AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Pavans (Traducteur)
ISBN : 2298108218
Éditeur : France loisirs (01/01/2016)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Henry James avait une prédilection pour "la belle et bienheureuse nouvelle à la française". Ce volume présente des récits qui font la part belle à l’insolite et au secret. Un florilège pour se délecter de l’univers du plus européen des écrivains américains.

•Daisy Miller
•Les papiers d'Apern
•Entre deux âges
•La mort du lion
•Le motif dans le tapis
•Le tour d’écrou
•La bête dans la jungle
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
mercutio
  01 novembre 2016
La Bête dans la jungle
Déroutante nouvelle mais pas pour la raison qu'on pourrait croire, s'agissant d'Henry James, que l'interprétation nous en est laborieuse car seulement suggérée ou carrément masquée.
Non! Là, lisez confiant jusqu'à la dernière ligne -c'est un peu tortueux à l'occasion, mais un James se mérite- vous aurez droit à l'explication de texte sans ambiguïté qui en prime vous ravira en confirmant ce dont vous aviez l'intuition, ayant lu avec une minimum d'attention.

Non! Ce qui est déroutant, ce sont les moyens imaginés pour illustrer le thème, plus précisément les prémisses - l'idée fixe de Marcher sur lui-même et l'engagement de Bartram à y vouer sa vie- et, par un enchaînement s'avérant inéluctable, la trame au fil de laquelle se tisse le canevas de la nouvelle -l'exécution du contrat, décrite selon une logique quasiment mathématique. Il fallait à cette démonstration dont la conclusion était connue a priori (de l'auteur), un jeu d'hypothèses convenables: pour être sincère, je trouve celui-ci artificiel et passablement emprunté. Ce n'est pas très grave, tout logicien sachant que (a implique b) est vrai dès lors que a est faux.
Mais l'honneur du maître sera sauf si on s'accorde à dire que la nouvelle est une fable.
Or la fable est amère et l'atmosphère est pesante, de ces rapports homme-femme, petit dieu narcissique et passif, vestale consacrée, niée, consentante; mais feutrée; et la violence sous-jacente se pare de propos acceptables et raffinés et d'amicales dispositions. Lui étouffe sous l'édredon de son moi et l'étouffe, elle, dans le néant de sa perception de ce qui n'est pas lui; elle traverse la fable comme en apnée.
Cette fable-là ne fait pas dans la dentelle.
Nous, lecteur, tentons de nous rassurer et nous convaincre que cela ne nous concerne pas.

Le motif dans le tapis
Il semble que, dans cette nouvelle, Henry James s'amuse à mettre en abyme la recherche du sens d'une oeuvre littéraire, non pas un ouvrage en particulier mais la production d'une vie entière d'écrivain et par conséquent la vision de la vie que celui-ci aura été porté à transmettre.
Or là est bien la question posée par le motif dans le tapis: l'auteur veut-il réellement faire connaître ce sens? Question dont le paradoxe est qu'elle est à la fois à ce point partie prenante de sa personne qu'on ne saurait la suspecter de n'être pas d'importance centrale pour lui et qu'en même temps elle paraît s'accompagner de tous les artifices de la coquetterie.
Plongeant de bon gré dans cet abyme, il m'apparaît que ce n'est pas directement cette problématique centrale de la nouvelle gravitant autour de la relation de l'auteur à son oeuvre et aux relations entre les diverses populations du monde littéraire qui m'a le plus accroché, je dirais même -en l'honneur de cette nouvelle- accaparé, mais, et je ne peux douter très immodestement que James n'en aurait été particulièrement heureux, la mise hors abyme du concept, appliqué précisément à l’œuvre d'Henry James que favorise évidemment ma lecture séquentielle actuelle de quelques autres nouvelles, parmi lesquelles Daisy Miller, Les papiers d'Aspern, Entre deux âges, La Mort du Lion et que je formulerais ainsi: "Henry James, chantre des désirs inassouvis".
Une illustration supplémentaire, avec cet élégant "Motif dans le tapis".

Les Papiers de Jeffrey Aspern
Peu de chances qu'on n'aime pas quand on aime Henry James.
Une Mort à Venise "officieuse", à mon humble avis bien plus digeste et stimulante encore que pas plus altruiste, que l'autre, la vraie, celle de Mann, que d'ailleurs on ne cite plus guère aujourd'hui qu'occasionnellement, comme source du film de Visconti connue de quelques happy few!
Alors, à quand un grand remake cinématographique des Papiers d'Aspern par un réalisateur prestigieux qui remettrait les pendules à l'heure?
Je lui soumets modestement par avance le motif : danse du scalp autour de deux momies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Henry James (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henry James
Géraldine Mosna-Savoye : " Deux livres pour tisser des liens entre littérature et philosophie" .Un livre pour l'été, le conseil du jour ! Géraldine Mosna-Savoye, productrice des Nouveaux chemins de la connaissance vous propose deux livres à découvrir pour cet été. Son choix : "Les Bostoniennes" d'Henry James et "Des phrases ailées" de Virginia Woolf . A partir du 4 juillet et jusqu'au 28 août, retrouvez la grille estivale de France Culture ! Tous les détails ici > http://bit.ly/28QJC1e
autres livres classés : fablesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1231 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre