AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Nina Jacqmin (Autre)Chadia Loueslati (Autre)
EAN : 9782501146753
144 pages
MARAbulles (06/04/2022)
3.78/5   29 notes
Résumé :
Une histoire sans parole, d'un amour puissant et addictif, où les souvenirs et les cauchemars s'entremêlent et finissent par partir en fumée.
Et si la vie n'est qu'une question de choix ?
Que lire après FuméeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,78

sur 29 notes
5
5 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis
C'est une BD sur 140 pages sans la moindre bulle ou narration. C'est toujours un exercice difficile mais qui est plutôt réussi en l'occurrence. Je n'ai pas eu du tout de problème de compréhension ce qui est assez rare pour être souligné dans ce type de BD.

Par ailleurs, il y a un graphisme assez doux qui donne du plaisir à la lecture ce qui constitue toujours un bon point pour tout lecteur.

Oui, le sujet porte sur la cigarette qui tue chaque année. C'est une drogue dont on ne se passe pas dans la grande majorité des cas à moins d'avoir une volonté de fer. La première cigarette intervient toujours à l'école en cachette pour jouer aux adultes.

La ligue contre le cancer signe un texte en fin d'album qui nous apprend que depuis 2020, le tabagisme gagne à nouveau du terrain après un déclin amorcée en 2014. Il y a encore 75000 décès en France dont 45000 des suites d'un cancer lié au tabagisme.

C'est une cause de cancer évitable pour peu qu'on abandonne la cigarette mais bon, cela ne sera pas le cas de notre protagoniste principal. On va suivre son parcours de fumeur jusqu'à la fin inéluctable. On croit à une seconde chance mais on retombe vite dans les travers de cette puissante addiction.

Bref, c'est une vie qui part en fumée. A découvrir mais certains ne seront pas ravis du caractère moralisateur. Pour ma part, je déteste la cigarette et je ne m'en porte pas plus mal. Ce projet des auteurs visent à obtenir un jour une génération sans tabac à l'horizon 2030 ce qui est toujours louable.
Commenter  J’apprécie          552
Le graphisme est réalisé au crayon, tout en nuances de gris, en frotté, léger, sfumato, le grain du papier ressort, c'est tactile, du rouge, au crayon de couleur aussi, vient amener une peu de vie mais aussi parfois de tension dramatique, des points d'ancrage, dans ces pages grises et monotones, un motif sur un vêtement ou une tache de sang. C'est une histoire de fumeur, donc tragique, pas de paroles, juste des regards, des instants, la révélation, quelques flashback sur les erreurs du passé, le récit est simple. C'est une belle manière de parler de la cigarette, celle qui tue tant de monde encore. Cependant, le récit est trop basique, les émotions sont attendues, convenues, et s'il n'y avait pas la douceur du graphisme, on pourrait penser à un message du ministère de la santé, encore un qui ne prêche qu'aux convaincus, et qui ne s'adresse qu'aux gens concernés. Peut-être à offrir à celui qui se demande s'il ne devrait pas arrêter, mais je ne suis pas la cible. Je suis resté en surface, vite lu, me disant que j'aurai dû être touché par ce drame, mais si peu en réalité.
Commenter  J’apprécie          210
Une histoire sans parole, sans couleur sauf le rouge pour le sang, un dessin en noir, blanc et nuance de gris, comme dans une fumée permanente, comme un sfumato de Léonard de Vinci.

Je retrouve Chadia Loueslati que j'ai découvert il y a peu à travers la lecture de Rien à perdre, toujours dans un registre santé mais avec la collaboration de Nina Jacqmin pour le graphisme.

Les autrices nous donne à voir la vie, ou les étapes de la vie d'un fumeur invétéré. Nous le suivons dans le quotidien de sa vie, avec ses quintes de toux et d'étouffement pendant la nuit. C'est le parcours ordinaire d'un fumeur ou d'une fumeuse avec la petite clope dès le réveil avec le café du matin pour bien commencé la journée. La journée se déroule par étape, chaque étape étant accompagnée d'une cigarette. On va de la clope solitaire à la clope entre entre collègues. Tous les lieux sont propices. Notre fumeur va même privilégier la cigarette plutôt que manger son sandwich. Les quintes de toux sont de plus en plus fréquentes, de plus en plus visibles des autres et donc de plus en plus gênantes. de retour à la maison, notre fumeur continue, prenant la précaution de fumer sur le balcon.

Mais la femme de notre fumeur va découvrir des traces de sang suite aux quintes de toux. Il va donc falloir consulter, investiguer et accepter le verdict qui tombe : cancer. Il va falloir se battre, combattre, changer d'habitude.

Les autrices ne nous épargnent rien du parcours et de la dégradation de l'état physique de notre fumeur. Lors de son hospitalisation, il va revoir sa vie, faire défiler les étapes de sa rencontre avec le tabac et ce qui allait devenir leur liaison fatale. Les autrices ont pris le parti d'une chronique ordinaire, elles ne banalisent pas, elles informent et montrent la banalité du mécanisme de l'addiction au tabac. Les situations décrites peuvent faire écho chez toutes les adolescentes ou tous les adolescents.

Les autrices montrent les ravages que le tabac peut faire chez le fumeur mais aussi sur son entourage. Difficultés dans les relations avec les parents : il faut généralement leur cacher que l'on fume, il faut pouvoir payer son tabac donc mentir et parfois voler sa propre famille. Il faut se cacher tout le temps, ne pas se faire prendre à au collège ou au lycée sous peine de sanction ou de passage en conseil de discipline. Il faut affronter ensuite sa famille.

Comment résister à la première cigarette ? Comment ne pas commencer ? Comment arrêter avant qu'il ne soit trop tard ?

Las autrices retracent la vie du fumeur mais montrent aussi sa dégradation physique, sa détresse face à l'étouffement, sa trachéotomie. Et que dire de la détresse des proches face à l'arrivée de l'inéluctable ?

Est-ce que le fumeur a rêvé sa fin ? Est-ce qu'il n'a pas pas vu le génie de la cigarette qui essaie de l'alerter ?

Le graphisme est simple, les plans sont variés et parfois spectaculaires même quand on est dans une chambre d'hôpital. le scénario est simple, les flash back bien adaptés et distillés à bon escient.

Bd à mettre dans les mains de nos adolescents mais aussi des fumeurs invétérés qui nous entourent et qui comptent pour nous.

Lecture parfaitement adapté pour Novembre sans tabac.







Commenter  J’apprécie          100
Tout est raconté sans un mot si ce n'est les "kof kof kof" de plus en plus fréquents du héros.

L'addiction à la cigarette est si puissante et si ancrée que même lorsqu'il commence à cracher du sang, seule couleur dans un univers graphique composé uniquement de gris, de noir et de blanc, il ne semble pas prêt à renoncer pour autant à fumer.
Cette fumée elle est d'abord juste celle qui s'échappe de la cigarette à chaque fois que le héros s'en grille une et puis elle prend de plus en plus de place dans les cases jusqu'à tout envahir, le présent comme le passé, pour dire que tout finit par elle par partir en fumée.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          250
Particulièrement de circonstance, le rabat de la couverture souple pose la citation suivante au milieu de volutes de fumée : « Avant de chercher à guérir quelqu'un, demandez-lui s'il est prêt à renoncer aux choses qui l'ont rendu malade » Hippocrate.

Le dessin au crayon de mine, nuageux mais précis, aux tons cendreux, vient se briser sur des touches de rouges atténuées. Ce graphisme restitue une impression d'ensemble granuleuse presque pointilliste. le gris de la fumée semble se refléter sur le poivre et sel du décors…à moins que ce ne soit le contraire.
Les silhouettes altières et longilignes, les visages oblongs qui hésitent entre Modigliani et Brancusi, respirent tous une bienveillance de circonstance.
L'absence de dialogue oblige le lecteur à s'attarder sur le dessin.

« Tu n'es qu'un fumeur de gitanes, je vois tes volutes bleues
Me faire parfois venir les larmes aux yeux
Tu es mon maître après Dieu
Dieu est un fumeur de havanes, c'est lui-même qui m'a dit
Que la fumée envoie au paradis, je le sais, ma chérie
Tu n'es qu'un fumeur de gitanes, sans elles, tu es malheureux » Serge Gainsbourg

Les grandes qualités esthétiques du dessin associées à mon statut révolu de très gros fumeur me rend particulièrement sensible à ce très beau roman graphique. J'en ai connu l'engrenage, les ressorts...et la culpabilité.
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (2)
BoDoi
18 août 2022
Ses points forts sont une narration limpide et un dessin d’une belle délicatesse signé Nina Jacqmin, et ce alors qu’il est intégralement muet.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Sceneario
11 mai 2022
Fumée est une nouvelle fois la démonstration du talent de Nina Jacqmin, dont la force du dessin suffit pour raconter une histoire. Un scénario moins manichéen et un peu plus subtil aurait pu donner une dimension toute autre à l’ouvrage.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Avant de chercher à guérir quelqu'un, demandez-lui s'il est prêt à renoncer aux choses qui l'ont rendu malade.
Commenter  J’apprécie          250

Lire un extrait
Videos de Nina Jacqmin (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nina Jacqmin
Les frasques de George Sand sont fameuses : ses liaisons hors mariages, son rejet de la bienséance hypocrite, son accoutrement masculin, son retentissant et passionné combat en faveur de l’émancipation et des droits de la femme…
La librairie Librairix de Châteauroux reçoit les autrices Chantal Van den Heuvel et Nina Jacqmin ainsi que Clair Morizet des Monuments Nationaux.
autres livres classés : cigarettesVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus

Autres livres de Nina Jacqmin (1) Voir plus

Lecteurs (47) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5150 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..