l'on aurait pas dû entendre ou voir....
Pas à pas l'auteure prolonge l'immersion dans cette famille bourgeoise qui semblait inébranlable mais que la guerre commence à faire vaciller, que ce soit sur son quotidien, car les conditions de vie se restreignent, les difficultés de ravitaillement et le froid s'invitant à Home Place, rendant parfois la cohabitation plus difficile, moins confortable ou dans les prises de position de ses habitants que l'absence ou les prises de conscience vont parfois faire grandir plus vite. 
L'ambiance est ici parfois plus tendue, plus sombre mais sans jamais perdre cette sorte de "je ne sais quoi" qui fait que l'on tente de sauver la face, de garder le cap ou de tout simplement faire en sorte que tout aille bien. On y retrouve les confidences entre cousines, les rêves qu'elles élaborent dans l'intimité de leurs chambres mais le monde tangue, l'horizon résonne du bruit des bombes et le bel édifice risque de perdre de sa superbe. Guerre oblige.
Elizabeth Jane Howard restitue parfaitement l'évolution des pensées de ces héroïnes, quelque soit leurs âges et préoccupations, leurs centres d'intérêt, très différents de l'une à l'autre mais aussi leurs sensibilités et leurs caractères, adaptant son écriture à chacune d'elles. Roman d'apprentissage à bien des titres mais aussi roman sur la place des femmes, sur leurs ressentiments et leurs difficultés face à l'absence, aux désirs et aux attitudes parfois équivoques.
Je suis admirative du travail de construction de l'auteure pour à la fois faire un roman familial sur fond d'histoire (nous les quittons au moment de l'attaque de Pearl Harbor) avec ce qu'il faut de descriptions, de ces mille petits détails et références qui rendent la lecture très visuelle, presque filmographique en y ajoutant les péripéties des plus jeunes, des touches d'humour que je pourrai appeler Les malheurs de Neville mais aussi des moments d'émotion ainsi que des rebondissements qui s'y glissent ici ou là. Un roman complet à bien des titres, qui n'oublie rien et ne se perd jamais. 
J'ai lu souvent que cette saga était à rapprocher de Downton Abbey ; certes il y a des similitudes à la différence qu'il s'agit ici d'une famille bourgeoise et non aristocratique, que  la vie des domestiques officiant dans les lieux y est beaucoup moins présente, n'apparaissant que par quelques petites touches comme celle de la Mrs Cripps la cuisinière et Mr Tonbridge, du travail harassant d'Ellen ou le dénuement de Miss Milliment, la préceptrice. 
J'ai le sentiment en le refermant à un moment décisif de la seconde guerre mondiale (l'entrée en guerre des USA après le bombardement de Pearl Harbor), que l'opus suivant (à paraître en Mars 2021 sous le titre de "Dans la tourmente"), les vies de chacun(e)s vont d'une manière ou d'une autre prendre un tournant décisif, Elizabeth Jane Howard ayant introduit de nouveaux personnages qui peuvent y tenir un rôle important. 
On peut avoir par instant le sentiment de longueurs mais je me suis rendue compte finalement que tout concourt à l'ambiance des lieux, des sentiments, des personnages, à leurs réactions, à l'ébauche de leur futur. Il faut se laisser embarquer, s'installer avec eux, vivre à leur rythme, découvrir les enjeux individuels, leurs réactions et évolutions, les secrets encore cachés mais qui ne demandent qu'à éclater dans le monde du Brig et de la Duche qui est en train de vivre ses dernières heures et leurs descendants risquent de prendre des virages auxquels ils n'avaient pas imaginer assister.
Cette saga a tout le charme des romans de la littérature anglaise pour évoquer, à travers des hommes, des femmes et des enfants, une époque chahutée, avec ce qu'il faut de psychologie et de charme pour les rendre attachants avec leur complexité, leur sensibilité et leurs réactions face aux événements.
Une lecture idéale en cette période automnale, au coin du feu avec plaid et tasse de thé..... et patience car il faut attendre six mois pour les retrouver...Et c'est le seul reproche que je formulerais !
Lien : https://mumudanslebocage.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          275
LePamplemousse
  27 octobre 2020
L'Angleterre est entrée en guerre, les temps s'annoncent bien sombres pour la famille Cazalet.
Ce deuxième tome de la saga familiale est davantage consacré aux femmes et aux enfants, les hommes étant partis à la guerre pour la plupart.
J'ai pris plaisir à retrouver les membres de cette grande famille qui ne seront pas épargnés par les malheurs.
Nous allons suivre leur quotidien en temps de guerre, avec les carnets de rationnements, le black-out, les bombardements et les angoisses quant au sort des hommes.
Mais cette époque sera aussi pour certaines jeunes filles le temps des interrogations quant à leur avenir professionnel, les premiers émois amoureux et la force de l'amitié.
Les femmes de la maisonnée seront bien occupées et certaines auront de lourdes épreuves à traverser.
L'auteur a la délicatesse de ne laisser personne de côté, même ceux qui sont absents sont mentionnés.
J'ai une fois encore passé un excellent moment avec la famille Cazalet et je me réjouis de les retrouver dans les prochains volumes, même s'ils s'annoncent encore plus sombres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310

Citations et extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   30 janvier 2021
" Je pense que toutes les religions ont été inventées pour rassurer les gens sur la mort", (...) .
Les peaux rouges et leurs heureux terrains de chasse, le paradis, le ciel, ressusciter dans la peau de quelqu'un d'autre... je ne sais pas combien de légendes les religions ont inventées, mais je suis sûre que c'est pour ça qu'elles sont nées au départ. Que tout le monde finisse par mourir n'a rien de consolant pour personne. On a été "obligé" d'inventer une forme d'avenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Annette55Annette55   12 juillet 2021
«  Pourquoi la vie quotidienne est - elle aussi bourrée d’activités routinières sans intérêt ?
Est - ce obligatoire ?
Est - ce la guerre qui colore tout en gris ?
Qu’est- ce qui va bien pouvoir changer ?
J’ai l’impression que la vie des adultes est encore plus terne ,à supposer que ce soit possible ,….. »
Commenter  J’apprécie          150
iris29iris29   29 janvier 2021
-- Ça parait très compliqué.
- Mais les couples mariés ont leurs sentiers personnels pour circuler dans la jungle. Eux les connaissent, même s'ils paraissent tortueux aux personnes extérieures.
Commenter  J’apprécie          240
BillBill   03 avril 2021
Le pire, quand on est si vieux, est sûrement de faire les choses pour la dernière fois. Elle doit être triste de savoir qu’elle ne retournera jamais chez elle. Tante Villy dit qu’elle ne s’en rend plus compte, mais je ne vois pas comment elle peut l’affirmer ; d’après moi, Grania a des moments de lucidité extrêmement tristes, où elle comprend ce qui lui arrive, sauf que ça arrange les autres de s’imaginer qu’elle est zinzin tout le temps. C’est la même logique qui fait qu’ils évitent de parler des sujets difficiles ou pénibles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Annette55Annette55   12 juillet 2021
«  Elle réfléchit un Instant.
«  Je ne crois pas être assez douée, finit- elle par répondre .
Je pense que c’est surtout pour les garçons, et quelques filles atrocement intelligentes.
Moi, ça me ferait sentir inférieure , c’est tout. » …
——-Oh, Poll ! Tout te fait sentir comme ça .Ces deniers temps.
Tu sais bien. 
«  Ces derniers temps » .Ces temps affreux, intenses , effrayants que nous vivons actuellement.
II se passe des choses horribles ——-tous les jours  » …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Elizabeth Jane Howard (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elizabeth Jane Howard
Pascale Frey a aimé "A rude épreuve" de Elizabeth Jane Howard (Quai Voltaire) et aussi "0r" de Audur Olafsdottir (Zulma)
autres livres classés : saga familialeVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
837 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre

.. ..