AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Germaine de Tonnac-Villeneuve (Traducteur)
ISBN : 2841872106
Éditeur : L'Archipel (26/01/2000)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Invitée en 1862 par le roi de Siam pour enseigner les manières occidentales à ses nombreux enfants, la jeune Anna Leonowens pense entrer au service d'un souverain éclairé.
Mais, quelques semaines après son arrivée à Bangkok, la nouvelle préceptrice découvre la vraie nature du roi. Dans un monde où les femmes n'ont d'autre devoir que d'enfanter et de se soumettre à l'homme, Anna va devoir s'imposer... Loin de toute emphase hollywoodienne, Margaret Landon a ret... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
darkmoon
  10 juin 2013
Un roman plein d'émotions, qui ravira les amoureux de paysages et d'histoires.
C'est l'histoire d'une institutrice britannique ayant rejoint le royaume de Siam pour prendre en charge l'éducation des 58 enfants du souverain local, au XIXe siècle :
En 1862, voilà deux ans qu'Anna Leonowens a perdu son mari. La jeune veuve décide de tirer un trait sur son douloureux passé et de quitter l'Inde en compagnie de son fils, Louis. La voici au royaume de Siam, où elle doit assurer l'éducation des 58 enfants du roi Mongkut. Au fil des jours, Anna découvre un monde complexe et mystérieux, dominé par un véritable dieu vivant qui règne sans partage sur son royaume. A la fois subtile et spontanée, la jeune institutrice impose peu à peu sa présence aux côtés du souverain, n'hésitant pas à bousculer le protocole quand celui-ci lui paraît superflu. Mongkut, favorable aux réformes, tolère ces entorses à la tradition...
Ce livre est captivant, les paysages sont fabuleusement décrits, et la relations entre Anna Leonowens et le Roi est vraiment bien transcrite, on ressent vraiment l'amour que ces deux personnages ont dû éprouver à l'époque. le roman est un peu long, mais on ne sent pas le temps passé, tellement il se passe des choses dedans, et toutes très intéressantes, qui tiennent en haleine jusqu'au bout, déjà de voir la difficulté à l'époque pour les personnes du Siam de vivre sous l'emprise Britannique, et pour Anna d'essayer tant bien que mal de montrer que même étant une femme, elle peut élever son fils et tout aussi bien faire la leçon aux enfants du roi, et elle espère pouvoir changer les choses, donner son avis, ce qui ne sera pas sans répercutions, au final...
Ce qui est fascinant, c'est le fait que cette histoire soit vraie: vous vous imaginez une femme anglaise se rendant, au XIXe siècle, au royaume du Siam avec ses grandes robes et ses idées puritaines? C'est tout simplement magnifique de découvrir que des histoires comme ça peuvent arriver.
Donc, c'est un livre instructif, intéressant, romantique quand même, avec quelques pointes d'humour sympa.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Bazart
  02 janvier 2015

D'après les mémoires très romancés de l'anglaise Anna Leonowens qui fut préceptrice dans les années 1860 des enfants du roi de Siam, Rodgers et Hammerstein créèrent en 1951 une comédie musicale à Broadway.
Un choc de la rencontre entre des cultures et des visions du monde différentes, de la place de la femme dans la société à l'utilisation de l'esclavage. Parfois un peu scolaire et attendu, mais finalement charmant et plaisant
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          170
sld09
  27 juin 2017
J'ai découvert cette histoire grâce au film Anna et le Roi avec Jodie Foster.J'ai bien aimé ce roman dépaysant qui nous fait découvrir l'univers étonnant du Siam et de sa cour royale au XIXème siècle.
Commenter  J’apprécie          00
AnnaLit
  13 septembre 2017
Biographie de Anna Leonowens, enseignante des enfants et du harem royaux au Siam au XIXe siècle. Instructif et émouvant.
Commenter  J’apprécie          00
Melodieandbook
  12 octobre 2017
L'émotion au coeur du roman.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   10 février 2016
Vivre ici ? Comment pourrait-elle supporter cet endroit, où la tyrannie s’exerçait avec une telle violence qu’elle pouvait la sentir ? Où l’ombre de l’esclavage était si dense que même la lumière du soleil s’en trouvait assombrie ? Vivre là ? Où nulle indépendance ne lui serait accordée, nul répit de la part du harem, nulle liberté d’aller et de venir ? Là où toutes les portes sont gardées, où chaque geste est surveillé par des espions, où elle n’aurait pas de foyer où élever son fils dans les chères traditions anglaises ? Elle serra ses lèvres tremblantes. Jamais ! Elle ne consentirait jamais à s’enfermer, loin de la protection du consul anglais et des missionnaires américains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   10 février 2016
Je suis ici pour éduquer les enfants royaux et non pour entrer au harem. Comprenez-moi, je suis différente de vous. Il vous suffit de jouer, de danser et de vous parer pour plaire à votre maître. Moi, je dois travailler pour nourrir les miens puisque mon mari est mort.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaouirkhettaoui   10 février 2016
La hauteur, la profondeur et la gloire, à travers les choses bonnes et mauvaises, à travers la vérité et l’erreur, la sagesse et la folie, à travers la tristesse et les souffrances, l’espoir, la vie, la joie, l’amour, la mort, à travers l’éternel changement, jusqu’à l’immuable !
Commenter  J’apprécie          50
sld09sld09   01 octobre 2017
Le Chow Phya, le plus moderne des bateaux à vapeur faisant la navette entre Singapour et Bangkok, jetait l'ancre devant la barre, à l'embouchure du fleuve dont il portait le nom. Penchés sur le bastingage, les artistes d'un cirque s'efforçaient d'apercevoir ce pays dont le souverain avait prié leur troupe de venir distraire sa vaste famille. Les chiens savants aboyaient et montraient les dents à ceux du capitaine George Orton , mais Jip et Trumpet, hautains, ne leur témoignaient que mépris.Une jeune Anglaise, mince et gracieuse, se tenait à l'écart de ce groupe bruyant et rieur. Elle portait une modeste robe couleur lavande à manches longues et à col montant. Des boucles brunes encadraient son joli visage, dont le nez trop grand n'atténuait pas le charme. Ses yeux sombres étaient fixés sur la ligne de terre, à l'horizon. Debout, presque immobile, elle jouait avec un curieux bijou épingle sur sa poitrine : une broche en or faite de deux griffes de tigre. Une chienne terre-neuve était assise à côté d'elle, paisible. Les chiens de cirque s'approchèrent, la flairèrent et aboyèrent, mais elle ne leur rendit pas la politesse. Calme et digne, elle ne se laissait point séduire par les familiarités d'inconnus. Elle contemplait le visage de sa maîtresse qui regardait, au-delà des flots, le lointain rivage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   10 février 2016
L’amour du roi pour les enfants constituait son trait de caractère le plus sympathique. Leur beauté et leur sincérité lui plaisaient. Ils l’amusaient aussi par leur impudence innocente. Il prenait les bébés dans ses bras et grimaçait pour les faire rire.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : Moeurs et coutumesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Margaret Landon (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1761 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre