AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756039578
Éditeur : Delcourt (04/09/2013)

Note moyenne : 4.13/5 (sur 238 notes)
Résumé :
Walking Dead est une série de comic books publiée depuis 2003. Elle a été créée par Robert Kirkman (scénariste) et Tony Moore (dessinateur) puis Charlie Adlard (dessinateur). Cette série narre les péripéties d'un groupe de personnes essayant de survivre dans un monde peuplé de zombies. L'origine du phénomène demeure inconnue. Rick Grimes, le héros, tente tant bien que mal de faire survivre son groupe de rescapés dans ce monde hostile et effrayant, cherchant le refug... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
Dionysos89
  06 septembre 2013
Walking Dead honore son rendez-vous de la rentrée avec ce dix-huitième tome, ténébreusement titré « Lucille… ».
Lucille la terrible, Lucille la piquante, Lucille la mortelle. Ce prénom désormais fortement connoté dans nos consciences renvoie en fait à cet objet de tous les délices depuis le dix-septième tome, ce véritable totem cher au nouveau personnage fort de la série : Negan. Et en fait, c'est sur lui que nous en apprenons davantage ici. Une nouvelle communauté, les Sauveurs comme ils s'appellent ; un nouveau statu quo, car Rick et ses amis réagissent de manière bancale aux événements du tome précédent ; un nouveau vilain, parmi les pires qui soient mais sûrement aussi avec une consistance et une personnalité largement plus profonde que ce qu'on a déjà pu lire précédemment… bref, un scénario qui nous développe le contexte de la menace Negan-Lucille sans retomber dans les méandres d'autres tomes qui apparaissaient clairement comme de simples transitions. Pour cette fois, Robert Kirkman ne se moque donc pas de nous et réussit à repartir sur une nouvelle trame de fond qu'il risque par contre d'utiliser un bon bout de temps car il nous montre beaucoup de choses en les abordant seulement quelques pages, notamment le potentiel de Carl (enfin !!!) ainsi que le monde « civilisé » tissé entre les différentes communautés de la région (la communauté de Negan alias les Sauveurs, le royaume d'Ezéchiel, etc.). du potentiel donc pour plusieurs tomes.
Côté dessins, il faut le reconnaître, Charlie Adlard n'a pas toujours été au top niveau sur chaque chapitre ; en revanche, sur ceux qui composent ce tome, il est vraiment très (très) bon. le noir et blanc évite de donner un quelconque crédit à un encreur : ici tout est de la patte du dessinateur. Ses planches sont toujours bien tournées pour nous focaliser sur le détail qui tue, ou bien il utilise des plans fixes pour figurer le mouvement des personnages, c'est vraiment bon. Les planches les plus saisissantes sont évidemment celles mettant en lumière les estropiés qu'on a déjà pu connaître au fur et à mesure, eh bien il nous surprend encore avec des plans emplis d'ombre, des zooms terrifiants et des figures dépitées. Vraiment un bon cru graphique.
Malgré un titre français que je ne comprends pas, ce dix-huitième tome honore la série de nouveaux objectifs avec les qualités habituelles de Robert Kirkman, ainsi que de planches de très bonne qualité. Cela devrait inciter tous les lassés de cette série, dont je ne fais pas partie, à se laisser tenter à nouveau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
Presence
  30 août 2017
Ce tome fait suite à Walking Dead, Tome 17 : Terrifiant (épisodes 97 à 102) qu'il faut avoir lu avant. Il comprend les épisodes 103 à 108, initialement parus en 2012/2013, écrits par Robert Kirkman, dessinés et encrés par Charlie Adlard, avec des nuances de gris appliquées par Cliff Rahtburn.
Dwight a commencé sa marche le menant de la zone d'Alexandria à la base de Negan. Paul Monroe (Jesus) l'a pris en filature sur les ordres de Rick Grimes pour en apprendre plus sur cette bande qui se fait appeler les Sauveurs. Suite à sa déclaration à la communauté d'Alexandria, Rick doit faire face à la colère froide d'Andrea qui est en train de préparer sa valise pour quitter le pavillon. Il faut encore qu'il essaye d'amadouer son Carl, lui aussi franchement déçu par le choix de son père. Pour achever de pourrir sa journée, Negan lui-même se présente à la grille de la communauté d'Alexandria, avec une petite armée derrière lui. Pendant qu'il patiente pour que Rick Grimes vienne leur permettre de pénétrer dans l'enceinte, ses hommes de main éclatent le crâne de plusieurs zombies présents alentours.
Une fois que Rick Grimes s'est résigné à ouvrir la grille, il se retrouve à faire le guide pour que Negan puisse jauger de leur installation, et de leurs ressources. Negan confie sa batte de baseball Lucille à Rick. Il passe devant Carl qui apostrophe Negan, lui indiquant qu'il se montrera sans pitié vis-à-vis de lui. Negan prend cette déclaration avec le sourire. Pendant ce temps-là, ses hommes de main ont commencé à s'emparer de la moitié des médicaments de la pharmacie, comme convenu dans l'accord passé pour assurer la protection de la communauté, sauf qu'ils choisissent les plus puissants. La docteure Denise Cloyd proteste avec véhémence. Après le départ de Negan et ses homes, Rick Grimes constate que Carl a disparu.
Depuis 2 tomes, le récit est reparti sur la base d'un changement de paradigme. L'enjeu n'est plus cantonné là la survie du petit groupe de Rick Grimes. Depuis que Paul Monroe a pris contact avec la communauté d'Alexandria, la série est entrée dans une phase plus complexe de reconstruction de la société. le petit groupe mené par Rick Grimes doit toujours lutter pour sa survie, mais dans le cadre plus complexe de la coexistence de plusieurs communautés. Dans les tomes précédents, Robert Kirkman a établi que Rick Grimes représente la meilleure chance de survie pour tous ceux qui ont décidé de le suivre. Il s'en suit une gouvernance qui prend une forme de dictature éclairée dans laquelle Rick Grimes a le dernier mot et est seul maître à bord en situation de crise, mais où il a appris à consulter les autres en dehors de ces temps de danger grave et imminent. Cette dynamique est complètement remise en cause par l'existence de la communauté Hilltop et la réinstauration d'une forme primaire de commerce. Elle est à nouveau remise en cause par l'exercice d'un racket organisé, un groupe prélevant un lourd tribut sur les communautés qui produisent des fruits et légumes ou qui récupèrent des biens de consommation dans la zone où ils évoluent. le groupe de Negan fait régner la loi du plus fort, aux dépens des communautés plus faibles.
Dans ce tome, le lecteur constate de nouveau les qualités de concepteur de Robert Kirkman. Pour que cette nouvelle dynamique fonctionne, il faut que les autres communautés disposent elles aussi d'un meneur crédible. Respectant l'adage qui veut qu'un héros a besoin d'un ennemi fort et charismatique, l'auteur a imaginé et donné vie à un opposant fascinant et monstrueux. Témoin d'une exécution barbare, le lecteur en avait pris toute la mesure quand il l'avait vu utiliser sa batte de baseball pour la première fois. Negan fait preuve d'un comportement de psychopathe dans la mesure où il n'envisage les autres que comme des moyens pour arriver à des fins, comme êtres qu'il convient de manipuler pour leur faire respecter des règles. le lecteur observe à nouveau une démonstration de sadisme cruel, dénué de tout remords et de toute hésitation, avec l'usage immonde d'un fer à repasser. La scène ne dure que 3 cases, mais le lecteur en a le coeur au bord des lèvres. À nouveau, les choix graphiques de Charlie Adlard révèlent toute leur pertinence. Il n'augmente pas le niveau descriptif de ses dessins ; il laisse l'imagination du lecteur faire une partie du travail de représentation. C'est le degré d'imprécision qui contraint le lecteur à combler les lacunes et cette participation active rend la scène d'autant plus abjecte et nauséeuse.
Robert Kirkman ne joue pas que sur le sadisme et le manque d'empathie de Negan, il joue aussi sur son efficacité et sa logique. le lecteur refuse de l'admettre, mais le mode de gestion des êtres humains par Negan assure la pérennité et la prospérité de sa communauté. En contraignant les hommes et les femmes à lui obéir, il ferme la porte à une autre possibilité de comportement, assurant leur loyauté par la cruauté des châtiments. En tant que conteur, Kirkman intègre ainsi des scènes choc répugnantes et horribles, constituant un divertissement pervers et irrésistible pour ses lecteurs, aussi fascinant qu'un accident de la route, ou qu'une catastrophe en train de se produire. La perversité de de la narration ne s'arrête pas là. Negan agit comme un psychopathe et le lecteur a pris la mesure de sa dangerosité. Il frémit donc en voyant Carl défier Negan, et en voyant Denise Cloyd s'opposer à la ponction dans sa réserve de médicaments. du coup, il sent les gouttes de sueur couler le long de son dos quand Carl provoque Negan, puis quand Rick Grimes frappe carrément Negan. le résultat est couru d'avance, mais il est impossible de savoir quelle forme prendra le prix à payer.
Le magnétisme rayonnant de Negan doit également beaucoup à Charlie Adlard. Il le représente comme un individu avec un forte carrure, qui en impose par sa simple présence, mais sans jouer sur une musculature de bodybuilder. À aucun moment dans ce tome, Negan ne quitte son jean, ses bottes et son blouson de cuir. L'unicité de sa tenue renforce son identité visuelle, faisant penser à une sorte de costume immuable. L'artiste donne encore plus de prestance au personnage, en montrant qu'il adopte une attitude posée et mesurée, à l'opposé d'un méchant d'opérette brassant de l'air. Negan ne s'agite pas dans tous les sens, il réfléchit avant d'agir, il mesure ses propos et il mesure ses gestes. Il observe ses interlocuteurs avant de prononcer sa sentence, ou d'annoncer la couleur. Même quand il éclate un zombie devant le portail d'Alexandria, il le fait d'une geste précis et efficace. Même quand il s'élance au milieu d'une fusillade dans sa place forte, il va droit au but, sans hésitation, sans geste inutile. Adlard montre un individu souriant à chaque nouvelle rencontre. le lecteur a assisté à la manière dont il a éclaté le crâne d'un homme à coup de batte de baseball ; il sait donc que ce sourire n'exprime pas une forme gentillesse, d'ouverture, ou de plaisir de vivre. Il s'agit plus d'un sourire traduisant à la fois la confiance que Negan a en lui-même et le fait que sa vie intérieure ne se déroule pas selon des schémas normaux, discernables par ses interlocuteurs. L'artiste joue à merveille de cette inaccessibilité avec le lecteur. Lors du deuxième face-à-face entre Negan et Carl Grimes, le visage du premier continue d'arborer les mêmes expressions de sourire, ou de visage fermé indéchiffrable, alors que le lecteur scrute chaque signe qui pourrait lui permettre d'anticiper la décision qu'il va prendre.
Les auteurs se montrent aussi convaincants dans le portrait qu'il dresse de Carl Grimes. Les tomes précédents avaient établi à plusieurs reprises qu'il entre la phase de l'adolescence, qu'il a beaucoup observé les adultes autour de lui, qu'il s'est adapté au nouvel ordre mondial, à commencer par la mort inéluctable et omniprésente sous la forme des zombies, mais aussi la violence destructrice et sadique des êtres humains. Ce tome le met face à un individu qui représente un asservissement injuste par la force. Carl réagit à cette situation comme il pense que son père devrait le faire, comme il a vu son père le faire à maintes reprises. À nouveau, le dessinateur sait montrer la farouche détermination de ce jeune adolescent ignorant de la peur, mais aussi sa fragilité quand il se retrouve dans une situation dans laquelle il ne sait pas comment se comporter. Carl Grimes est un enfant d'un monde dévasté par l'épidémie de zombies. Il en porte les stigmates dans sa chair, il les arbore sur son visage. le lecteur n'échappe pas à la narration appuyée des auteurs, avec un dessin en pleine page montrant le visage de Carl en gros plan, sans ses bandages. Mais dès la page suivante, il découvre un découpage de planche plus sophistiqué qui en dit long sur l'état d'esprit de Carl, sur sa détresse, avec une grosse larme exagérée par Adlard, et touchante malgré l'exagération.
Le lecteur se rend compte qu'il est complètement absorbé par le récit, complètement envouté par le comportement des personnages, en communion complète avec leur état d'esprit. L'empathie joue à plein, que ce soit pour la pression psychologique subie par Carl, pour l'angoisse et la frustration de Rick Grimes, ou encore pour le contrôle froid et terrifiant de Negan. Il constate, séquence après séquence, que les 2 narrateurs (Kirkman & Adlard) sont en phase pour montrer les éléments psychologiques, sans avoir à les nommer ou à les expliciter. le lecteur se retrouve hypnotisé par la manière dont Negan insuffle une valeur symbolique à sa batte de baseball. Il y a bien sûr le fait qu'il lui ait donné un nom. Mais il faut voir également comment il en joue en présence d'autres personnes pour sous-entendre des tortures physiques, et la manière toute aussi vicieuse dont il la confie à Rick Grimes, dans l'enceinte d'Alexandria. Negan remet sa batte à Rick, le défiant ainsi de s'ne servir contre lui, le faisant dépositaire de son arme de manière transitoire, comme une forme de marque d'asservissement. L'alpha-mâle teste l'individu en dessous de lui dans la chaîne, et montre aux autres sa position dominante, en sous-entendant qu'il ne prend pas de risque en confiant son arme à un homme aussi inoffensif, réduit à l'impuissance. Bien sûr, Kirkman ne peut pas s'empêcher d'enfoncer le clou, quand Negan ajoute une petite phrase au creux de l'oreille de Rick pour l'humilier jusqu'au bout. de la même manière, Adlard ne peut pas s'empêcher d'exagérer de temps à autre, comme lorsque Negan reçoit un coup de boule en plein nez, et qu'il ne semble pas souffrir d'un nez cassé dans la case d'après.
Tout en étant conscient que les auteurs forcent le trait, le sadisme et les effets choc, le lecteur est complètement pris par la situation, éprouve complètement les émotions des principaux personnages, et ressent que la situation ne peut que dégénérer. le tour de force narratif est tel que Kirkman et Adlard peuvent même s'amuser à faire apparaître les ficelles de l'intrigue, le lecteur reste complètement dedans, prêt à tout avaler. du coup, il accepte sans broncher les victimes arbitraires de Carl (pourquoi eux et pas leur chef ?), la coïncidence du croisement entre le véhicule de Negan et celui de Rick Grimes. le scénariste montre qu'il peut faire basculer son histoire comme bon lui semble, l'indique au lecteur, et ce dernier ne bronche pas. Kirkman est un boss aussi facétieux et terrible que Negan. En seulement 6 épisodes, les auteurs font bien plus qu'installer Negan comme un individu aussi imprévisible que crédible et faire avancer leur intrigue. Ils trouvent aussi le moyen de faire exister plusieurs des autres personnages. le lecteur sourit devant l'amour sincère que se portent Eric & Aaron, tout en notant bien que c'est l'occasion pour l'auteur de placer une petite remarque sur l'une des pierres angulaires de la civilisation. Il observe avec curiosité les émotions passer sur le visage de Dwight, attestant d'une rancoeur inextinguible, tout en sachant qu'il s'agit de préparer une trahison. Il fond littéralement lorsqu'Eugene Porter éprouve une reconnaissance indicible juste grâce à un petit mot gentil de Rosita Espinosa. Il observe avec espoir Michonne donner une leçon de destruction de zombie à Carl. À chaque fois, le lecteur sait dans son for intérieur que Kirkman est en train de préparer la suite, mais cela n'enlève rien à la justesse émotionnelle de ces relations interpersonnelles.
