AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756021091
Éditeur : Delcourt (20/01/2010)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 394 notes)
Résumé :
Alors qu'ils se ravitaillent en ville, les survivants font une découverte intéressante : ils trouvent un mort-vivant cloué au sol par la faim. Ces créatures pourraient donc mourir ? En route vers Washington sur les conseils du mystérieux docteur Eugène Porter, Rick suggère de pousser un peu plus au nord, vers son ancienne ville, afin de faire le plein de munitions dans l'armurerie de son commissariat. Sur la route, l'impensable se produit... La vérité sur l'appariti... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
garrytopper9
  05 novembre 2014
Nos rescapés poursuivent leur route en direction de Washington, mais il faut reconnaitre qu'ils n'avancent pas très rapidement. Les routes étant plus qu'encombrés, leur avancée est délicate et ils doivent sans cesse rester sur leur garde. C'est l'occasion pour Rick de faire un petit détour par chez lui pour d'étranges retrouvailles.
Pendant ce temps, on continue de découvrir les trois nouveaux personnages, Abraham, Eugène et Rosita qui apportent un peu de nouveauté et une autre vision des choses. le passé d'Abraham est un peu plus creusé et cela pose déjà les bases d'un éventuel nouveau personnage majeur. Enfin, un personnage qui devrait vivre au moins quelques tomes.
Carl et Rick vont avoir fort a faire sur les routes, et ils vont encore se développer, affiner leur personnalité. On voit dès à présent que Rick se raccroche a son fils et qu'il est prêt à tout pour le protéger. de son coté, son fils comprend les choix de son père et chose flippante, il les approuve. Une preuve qu'il grandit très très vite et qu'il s'adapte a ce nouveau monde.
Et forcément, lorsqu'il n'y appas d'ennemis pour leur créer des problèmes, les membres du petit groupe se créent eux même leurs propres problèmes. Jalousie, et rancoeur font donc leur apparition. On risquerai de perdre un membre important dès le prochain tome.
La série prend un rythme de croisière et se développe tranquillement, regroupant les personnages en attendant de leur trouver de nouveaux ennemis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Presence
  18 avril 2017
Ce tome fait suite à Walking Dead, Tome 9 : Ceux qui restent (épisodes 49 à 54) qu'il faut avoir lu avant. Il contient les épisodes 53 à 60, initialement parus en 2008/2009, écrits par Robert Kirkman, dessiné et encré par Charlie Adlard, avec des nuances de gris appliquées par Cliff Rathburn. Il est indispensable d'avoir commencé la série par le premier tome pour comprendre les liens qui unissent les personnages, ainsi que leur histoire personnelle.
Rick Grimes est en train de surveiller son fils qui sort du pavillon de banlieue pour aller jouer sur la pelouse, manquant de se faire renverser par une voiture sur la chaussée. Rick se rend compte à quel point la vie tient à peu de choses, et la mort aussi. La nuit, Rick se réveille en sursaut d'un terrible cauchemar. Il sort de la tente qu'il partage avec son fils Carl, pour aller remplacer Abraham Ford qui effectuait son tour de garde. Glenn se lève aussi pour prendre son tour, mais Rick lui propose de l'assurer à sa place. Il va se recoucher dans la tente qu'il partage avec sa femme. La nuit finit par s'achever, la petite troupe se prépare, et Abraham donne le signal du départ.
Le petit convoi traverse une ville dans laquelle ils en profitent pour faire le tour des magasins de nourriture, sans trouver grand-chose, d'autres étant passés avant eux. Rosita Espinosa manque de se faire mordre par un zombie. Eugene Porter intervient juste à temps pour la libérer de l'emprise du zombie, sans faire de bruit pour ne pas risquer que d'autres ne se rapprochent attirés par le bruit. La nuit suivante, l'un des voyageurs se suicide en se pendant à un arbre. Un autre intervient à temps pour le dépendre, mais il faut abattre le défunt pour éviter qu'il ne se transforme en zombie dans un futur proche. Tout le monde ne partage pas l'idée de cette exécution sommaire pour des raisons différentes. La tension monte entre les 2 meneurs que sont Rick Grimes et Abraham Ford.
Les 2 tomes précédents ont complètement changé la dynamique du titre, tout en s'inscrivant dans la continuité. le lecteur suit toujours les pérégrinations de Rick Grimes, son fils et quelques rescapés. Mais d'un autre côté Rick Grimes a abandonné toute velléité d'être responsable d'un groupe de survivants et il s'en remet à quelqu'un d'autre, Abraham Ford, un militaire accompagnant un scientifique pour se rendre à Washington. le lecteur retrouve ce monde dans lequel une infestation de zombies a détruit la civilisation moderne, où des petits groupes d'êtres humains tentent de survivre. Il est à nouveau question d'approvisionnement en armes et en munitions, de s'installer ou de continuer à faire la route, de débiter des zombies en évitant de ne pas se faire attraper bêtement, et bien sûr de confiance les uns dans les autres, pour ne pas avoir à craindre un coup de couteau ou de fusil dans le dos, ou même pour continuer à former une communauté et ne pas partir chacun de son côté. À nouveau, le lecteur est totalement absorbé par l'intrigue, et par les réactions des personnages, la tension qui règne entre eux ainsi que les non-dits.
Comme d'habitude, le travail de Charlie Adlard passe en second. Devant bien composer avec les séquences prévues au scénario, il utilise régulièrement les plans rapprochés sur les têtes des personnages en train de parler, avec un arrière-plan juste gris, ou parfois noir, sans aucune trace de décor, mais avec une légère contreplongée justifiant qu'il s'agit d'un ciel dégagé. Il accentue les expressions des visages pour être sûr que les émotions de base passent bien, et que le lecteur ne commette pas une erreur d'interprétation. Il n'hésite pas à utiliser un angle de vue oblique pour accentuer la dramatisation de la scène, là encore pour bien enfoncer le clou dès fois que le QI du lecteur ne soit pas assez élevé pour qu'il puisse comprendre tout seul. Parmi les tics graphiques d'Adlard, on retrouve l'utilisation d'aplats de noir aux formes plus conceptuelles que réalistes. Il s'en sert pour donner du poids aux personnages, mais pas pour rendre compte des ombres portées du fait de la source de lumière.
Le lecteur retrouve également les bons côtés des pages de Charlie Adlard. Il a atteint un niveau remarquable de banalisation des personnages et des endroits. Chaque protagoniste présente une allure banale, avec des vêtements fonctionnels du quotidien, dépourvus de réels signes distinctifs comme des marques ou des coupes un peu recherchées. Les environnements relèvent d'une urbanisation tout aussi fonctionnelle. Il n'y a aucune velléité de style dans les bâtiments, aucun parti pris architectural. Les pages décrivent une Amérique archétypale, sans être stéréotypée. Les essences des arbres ne sont pas identifiables, mais le lecteur reconnaît ces grands espaces, ces autoroutes larges et dégagées. le dessinateur ajoute des tâches provoquées par l'usure du temps et l'absence d'entretien ou de maintenance, depuis plusieurs semaines et même probablement depuis plusieurs mois. Contre toute attente, ces représentations épurées n'en deviennent pas passe-partout car l'artiste sait inclure des détails de maçonnerie, des accessoires, des éléments d'ameublement qui rendent compte de la normalité des lieux, et qui permettent de les distinguer les uns des autres.
Enfin Charlie Adlard se montre très convaincant lors des scènes d'action, ou dès qu'il y a du mouvement. le langage corporel des personnages redevient plus naturel et moins outré. L'incongruité de ce qu'est devenue la normalité ressort avec force, par exemple lors de la progression tranquille du convoi avec chevaux et voitures, au milieu des zombies indolents. Ce dessinateur sait gérer la spatialisation des personnages et leur progression dans les reliefs des environnements, avec intelligence. En particulier la séquence de fuite pour échapper à une horde de zombies donne l'impression de se tenir aux côtés des personnages, et de regarder par-dessus leurs épaules pour évaluer l'ampleur de cette horde.
Plus ça change, plus c'est la même chose. Robert Kirkman commence à revenir sur des thèmes développés à plusieurs reprises dans les tomes précédents. le premier est bien sûr celui du prix à payer pour survivre. Arrivé à ce stade du récit, le lecteur a bien compris qu'il n'y aura pas de retour à la normale, et les personnages commencent à s'en rendre compte. Rick Grimes est à nouveau confronté à plusieurs reprises, à des situations où sa vie est physiquement en jeu. Au bord de la dépression suite au prix payé lors de l'annihilation de la communauté dans la prison, il s'en remet à quelqu'un d'autre. le lecteur éprouve quelques difficultés à accepter que le personnage principal ne soit plus qu'un individu lambda aux ordres d'un autre. Ce ressenti est encore aggravé par le malin plaisir que prend le scénariste à établir qu'Abraham Ford est une idole aux pieds d'argile. Comme Rick Grimes avant lui, il entend mener son petit monde à la baguette, sans concertation. En outre, comme tous les autres, il montre des signes d'usure, le conduisant à imposer sa volonté en faisant preuve d'autoritarisme, en envisageant d'abattre purement et simplement un individu trop casse-pied. le lecteur se surprend alors à se demander si les ordres de Rick Grimes n'étaient pas vécus de la même manière par les membres de la communauté de la prison.
D'un côté, la situation de Rick Grimes, Carl et les autres a clairement régressé pour revenir quasiment à celle du début de la série. D'un autre côté, elle est montrée avec un point de vue différent. En outre, Robert Kirkman montre à nouveau plusieurs personnages craquant chacun à leur tour, chacun d'une manière différente. L'un d'entre eux en vient à se suicider par pendaison. Comme à son habitude, le scénariste n'expose pas la situation sous la forme d'une analyse psychanalytique, avec un vocabulaire idoine. Il préfère montrer. Il faut d'ailleurs attendre plusieurs scènes avant que le lecteur ne découvre pourquoi ce personnage a changé d'avis, avec une sentence définitive sur la religion, thème duquel le récit s'était jusqu'alors tenu à distance respectable, avec la seule exception de la foi d'Herschel Greene (mais sans montrer sa pratique). La résilience est à nouveau montrée dans ses manifestations, et ses mécanismes de transition. le lecteur ressent que Robert Kirkman met en scène à sa manière les 5 étapes du deuil théorisées par Élisabeth Kübler-Ross. En particulier, un personnage en est au stade du marchandage, prêt à accepter que la vie ne revienne pas à la normale, mais que dans ces cas-là il faut qu'il puisse quand même s'installer en paix, dans un endroit où il peut croire qu'il ne sera jamais visité par les zombies. le scénariste continue de mettre en scène l'utilisation d'un objet transitionnel très inattendu et vu dans le tome précédent, pour Rick Grimes. Là encore, il utilise des concepts psychanalytiques, sans les nommer, mais en montrant leur manifestation extérieure. Il le fait de manière plus traditionnelle avec une nouvelle séquence de rêve dans laquelle l'inconscient de Rick Grimes s'exprime quand même de manière assez littérale.
À un moment inattendu, 3 personnages dont un enfant en viennent à évoquer leurs transgressions morales. C'est également un thème qui avait déjà été abordé, mais qui reste d'une actualité traumatisante. Robert Kirkman enfonce le clou sur le fait que ces nouvelles conditions de vie mettent les individus à l'épreuve, mais nécessitent également un nouveau code moral. Il oppose la propension de plusieurs personnages à attendre un réconfort utopique, avec la réalité de leurs actions, la fréquence à laquelle ils sont amenés à transgresser le code moral en vigueur dans l'état de civilisation précédant l'épidémie zombie. Cette séquence de confidences sur les moments vécus comme les plus traumatisants dégage une puissance émotionnelle encore accrue par le fait que l'un d'entre eux est un enfant. le lecteur reçoit en pleine face le fait que ce monde infesté de zombies est devenu le quotidien normal pour les générations futures. Pourtant il ne peut s'empêcher de juger la réaction de cet enfant avec ses convictions morales de lecteur, inadaptées à ce monde de zombies, ce qui rend la réaction encore plus poignante.
Robert Kirkman revient également à nouveau sur la question de la confiance. Il joue avec le lecteur d'une manière aussi habile que cruelle. Les différents tomes du récit attestent qu'un individu seul n'a aucune chance de survie dans ce monde de zombies. le salut réside dans la force que procure le nombre de la communauté. Or Rick Grimes et les autres ont acquis le statut d'étrangers devant faire leur preuve dans une nouvelle communauté qui ne les attendait pas. Ils sont passés du camp des décideurs, ceux ayant le pouvoir d'accepter ou de refuser des nouveaux venus, au camp des demandeurs d'asile dans une communauté. Mais les questions restent les mêmes. Pourquoi une autre communauté accepterait-elle de bonne grâce la venue de nouveaux membres dont elle ne sait rien, auxquels elle ne peut accorder qu'une confiance très limitée ? Kirkman retourne le couteau dans la plaie avec le retour de Morgan Jones, apparu pour la première fois dans le tome 1. D'un côté Rick Grimes le connaît (= un certain niveau de confiance) ; de l'autre côté il présente un comportement anormal, voire même aberrant en termes de survie. Que faire ?
