AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253093435
86 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (09/02/2012)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 17 notes)
Résumé :
A la fin de la Renaissance, le duc de Guise s'éprend de Mlle de Mézières. Mais bien qu'elle l'aime aussi, la jeune fille est contrainte d'épouser le prince de Montpensier. Trois ans plus tard, un jour qu'il a perdu son chemin près du château de la princesse, le duc la rencontre au bord d'une rivière où elle est venue se reposer : elle rougit à sa vue, et lui-même comprend aussitôt que sa propre passion n'est pas morte.

Publié en 1662, le court récit d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Cer45Rt
  10 juin 2019
"La Princesse de Montpensier" et "La Comtesse de Tende" sont deux très courts romans de Madame de Lafayette.
On trouve dans les deux de l'élégance, de la légèreté, des qualités de style et cette faculté de retranscrire parfaitement la société et les moeurs du XVIIème siècle qui fait, plus que tout autre chose, la qualité des récits de Madame de la Fayette.
La confrontation de ces deux récits permet en outre de constater l'évolution des écrits de Madame de la Fayette, car "La Princesse de Montpensier" est le premier roman jamais publié par l'auteur de "La Princesse de Clèves" ; et que "La Comtesse de Tende" est le dernier.
Il s'agit donc de deux récits fort intéressants que nous livre ici l'auteur de "Zaïde".
Commenter  J’apprécie          201
Lazlo23
  23 octobre 2017
Au coeur de ces deux nouvelles, des femmes qu'on a mariées à des hommes qu'elles n'aiment pas – ou n'aiment plus. Comme elles sont jeunes et belles, les sollicitations ne manquent guère : ainsi, autour de la Princesse de Montpensier, ce ne sont pas moins de quatre « amants » (au sens classique du terme) qui se pressent, multipliant serments et marques d'attention, comme autant de pièges mortels.
Car les uns et autres appartiennent à un monde où se trouver seul avec une femme qui n'est pas la sienne, c'est risquer de ruiner définitivement sa réputation… Et bien sûr, tout cela se termine très mal, en particulier pour les femmes.
À la lecture de Madame de la Fayette (1634-1693), on ne peut en effet qu'être frappé par la dissymétrie existant entre le destin des hommes (qui certes souffrent, mais finissent presque toujours par s'en sortir la tête haute) et celui nettement plus tragique des jeunes épouses qu'ils compromettent.
Tout cela est raconté dans une langue simple et sans apprêt, qui excelle à suggérer plutôt qu'à dire, à l'image des personnages souvent contraints d'user d'euphémismes et de sous-entendus pour exprimer les sentiments les plus ardents…
C'est vraiment très beau...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
CelineArthemiss
  16 janvier 2018
Se replonger dans les Classiques grâce au Reading Classics Challenge 2018 fait du bien, beaucoup de bien !
Tout d'abord côté écriture : retrouver les belles Lettres de naguère bien qu'un tant soit peu surannées est un vrai bonheur. Vraiment ! Je regrette que notre si belle langue se fracasse un peu trop sur l'autel de la rue et des dérives contemporaines. Il ne faut pas jamais l'oublier, il faut absolument la faire perdurer.
Ensuite côté Histoire : se frotter de nouveau à celle de France est une bonne piqure de rappel. On oublie malheureusement vite les faits que l'on ne côtoie plus assez. Même si Madame de Lafayette prend quelques libertés non négligeables.
Nouvelle qui date de 1662, on y croise outre la Princesse le Duc de Guise, le Comte de Chabannes, le Duc d'Anjou et j'en passe…
Elle relate le destin tragique de Mademoiselle de Mézières sur fonds de passions, de devoirs, de rivalités politiques…
Lien : https://arthemiss.com/la-pri..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Lazlo23Lazlo23   22 octobre 2017
Le duc de Guise acheva d’en devenir violemment amoureux ; et, voulant, par plusieurs raisons, tenir sa passion cachée, il se résolut de la lui déclarer d’abord, afin de s’épargner tous ces commencements qui font toujours naître le bruit et l’éclat. Étant un jour chez la reine, à une heure où il y avait très-peu de monde, la reine s’étant retirée pour parler d’affaire avec le cardinal de Lorraine, la princesse de Montpensier y arriva. Il se résolut de prendre ce moment pour lui parler, et s’approchant d’elle : « Je vais vous surprendre, madame, lui dit-il, et vous déplaire, en vous apprenant que j’ai toujours conservé cette passion qui vous a été connue autrefois, mais qui s’est si fort augmentée en vous revoyant, que ni votre sévérité, ni la haine de M. le prince de Montpensier, ni la concurrence du premier prince du royaume, ne sauraient lui ôter un moment de sa violence. Il aurait été plus respectueux de vous la faire connaître par mes actions que par mes paroles ; mais, madame, mes actions l’auraient apprise à d’autres aussi-bien qu’à vous, et je souhaite que vous sachiez seule que je suis assez hardi pour vous adorer. » La princesse fut d’abord si surprise et si troublée de ce discours, qu’elle ne songea pas à l’interrompre ; mais ensuite, étant revenue à elle, et commençant à lui répondre, le prince de Montpensier entra. Le trouble et l’agitation étaient peints sur le visage de la princesse ; la vue de son mari acheva de l’embarrasser, de sorte qu’elle lui en laissa plus entendre que le duc de Guise ne lui en venait de dire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Madame de La Fayette (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Madame de La Fayette
Pierre Pachet Sans amour : où Pierre Pachet tente de dire quel est le sujet de son livre "Sans amour" publié aux éditions Denoël , et quel n'est pas son sujet, et où il est question notamment de chasteté et de renoncement, de mariage et de veuvage, de "La Princesse de Clèves" et de "la Nuit de l'iguane", de Richard Burton et de Deborah Kerr, à l'occasion de la fête du livre de Nyons (Drôme) le 4 juin 2011 Les dames âgées ne sont pas nées telles. Elles furent des jeunes filles, qui attiraient le regard des hommes et le regard en général. Pour les regarder comme elles le méritent, je dois opérer une conversion de mon regard : le forcer à cesser de se tourner vers ces jeunesses attirantes, pleines de vie et de charme, dont le sourire heureux, conquérant, ravageur, s'atténuera puis s'effacera avec l'âge, sans qu'elles perdent pour autant leur beauté ou leur attrait...
+ Lire la suite
autres livres classés : 17ème siècleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Madame de La Fayette

En quelle année Madame de La Fayette est-elle née ?

1534
1634
1734
1834

10 questions
62 lecteurs ont répondu
Thème : Madame de La FayetteCréer un quiz sur ce livre