Le lecteur n'est pas au bout de ses surprises dans ce tome. Dans le précédent, Rick Grimes avait commencé à dissimuler une partie de ses décisions à la majorité des membres de la communauté. Il récidive dans ce tome. L'auteur n'a jamais prétendu que l'exercice du pouvoir par Rick Grimes est une démocratie, mais avec un peu de recul, le lecteur peut voir un mensonge d'état dans le fait que Grimes cache la mission de Paul Monroe (et son résultat) à l'ensemble de la communauté. Dans la manière dont cette décision est montrée, il est évident que les auteurs s'attendent à ce que le lecteur la cautionne, impliquant ainsi que tout ne doit pas être dit au grand public et la sécurité des citoyens se payent au prix de petits et de grands mensonges, charge à chaque lecteur de se faire sa propre opinion. le dernier épisode de ce tome recèle une autre surprise de taille : la première apparition d'Ezekiel, un nouveau personnage qui sait lui aussi utiliser le décorum pour impressionner ses interlocuteurs, Adlard & Kirkman se lâchant comme à leur habitude.
À l'évidence, la reconstruction de la civilisation pas à pas n'allait pas se faire dans en progressant sur un chemin tranquille, mais le lecteur ne pouvait pas s'attendre à une telle intensité narrative et dramatique dans un seul tome. Il en sort estomaqué et impatient de pouvoir lire la suite. Robert Kirkman et Charlie Adlard continuent d'asséner des moments choc pour réveiller le lecteur, mais le fond de la narration est autrement sophistiqué et dense, tout en restant parfaitement accessible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
garrytopper9
  20 novembre 2014
Ce tome permet de souffler un peu après le bien nommé « Terrifiant »….
C'est ce que j'aime dans cette série, le fait que les auteurs savent ménager leurs effets et équilibrer l'histoire pour ne pas lasser leurs lecteurs et les saturer par des rebondissements constants. Il comporte tout de même certaines scènes assez difficiles (si l'on exclut les massacres de zombies, banalisés car faisant partie du quotidien comme le serait le jardinage), notamment avec l'initiative solitaire du jeune fils de Rick, Carl, de prendre d'assaut le refuge de Negan dans un but de vengeance.
C'est ainsi que Carl va en quelque sorte quitter définitivement l'enfance, devenant un protagoniste à part entière et relançant du même coup l'intérêt pour la série. Il s'agit donc bien d'un épisode-clé, à dominante psychologique, plus axé sur les états d'âme des personnages. Quant à Negan, le « nouveau » méchant (que l'on crois à tord très similaire au gouverneur), il adoptera contre toute attente une attitude « raisonnable », même si l'on sait désormais que son esprit retors est capable du pire, surtout lorsqu'il recourt à son redoutable gourdin hérissé de barbelés, poétiquement baptisé « Lucille »…
Le trait reste bien adapté à l'histoire, pas hyper chiadé mais nerveux et allant à l'essentiel, en un mot efficace. Il en va de même pour le mouvement et le cadrage, qu'il s'agisse des scènes d'action ou psychologiques. Et une fois encore, impossible de refermer le livre sans avoir envie de connaître la suite…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
boudicca
  10 septembre 2013
« Lucille »... Un titre particulièrement évocateur pour ce dix-huitième volume de « Walking Dead » et qui n'est pas sans susciter un léger sentiment d'angoisse chez le lecteur qui aura sans aucun doute encore en mémoire les événements tragiques de l'album précédent. Si Kirkman nous a depuis un moment maintenant habitué à voir succéder à un tome riche en action et en émotion un ou deux volumes plus calmes destinés à faire retomber la pression, « Lucille » se fait cela dit pour une fois beaucoup plus passionnant et intriguant que les tomes de transition habituels. Serait-ce en raison de la présence de l'épisode « anniversaire » célébrant les dix ans de la série ? Toujours est-il que c'est un véritable plaisir de se replonger dans ce monde post-apocalyptique envahi de zombies dans lequel nos survivants ont fini par être confronté à un groupe contre lequel ils ont bien conscience de ne pas être de taille... Et la pilule est difficile à avaler, autant pour les personnages que pour nous, lecteurs, peu habitués à voir les fortes-têtes que sont Michonne, Andréa et bien sûr Rick endurer de telles humiliations sans broncher. On se rend cela dit bien vite compte qu'il ne s'agit là que d'une soumission de façade, et c'est avec impatience que j'attends de voir ce que Kirkman va bien pouvoir nous concocter pour les volumes à venir.
Sans surprise, cet album-se focalise essentiellement sur Negan, leader charismatique et cruel ayant fait une entrée fracassante dans le volume précédent. Difficile de ne pas se laisser séduire par cette petite incursion au sein d'une autre communauté ainsi que par ce personnage très dérangeant, aussi sadique et pervers que le Gouverneur mais le tout caché sous un verni de politesse et de générosité par lequel on se laisse parfois presque avoir. Comme souvent, c'est ce soin apporté à toute la galerie de personnages qui peuplent la série qui témoigne le mieux du talent de Kirkman qui réussit ici l'exploit de créer un personnage à la hauteur du célèbre et redouté Gouverneur. Ce dix-huitième volume est également l'occasion de redécouvrir le personnage de Carl, très enfantin par certains côtés mais possédant néanmoins une grande dureté née des épreuves endurés et des atrocités commises. Enfin, il est particulièrement intéressant de constater pour la première fois dans la série la mention du retour chez certaines communautés de pratiques archaïques qui paraissent complètement incongrues dans ce décor post-apocalyptique mais qui, en ce qui me concerne, m'ont particulièrement intriguée : le « peuple » s'inclinant devant son seigneur ; la pratique du marquage au fer, la présence de chevaliers en armure et même d'un roi...
Un excellent tome de transition qui laisse le lecteur avec une multitude d'interrogations mais encore et toujours captivé par l'univers et les personnages créés par Robert Kirkman. Et dire qu'il va falloir patienter encore six mois avant de pouvoir découvrir la suite des aventures de Rick et compagnie ! Heureusement que le coup d'envoi de la quatrième saison de la série télévisée diffusée par la chaîne américaine AMC sera lancé dans seulement quelque semaines...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Amindara
  29 décembre 2016
ATTENTION, cette critique contient des spoilers pour toute personne qui n'en serait pas encore arrivée là.
Rick a décidé de coopérer avec Negan, c'est donc tout naturellement que celui-ci vient faire ses courses dans la communauté. On sent qu'il y a pas mal de tensions dans l'air, tout le monde n'accepte pas que Rick ait cédé aussi facilement, mais fort heureusement, les choses se passent bien. Pas d'esclandre, pas de réelle opposition, si l'hostilité se fait bien sentir, elle reste néanmoins relativement passive. Et c'est tant mieux vous me direz, vu ce que Negan est capable de faire. Même si, entre nous, on n'attend qu'une chose : que Rick lui défonce le crâne avec sa chère Lucille ! (Pardonnez-moi, je m'égare).
Pas d'esclandre je disais ? Ouais, c'est sans compter sur l'opiniâtreté de Carl. C'est qu'il en a dans le ventre ce gosse. Vous me direz, après ce qu'il a vécu et fait, on le savait déjà. Mais là, il prend carrément l'initiative. Alors que Negan quitte la Communauté pour retourner à son QG, devinez qui est planqué à l'arrière de son camion avec une super mitraillette aussi grande que lui ? Ben c'est Carl. Et qu'est-ce qu'il fait dès qu'il arrive au QG ? Ben il fait feu. Alors, c'est dommage, il n'arrive pas à avoir Negan, mais tout de même, il en abat 6 je crois, comme ça, de sang froid. Bon, c'est un peu stupide parce que du coup, il est la merci de Negan, en plein milieu de son camp. Mais c'est un gosse, on lui en veut pas. On a juste peur pour lui du coup, vu que Negan est tellement taré qu'il en est totalement imprévisible. Et contre toute attente, il ne fait rien. On dirait plutôt qu'il prend Carl sous son aile et qu'il lui fait visiter toute son installation. On ne peut que se demander ce qu'il a derrière la tête. Surtout qu'il décide de ramener Carl à son père.