De manière tout aussi évidente, la situation de Rick Grimes en tant que simple membre d'une communauté génère une ambiance conflictuelle. Quel que soit son état d'esprit, il n'en conserve pas moins l'expérience qu'il acquise dans les tomes précédents, et il se heurte aux choix directifs d'Abraham Ford. Il y a donc une confrontation latente entre 2 alpha-mâles qui ne sont pas habitués à travailler ensemble, qui n'ont jamais appris à le faire, à s'approprier des méthodes qui leur permettraient de le faire. Forcément, l'expression de la puissance et de la virilité repasse par la possession d'armes à feu et leur utilisation. Dans ce contexte, il s'agit d'une démarche rationnelle, car les armes à feu permettent de mettre fin à la menace incarnée par la présence d'un zombie. À nouveau, c'est le décalage avec la civilisation telle qu'elle existe aujourd'hui qui fait réagir le lecteur. Une arme à feu sert à tuer (quelle révélation) et elle ne peut pas constituer une réponse aux agressions, un outil pour construire le vivre ensemble. Mais dans le monde de Rick Grimes, c'est un outil de survie à caractère indispensable, et donc une source potentielle de mort subite tout le temps à portée de main, en cas de désaccord entre individus.
Finalement Robert Kirkman ne se contente pas de resservir encore les mêmes thèmes puisqu'il les réaborde en changeant de point de vue à chaque fois. Qui plus, il introduit bel et bien de nouveaux éléments dans son récit, à commencer par l'idée de consigner par écrit les observations faites sur les zombies pour initier une forme de passation de savoir sur le sujet, mais aussi avec le phénomène de horde de zombies. Comme à son habitude, il ne se sert pas des hordes comme d'une métaphore ou d'un commentaire social, mais comme d'un phénomène au premier degré, laissant le lecteur libre d'y projeter n'importe quelle interprétation qui lui passe par la tête.
10 tomes et 5 ans d'existence pour la série : le lecteur apprécie que les auteurs aient toute latitude pour prendre leur temps et raconter leur histoire à leur manière. Il se rend compte qu'il s'est attaché aux personnages qui n'ont rien de héros au coeur pur, mais tout d'êtres humains en cours d'adaptation plus ou moins réussie à un monde dépourvu de sens, où la mort est présente chaque jour et rôde à chaque instant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
boudicca
  11 janvier 2013
« Vers quel avenir ? » Voilà bien une question que l'on se pose depuis le début de la série. Après les espoirs déçus et les innombrables pertes dues autant aux zombies qu'aux autres survivants, quel avenir est-il effectivement encore possible pour Rick et son groupe ? C'est ce qu'ils vont tâcher de découvrir en prenant la route pour la ville de Washington où se trouverait, selon le scientifique Eugène rencontré dans le tome précédent, un possible abri et surtout des réponses aux questions que l'on se pose depuis le tout premier volume sur l'origine de l'épidémie et son remède. Après l'échec de leur tentative d'installation dans un pénitencier désaffecté, voilà donc nos survivants de retour sur la route où les dangers ne cessent de se multiplier, cette fois encore autant à cause des rôdeurs que des autres groupes qui, on l'a vu, en viennent peu à peu à adopter des comportements de plus en plus radicaux.
Les relations complexes qui unissent les différents membres du groupe occupent, évidemment, encore et toujours le devant de la scène. On assiste notamment à l'apparition de dissensions au sein de cette communauté restreinte et Rick a fort à faire entre Dale qui en vient à douter de sa capacité à diriger et envisage de poursuivre sa route seul en compagnie d'Andréa et des jumeaux, et Abraham, nouvel arrivant qui va lui aussi contester son autorité. Kirkman nous offre également, comme d'habitude, son lot de scènes choquantes et de retournements de situation. Si la plupart des surprises que l'auteur nous a réservé jusqu'à présent ont en général été peu plaisantes, on a cependant ici la joie de retrouver l'un des personnages que l'on avait découvert au tout début de la série et qui ne s'était jusqu'à présent pas manifesté.
Ce dixième album se révèle au final aussi agréable à lire que les précédents grâce à un dosage parfait d'action et de traitement de la psychologie des personnages. Comme toujours la suite se fait attendre avec beaucoup d'impatience et on ne doute pas qu'elle sera à la hauteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Aethel_Lataniereauxlivres
  17 novembre 2015
Après l'excellent neuvième tome j'étais impatiente de découvrir ce que me réservait cette suite et si le coup de coeur allait finir par être là, ce n'est pas encore le cas mais on s'en rapproche très près, j'avais adoré le tome précédent mais ce tome ci fait encore mieux.
A la fin de "Ceux qui restent" le groupe était de nouveau entier et accueillait trois nouveaux arrivants; Abraham, Rosita et Eugene; qui cherchent à rejoindre Washington.
N'ayant rien de mieux à faire, le groupe décide de les suivre, sur le chemin Rick (accompagné d'Abraham et de Carl) décide de faire un détour pour retourner dans son ancienne ville, et faire un crochet par le commissariat pour prendre des armes, mais qui dit patelin ne dit pas forcément coin tranquille et entre mauvaises surprises et retrouvailles avec des personnages déjà croisés auparavant, leur petite escale ne sera pas de tout repos...
Je commence par ce qui fâche : Rick continue à avoir ses hallucinations et je dois dire que c'est la seule chose qui me saoule dans ce tome, je ne veux pas voir Lori, je ne veux pas entendre parler d'elle, même si elle n'est pas vraiment là c'est déjà trop, donc j'aimerai vraiment que Robert Kirkman me vire cette morue une bonne fois pour toute, on sait que Rick est devenu taré donc la pintade n'a vraiment plus aucune raison d'être là même si cela ne concerne que quelques vignettes !
En dehors de cela, nous suivons donc Rick et Abraham pendant leur week-end en amoureux, les deux ne peuvent pas se supporter et sont à deux doigts de se latter l'un l'autre mais ils se rendent compte qu'en fait ils ne sont pas si différents que cela et au passage cela nous permet d'en apprendre plus sur le lourd passé d'Abraham qui n'est pas juste une grosse brute demeurée et clichée comme on pouvait le croire mais un personnage plus profond qui se bat contre de vieux démons.
Les tensions ne se concentrent pas qu'entre Rick et Barberousse mais d'autres personnages commencent aussi à en avoir ras la casquette du leadership de Rick et vu que le personnage qui en veut à Rick est un personnage que je ne peux pas blairer, qui à un peu trop tendance à s'imaginer dans "La petite maison dans la prairie" et que j'espère voir très vite crever, j'ai hâte de voir comment sa relation avec Rick va évoluer car avec un peu de chance ce dernier lui collera un coup de hache dans la tronche pour régler le problème ! (Oui chez moi discuter c'est pour les faibles, quand on s'engueule on règle ça comme des bourrins !)
Quant aux autres personnages, Carl gagne encore en consistance, Mister Mulet 1983 (Eugene) ne sert à rien mais fait une réflexion intéressante sur les zombies qui ont l'air d'avoir un comportement différent de d'habitude... La Lara Croft du pauvre (Rosita) ne sert à rien non plus, et l'un des jumeaux commence à avoir des attitudes de psychopathe, chose pas du tout surprenante quand on connait Shining on le sait que les jumeaux ne sont pas dignes de confiance ! Ajouté à cela une nouvel arrivant qui n'a pas l'air au meilleur de sa santé mentale et on se retrouve avec un groupe tout juste bon à être enfermé en asile, très rassurant !
On dit souvent qu'on doit avoir le coeur (et l'estomac) bien accroché dans cette série et c'est encore une fois juste, le gore n'est pas très présent (enfin pas plus que d'habitude) mais la violence psychologique est à un bon niveau et certains moments très durs de ce tome m'ont vraiment provoqué un noeud dans le ventre, c'est inattendu, c'est percutant, c'est fait de telle sorte que c'est réaliste et surtout les répercutions sont là, ce ne sont pas juste des événements balancés n'importe comment dans le seul but de nous choquer et de nous écoeurer.
Ce tome n'est peut-être pas celui dans lequel l'histoire avance le plus, mais la psychologie est encore une fois bien creusée et cela affecte les différentes relations entre les personnages que ce soit en bien ou en mal, on peut donc s'attendre à ce que cela ait une incidence sur les tomes suivants et j'ai dores et déjà hâte de savoir si certains vont en faire les frais (en espérant que les personnages que j'aime ne clamsent pas !)
Bref, je sais que certains n'ont pas été convaincus par ce tome mais moi je l'ai beaucoup apprécié et c'est vraiment frustrant de ne pas avoir le tome suivant sous la main pour découvrir la suite !
