AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Juliette Aubert (Traducteur)
ISBN : 274276545X
Éditeur : Actes Sud (31/12/2099)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 237 notes)
Résumé :
L'un est le grand explorateur Alexander von Humboldt (1769-1859). Il quitte la vie bourgeoise, se fraye un chemin à travers la forêt vierge, rencontre des monstres marins et des cannibales, navigue sur l'Orénoque, goûte des poisons, compte les poux sur la tête des indigènes, rampe dans des cavités souterraines, gravit des volcans, et il n'aime pas les femmes. L'autre est Carl Friedrich Gauss (1777-1855), "Prince des Mathématiques" et astronome. Il saute de son lit d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
Sachenka
  13 septembre 2017
Avec Les arpenteurs du monde, Daniel Kehlmann s'attaque à deux géants de la science, Karl Friedrich Gauss et Alexander von Humboldt. Une biographie, en quelque sorte. Assez romancée (quoiqu'il n'y ait pas vraiment de romance ici), plutôt cocasse, mais tout de même instructif. le mathématicien et le géographe naturaliste ont vécu au tournant du XIXe siècle et ont influencé leur discipline respective. On peu même dire qu'ils ont grandement contribué à bâtir notre connaissance du monde, qu'ils sont les arpenteur du monde. Jeu de mots ? Oui et non, les deux hommes ont réellement travaillé à titre d'arpenteur au cours de leur vie. le hasard, des fois…
Cette incroyable coïncidence suffisait-elle à forcer l'union des trames narratives de ces deux êtres d'exception ? Je me le demande encore. Gauss et Humboldt sont comme comètes du savoir dont les trajectoires se sont croisées à un moment tardif, vers la fin de leur vie. Ils ont très peu travaillé ensemble et, même après leur rencontre, se sont peu vus. Ils ont tout aussi peu correspondu l'un avec l'autre. (Personnellement, j'aurais davantage compris une narration partagée entre Humboldt et Bonpland, son collaborateur/assistant.) Mais bon, mettre en parralèlle les deux Allemands était un exercice intéressant, ça a permis de mettre en relief certains éléments de leur existence.
Avec Les Arpenteurs du monde, j'ai beaucoup appris. Gauss m'était totalement inconnu. Pareillement pour ce pauvre Bonpland, collaborateur de Humboldt, lequel lui a volé la vedette. Quand à ce dernier, je connaissais les grandes lignes de son histoire, ses expéditions en Amérique du Sud, quelques uns de ses travaux en géographie, botanique, zoologie, etc. Un grand savant de son temps mais dont je savais tout de même peu.
Toutefois, si j'ai beaucoup appris, je ne peux pas affirmer que le roman de Kehlmann m'ait donné envie d'en découvrir plus à leur sujet. Et c'est en grande partie dû au style de l'auteur. Parfois, j'avais l'impression qu'il mettait en vedette des caricatures des scientifiques en question. Oui, Gauss pouvait être pantouflard, vieillard entêté, mais à ce point ? Se cacher dans son lit à la simple idée de voyager de Göttingen à Berlin ? Se cramponner à tous les obejts au passage ? Ridicule. Quand à Humboldt, obnubilé par la science, faisant abstraction de tout le reste. le parfait stéréotype du savant qui, totalement préoccupé par un calcul complexe ou l'observation d'un phénomène étrange, ne remarquerait pas que le monde s'écroule autour de lui. Complaitement étranger aux passions (et aux émotions ?) humaines. Je ne peux m'empêcher de croire qu'ils méritaient mieux. Ils devaient bien avoir quelques qualités… Et, dans le cas où Kehlmann a bien cerné leur personnalité (il est visiblement mieux renseigné que moi !), sa façon ironique de les présenter ne les mettait pas du tout en valeur. D'un autre côté, peut-être ce ton humoristique permet de mieux faire passer ces personnages et le propos de l'histoire ? Il est vrai que leurs aventures aux multiples rebondissements n'est pas l'idée que je me faisais au départ de ces scientifiques (que j'imaginais sérieux) et que le tout semble assez bien collé à l'esprit de l'époque.
Dans tous les cas, Kehlmann se reprend un peu vers la fin, ajoutant un peu d'humanité à ces deux hommes, qui ont tant fait pour la science et l'avancement de la compréhension de notre monde. Au final, Les arpenteurs du monde, c'était une lecture agréable et facile. Et je dis cela positiviement, rendre accessible l'existence et les travaux de chercheurs aurait pu rébarbatif. Ce n'est pas une vive recommandation mais ce livre pourrait en intéresser plus d'un et vaut tout de même le détour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Walktapus
  18 mai 2015
Gauss et Humboldt, Humboldt et Gauss. Portraits croisés de deux grands hommes que tout oppose, deux parcours différents, deux tempéraments contrastés, deux visions divergentes de la vie et de la science, mais qui se rejoignent.
Kehlmann écrit très dense, sans temps mort, lie l'aventure et les idées, le tragique et le burlesque, la grandeur et le trivial, se moque gentiment de ses personnages autant qu'il les admire, invite de nombreuses guest stars, dresse le portrait d'une époque. Un portrait à la fois passionné et satirique, mais toujours avec une grande tendresse pour ses deux monstres sacrés, ce qui les rend d'autant plus intéressants.
Si j'étais mesquin je rechercherais les inventions, les hypothèses, les rencontres putatives, j'ouvrirais de grands yeux devant cette bouteille d'éther cosmique, mais pour une fois je vais m'incliner devant le roman. J'ai beaucoup aimé !
Commenter  J’apprécie          322
Folfaerie
  28 février 2013
Que voilà un roman réjouissant ! Une pépite de la littérature allemande, ayant pour héros deux génies du XVIIIème siècle .
D'un côté, le naturaliste touche-à-tout Alexander von Humboldt (1769-1859) qui arpenta notamment l'Amérique du sud, de l'autre le scientifique Carl Gauss (1777-1855, surnommé le Prince des Mathématiques, qui arpenta, plus modestement, la campagne pour en faire les mesures (c'était le bon vieux temps où les satellites et autres GPS n'existaient pas !).
En 1828, ces deux-là se rencontrent enfin à Berlin. le trajet effectué par Gauss et sont fils est épique. Il ne cesse de ronchonner, de se plaindre, de rabaisser le rejeton. Une belle entrée en matière. Issus de milieux différents, dotés de personnalités opposées, Humboldt et Gauss partagent cependant bien des points en commun.
L'incompréhension de leurs contemporains, la sensation de flotter bien au-dessus du commun des mortels - et même des grands de ce monde -, la solitude, l'égoïsme et la vanité, la fuite du temps (ces moments où Gauss réalise qu'il vieillit, et cette gymnastique intellectuelle de plus en plus ardue) mais aussi la passion, la curiosité insatiable, une intelligence aigüe.
Chacun d'eux, tendu vers le but de sa vie, doit apprendre à vivre avec ses démons, et la prose de Kelmann, loin d'être aride, est riche et ciselée au contraire. le récit est plein d'humour, le ton résolument aventureux.
Les péripéties qui surviennent dans la vie de Humboldt, ses relations avec le pauvre Bonpland, ou avec son frère, digne diplomate, sont plus que réjouissantes. Tout comme Gauss, empêtré dans ses contradictions, que l'on observe, fasciné, dans ses rapports avec ses épouses successives (ah, fort drôle la première nuit de noces) et son fils (autre épisode savoureux lorsque le jeune homme est mêlé à un embryon de conspiration). Si le récit est drôle, il met en valeur l'érudition de l'auteur, qui nous permet de survoler aussi la carrière de ces deux génies que nous faire respirer, le temps d'une lecture, le contexte géo-politique de ce siècle.
Si l'envie de crapahuter dans la forêt vierge vous saisit, ou si vous préférez embarquer à bord d'une montgolfière pour regarder les étoiles, pas d'hésitations, c'est avec ces Arpenteurs du monde qu'il faut commencer le voyage...
Lien : http://lectures-au-coin-du-f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
Bunee
  20 mai 2009
Excellent ouvrage, très drôle, vivant et documenté que ce roman !
Berlin, 1828.
Alexander von Humboldt a déjà parcouru les terres inconnues, découvert des canaux et des voies de navigation au coeur des forêts vierges, répertorié des centaines d'espèces de fleurs, plantes, animaux … Assoiffé de voyages et de découvertes, ses multiples pérégrinations l'ont rendu célèbre bien au-delà des frontières de l'Europe.
Il parvient, grâce à un harcèlement épistolaire acharné, à inviter à une conférence d'éminents savants (et faire venir !) Carl Friedrich Gauss, grand génie des mathématiques égocentrique et aigri se vantant d'avoir sauvé Göttingen de la canonnade Napoléonienne, et ayant une quasi phobie des voyages.
Clin d'oeil, parmi d'autres, nombreux dans ce livre, à l'histoire : Gauss est accueilli par Daguerre, ami de Humboldt, qui tente de fixer cet instant mémorable sur une plaque de cuivre … Mais malheureusement le procédé n'est pas très au point (C'est d'ailleurs Gauss qui suggèrera à Daguerre l'emploi d'une solution saline afin de fixer l'image), et tout vire à la catastrophe lorsqu'un gendarme vient disperser ce curieux attroupement non autorisé (id est : trois personnes réunies en un même endroit).
La première scène est donc celle-ci: deux personnages au caractère si particulier, ayant chacun parcouru et arpenté, classé, répertorié, cartographié le monde … Deux êtres humains frôlant du bout de l'âme l'infini (Gauss) comme le Fini (Humboldt) et tentant de le mesurer de leur hauteur d'homme.
Après cette scène, flash-back sur la vie de chacun de ces protagonistes. L'un et l'autre tour à tour chapitre par chapitre, voit son histoire relatée. Au départ ce sont deux personnages que tout amènerait à opposer :
Le milieu social d'origine (Humboldt est issu d'une famille aisée, contrairement à Gauss), le rapport au monde (Humboldt est avide de voyages et d'expéditions tandis que Gauss reste entre ses quatre murs – enfin pas tant que cela puisqu'il est devenu arpenteur pour fuir son épouse qu'il ne supporte pas) et aux autres (Humoldt est bien plus sociable, voire mondain, que Gauss).
Et pourtant.. Au fil de leur existence réciproque, chacun entend parler de l'autre ou s'y intéresse vaguement, et on retrouve un échos. Entre celui qui parcourt le monde pour le cartographier et celui qui mesure les lois terrestres et céleste à l'aulne des principes mathématiques, il y a au final peu de différences. Tant et si bien que l'existence de chacun suit une courbe ascendante (révélation du génie, célébrité, même si pas énormément de richesses) puis descendante (Les succès se raréfient, leurs prouesses s'affadissent dans le temps, déclin physique et intellectuel) et au final chacun éprouve de la pitié pour l'autre. Chacun de ces deux être est décalé par rapport à la société, et est marqué par une éducation particulière.
Ces génies sont avant tout hommes, et on est reconnaissant à Kehlmann d'émailler le parcours de ces mythes de quelques bassesses et défauts infâmes. Car tous deux ont un ego surdéveloppé, une sorte de cynisme et d'ironie lancinants, ce qui donne lieu à des épisodes d'un humour d'une noirceur savoureuse.
Ces deux personnages sont à la fois admirables, attachants, parfois ridicules et mesquins, mais Toujours campés avec une certaine tendresse. le style narratif, qui est très marqué par le dialogue au style indirect à l'imparfait, m'a beaucoup plus, mais je conçois que certains puissent en être lassés rapidement.
Bref, je conseille vraiment ce livre, je l'ai trouvé très vivant et original.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
cmpf
  22 octobre 2014

Eh bien désolée, je vais aller à l'encontre de toutes ces critiques laudatives, mais je n'ai que médiocrement aimé ce livre. Il faut dire que j'en attendais beaucoup. le sujet avait tout pour me plaire, la confrontation de deux visions de la science, celle qui consiste à parcourir le monde, et celle qui veut le comprendre par la seule réflexion et les mathématiques. J'admire depuis longtemps les explorateurs scientifiques en général et Alexander von Humboldt en particulier, et je me réjouissais de le retrouver.
Mais je n'ai pas aimé le ton du livre. Qu'il s'y trouve de l'humour, je n'ai rien contre bien au contraire et certaines assertions m'ont fait sourire. Mais je trouve Bonpland et Gauss mais surtout Humboldt passablement ridicules. Certainement leur génie ne devait pas les mettre à l'abri des défauts inhérents à l'humanité, mais trop, c'est trop.
Je suppose que le livre doit son succès au sujet. Mais comme ce n'est pas une découverte pour moi, j'y ai peu été sensible, mais beaucoup plus à la façon dont il a été traité.
Toutefois je suis allée jusqu'au bout. Bien m'en a pris, je l'ai préférée au reste, les plus grands esprits confrontés comme tout un chacun au drame de la vieillesse, et de la baisse des facultés.

Lu dans le cadre du challenge ABC 2014 - 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173

critiques presse (1)
Lecturejeune   01 juin 2007
Lecture jeune, n°122 - Qui sont les arpenteurs du monde ? Alexandre von Humboldt et Carl- Friedrich Gauss, celui-ci mathématicien, celui-là naturaliste, tous deux passionnés de recherche scientifique : observer, compter, décrire, déterminer les causes, mesurer le monde, découvrir les grandes structures, telles sont les activités qui les font vivre. Daniel Kehlmann s’intéresse alternativement à l’un ou à l’autre, et nous conte leur vie avec humour, de leur jeunesse à leur grand âge. Le lecteur s’amuse au récit des aventures de l’infatigable Alexandre entre Orénoque et Andes, durant lesquelles il cartographie à tour de bras et mesure tout ce qu’il rencontre, des insectes aux volcans, aussi attentif à la vie des indigènes qu’indifférent à la sienne et à celle de ses compagnons. Gauss, à l’inverse, ne quittera jamais l’Allemagne et difficilement sa petite ville. Ce mathématicien génial (de nombreuses lois portent son nom) et inventeur d’instruments est un misanthrope doublé d’un grognon. L’auteur nous les montre indifférents aux honneurs autant qu’à l’argent, toujours en avance sur leur temps, il les imagine amers de ne pas connaître les progrès futurs (aviation, électricité) qu’ils pressentent, conscients que leurs rêves ne sont pas des chimères mais des points de départ. Comme eux l’auteur marche à grands pas, sautant les années, esquivant les raisonnements ardus, privilégiant les anecdotes qui confrontent nos deux « cosinus » à un monde figé et rétrograde. L’image qu’il donne d’eux est parfois ubuesque, mais toujours chaleureuse. On aimerait que le lecteur subisse la contagion de cette curiosité aventureuse… Michelle Brillatz
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
FolfaerieFolfaerie   03 mars 2013
Dans la chambre à coucher, il tira les rideaux, s'avança vers elle (...) et commença à défaire les lacets de sa robe. Sans lumière, ce n'était pas facile. Cela dura longtemps, le tissu était récalcitrant, les lacets très nombreux et il ne comprenait pas qu'il n'ait pas encore réussi à les dénouer. Mais il avait fini par y arriver, la robe glissa (...) Il se demanda comment il allait procéder avec son jupon. Pourquoi les femmes ne portaient-elles pas des vêtements qu'on arrivait à défaire? (...) Tandis qu'il laissa errer sa main sur sa poitrine jusqu'à son ventre puis - il décida de tenter la chose, même s'il avait l'impression de devoir s'en excuser - plus bas encore, le disque lunaire, blême et embué, apparut entre les rideaux, et il eut honte de comprendre à ce moment précis comment on pouvait corriger de façon approximative les erreurs de mesure de la trajectoire des planètes. (...) Elle enroula ses jambes autour de son corps mais il s'excusa, se leva, avança en trébuchant jusqu'à la table, trempa sa plume dans l'encrier et écrivit, sans allumer la lumière: somme d. carrés de la diff. entre les observ. et les calcs.→min., c'était trop important, il n'avait pas le droit de l'oublier ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
SachenkaSachenka   19 septembre 2017
Qu'est-ce au juste, mesdames et messieurs, que la mort? Ce n'est pas seulement la vie qui s'éteint et les quelques secondes de transition, mais déjà le long déclin qui précède ; la période où l'homme est toujours là sans l'être vraiment et peut encore prétendre qu'il existe, même si sa gloire s'est évanouie depuis longtemps. Telles sont les précautions, mesdames et messieurs avec lesquelles la nature a prévu notre disparition!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
zarlinezarline   07 mai 2009
C'était étrange et injuste, dit Gauss, et une illustration parfaite du caractère lamentablement aléatoire de l'existence, que d'être né à une période donnée et d'y être rattaché, qu'on le veuille ou non. Cela donnait à l'homme un avantage incongru sur le passé et faisait de lui la risée de l'avenir. (...) Même une intelligence telle que la sienne, reprit Gauss, n'aurait rien pu concevoir aux premiers âges de l'humanité ou sur les rives de l'Orénoque, tandis que dans deux siècles le premier imbécile venu pourrait se moquer de lui et inventer des absurdités sur son compte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
WalktapusWalktapus   16 mai 2015
D'ici quelques années, il y aurait des médecins pour les dents et on serait alors en mesure de guérir ces douleurs sans être obligé d'arracher chaque dent dès la moindre inflammation. Bientôt, la Terre ne serait plus peuplée d'individus édentés. Et la variole épargnerait au moins quelques visages, et plus personne ne perdrait ses cheveux.
(Gauss, 1796)
Commenter  J’apprécie          122
art-bsurdeart-bsurde   10 mars 2014
Gauss se mit debout, déglutit et dit qu'il ne s'était pas attendu à trouver quelque chose comme le bonheur, et qu'au fond il n'y croyait toujours pas. Le bonheur lui apparaissait comme une faute de calcul, une erreur dont il espérait seulement que personne ne la découvre. Il reprit sa place et s'étonna des regards médusés. Avait-il dit quelque chose qu'il ne fallait pas ? demanda t-il à voix basse à Johanna.
Allons donc, répondit-elle. C'était exactement le discours dont elle avait toujours rêvé pour son mariage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Daniel Kehlmann (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daniel Kehlmann
DIE VERMESSUNG DER WELT [Trailer] film tiré du roman de Daniel Kehlmann Les arpenteurs du monde
autres livres classés : littérature allemandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14879 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..