Avouez que c'est quand même bizarre. Ce gamin a vu son QG, il a des tas d'infos du coup, mais non, Negan le rend à son père. le truc, c'est que ce mec est tellement taré qu'on n'arrive pas à lui faire confiance sur ce coup-là. Il y a forcément quelque chose de caché derrière tout ça, mais on ne sait pas quoi. En attendant, Rick sait quoi faire de toutes ces infos que Carl lui donne. Son plan commence petit à petit à se mettre en place. Et nous, on commence, une fois de plus, à changer d'avis. Décidemment, les auteurs sont doués pour ça. Un coup on y croit, un coup on n'y croit plus. Pour le coup, on n'ose même plus leur faire confiance, ils sont quasiment aussi imprévisibles que Negan. En attendant, là, Jesus nous présente Ezechiel (enfin, à Rick, pas à nous), et on commence vraiment à entrevoir l'espoir. Parce qu'Ezechiel, il est prêt à prendre position contre Negan. Et il est prêt à se battre aux côtés de Rick. Et cerise sur le gâteau, un des hommes de Negan se pose là comme étant ennemi de son patron. Il veut s'allier aux anti-Negan et jouer le rôle d'infiltrer à l'intérieur même du clan de l'ennemi numéro 1. Alors ouais, on a du mal à lui faire confiance, cela dit, il a d'excellentes raisons de trahir Negan. La chance est peut-être de notre côté ?
En tout cas, la tempête n'a jamais été aussi proche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (3)
ActuaBD   12 septembre 2013
Judicieusement intitulé "Lucille", ce nouvel épisode de Walking Dead lève un peu plus le voile sur Negan, la nouvelle grande menace dans la série. Un album qui s’annonce comme le prélude à une guerre totale.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Bedeo   06 septembre 2013
Très bon tome de Walking Dead qui reste la série à suivre !
Lire la critique sur le site : Bedeo
Sceneario   04 juillet 2013
Adlard est toujours au sommet de son art. Il donne une sacré prestance à Negan, avec un look original et surtout l'affublant d'une "compagne" assez dure nommée Lucille. Certains dialogues de Kirkman concernant la batte de base-ball sont très bons, d'ailleurs. Outre Negan, Adlard soigne l'entrée en matière d'Ezekiel.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
garrytopper9garrytopper9   20 novembre 2014
- Je vous révélerai ses secrets, ses points faibles…Je vous amènerai sa tête de con sur un plateau, et là, peu importe que vous me fassiez confiance, parce qu’il sera mort, et ce cauchemar sera enfin terminé.
Commenter  J’apprécie          180
MariloupMariloup   24 août 2018
Carl: Rentrez chez vous ou vous allez comprendre à quel point on est dangereux.
Negan: Merde. Excuse-moi, jeune homme... et pardonne mon putain de langage mais... m'aurais-tu menacé? ça ressemblait à une menace, mais je préfère être sûr, vis-à-vis de ce genre de choses.
Rick: Carl, rentre à la maison. Vite.
Negan: Je suis en pleine conversation, là. Merde. Sois poli, un peu. Où en étions-nous, mon garçon? Ah oui... tu as de la lave en fusion dans les couilles. Je n'ai pas bien entendu. Tu disais? J'aime mieux ça. Maintenant, écoute ton papa et tire-toi de là. Mignon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Dionysos89Dionysos89   14 novembre 2013
On survit, on apporte la sécurité aux autres. On ramène la civilisation en ce bas monde. On est les Sauveurs.

Commenter  J’apprécie          130
Dionysos89Dionysos89   05 septembre 2013
Les règles nous gardent en vie.

Commenter  J’apprécie          140
bdelhaussebdelhausse   12 janvier 2016
T'es con, je rigole, une batte de baseball, ça n'a pas de chatte ! (p.63)
Commenter  J’apprécie          60
Lire un extrait
Videos de Robert Kirkman (63) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Kirkman
Masterclass Robert Kirkman
Abonnez-vous à notre chaîne ! https://www.youtube.com/user/bdangouleme/videos
Programmation et infos sur bdangouleme.com ou sur les réseaux avec @bdangouleme
RAJA partenaire principal du Festival : www.raja.fr
autres livres classés : zombiesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Robert Kirkman

Quel futur dessinateur de comics et un de ses premiers collaborateurs a-t-il rencontré dès le lycée ?

Brian Michael Bendis
Charlie Adlard
Michael Avon Oeming
Tony Moore

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thème : Robert KirkmanCréer un quiz sur ce livre