Lien : http://au-fil--des-pages.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          67
Dionysos89
  10 août 2012
Avec « Vers quel avenir ? », la série Walking Dead scénarisée par Robert Kirkman poursuit sa quête de rédemption et de recherche des origines de cette formidable épidémie que constitue les « morts-vivants ».
Pur tome de transition au départ (dans la trame de fond lancée par le tome précédent, c'est-à-dire le voyage entrepris en direction de Washington), il n'en constitue finalement pas un grâce au talent de Kirkman qui nous surprend toujours une fois de plus. En effet, on a beau savoir que le danger rôde, Kirkman trouve toujours nos points faibles pour nous horrifier encore davantage, et on peut dire que dans ce tome, l'horreur est belle et bien présente ! Car finalement Robert Kirkman réussit à entretenir la même teneur tout au long des aventures de Rick et de ses compagnons de voyage : se servir d'une catastrophe majeure pour peindre des relations humaines complexes, tendues jusqu'à leur paroxysme.
Pour revenir à ce tome proprement dit, je dirais « attention au dessin malgré tout » : quelques personnages, dont Rick lui-même, pâtissent d'un certain laisser-aller de la part du dessinateur, ce qui est un peu regrettable. Espérons que Charlie Adlard ne perde pas l'inspiration de suite car il reste encore beaucoup d'épisodes à dessiner, à n'en pas douter. Tant d'épisodes encore en effet, puisque de cliffhanger final, ici, il n'y en a pas. Seul bémol à ce tome franchement haletant.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

critiques presse (1)
SciFiUniverse   02 décembre 2019
Vers quel avenir ? entraîne les personnages (survivants) de The Walking Dead dans une errance aussi bien physique que morale : leur recherche de repères, à adapter aux dangers de ce monde, et d'un havre de paix les plonge dans l'incertitude. Un tome qui construit un nouveau suspense.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
garrytopper9garrytopper9   05 novembre 2014
Ce n’est pas le monde idéal pour grandir. Pas le monde idéal tout court. Et ça me dégoute que ce soit le seul qui nous reste.
Commenter  J’apprécie          240
Dionysos89Dionysos89   06 novembre 2012
Tu vas ramer avec ton gosse, après un truc pareil… Déchirer un mec… lui sortir les tripes… T’es plus le même « Papa chéri » après ça. Tu seras plus jamais pareil après ça.

Commenter  J’apprécie          120
Dionysos89Dionysos89   04 octobre 2012
- Regarde ! Tu vois pas ?!
- C’est quoi ?
- Une horde… la plus grosse que j’ai jamais vu. Et elle vient par ici. Alors, on bouge de là ou on s’encule ?

Commenter  J’apprécie          130
PartheniaParthenia   07 novembre 2014
Il était gentil avec moi... la plupart du temps. Et puis, il est devenu fou... Il allait tuer mon père. Alors, je l'ai tué. Je l'ai vu saigner. Et il est mort. Il avait peur. Mais pas autant que moi... Parfois, j'y repense. Ca me rendait triste... Mais maintenant, je suis bien content d'avoir tiré. J'aimerais avoir abattu l'homme qui a tué ma mère et ma soeur. Et cet homme, cette nuit... Même s'il n'a pas pu me faire de mal. J'ai vu ce que tu as fait cette nuit, P'pa. J'ai pas regardé ailleurs. J'ai pas eu peur. Je voulais que tu le fasses... J'aurais voulu t'aider. J'ai des idées... Si tu le savais, à quoi je pense, parfois... J'ai peur que tu me détestes...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
GalaxioNGalaxioN   22 janvier 2016
- Regardez... Il ne bouge pas d'un pouce. Je suis là et c'est à peine s'il peut ouvrir la bouche pour me mordre. Il sait qu'il doit me mordre... Il en a envie... Mais il est trop faible. C'est fascinant.
Commenter  J’apprécie          70
Lire un extrait
Videos de Robert Kirkman (63) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Kirkman
Masterclass Robert Kirkman
Abonnez-vous à notre chaîne ! https://www.youtube.com/user/bdangouleme/videos
Programmation et infos sur bdangouleme.com ou sur les réseaux avec @bdangouleme
RAJA partenaire principal du Festival : www.raja.fr
autres livres classés : zombiesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Robert Kirkman

Quel futur dessinateur de comics et un de ses premiers collaborateurs a-t-il rencontré dès le lycée ?

Brian Michael Bendis
Charlie Adlard
Michael Avon Oeming
Tony Moore

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thème : Robert KirkmanCréer un quiz sur ce livre
.. ..