AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B0000DMQ6S
Éditeur : Gallimard (30/11/-1)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Ce roman est un témoignage original sur les deux jeunesses contemporaines françaises : celle du narrateur, jeune professeur de philosophie révolté, nommé dans un lycée technique provincial, et celle de ses élèves, ceux qu'on appelle la masse silencieuse : jeunesses opposées à tout point de vue et pourtant unies dans la même « irrévolution » : vaine confrontation d'une insurrection purement verbale et d'une indifférence, d'une résignation que l'on devine, au cours de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   04 février 2018
Il y a plusieurs degrés dans la pauvreté ; il y a plusieurs rangs dans le prolétariat. Même là, toutes proportions gardées, on retrouve des privilégiés, et les autres. Il y a mes filles des classes commerciales : la crème, comme dit mon collègue ; de gentilles petites personnes, bien mises, fraîches, bavardes,effrontées, amusantes. Et puis il y a les apprentis-chaudronniers, relégués dans les ateliers, derrière un demi-mètre de béton, affairés et laconiques.
La grande différence entre les uns et les autres, la plus immédiatement sensible, c’est précisément que mes filles, que mes élèves des classes économiques parlent ; plus ou moins bien, plus ou moins volontiers ; jamais comme nous, bourgeois, avec notre aplomb, notre « naturel » ; mais enfin ils parlent ; les autres pas. Ceux qui auraient le plus de choses à dire, ou plutôt à redire sur leur compte, ne disent rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   04 février 2018
J’avais appris la philosophie, mais pas pour l’enseigner. Je n’avais même pas appris la philosophie, j’avais seulement lu quelques livres et passé les examens. Et la philosophie, pour moi, en moi, ce n’était pas un savoir ; encore moins quelque chose que je pusse enseigner. C’était plutôt un certain malaise, constant, depuis mon enfance je crois bien. Une question, une pensée ; pas tout à fait une pensée ; quelque chose de lancinant, juste sous la conscience, comme une impatience sous la peau, sur le point d’affleurer ; mais sur le point seulement ; et qui vous irrite sans que vous puissiez l’atteindre. La philosophie, en moi, c’est quelque chose comme le voisin du dessus qui ferait les cent pas dans sa chambre, avec des chaussures cloutées sur son parquet, et qui vous piétinerait les pensées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   04 février 2018
« On voudrait savoir… on voudrait dire… », me disait-on.
Ce « on », justement, n’était-il pas quelque esclave, messager peut-être de catastrophe, qu’on adresse au grand Khan et qu’on livre aux périls de sa prime colère, parce qu’il est d’importance nulle ?
L’expression verbale étouffait la vraie parole de chacun, celle que je n’entendais pas, sous la montagne qu’on se faisait du discours et de mes jugements tombés de l’Olympe bourgeois. La parole, je devais la dérober, dans l’index pointé, dans l’expression du visage, dans les bribes que je parvenais quelquefois à soustraire aux conversations « sauvages ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   04 février 2018
Finis, les rires des premiers jours ! finies, les revendications sur le cours ! les voilà résignés ; à tout ce que je peux faire ou ne pas faire. Ils se sont adaptés ; ils arrivent même à tirer des notes de mon charabia ; prendre des notes : la seule chose dont ils ne démordent pas !
Or c’est cela, l’important : obtenir qu’ils ne prennent plus de notes ; et pareillement qu’ils discutent ; qu’ils me discutent. Ces notes, qu’ils prennent ; qu’ils prennent indifféremment, quelque bêtise qu’il me passe par la tête : c’est la marque, c’est le signe convenu, c’est l’acceptation de la sujétion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   04 février 2018
Il m’a toujours fallu plusieurs jours au moins, quand j’arrivais dans une situation, dans un lieu nouveaux, pour faire la paix avec mes perceptions, pour m’orienter, pour reconnaître les gens ; les importants, les autres ; les bons, les vilains. Ma première panique de cette sorte, ce fut en arrivant, vers l’âge de douze ans, dans l’infernal casse-tête topographique de mon premier lycée, avec ses dédales de couloirs, d’escaliers dans tous les sens ; ses salles de sciences naturelles et de dessin, surtout, où l’on n’accédait que par d’absurdes colimaçon
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Pascal Lainé (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Lainé
La dentellière (1977) bande-annonce
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2213 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre